//img.uscri.be/pth/b9851bed64c8d8c69c181081ba202e3c7a3987d9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

De retour du bain turc

De
202 pages
Désireux de lutter pour une noble cause, un jeune homme quitte Marseille pour aller aider des réfugiés syriens installés en Turquie. Après un passage par Izmir puis Antalya, il arrive à Gaziantep où il rencontre des gens qui lui proposent un engagement plus radical. Un moment tenté, il recule, redoutant la violence de ses recruteurs. Pour se faire oublier, il part en Cappadoce, puis finit son voyage à Istanbul. Son aventure lui révélera les multiples facettes de la Turquie actuelle ainsi que la complexité du conflit syrien.
Voir plus Voir moins
Nicolas Rousseau
DE RETOURDU BAIN TURC Récit Aquarelles et dessins d’Aloys Perregaux
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09131-0 EAN : 9782343091310
DE RETOUR DU BAIN TURC
Couverture 1. Turquie. Cappadoce : vue d’une église rupestre-aquarelle, 2002, 24×34 cm.
Couverture 2. Turquie. Istanbul : vue du Grand Bazar-aquarelle, 1997, 30×40 cm.
Nicolas RousseauDe retour du bain turc récit Aquarelles et dessins d’Aloys Perregaux
-L’auteur Né en 1951 à Versailles, professeur,Nicolas Rousseauvit et travaille actuellement près de Neuchâtel, en Suisse. Jeune déjà, il s’intéresse beaucoup à la littérature et à la philosophie, ainsi qu’à l’histoire des civilisations. Docteur ès lettres, il a étudié les conceptions sur le langage que développent des auteurs des Lumières comme Condillac et Diderot. Et il pratique lui-même diverses formes d’écriture puisqu’il a notamment publié deux recueils de poésie,D’un mot d’amour lamort(Paris, Editions Saint-Germain-des-Prés, 1990) puisCe beaudésert du monde (Genève, Slatkine, 1998). Il trouve une part de son inspiration dans ses voyages, qui l’ont amené à visiter différentes régions d’Afrique et dont sont issus ses livresDe l’Adrar au Tagant. Itinéraires mauritaniens(Paris, L’Harmattan, 2002),Au soleil du Mali(Paris, L’Harmattan, 2006), ouvrages illustrés par le peintre Aloys Perregaux, et aussiMosaïque africaine, préfacé par Jean Ziegler (Paris, L’Harmattan, 2007). Par ailleurs, cela toujours en collaboration avec le même peintre, il a publié un récit intituléPetits tableaux persans. Je t’écris d’Iran(Paris, L’Harmattan, 2005), de même qu’un recueil d’impressions et de réflexions sur une série de pays asiatiques,Ma vie va vers l’Asie (Paris, L’Harmattan, 2010).
-L’illustrateur Né en 1938, Aloys Perregaux vit et travaille également dans le canton de Neuchâtel. Il s’est très tôt voué à la peinture. Auteur d’une thèse de doctorat sur Charles Lapicque, il est connu pour ses talents d’aquarelliste et compte de nombreuses expositions à son actif. Lui aussi nourrit son art en voyageant ; parmi ses récentes publications,Aquarelles nord-africaines (Hauterive, Editions Gilles Attinger, 2000) etAloys Perregaux. L’espace de la couleurEditions Vie Art Cité, 2003), ouvrage (Lausanne, publié lors de la rétrospective que le Musée des Beaux-Arts de Neuchâtel a consacrée à l’ensemble de son oeuvre. Quant à ses derniers thèmes d’inspiration, il les a notamment cherchés au sud de la France et à travers l’Orient (l’Egypte et la Turquie, Hongkong, Bali).
Ce livre est dédié à toutes celles et ceux qui, au Moyen-Orient, combattent pour la liberté, l’égalité et la fraternité.
Il s’inspire de divers séjours effectués en Turquie autant par l’auteur que par l’illustrateur, cela depuis 20 ans.
Quant aux événements qu’il décrit, ils se situent durant l’année 2015.
1. Vague à l’âme
J’ai beau me persuader tous les jours que rien ne manque à mon bonheur, cette vie m’ennuie, elle me paraît vide ! Un sentiment diffus, qui va, qui vient, une faiblesse psychique, qui sait ? J’arrive d’ailleurs à donner le change ; ceux qui me côtoient me considèrent comme un extraverti, qui sait sortir et faire la fête, mon amie elle-même apprécie manifestement ma compagnie, nul doute qu’elle tient très fort à moi, et pas seulement pour le plaisir que je lui donne au lit. En plus, j’ai trouvé du travail, un poste de graphiste dans une agence de publicité en plein essor, nombre de mes amis d’enfance m’envient ce succès, ils galèrent encore dans leur cité des quartiers nord, certains en sont réduits à zoner, ou à vivoter de petits trafics plus ou moins douteux. Moi, j’habite maintenant un arrondissement plutôt tranquille et bourgeois, près du Musée d’histoire naturelle ; la drogue, non merci, je sais trop où elle conduit ! Et cette ville de Marseille, j’aime bien y vivre ! Le soleil y brille souvent, mais sans que la chaleur vous étouffe trop, avec le mistral qui vient souvent rafraîchir l’atmosphère. Les populations les plus diverses s’y mélangent, et cela jusqu’au centre ! Les quartiers de Belsunce, de Noailles, de La Plaine, autant d’endroits dépaysants qui vous transportent aux quatre coins de l’Afrique et de l’Asie. Un beau mélange de milieux sociaux également, même si les bureaux et les appartements de luxe y prospèrent de plus en plus. J’apprécie par-dessus tout l’ouverture sur la mer. Où que vous soyez, la Méditerranée se rappelle à vous : fortes odeurs de poissons à l’étal des marchés, saveurs de sel, cris perçants des mouettes, silhouettes de bateaux surgies de l’horizon au détour d’une rue... L’appel du large, oui ! J’imagine aussi les pays des immigrés qui ont débarqué ici depuis des siècles, à
9