Banyuls-sur-Mer d’un siècle à l’autre

De
Après le succès de notre premier ouvrage : « Banyuls-sur-Mer, quand un village se raconte… », nous avons repris notre balluchon et nous sommes repartis en voyage au pays de Banyuls de la frontière. A la rencontre du XXe siècle, si riche en événements, mais aussi à la découverte de ce que les Banyulencs avaient à livrer sur leur village, au fil du temps.

Notre désir, c’était d’aller vers les autres, de les écouter, de transmettre ce qu’ils avaient à dire, en un mot, d’être, nous aussi, des « passeurs ».


Ainsi, au bonheur des rencontres, directes ou livresques, ces pages font renaître Banyuls d’un siècle à l’autre, avec le vécu, les souvenirs, les carnets et les mémoires des uns, les peines, les années noires et la souffrance des autres. Chez tous, nous avons trouvé le courage, la vaillance au travail, les éclats de rire et les espoirs pour l’avenir.
Publié le : jeudi 1 mai 2014
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791031000367
Nombre de pages : 432
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
I – DATES, CARTE ET DOCUMENTS
MICHEL POUGET SOCA I ArrELS - Souche et Racînes Quelques dates sîgnîicatîves de l’hîstoîRe de Banyuls
Comme beaucoup de Banyulencs, j’aI découvert l’hIstoIre de mon vIllage dans les ouvrages de MIchel Ferrer. Lors de dIscussIons avec plusIeurs amIs, j’aI constaté leur hésIta-tIon à se plonger dans la lecture de ses cInq ouvrages. C’est à leur IntentIon que j’aI collecté les InformatIons quI suIvent, pour leur fournIr un il conducteur et les encourager à aller plus loIn. Pour l’essentIel, ces InformatIons sont Issues des ouvrages de Bernard Alart et de MIchel Ferrer. Elles ont été complétées par des précIsIons fournIes par les ouvrages ou artIcles cItés en bIblIographIe générale. J’aI retenu les dates des événements quI ont marqué le terrItoIre de Banyuls dans sa vIe et sa structuratIon Interne ou dans son appartenance à des ensembles plus vastes.
Le premîer Banyuenc repéré abîtaîtla grotte de Pouade, où ’on a trouvé queques tessons de céramîque remontant au néoîtîque moyen (4500-3500 av J.C.). Vers 575av. J.C. - Les Grecs ondent Emporîon (Empurîes), puîs Rode (Roses). Vers 150av. J.C. - Arrîvée des Romaîns. Vers 110av. J.C. - Ouverture de a vîa Domîtîa, quî emprunte des cemîns pus ancîens : voîe prîncîpae par e co de Panîssar, voîe secondaîre par Cos-prons et e co de Banyus. Vers 413Arrîvée des Wîsîgots. Après avoîr été înstaés par ’empereur – Honorîus dans e sud-ouest de a Gaue (418), e royaume wîsîgot (capî-tae Tououse) s’étend vers a Médîterranée et, sous a conduîte de héodorîc ïï, s’empare d’une partîe de a Narbonnaîse et de a Tarraconaîse (454). Le royaume wîsîgot atteînt son extensîon maxîmae sous e règne d’Eurîc en 475 : î s’étend de Gîbratar à a Loîre et de ’Atantîque aux Apes du sud. 476– Fîn de ’empîre romaîn d’occîdent. 507– Bataîe de Vouîé : es Francs de Covîs écrasent Aarîc ïï, roî des Wîsî-gots, et s’emparent de ’Aquîtaîne. Le royaume wîsîgot se repîe en Espagne, maîs conserve a Septîmanîe (des Pyrénées au Rône). Le comté de Roussîon est né à ’époque wîsîgotîque.
