//img.uscri.be/pth/bc40770c9dd7284afbd82b4b961dd60f2f7e14d5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,38 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Des Géorgiens pour la France

De
184 pages
Durant la guerre de 1939-1945, pourquoi et comment des Géorgiens, exilés politiques en France depuis les années 1920, ont-ils choisi de résister, avec les Français, aux Occupants nazis de leurs pays d'accueil ? Cette recherche retrace les parcours de ces hommes et de ces femmes, engagés pour la liberté et la Libération de la France. Voici le tableau d'une émigration géorgienne, traversée par les tensions de l'histoire du 20ème siècle.
Voir plus Voir moins

DES GÉORGIENS POUR LA FRANCE

@ L'Harmattan, 2007 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan @wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-03622-2 EAN : 9782296036222

Françoise et Révaz NICOLADZÉ

DES GÉORGIENS POUR LA FRANCE
Itinéraires de résistance, 1939-1945

L'Harmattan

Œuvres de Françoise NICOLADZÉ

:

-LA DEUXIEME VIE DE JORGE SEMPRUN Aux Editions Climats, 1997. -PASSANT, SOUVIENS TOI! MONTPELLIER LIEUX DE MEMOIRE
Aux Presses du Languedoc, 1999.

1940-1945

-LA LECTURE ET LA VIE: JORGE SEMPRUN ET SON LECTORAT
Aux Editions Gallimard, 2002.

A Rnman, t aîné de nos petits-enfants qui, le premier, nous a menés vers cette recherche mémorielle et à Ana, LAure, Manuela, Tarie!, Marc, Mathilda, Robin, Noé, tous unis dans notre ciffection.

"La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil."
René Char, 1:'ùreuret mystère.

Préface

La tradition orale des faits historiques, on doit le constater, connaît vite ses limites. Qu'un chaînon fasse défaut ou qu'il n'y ait pas de transmission, et tout est définitivement perdu. Or l'histoire de l'occupation et de la Résistance en France, de 1939 à 1945, n'a pas encore été faite complètement, tant les enjeux politiques, historiques et de mémoire sont encore vifs. Il faut donc saluer avec enthousiasme la parution du livre de Françoise et Révaz Nicoladzé, consacré à l'étude des Géorgiens de France pendant cette période. Comme les Français, et parce que, ayant été accueillis par la France au début des années 1920, ils se sentaient un devoir de gratitude envers elle, les Géorgiens vivant en France ont alors vécu des temps difficiles. Il leur fallut choisir comme les Français. Mais à cause de leur histoire propre, après juin 1941 et l'invasion de l'D. R. S. S. par les Allemands, il leur fallut opter entre la réalité proche: la libération de leur terre d'accueil et le rêve permanent: la libération de leur patrie perdue. La nature humaine commune, que nous connaissons bien pour la partager, pouvait, là aussi, laisser présager des pages sombres. Sans les occulter, les auteurs n'ont pas voulu s'y attarder: on leur en saura gré. Cette étude, qui a joint scientifiquement la mise en œuvre des sources écrites et de nombreuses enquêtes orales, était nécessaire. Dans quelques années, à cause de l'âge des témoins, elle ne serait plus possible. Elle était nécessaire, d'abord, pour les Géorgiens. Une culture, fière de sa tradition multiséculaire, éclairée jusqu'à nos jours par les exploits du Chevalierà lapeau de tigre,devait

pouvoir fournir à ses jeunes générations vivant en France toute la lumière sur les événements de ces années difficiles. Les glorieux faits d'armes n'y ont, cette fois encore, pas manqué. Cette étude sera utile aussi en Géorgie même: idéologie obligeait, on y a ignoré les engagements des émigrés géorgiens en France et des prisonniers géorgiens des Allemands qui ont réussi à s'échapper pour rejoindre la Résistance. Cette étude sera également profitable aux Français. Ils y découvriront, rapidement esquissée, une histoire moderne de la Géorgie, puis des pages ignorées devenues leur propre histoire. Cela me paraît d'autant plus utile actuellement que l'accueil des réfugiés politiques ne rencontre plus le même élan aujourd'hui que dans les années 20 du siècle passé. L'histoire a pourtant, ici aussi, tranché: elle a bien montré combien cet accueil a été alors récompensé. Cette étude sera utile aussi pour les historiens. Tout particulièrement, la relation du sauvetage des juifs géorgiens - un seul périt - et de bien des juifs non géorgiens, est une page particulièrement glorieuse dans cette dure époque. Elle méritait d'être pleinement mise en valeur. Françoise Nicoladzé avait déjà étudié la Résistance à Montpellier. Révaz, Français d'origine géorgienne, avait les portes ouvertes, sans nul besoin d'interprète, pour enquêter auprès des Géorgiens. Ce travail en couple a permis aux auteurs de prendre le recul nécessaire. Nous avons donc ici une étude pionnière. Ouvre ces pages, lecteur: de belles rencontres t'y attendent, du lieutenant-colonel Amilakhvari au saint martyr Péradzé! Bernard Outtier

