Discours de réception à l'Académie française

De
Publié par

« Comme il n'existe pas, pour un écrivain, de plus grand honneur que celui d'être appelé à siéger parmi vous, la joie qu'il éprouve à vous témoigner sa reconnaissance devrait être sans ombre. Mais faut-il que votre nouvel élu soit insatiable! Il ne lui suffit pas de la promptitude avec laquelle vous l'avez accueilli. Tant d'illustres suffrages réunis sur mon nom, ne peuvent qu'adoucir ma tristesse de ne pas trouver, aujourd'hui, pour me sourire à l'arrivée, celui qui en quelque sorte, m'avait béni au départ. »

François Mauriac

Publié le : dimanche 1 janvier 1967
Lecture(s) : 25
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246188490
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Comme il n'existe pas, pour un écrivain, de plus grand honneur que celui d'être appelé à siéger parmi vous, la joie qu'il éprouve à vous témoigner sa reconnaissance devrait être sans ombre. Mais faut-il que votre nouvel élu soit insatiable! Il ne lui suffit pas de la promptitude avec laquelle vous l'avez accueilli. Tant d'illustres suffrages réunis sur mon nom, ne peuvent qu'adoucir ma tristesse de ne pas trouver, aujourd'hui, pour me sourire à l'arrivée, celui qui en quelque sorte, m'avait béni au départ. »
François Mauriac
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Marseille, 1898

de le-nouvel-observateur

D'autres couleurs

de editions-gallimard