26
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
711– Après avoîr rancî e détroît de Gîbratar et battu ’armée wîsîgote à Guadaete, es troupes arabo-berbères conquîèrent ’Espagne. Ees atteîgnent ’Ampurdan en 718. Narbonne est prîse en 719, puîs ’ensembe de a Septîma-nîe (725). La conquête arabe est arrêtée à Tououse par e duc Eudes d’Aquî-taîne (721) puîs par Cares Marte à Poîtîers (732) et à Sîgean (bataîe de a Berre, 737). 785– Gérone se îvre à Caremagne, puîs Urge et a Cerdagne (789). C’est à cette époque que deux rères, Lîbencî et Assînarî, ondent e monastère deSant QuIrze de Colera. ïs obtîennent de Caremagne un précepte attrîbuant dîvers bîens au monastère. Le monastère sera à ’orîgîne du peupement des autes vaées de Banyus. 801Prîse de Barceone par Louîs d’Aquîtaîne. La rontîère se stabîîse au – Lobregat. 878Guîred e Veu ( – el PIlós, né à Rîa, près de Prades), comte d’Urge, de Cerdagne et de Conlent, îssu probabement d’une amîe wîsîgote, reçoît de Louîs e Bègue, roî des Francs (877-879), es comtés de Barceone et de Gérone, qu’î transormera en tîtres érédîtaîres. ï est consîdéré comme e créateur de a Cataogne et sa dynastîe durera jusqu’en 1412. Son rère Mîro reçoît e comté du Roussîon. 896991 – Les comtés de Roussîon et d’Empurîes sont sous a tutee des mêmes comtes, quî donneront des terres au monastère deSant QuIrze. 935– Consécratîon de ’égîse du monastère, dédîée àSants QuIrze, Andreu et Benet. 981 –Banyuls(Baneoîs) entre dans ’îstoîre par un précepte de Lotaîre (roî des Francs de 941 à 986) : ce dernîer concède au « duc Guîred » (e comte Gausred de Roussîon-Empurîes) « es terres désertes » sîtuées e ong de a mer, à Coîoure et Banyus, de PeyreIte à Querroîg, Saîort, Madeoc et e Cosprons. Jusqu’à a In du XïX sîèce, e terme désîgne un terrîtoîre et non un vîage. 985– Prîse et sac de Barceone par ’armée d’A Mansûr. Nî e roî Lotaîre, nî Hugues Capet ensuîte, ne répondant à ’appe au secours des comtes cata-ans, cette date est consîdérée comme a date de naîssance de a Cataogne îndépendante, jusqu’à ce que e traîté de Corbeî (1258) oicîaîse cet état de aît. 991 – Les deux Is du comte Gausred ïer se partagent es comtés : Hug devîent comted’EmpurIeset Guîsabert comte de Roussîon, tout en conser-vant cacun des possessîons dans ’autre comté.ï sembe que nos vaées aîent reevé du comte du Roussîon jusqu’en 1248, et ensuîte du comte d’EmpurIes-Perelada.
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
27
e e Du XI au XIII siècle,nombreuses donatîons au monastère deSant QuIrze, sur es deux versants des Abères. Le monastère avorîsera e peupement des vaées et en percevra ongtemps des redevances. 1137 – Marîage de Pétronîe d’Aragon et de Raîmond Bérenger, comte de Barceone, poînt de départ de a couronne cataano-aragonaîse. 1172– Aponse ïï, comte de Barceone et roî d’Aragon, érîte du comté du Roussîon à a mort de Guîsnard ïï, dernîer descendant de Guîsabert. 1197La vaée de Cosprons et a paroîsse des Abeîes, du bord de mer jusqu’au sommet des crêtes, sont mentîonnées dans e contrat de marîage de Ramon de Caste-Rosseo et de Saurîmonde de Peraada comme apparte-nant à a amîe de Caste-Rosseo. Premîère mentîon de ’égîse de a Recto-rîe, sous e nom deSanctus Joannes de BanullIs de MaredIne. 1223 – Guîem de Pau, vassa du comte d’Empurîes, seîgneur de a aute vaée (es Abeîes). 