12

Préambule

Paris, février 1943. Soir gris, triste. Dans la salle à manger, la famille emmitouflée se groupe autour de la table qu'éclaire une lumière parcimonieuse. Ma petite sœur lit à voix haute un conte géorgien de géants à trois têtes. Maman, après avoir découpé nos tickets d'alimentation, reconstruit une cigarette avec les mégots de ses amis. Mon grand-père marmonne, en piquant des petits drapeaux sur la carte d'Europe, punaisée derrière la porte. Tassée sur sa chaise, ma douce grand-mère semble couver le poste de TSF qui crachote des sons bizarres. Elle soupire de dépit: les informations guettées de Radio Londres, ce soir, sont inaudibles. Une de ses filles vit en Angleterre, mariée à un général qui lui a fait composer, à partir du géorgien, un code chiffré pour les Services Secrets. Nous l'apprendrons après la guerre! Une autre fille est loin, aussi, peut-être en danger, attendant en Afrique du Nord, son mari, militaire en Indochine. Le tintement du marteau, sur les semelles de bois que mon père bricole, rythme une veillée adoucie par l'affection. Est-ce que mes chaussures seront prêtes demain, pour le lycée? Nous vivons tourmentés par une inquiétude sourde mais constante. Il fait froid et j'ai toujours faim. Partir le matin à la cueillette des éclats d'obus!, tombés après la dernière alerte aérienne, ne nous amuse même plus, nous les enfants.
]

Les tirs de la Wehrmacht s'exerçaient lors des survols de Paris par
les avions alliés, en mission de bombardement.

Cette guerre n'en finit pas de neiger sur les hommes. Boulevard Saint Michel, des affiches rouge sang me font peur. Dans mes cauchemars, aboient des mots allemands:

Bekanntmachung! Avis! ...
Longtemps après, au soir de ma vie, ces images reviennent défiler en boucle dans ma mémoire. Elles m'incitent à raconter l'histoire de quelques Géorgiens qui ont vécu ces temps d'horreur mais en ont aussi partagé l'honneur. Révaz Nicoladzé

Evoquer la traversée des années noires de 1939 à 1945 que les Géorgiens de France vécurent aux côtés des Français s'appuie aussi sur le désir de nouer un dialogue intergénérationnel. En effet, la quatrième génération, issue souvent de doubles origines, s'interroge avec un intérêt, parfois inquiet, sur cette période grave de sa filiation. Nos petits-fils nous questionnent sur les choix et les destins de leurs ancêtres, lors de l'Occupation nazie de la France. Entre les mythes fondateurs, farouchement cultivés en terre étrangère et les réalités affrontées en terre française, comment se sont-ils situés, ceux dont l'exil avait été le prix de la survie et qui n'en étaient pourtant pas quittes avec l'Histoire? Quelle France avaient-ils choisie dans ces années 40 ?

14

Appartenant, de chair ou de cœur, à la première génération née en France, nous avons voulu leur répondre pour deux raisons: d'abord pour fortifier des repères identitaires devenus flous entre mythifications réductrices ou silences dévastateurs. La compréhension nuancée du passé, le dépassement des passions estompées pourraient y contribuer. Ensuite - et cette seconde motivation vibre très fort en nous - pour rappeler la mémoire des Géorgiens et des Géorgiennes qui ont porté haut la dignité de leur communauté. En s'opposant à l'ennemi de leur pays d'accueil, en refusant, avec les résistants français, une idéologie de haine si contraire aux traditions de leur Géorgie natale. Des premiers enrôlés volontaires dans la Légion Etrangère aux derniers combattants des maquis - ceux-ci arrivés plus tard en raison des détours de l'Histoire - ils ont droit à un souvenir vivant. Pour faire émerger ces engagements et le climat d'époque qui les sous-tend, nous avons croisé et confronté témoignages, travaux d'historiens, documents et archives. Cherchant l'exactitude des faits, présentant des points de vue contrastés, nous avons tendu vers l'objectivité. Reconnaissons, toutefois, que notre sensibilité s'est glissée dans cette présentation: l'indifférence nous a été impossible. Il se peut que des Français - dont un sur trois, aujourd'hui, a un aïeul étranger - soient intéressés par ce travail. Il est loin d'être exhaustif, mais nous l'espérons significatif car écrit avec cœur et rigueur. Françoise et Révaz Nicoladzé

15

1.

