Des racines dans la pierre

De
Publié par

    Ravagé par un génocide, convoité par des voisins puissants et prédateurs, mis en coupe réglée par une nomenklatura corrompue, asphyxié par un régime néoféodal, le Cambodge est un pays martyr. Nul ne le sait mieux que Sam Rainsy. Né dans une famille patricienne de Phnom Penh proche du roi Norrodom Sihanouk, le jeune Rainsy connaît l’opulence, puis la déchéance lorsque son père, un homme politique de premier plan, est brutalement limogé et doit passer dans la clandestinité avant de finir assassiné.

    Réfugiés à Paris, les Sam vont se résigner à une vie d’immigrés pauvres. Mais jamais ils ne perdront l’espoir ni la dignité. Élève surdoué, Rainsy fera des études brillantes qui lui permettront de devenir un financier de haut vol, spécialiste des fusions-acquisitions dans l’industrie du luxe…

    Mais comment se contenter de gagner de l’argent et d’en faire gagner, quand son pays s’enfonce dans la barbarie aux mains d’un régime qui pratique le meurtre de masse ? De l’action humanitaire à Paris en faveur des victimes des Khmers rouges aux campagnes électorales sur le terrain après la chute du régime communiste, Rainsy et sa femme Saumura se lancent dans l’action politique, reprenant ainsi le flambeau de leurs pères respectifs : ceux-ci n’étaient-ils pas cosignataires des accords de Genève sur l’Indochine en 1954 ? 

    Pour ce couple de Cambodgiens occidentalisés, le retour au pays est rude. Ministre de l’Économie du premier gouvernement de l’après-guerre, Sam Rainsy met de l’ordre dans les finances de l’État, combat la corruption, ce qui lui vaut  un soutien populaire mais aussi de nouvelles inimitiés. Il passe alors dans l’opposition et crée un parti démocrate et libéral,  le PSR, une provocation que ne lui pardonnent pas ses adversaires. Il est la cible de plusieurs attentats qui tuent nombre des ses partisans. Aux agressions, Rainsy oppose un pacifisme d'essence bouddhique et maintient le cap, impavide et inébranlable, à 'image de ces arbres qui poussent dans la pierre des temples d'Angkor.

Publié le : mercredi 14 mai 2008
Lecture(s) : 47
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702147559
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
    Ravagé par un génocide, convoité par des voisins puissants et prédateurs, mis en coupe réglée par une nomenklatura corrompue, asphyxié par un régime néoféodal, le Cambodge est un pays martyr. Nul ne le sait mieux que Sam Rainsy. Né dans une famille patricienne de Phnom Penh proche du roi Norrodom Sihanouk, le jeune Rainsy connaît l’opulence, puis la déchéance lorsque son père, un homme politique de premier plan, est brutalement limogé et doit passer dans la clandestinité avant de finir assassiné.
    Réfugiés à Paris, les Sam vont se résigner à une vie d’immigrés pauvres. Mais jamais ils ne perdront l’espoir ni la dignité. Élève surdoué, Rainsy fera des études brillantes qui lui permettront de devenir un financier de haut vol, spécialiste des fusions-acquisitions dans l’industrie du luxe…
    Mais comment se contenter de gagner de l’argent et d’en faire gagner, quand son pays s’enfonce dans la barbarie aux mains d’un régime qui pratique le meurtre de masse ? De l’action humanitaire à Paris en faveur des victimes des Khmers rouges aux campagnes électorales sur le terrain après la chute du régime communiste, Rainsy et sa femme Saumura se lancent dans l’action politique, reprenant ainsi le flambeau de leurs pères respectifs : ceux-ci n’étaient-ils pas cosignataires des accords de Genève sur l’Indochine en 1954 ? 
    Pour ce couple de Cambodgiens occidentalisés, le retour au pays est rude. Ministre de l’Économie du premier gouvernement de l’après-guerre, Sam Rainsy met de l’ordre dans les finances de l’État, combat la corruption, ce qui lui vaut  un soutien populaire mais aussi de nouvelles inimitiés. Il passe alors dans l’opposition et crée un parti démocrate et libéral,  le PSR, une provocation que ne lui pardonnent pas ses adversaires. Il est la cible de plusieurs attentats qui tuent nombre des ses partisans. Aux agressions, Rainsy oppose un pacifisme d'essence bouddhique et maintient le cap, impavide et inébranlable, à 'image de ces arbres qui poussent dans la pierre des temples d'Angkor.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.