1246– Donatîon à ’ordre du Tempe (Mas Déu) de terres dans a basse vaée. er 1248– Jaume ï , comte de Barceone et roî d’Aragon, comte du Roussîon, cède a vaée de Banyus (paroîsse de Sant Joan de Banyus et des dépen-dances de Santa Marîa de as Abeas) à Pons-Hug, comte d’Empurîes, contre des droîts que e comted’EmpurIes possède à Perpîgnan. ï ’autorîse à bâtîr une pace orte quî sera e câteau du mas Guîaume. Avec des luctuatîons et des pertes d’autorîté orsque es roîs de France s’empareront du Roussîon, es comtes d’Empurîes exerceront eur seîgneurîe sur a basse vaée jusqu’à a Révoutîon Françaîse. 1249- L’année suîvante, e même Jaume ïer autorîse Guîem de Pau à bâtîr une pace orte dans a paroîsse de Santa Marîa de as Abeas. Et en 1270, a amîe de Pau va aceter au comted ’EmpurIes une partîe de a aute vaée. Cette aute vaée reèvera de ’autorîté de a amîe de Pau jusqu’en 1511, puîs passera par marîage de ’érîtîère à a amîe Rocabertî, vîcomte de Pereada, avant d’être vendue en 1699 à Cosme Xatard-Costa, baî-î de Prats-de-Moo. La proprîété sera vendue comme bîen natîona à a révoutîon. Paraèement, ’autorîté spîrîtuee sur a aute vaée est détenue par e monas-tère deSant QuIrze, aors que a basse vaée est putôt sous cee deSant Pere e de Roda. Aînsî, au mîîeu du Xïïï , e terrîtoîre de Banyus apparat-î structuré en deux entîtés reevant de deux autorîtés dîférentes. 1276– Mort de Jaume e Conquérant, comte de Barceone et roî d’Aragon. Son Is ané, Pere ïï, reçoît a Cataogne, ’Aragon et e royaume de Vaence , et Jaume, e second, es Baéares, e Roussîon et Montpeîer, réunîs sous e nom de royaume de Majorque. La vaée de Banyus reève du comted ’EmpurIes,
28
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
sujet de Pere ïï, maîs Jacques de Majorque uî aît savoîr qu’î tîent a vaée en Ie pour uî et qu’î n’est pas autorîsé à y ever des împôts. Appartenant donc au royaume de Majorque, Banyus devîent jusqu’en 1344 une zone rontaîère. 1285 – Suîte à a conquête de a Sîcîe par Pere ïï, e Pape ance une croî-sade contre ce dernîer. Pîîppe e Hardî, roî de France, obtîent ’aîance de Jaume ïer de Majorque et attaque ’Ampurdan par es cos de a Massane et de Banyus. L’armée royae campe queques jours àSant QuIrzeavant d’attaquer Gérone. La déaîte de son escadre devant Paamos et Roses aînsî qu’une épî-démîe de dysenterîe obîgeront Pîîppe e Hardî à battre en retraîte. ï meurt à Perpîgnan. 1290/1298– Constructîon des tours royaes (Madeoc, Massane et Querroîg) quî surveîent a zone rontaîère. Madeoc et a Massane peuvent communî-quer par sîgnaux avec e paaîs des roîs de Majorque à Perpîgnan. 1344– Fîn du royaume de Majorque. Le Roussîon revîent sous a souveraî-neté des comtes de Barceone, roîs d’Aragon. ee XIVsîèce (on îgnore a date exacte)– C’est dans a deuxîème moîtîé du XïV que urent édîIées es sîx tours dîtes « comtaes » quî permettaîent aux abî-tants de a basse vaée de se réugîer en cas de danger : tours des mas Batte, Sagos, Reîg, Pagès, tour de a Rectorîe et tour du Puîg de Mas. 1385– Suîte à un conlît entre e comte de Barceone et roî d’Aragon Pere ïïï et e comted’EmpurIes, es vaées de Banyus sont soumîses à une ourde taxatîon ; un document de répartîtîon de cette taxe nous renseîgne sur ’orga-nîsatîon de notre terrîtoîre. Deux paroîsses apparaîssent, Saînte-Marîe des Abeîes et Saînt-Jean ’Évangéîste (Rectorîe). À a paroîsse des Abeîes sont rattacés ’égîse, a pace orte et 13 mas (nous utîîsons îcî eur nom actue) : mas des Abeîes, mas Cornette, mas Baaury, mas Atxer, mas Paroutet, mas Rede, mas de a Rouma et mas Truet dans nos vaées, aînsî que troîs mas dans a vaée de Freîxe et deux mas à Cerbère, comportant en tout 23 oyers.