//img.uscri.be/pth/257314963399d7b7347da5056d194727b8cb2f14
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Codes congolais

De
248 pages
L'auteur, jeune diplomate de formation, postule pour Kinshasa où il est nommé. Dirk Jan Koch, spécialiste du développement, découvre que ce que lui considère comme coopération internationale est perçu par les Congolais comme "blocage international". Il mène avec ses meilleurs étudiants une recherche sur les côtés obscurs de l'aide au développement. Avec ce récit, témoignage personnel, l'auteur ranime le débat sur ce que nous pouvons et devons faire devant cet immense drame humain.
Voir plus Voir moins
reçoit aussitôt un coup de fil lui disant que son souhait sera exaucé. Chez
au Congo que guette l’aventure. En tant que spécialiste du développement
auraient besoin. Mais au fur et à mesure de ses voyages, il découvre que ce que
comme « blocage » international. Il donne cours à l’Université Catholique
sur les côtés obscurs de l’aide au développement. Il démissionne finalement
organisation en laquelle il croit. c
l’imaginer. C’est principalement le désintérêt international qui fait que le Congo ne progresse pas.
pouvons et devons faire devant cet immense drame humain.
des conflits. Il occupe actuellement la fonction d’Émissaire spécial aux
DirkJan KOCH
Codes congolais
Un récit personnel des heurs et malheurs de la coopération au développement
Traduit du néerlandais par Danielle Losman
Codes congolais
Dirk-Jan KOCH Codes Congolais Un récit personnel des heurs et malheurs de la coopération au développement Traduit du néerlandais par Danielle Losman
Du même auteur Aid from NGOs: Blind spots on the map of aid allocations (2009), Routledge, Abdingdon, Grande-Bretagne. Coopération Internationale et Développement(2012), L’Harmattan, Paris, France. Titre original "De Congo Codes". Copyright © 2014 by Dirk-Jan Koch Originally published in 2014 by Uitgeverij Prometheus, Amsterdam. © Editions l’Harmattan, 2016, pour la traduction française. The publisher gratefully acknowledges the support of the Dutch Foundation for Literature. L'éditeur tient à remercier le soutien de la Fondation néerlandaise pour la littérature.Ouvrage publié avec le concours duNederlands Letterfonds(la Fondation pour les Lettres néerlandaises). © L'HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10125-5 EAN : 9782343101255
Carte de la République démocratique du Congoavec letracé demon périple à traversle pays
7
Avertissement « SURTOUT PAS LUI !!! »,ces mots en grosses lettres ont été écrits par un des directeurs qui ont mené mes entretiens d’embauche aux Affaires Étrangères des Pays-Bas. Je le découvre plus tard dans mon dossier personnel qu’une employée du service du personnel, à ma grande surprise, me laisse consulter. Elle me raconte que la discussion à propos de ma candidature fut intense et que le « tribunal du sang », le monstre à neuf têtes (une commission des huiles des Affaires Étrangères) fut loin d’être unanime. Finalement, je fus engagé avec cinq voix contre quatre. Durant le dernier tour du processus de sélection en cinq étapes comprenant entretiens, tests psychologiques, cognitifs et linguistiques, je sens que mon destin ne tient qu’à un fil. Déjà au premier tour le recruteur des Affaires Étrangères a essayé de me déstabiliser par toutes sortes de questions de culture générale : « Citez tous les présidents russes depuis la révolution bolchévique jusqu’à nos jours » et « Citez tous les présidents d’Indonésie depuis l’Indépendance jusqu’à nos jours ». Je suis heureusement suffisamment intello pour connaître la réponse à ces questions. Par contre, je ne vois pas bien l’utilité de ce genre de questions pour déterminer si je serai un bon diplomate. Le pire moment de ce cycle d’entretiens a sans aucun doute été celui avec le directeur qui avait noté « SURTOUT PAS LUI » en grosses majuscules. Comment en étais-je arrivé là ? Lorsque j’ai posé mon modeste sac en lin avec son logo d’un magasin bio dans l’impeccable bureau du directeur, le livre que j’étais en train de lire s’en est échappé. Son titre :The Rebel Withinparle de l’époque où Joseph Stiglitz était vice-président et économiste en chef à la Banque Mondiale. C’est un de mes économistes de prédilection, lauréat du prix Nobel, finalement évincé de la Banque Mondiale pour ses idées radicales. J’ai vu le directeur froncer les sourcils tandis que je tentais de faire disparaître le bouquin dans mon sac. Lorsque j’ai demandé s’il est possible de passer son doctorat, chose que j’ai à cœur, tout en travaillant, il m’a froidement répondu: « Nous ne le permettons qu’à nos fonctionnaires pour lesquels nous ne trouvons pas de postes adéquats au sein de notre organisation ». L’entretien se déroulait donc plutôt péniblement, mais ce ne fut pas tout ; les résultats des tests psychologiques avaient
9