//img.uscri.be/pth/1e55745673bc9f85ad92b4c97eed033f5c9a7ceb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Comme un jeune arbre qu'on déracine

De
137 pages
1950. La DDASS que nous connaissons aujourd'hui n'existe pas encore. Les enfants abandonnés à leur naissance, ou considérés en danger dans leur famille par les services sociaux de l'époque, sont pris en charge par l'Assistance à l'Enfance. Ce récit nous plonge dans les heures peu glorieuses de l'administration d'alors. Jean-Claude Trabuc a été l'un de ces "jeunes arbres qu'on déracine". Enlevé à sa famille à l'âge de cinq ans, placé d'abord dans une sorte de taudis, il a dû attendre sa majorité (à 21 ans) pour enfin s'affranchir d'une tutelle administrative qui l'étouffait.
Voir plus Voir moins

L’histoir la ivilisation montrqu’àl’invrs s
agrssions iniviullsntr aults quiurnt toujours
santionnésau sin’un group étrminélsiérnts
ormsviolnsxrésontrlsnants ontétéplus ou
moins tolérésvoir approuvés par lasoiété saults.

P.Straus
Fonateurel’Assoiationfrançaise
pour l’informationet lareherhesur
l’enfanemaltraitée

J éi livr àtous lsnantsl’Assistan

J’arssms rmrimntsà MonsiurLuin
Tanguyquiaréigémon réit
tauConsilGénéralsBouhsuRhôn
n partiulirMmAnnyGuyot pour sonai
préius

anes.Unessouffrseafeàeasutltaers.iniretontuangâerrvilu’eAvant-propos

11

ûrssssin-uommsenEosa5sne1n59.oSrnafamillàl’âgeetseétnugiomeganitérbtfeseenoéilesatuniétepouffessesquraneva’lettnemelguàuerigflteannfnevanJtréInkaablosnqiiAmanoeu’lesepipunerghatatEse’ssell’lebliéauSelique»pualrpsiiuel2nsntfaeneseirtobPenatsissA’lee:«NvragonouansshsièmereinpirèpaleesirhneegrantosmiemutàépsnnatelmsneatiltésleproessuserèimerpueitrapièesèmXXpeCee.ltsmatnomaléemtneauioréelaoursnoetepprailnuhegmatesomeunstiévoeuspmertêàalergtonon»nutinaeists’lsAtneEnfa»’ille«pupenoitinoetteuenqieib.SerluvoeTrabuenlevéàsA.niiseJnaC-aluevintpeuguasirérutilbenusseuqerireuveneonettoertnneelosasnfeeetesveviesmmouaeBtémmoh’pu

Jeretournesouventansevillage Montréal en plein
œurel’Arèheoù àl’âge e inqansj’aiétéplaépar
l’Assistane Publique.C’étaiten 195 àune époquequi peut
paraîtrelointaine à euxquiappartiennentàune autregénération
quelamiennemais qui restetellement présente àmesyeuxque
j’en revisenoreles souffranes.
Une époqueoù les servies soiaux’Aie àl’Enfane
fontionnaientenore ’une façonarhaïque et inhumaine.
Arhaïqueparequeleur organisationétait plus prohe uix-
neuvièmesièleque uvingtième.Inhumaineparequ’ilfaura
attenrelesannées soixantepour quel’on prenne avantage en
ompte equesupportaient lesenfants orphelins abanonnés ou
retirésàleurfamille.
Autrefoison nes’enembarrassait pas en’étaient
« que»esenfants.Ononsiérait lasituatione es petits
malheureuxave beauoupe fatalism ee :s innoentsont le
estinétaitepayer pour leserreurset lesfautese euxqui les
avaientfait naître.Leregarquel’on portait sureux au lieue
les réonforterlesenfermaitans leurouleuret leur isolement.
Denos jours àlasuite entre autres es travauxe
FrançoiseDoltoles reommanationses responsableses
organismes soiauxpsyhologues éuateursmettent l’aent
sur lesramesvéus par lesenfants que es problèmesfamiliaux
obligentàplaerenfoyers ouenfamilles’aueil.Il nes’agit
plus seulement’éviter lamaltraitane.On metésormaisen
avant lanéessité ’exerer une«bientraitane»effiae.

En 195onenétait très loin Pour nous quiétions
pupillesel’Etatmêmesi lerèglementel’Assistane à
l’Enfane étaitensénous protéger-à onition qu’il soit

1