À a paroîsse de Saînt-Jean ’Évangéîste sont rattacés ’égîse, a pace orte du mas Guîaume et 14 mas : e Puîg de Mas, e mas Ramonet, e mas Pagès, e mas Batte, e mas de a Rectorîe, e mas Reîg, et e mas Sagos dans nos vaées, aînsî que es mas Barande, Guîneîe, Roumanî, Py, Cosprons, et Pams dans a vaée de Cosprons et e mas de Torreneues dans a aute vaée du Ravaner. En tout, 20 oyers y ogent. 1412– Fîn de a dynastîe cataane îssue du comte Guîred e Veu. Ferdînand d’Antequera, de cuture castîane, est coîsî comme roî d’Aragon et comte de Barceone (« compromîs de Caspe »). Juillet 1462– En écange d’un prêt consentî au roî d’Aragon, es troupes de Louîs Xï occupent e Roussîon et a Cerdagne. La seîgneurîe de a vaée de
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
29
Banyus est annexée à a Capîtaînerîe de Coîoure jusqu’en 1493, au départ des troupes rançaîses. e Au XV siècle- a popuatîon de nos vaées dîmînue : î ne reste qu’une tren-e taîne de oyers, soît 200 personnes envîron, au début du XVï , et ce nombre e restera stabe jusqu’au début du XVïï . 1620– Un retabe en boîs doré est commandé pour ’égîse de a Rectorîe. 1635– Début de a guerre ranco-espagnoe quî déboucera sur e Traîté des Pyrénées et e rattacement du Roussîon à a France. 1640– Louîs Xïïï, roî de France, est procamé comte de Barceone. 1642- Après a prîse de Coîoure et de Perpîgnan par ’armée rançaîse et a reddîtîon du ort de Sases, ’armée espagnoe se retîre par e co de Banyus. 1645 – Les bîens du comted’EmpurIes sont conIsqués au proIt du roî de France. 1652– Une garnîson d’une quarantaîne d’ommes est înstaée dans a basse vaée (Puîg de Mas, mas Batte, Mas Reîg), à a carge de a popuatîon quî doît s’endetter pour es nourrîr et oger es oicîers à Coîoure. C’est e début e d’une présence mîîtaîre quî durera jusqu’à a deuxîème moîtîé du XïX sîèce. 1659– Le Traîté des Pyrénées est sîgné, e Roussîon est rattacé à a France. ï a pour conséquence, en décembre 1661, ’înstauratîon de a gabee, un împôt sur e se. La contrebande du se va se déveopper sur toute a rontîère de Banyus à Prats-de-Moo et era de Banyus une « répubîque contreban-e dîère » jusqu’au XïX sîèce. Les ostîîtés entre a France et ’Espagne recommencent en 1667 et se pour-suîvront au-deà même du Traîté d’Utrect (1713) quî met In à a guerre de successîon d’Espagne et înstae déInîtîvement es Bourbons sur e trône e d’Espagne. L’urbanîsatîon du Puîg de Mas se déveoppe au cours du XVïï ; a popuatîon de nos vaées atteînt une cînquantaîne de oyers. Au Voramar, î n’y a que des cabanes («botIgues de mar ») où ogent, à a bonne saîson, es équîpages des barques quî ouent e droît de pêce dans es anses. 31 Mai 1660– La conérence de Céret rège ’un des dîférends quî restaît en suspend depuîs e Traîté des Pyrénées : entre es prétentîons rançaîses quî vouaîent Ixer a rontîère au Cap de Creus et es Espagnos quî a vouaîent au cap Béar, un compromîs est trouvé pour a Ixer au cap Cerbère. Le négocîateur rançaîs, Pîerre de Marca, arcevêque de Tououse, s’appuîe notamment sur un er géogrape atîn du ï sîèce, Pomponîus Mea, quî sîtue à Cerbère a îmîte de a Gaue : «CerverIa locus, inIs GallIæ». 1674– Les droîts et redevances sur a vaée sont donnés à Josep de Rîcart, puîs au marquîs d’Aguîar en 1696. 1683- La tour du Puîg de Masest démoîe.
