Correspondance de Dostoïevski, t.III

De
Publié par

A plus d'un titre, les lettres contenues dans ce IIIe tome de la Correspondance de Dostoïevski présentent un profond intérêt. Les années 1866, 67 et 68 auxquelles elles se rapportent, marquent une époque décisive dans la vie personnelle et littéraire de l'écrivain. Avec Crime et Châtiment, il entre dans la voie du grand roman philosophique qui a fait sa gloire.
Ecrites à partir du printemps de 1867, de l'étranger où il s'est enfui pour éviter la prison pour dettes, ces lettres étalent, plus crûment et plus désespérément qu'à aucune autre période de sa vie, sa misère matérielle et physique, tout en permettant de mesurer la puissance de son génie. Nous voyons Dostoïevski toucher le fond d'un dénuement sans cesse aggravé par ses pertes à la roulette dont la passion le dévore ; ses crises d'épilepsie se rapprochent au point de devenir quotidiennes ; tout ce qu'il possède est mis en gage, jusqu'au dernier pardessus, jusqu'aux robes de sa jeune femme qu'il vient d'épouser, en secondes noces. L'enfant qui leur naît à Genève, ne survit pas. Ce sera un des plus grands chagrins qu'ait connus Dostoïevski. Harassé, épuisé, rongé par la nostalgie de la lointaine patrie, affreusement seul dans cet Occident hostile, il atteint cependant les sommets de son art. Au plus profond de cette détresse, nous le voyons composer le roman qui, de toute son oeuvre, lui tient le plus à coeur : l'Idiot. A travers l'image radieuse de son héros, reflet du Christ, c'est le déchirement passionné de l'âme russe écartelée entre les forces du bien et du mal.
Publié le : vendredi 1 avril 1994
Lecture(s) : 30
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702145135
Nombre de pages : 308
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
A plus d'un titre, les lettres contenues dans ce IIIe tome de la Correspondance de Dostoïevski présentent un profond intérêt. Les années 1866, 67 et 68 auxquelles elles se rapportent, marquent une époque décisive dans la vie personnelle et littéraire de l'écrivain. Avec Crime et Châtiment, il entre dans la voie du grand roman philosophique qui a fait sa gloire.
Ecrites à partir du printemps de 1867,
de l'étranger où il s'est enfui pour éviter la prison pour dettes, ces lettres étalent, plus crûment et plus désespérément qu'à aucune autre période de sa vie, sa misère matérielle et physique, tout en permettant de mesurer la puissance de son génie. Nous voyons Dostoïevski toucher le fond d'un dénuement sans cesse aggravé par ses pertes à la roulette dont la passion le dévore ; ses crises d'épilepsie se rapprochent au point de devenir quotidiennes ; tout ce qu'il possède est mis en gage, jusqu'au dernier pardessus, jusqu'aux robes de sa jeune femme qu'il vient d'épouser, en secondes noces. L'enfant qui leur naît à Genève, ne survit pas. Ce sera un des plus grands chagrins qu'ait connus Dostoïevski. Harassé, épuisé, rongé par la nostalgie de la lointaine patrie, affreusement seul dans cet Occident hostile, il atteint cependant les sommets de son art. Au plus profond de cette détresse, nous le voyons composer le roman qui, de toute son oeuvre, lui tient le plus à coeur : l'Idiot.
A travers l'image radieuse de son héros, reflet du Christ, c'est le déchirement passionné de l'âme russe écartelée entre les forces du bien et du mal.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Ressouvenir

de editions-flammarion

Houellebecq économiste

de editions-flammarion

suivant