Les exilés géorgiens en France Aperçu historique et trajectoire politique

Le très ancien royaume de Géorgie, carrefour d'influences européennes et orientales, connut son apogée au 12èmesiècle avec le roi David le Constructeur. Dans le creuset des cultures grecque, byzantine, perse et arabe2, le pays forgea une identité culturelle originale, grâce à son écriture et à sa langue qui ne se référent à aucun groupe linguistique connu. Brillant par sa culture chevaleresque, son art des métaux repoussés et des émaux cloisonnés, la terre mythique de Prométhée et de la Toison d'or devient une image miroir où les Géorgiens ne cesseront de se contempler. Jusqu'au 18èmesiècle, le royaume garde une relative unité ainsi que son autonomie malgré les invasions et dévastations successives des Mongols, Huns, Perses et Turcs. Il avait connu, au 17èmesiècle, un moment de grâce sous le règne éclairé de Wakhtang VI, adepte des Lumières3 qui chercha, en vain, des appuis auprès de Louis XIV et du Pape Clément XI : il envoya à la cour de France son ambassadeur Saba Sulkhan Orbeliani. En 1783, son successeur Irakli II est contraint de signer avec Catherine II de Russie un «Traité d'Amitié et d'Assistance» pour échapper à l'étau turcopersan. Mais en 1801, le tsar Alexandre 1er,violant la parole donnée, annexe la Géorgie qui deviendra «province intérieure» de l'Empire russe. En raison des révoltes incessantes, la politique impériale de russification ne parvint à se mettre en place qu'en 1860 : interdiction de la langue géorgienne dans les écoles, fermeture des universités, assujettissement de l'Eglise autocéphale au Patriarche de Moscou, toute-puissance d'une

2

S. et N. Gougouchvili, o. Zourabichvili,La Géorgie, Que Sais-je?

PUF n° 2099, 1983. 3 Savant, poète, traducteur et juriste, il fit publier les Annales Géorgiennes, créa le Code de Wakhtang et favorisa l'épanouissement culturel de la nation en faisant rédiger une Encyclopédie sur le modèle de l'Encyclopédie de Diderot.

administration russe arrogante, sous l'autorité d'un vice-roi, également russe. Le sentiment patriotique des Géorgiens ainsi colonisés s'affirmait à tout propos en manifestations revendicatives et émeutes, malgré les représailles aussitôt prises contre un peuple exaspéré par les taxations abusives, humilié par l'interdiction de parler sa propre langue. Le renouveau d'une littérature nationale qui reprend le thème de la liberté et de la défense d'une patrie bien-aimée, autour d'Ilia Tchavtchavadzé4, témoigne de la vitalité de ces sentiments. Ces intellectuels qui célèbrent la Géorgie se sont également ouverts aux idées socialistes européennes. Dans la deuxième moitié du 19ème siècle, des mouvements révolutionnaires se développent aussi bien en Géorgie qu'en Russie. La répression tsariste, féroce, condamne des milliers de militants à la prison, à la déportation en Sibérie et souvent à la mort. En Géorgie, le courant marxiste s'impose à la fin du siècle, avec Noé Jordania, théoricien et président du parti social-démocrate ouvrier. Il met l'accent sur la priorité de l'émancipation paysanne et son alliance avec la classe ouvrière, nécessaire à ses yeux, en Géorgie comme en Russie, pour sortir de la féodalité. Dans la fraction dure et minoritaire du groupe, favorable à l'action directe, s'illustre Joseph Djougachvili (dit Staline). Exclu du parti en 1899 pour ses coups de main aventureux, il quitte le pays pour la Russie; échappé des prisons du tsar, il deviendra un proche de Lénine. En 1903, a lieu la scission entre "bolcheviks" et "mencheviks" ; parmi ces derniers, les sociaux-démocrates géorgiens, choisirent une ligne politique démocratique et pluraliste, axée sur la justice sociale dans un environnement capitaliste. Au contraire, les bolcheviks de Lénine optèrent
4 Ecrivain et homme politique, assassiné par les bolcheviks en 1907. 20