30
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
1702 – La seîgneurîe de Banyus est restîtuée au comte d’EmpurIes, duc de Medîna Ceî. Ses successeurs a conserveront jusqu’à a Révoutîon Françaîse. 1720– La peste se décare à Marseîe. La surveîance du îttora se renorce, avec un poste à PeyreIte et un sur es crêtes de Pauîes. 1737La contrebande s’întensîIe, Banyus devîent un centre de transît – împortant pour e tabac. Une brîgade de douanîers est mîse en pace. 1739– Les représentants de don Luîs, érîtîer du duc de Medîna Ceî, comte d’EmpurIesprennent possessîon en son nom de son Ie de Banyus. Les repré-sentants de a popuatîon prêtent serment d’aégeance. 1744– Guerre de successîon d’Autrîce : ’escadre angaîse basée aux Baéares croîse en Médîterranée. Un poste centra est ajouté à Banyus. 1758– Deux canons vont déendre Banyus contre es Angaîs et es pîrates barbaresques : un à Cap d’Ona et un autre à a redoute quî sera construîte au Voramar, avec une compagnîe de quarante ommes. Le dîsposîtî sera aégé après e traîté de Parîs (1763). La sécurîté reatîve du îttora et a présence des sodats avorîsent e peupement de a basse vaée. Les artîsans s’înstaent au Puîg de Mas. Au Voramar, es cabanes de pêceurs(botIgues)sont rempacées par des maîsons en dur(casetes), avec un début d’urbanîsatîon ausolàde Cap d’Ona (près de afont fada).1769– Les représentants de Don Pîerre, Is et érîtîer de Don Luîs, prennent possessîon du terroîr comme en 1739. 1776– La popuatîon des vaées atteînt 110 oyers envîron. 1783Une grande opératîon de répressîon de a contrebande mobîîse une – troupe nombreuse. Prévenu, e bate Ferrer donne a consîgne de brûer e tabac dans es ours à paîn :« MInyons, anIt cal cremar !». On trouvera du tabac au Voramar, maîs rîen à a Rectorîe et au Puîg ! 27caps de casasont arrêtés et 32 soupçonnés. 1787– Acèvement de a route de Coîoure à Port-Vendres. Son proonge-ment jusqu’à Banyus attendra un sîèce ! 4 Octobre 1787- Le Conseî Généra de Banyus, composé de 25caps de casa, éît 4 de ses membres pour rédîger es caîers de doéances. 4 Janvier 1789– Rassembée au Puîg de Mas, a popuatîon proteste soenne-ement contre es vexatîons subîes de a part de a erme royae. 20 Juillet 1789– À ’înverse du comte de Maîy, Lîeutenant Généra du Rous-sîon, quî pour éradîquer a contrebande suggère de détruîre une partîe du vî-age et de transérer es abîtants à Port-Vendres, Monsîeur de Saînt-Sauveur, ïntendant de a provînce, préconîse a créatîon d’une écoe, ’encouragement à a cuture de a vîgne et de ’oîvîer et a réaîsatîon d’une route pour désencaver a vaée de Banyus.
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
31
1790– Créatîon des munîcîpaîtés ; Jean-Ange Ferrer est éu premîer maîre de Banyus. Le vîage compte près d’un mîîer d’abîtants : 241 dans es autes vaées, 468 dans a basse vaée et 281 au Voramar. 28 Août 1791– Le maîre Ferrer et e syndîc communa Jean Sagos înaugurent aPlaça de la llIbertat(actuee Pace Bassères). 1793L’armée espagnoe du Généra Rîcardos envaît e département des – Pyrénées-Orîentaes et prend Coîoure et Port-Vendres. 28 et 29 Juillet 1793– Avec ’aîde des pêceurs du Voramar, e conventîon-ne Fabre organîse un raîd sur Roses : une lottîe de barques avance par a mer pendant qu’une coonne passe par a vaée de Rabos. L’attaque marîtîme est arrêtée dans a baîe de Lansa par deux corvettes espagnoes et a coonne terrestre par es abîtants du vîage. Ee rebrousse cemîn en emportant un troupeau de 600 cèvres, 30 vaces et 10 muets ! Ses poursuîvants sont arrêtés au co de Banyus par es abîtants de nos vaées : c’est a premîère déense du co de Banyus ! Novembre 1793– Une nouvee opératîon combînée est ancée par Fabre et se eurte à a résîstance des vîageoîs de ’Ampurdan urîeux du pîage pré-cédent. Les combattants repassent e co de Banyus avec un nouveau butîn de vîn et de graîns. ïs sont rejoînts par une coonne venue de Coîoure par e co de a Massane et quî se repîe égaement après s’être emparé de Recasens et Cantaops et s’être eurté aux avant-postes du ort de Beegarde. 