Drôle de caillou

De
Publié par

L'auteur s'adresse à son fils, comme une « passation d'expérience », au long d'un récit relatant son itinéraire sur place, mais aussi un périple parcourant le territoire et parsemé de rencontres qui rendent compte de l'attachement aux lieux et aux personnes. Attentif au sort fait à ce pays depuis la colonisation puis lors de la dévolution progressive des responsabilités de l'état au territoire, il s'intéresse en particulier à la communauté kanak qu'il a eu l'opportunité de toucher de plus près.
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782140010859
Nombre de pages : 122
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Jean-Pierre LepoixDRÔLE DE CAILLOU
Récit
Jean-Pierre LepoixJean-Pierre LepoixDDRÔLERÔLE DEDE CAILLOUCAILLOUDRÔLE DE CAILLOU Jean-Pierre Lepoix
RécitL’auteur s’adresse à son fi ls, comme une « passation d’expérience »,
au long d’un récit relatant son itinéraire sur place, mais aussi un DRÔLE DE CAILLOU
périple parcourant le territoire et parsemé de rencontres qui rendent LL ’’aauutteeuurr s s’’aaddreressssee à à s soonn fi fi llss,, c coommmmee u unnee « « p paassssaattiioonn d d’’eexxppéérriieennccee » »,,
Lco’amutpetue r sd’e adl’reatstsaec àhe s moenn fit las,u cx omliemux e u ent ea «u px apsesrastoionnn des’e. xAptétreinetnicf ea »u, au long d’un récit relatant son itinéraire sur place, mais aussi i uunn DDRÔLERÔLE DEDE CAILLOUCAILLOURécitau long d’un récit relatant son itinéraire sur place, mais aussi un sort fait à ce pays dpuis la colonisation pis lors de la dévolution périple parcourant le territoire et parsemé de rencontres qui renddeenntt DRÔLE DE CAILLOU
préorigprlee sspiavre coduers anret slpe otnersraibtoiliirte és et dpe arl’séetmat é adu e treernrictoinrter, es il qsu’ii nrteénrdesesnet compte de l’attachement aux lieux et aux personnes. Attentif f aauu
RécitRécitcompte de l’attachement aux lieux et aux personnes. Attentif au en articulier à la commnauté kanak qu’il a eu l’opporunité sort fait à ce pays depuis la colonistion puis lors de la dévoluttiioonn Récitsdoe rt tofppuarricoot hggà errer ecsse dssiie vpve e apydldus ees s s deprrepersèsuppsio. s onnLlssa ae abbciriolélilitcotééins t s isdpdae oe trillot’’éaén tntaat pt t usaaiuu u s r tlteouerrrnrrs ie ittodolie iorrenel, , a giiul dl e sés’v’ipinonétltéruéirrtoeeiosdssnseee
proésgerenn tse lspiva’ie rntitdcéeurs êlit derr ese là po’élna vsoaclbuoimtliiotmén es undt iae untlté ’eértkraoat ngae su k otqen aur’riil vtoea inrier p, u il rlo’soc’pihpneot.érrtuesnnsiitetéé
de toucher de plus près. