//img.uscri.be/pth/d17a48f9fb985e40b8d6956dd44b9269ef43d2c8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

BLANCHE AMAGAT

De
114 pages
Paris. Fin du deuxième millénaire. Belleville, Ménilmontant. La Mort du XXème arrondissement. Au milieu de la destruction systématique des derniers quartiers populaires, quelques fleurs de salpêtre : Jeanne, Loulou... et l'histoire fantastique de Blanche Amagat. Fille d'une prostituée, Blanche monte à Paris, apprend la danse, se produit dans tous les plus grand cabarets, casinos et salles de spectacle de France et d'Europe, des années 1915 à 1920. Elle devient brocanteuse, fleuriste et vit une vie de bohème et pleine de charme dans un squat avec ses 23 chats et son fils.
Voir plus Voir moins

Blanche Amagat

rDL'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com harmattan I@wanadoo.fr diffus ion.harmattan@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-07530-6 EAN : 9782296075306

Fabrice

PINTE

Blanche Amagat
Histoire d'une femme libre

L'IICmattan

Blanche

Amagat

Le 21 avril 1988, Blanche

fêtait ses 93 ans.

Je ne cherchais plus à la revoir depuis ce fameux dimanche des Rameaux le 4 avril 1982. J'avais peur d'apprendre un jour, comme ça dans la rue, qu'elle était morte et que Jean son fils avait... avait quoi, d'abord? Je leur avais donné mon numéro de téléphone, mon adresse ils la connaissaient, "au cas où", pour leur venir en aide et plus particulièrement pour Jean, "débile profond" ou "génie autodidacte", s'il se retrouvait seul sans sa mère. Didier, le serveur du "Mistral", au coin des rues de Belleville et des Pyrénées, m'avait dit que je pouvais les trouver tous les jours entre midi et trois au foyer-restaurant de la rue Piat. Arrivé là, je les fis demander par la concierge. Jean est d'abord apparu, l'air furieux, aimable dès qu'il me reconnut, bourru parce que Blanche avait sans doute dit: - "Qui c'est ç'ui là? Jean, va lui dire que je ne suis là pour personne! Aujourd'hui, je ne reçois personne". Et Jean, ennuyé d'avoir à être le commissionnaire de sa mère, était bourru, lui qui ne cherchait qu'une occasion d'imprévu pour se divertir de 72 ans de vie commune avec sa mère abusive (?), que je soupçonne entre autres, d'avoir persuadé et convaincu son propre fils, qu'il n'était qu'un incapable, un dégénéré, un débile mental, un fou, ce qu'il n'était probablement pas si je me souviens de certaines de ses expressions et coups d' œil à mon intention, levés aux cieux, lorsqu'elle le réduisait d'une phrase à l'état définitif de navet.

Jean, rendu muet par 70 ans de rodomontades et de brimades toutes aussi cruelles les unes que les autres: - "Vous inquiétez pas, il comprend pas tout. Il est fou, enfin, un peu dérangé. Simplet quoi !" Elle lui coupait la parole dès qu'il avait la moindre velléité de "l'ouvrir" et surtout si elle s'apercevait que je m'intéressais plus à lui qu'à elle. D'après elle, il était aussi syphilitique et hémophile et puis pyromane, inconscient, demeuré, "un peu zinzin, vous
comprenez. ;>" Et Jean acquiesçait d'un air entendu, niais pour l'occasion, doublé d'une mimique de commisération, hochant la tête d'un air désolé: "Hé oui! C'est moi, ça !"

Blanche! Jean prit le gâteau au chocolat que je leur avais apporté, je la savais très gourmande, me remerciant moultes et moultes fois cérémonieusement, ne cessant de me répéter qu'il était absolument désolé, mais que sa mère ne recevait personne aujourd'hui. - "N'oubliez quand même pas de lui souhaiter un bon anniversaire de ma part!" Il repassa la lourde double porte de séparation et disparut. Je savais Blanche bien trop curieuse et romanesque pour ne pas venir voir "qui", quel inconnu la demandait en ce jour de ses 93 ans. J'attendis donc quelques secondes au soleil. Déjà j'entendais sa voix de l'autre côté de la porte interpeller son fils : - "Qui était-ce ?" - "Ben, tu sais... le jeune homme... heu qui..." 8

Et le rabrouer de m'avoir éconduit, selon ses propres ordres, toujours sans savoir qui j'étais. Elle poussa la porte, apparut, me fixa quelques secondes, elle n'y voyait presque plus mais refusait de porter des lunettes, me reconnut - son visage s'illumina - et m'embrassa. - "Ah c'est vous! Je ne veux voir personne aujourd'hui. Mais vous! Ah ! pour vous, je fais une exception! D'ailleurs, il n'y a que chez vous que j'ai accepté de venir déjeuner, vous vous souvenez? Les œufs à la coque! Ah! chaque fois que Jean et moi mangeons des œufs à la coque, je me demande ce que vous devenez. Tenez, ce matin encore! Voyez-vous, Jean a trouvé trois œufs dans la poubelle. J'en ai ouvert un. Après l'avoir bien secoué, j'ai retiré le blanc et Jean l'a gobé. Il était délicieux! Et j'ai mis les deux autres de côté, on les mangera ce soir. Et ça m'a fait penser à vous. Ah! Je n'en ai jamais plus mangé d'aussi bons! Vous viendriez chez nous, vous seriez étonné de voir tout ce qu'on trouve dans les poubelles. J'ai des robes toutes neuves! Belles! Mais belles! Avec des flonflons, des faux jupons, en corolles, de toutes les couleurs. Des merveilles! Et toutes neuves et bien repassées! C'est Jean qui trouve ça dans les poubelles et puis des bibelots, des nécessaires à toilette, du linge de maison, comme ça, tout neuf, bien plié, bien repassé, sur le trottoir. Des splendeurs! Pourquoi tout ça ? Des drames! Des drames, tout ça ! 9

Oh, je ne manque de rien. On trouve tout dans les poubelles. Oh ! Tous ces drames jetés à la poubelle !"

10

Blanche! Blanche, 93 ans. Il ne lui restait qu'une dent mais elle avait le menton ferme et toute sa tête, enfin presque. Bien sûr, elle oubliait juste ce qu'elle venait de dire, mais ça, c'était normal. C'était le dernier vibrion de poussière du temps qui se déposait sur 93 fois 365 jours de vie. A la première brise, elle s'envolait.

Blanche! Mon premier souvenir d'elle est le son d'une voix haut perchée, éraillée et criarde, la voix d'un vieux coq gaulois enrouée. C'était quelque chose comme: , lance sur un ton - "Al ors, Jean, t ,.~" arnves .
péremptoire, agacé, tellement me fit lever la tête. auto-ritaire et tranchant qu'il

C'était rue de Ménilmontant, sur le trottoir de gauche en montant, entre le "Ménil-ménage", une droguerie, et "l'Ariel", le café-tabac PMU, au coin de la rue Julien Lacroix en juin 1977.