De Gerbert à Silvestre sur les chemins de Catalogne au passage à l’an Mil

De


Dans son dixième ouvrage, Jean-Paul Martin nous raconte le destin exceptionnel au Xe siècle de Gerbert D’Aurillac enfant abandonné à la suite d’une razzia de soldats dans cette région pauvre d’Auvergne. Il fut élevé par des moines.


Reconnu très tôt pour son intelligence et pour son étonnante mémoire, les moines lui donnent une solide culture sous la férule de l’écolâtre Raymond de Lavaur. Gerbert apprend plusieurs langues, s’imprègne de culture grecque et latine et s’initie au métier des armes. Il voyage et arrive dans diverses abbayes Catalanes : St-Michel-de-Cuxa, Vic, Ripoll et s’intéresse aux connaissances scientifiques nouvelles, véhiculées par Al-Andaluz, le monde musulman si proche. On comprend difficilement dans son entourage comment il a pu assimiler si rapidement autant de connaissances et de compétences. N’oublions pas que nous sommes aux portes de l’an « Mil » et que tout ce que les esprits incultes ne peuvent expliquer est généralement attribué au surnaturel et pourquoi pas au Diable !


Très proche des Empereurs romains germaniques, Gerbert devient l’écolâtre d’Otton II. Fin politique, il conseille Adalbéron pour faire élire Hugues Capet sur le trône de France puis, à la mort du prélat, contre la volonté du Pape Jean XV, il est nommé archevêque de Reims ; « celui qui a le pouvoir de sacrer les Rois de France ». En 999 il accède au trône de St Pierre, devient le Pape de l’an Mil sous le nom de Silvestre II.


Certes, cette histoire exceptionnelle basée sur une réalité historique est romancée, car une question se pose : Quel historien est capable de nos jours de réécrire fidèlement et sans paraître présomptueux ou amphigourique, l’histoire au Xe siècle, après tant de désastres, de guerres, d’évolutions sociales en tous genres ! Notre devoir est pourtant de rappeler nos racines et le parcours de Gerbert fait rêver, un rêve merveilleux qui a plus de 1000 ans !

Publié le : mardi 1 juillet 2014
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782350739083
Nombre de pages : 152
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
P
r
é
f
a
c
e
erbert d’Aurillac, le pape de l’an mil connu sous le nom de Gcomme en témoigne le travail de JeanPaul Martin. L’auteur Sylvestre II (9991003), soulève toujours bien des questions, s’est passionné pour un pape dont la légende « magicienne » a inspiré Victor Hugo dansL’Homme qui rit.
Humaniste avant la Renaissance, philosophe et mathématicien, le « savant Gerbert » a laissé une œuvre majeure dont l’interprétation par JeanPaul Martin me paraît bien téméraire. Je ne me risquerai pas sur ce terrain. Par contre, je suis plus sensible à la dimension locale du personnage : Sylvestre II fut occitan et catalan. Humble petit paysan élevé à l’abbaye clunisienne de Saint Giraud, au cœur de l’Auvergne médiévale, Gerbert d’Aurillac fut recommandé par son abbé au comte Borrell II de Barcelone qui se rendait en Rouergue.
Au service de Borrell, Gerbert gagna ainsi la Catalogne et plus particulièrement l’abbaye de Ripoll, capitale intellectuelle de l’Occident chrétien. Au contact de l’Islam hispanique, le jeune moine découvrit ainsi l’arabe, le grec, les mathématiques et la musique. Après trois années d’études, Gerbert accompagna en 970, à Rome, le comte Borrell qui voulait obtenir du pape l’émancipation de la Catalogne contre l’archevêché de Narbonne. L’évêque Ató de Vic, l’un des mentors de Gerbert, fut nommé archevêque, mais son assassinat, l’année suivante, libéra le jeune moine de la tutelle catalane. Le pape qui admirait sa er science le présenta à l’empereur Otton I qui recherchait « un jeune homme versé dans les mathématiques et capable de les enseigner ».
Gerbert entama alors une carrière politique au service des empereurs du Saint Empire romain germanique sans pour autant abandonner ses études. Son séjour à Reims où il apprit la dialectique assura sa renommée audelà du Rhin et jusqu’en Italie. Après la célèbre dispute de
Sur les chemins de Catalogne au passage à l’an Mil13
Ravenne, Otton II offrit au jeune savant l’abbaye de Bobbio en Emilie et sa splendide bibliothèque. De retour à Reims, Gerbert participa aux intrigues politiques qui portèrent Hugues Capet sur le trône de France.
Archevêque de Reims, élu par un concile contesté par la papauté, Gerbert devint en 998, archevêque de Ravenne par la volonté d’Otton III dont il était le précepteur et le consentement du nouveau pape Grégoire V. En 999, Gerbert devint le pape de l’an mil sous le nom de Sylvestre er II en référence à Sylvestre I qui fut pape sous l’empereur Constantin le Grand. Le nom choisi par l’ancien petit berger d’Aurillac s’inscrivait dans un partenariat entre le pouvoir séculier et le pouvoir ecclésial dans le but de reconstituer la Chrétienté du temps de Charlemagne et d’instaurer un empire chrétien universel.
L’extraordinaire destinée de ce pape d’exception, grand savant et acteur politique majeur, avait débuté à Ripoll, en Catalogne, au contact de l’Occident chrétien et de l’Espagne musulmane. L’étude de JeanPaul Martin qui met en exergue une trajectoire européenne et universaliste est de ce fait remarquable et méritoire.
14De Gerbert à Silvestre
Raymond Sala Professeur honoraire des Universités
te S Foy de Conques, tympan du « jugement dernier » : Satan, Prince de l’enfer préside le monde du mal.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Surprises sous-marines

de les-presses-litteraires

Les contes de Paris

de les-presses-litteraires

Transes digitales

de les-presses-litteraires

suivant