14 Décembre 1793Les abîtants de Banyus, sous a conduîte de eur – maîre André Rocarîes, se pacent en embuscade dans es passages autour du co de Banyus aIn de raentîr ’avance des troupes espagnoes et de per-mettre e repî en bon ordre des troupes réguîères. Les abîtants de nos vaées paîeront cer cette résîstance (et sans doute aussî es pîages des moîs précédents) : entre es tués aux combats, es déportés, es morts de a dîsette et a uîte des survîvants, îs ne seront pus que 451 en août 1794, soît a moî-tîé envîron de a popuatîon. 1794Reconquête de ’ensembe du Roussîon par es troupes du Généra – Dugommîer. Pour assîéger et prendre Coîoure, ’artîerîe est débarquée à Pauîes. Après a capîtuatîon de a garnîson espagnoe, Dugommîer uî aît déposer es armes e 3 juîn devant a page de Banyus (Plaça de la llIbertat). La popuatîon reçoît une dotatîon en céréaes. 1795 – Le retour des exîés era remonter a popuatîon à 612 abîtants. ïs seront exonérés d’împôt cette année-à. 1796– La douane s’înstae à Banyus, à a Rectorîe d’abord, puîs pace de a Loge (près de ’actuee pace Pau Reîg). 1799 – Une orce armée auxîîaîre, a Garde Natîonae, composée d’abî-
32
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
tants, est mîse en pace pour rempacer es troupes réguîères mobîîsées par es conlîts européens : deux compagnîes de gardes côtîers avec une sectîon de canonnîers à Banyus. e XIX siècle– e peupement se poursuîte : un mîîer d’abîtants en 1800, dont 300 au Voramar, 1340 en 1817, dont e tîers au Voramar. 1801Attaque de pêceurs coîourencs urîeux de a coopératîon entre – pêceurs de Lansa et de Banyus pour a pêce aux bœus (pêce où e Iet est tîré par deux barques à voîe). Les pêceurs de Banyus se constîtueront en assocîatîon en 1803, se îbérant de a tutee de Coîoure. 1804– Adoptîon du nouveau Code Cîvî. L’aboîtîon du droît d’anesse entra-nera e démembrement des mas et a In de ’organîsatîon de a popuatîon en cases. 26 août 1805– Les canons de Cap d’Ona et de a Redoute mettent en uîte une régate angaîse quî poursuîvaît des navîres marcands réugîés dans a baîe. 1819 – Pour aîre ace à une épîdémîe de Ièvre jaune, un cordon sanîtaîre terrestre et marîtîme est mîs en pace : une compagnîe d’înanterîe et deux canonnîères arrîvent à Banyus. 1820– Un bataîon est ajouté pour renorcer e cordon sanîtaîre ; e dîsposîtî est aégé en 1822. À ’occasîon d’une enquête sur e cordon sanîtaîre, Adope hîers écrîra que es Banyuencs « orment un peupe quî n’est nî rançaîs nî espagno et quî n’aîme qu’une cose, c’est e rencérîssement des denrées ». La contrebande s’éargît aux macînes textîes destînées à ’îndustrîe naîssante en Cataogne, aux tîssus angaîs, à ’uîe et même au papîer ! 23 avril 1823– Créatîon de a commune de Port-Vendres ; a vaée de Cos-prons, quî jusqu’aors reevaît de Banyus, uî est rattacée. 1831– Réactîvatîon du cordon sanîtaîre ace à une épîdémîe de coéra. ï en îra de même en 1834 pour une épîdémîe de scaratîne et en 1837 pour une nouvee épîdémîe de coéra. 1833– Le comte de Casteane est nommé îeutenant généra du département, où î restera en poste 14 ans. ï era de Port-Vendres un port mîîtaîre et y era creuser a grande darse. 1837– Constructîon d’une écoe aque et d’une maîrîe près de a pace (à a maîson Catton-Bîeceer). 1843– La canaîsatîon duVall Pompóet duCoulèsest entreprîse, ce quî per-mettra d’urbanîsatîon dupla. 1845Pour utter contre a contrebande, des prîmes d’encouragement à a – pêce aux ancoîs sont attrîbuées, avorîsant e déveoppement de a lottîe des barques : î y en a 24 en 1848.
BANYULS-SUR-MER, D’UN SïÈCLE À L’AUTRE
33
En 1876, le chemIn de fer arrIve à Banyuls. « Les employés de la gare de Cerbère, dont un Jonquères, sont logés à Banyuls dans des baraquements, lors de la constructIon de la gare de Cerbère. » Roger Jonquères. La jonctIon France – Espagne sera termInée en 1878.
Vers 1880 (sûrement une des photos les plus ancIennes du chemIn de fer à Banyuls). Sur le pont du che-mIn de fer enjambant la BaIllaurIe, une locomotIve à vapeur sérIe 120 du ParIs-Lyon-MédIterranée, re avec tender et deux wagons express 1 classe dont le premIer est un Pullman aInsI qu’un wagon-four-gon pour les bagages et la messagerIe. On reconnaIt à gauche, le moulIn à huIle.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Surprises sous-marines

de les-presses-litteraires

Les contes de Paris

de les-presses-litteraires

Transes digitales

de les-presses-litteraires

suivant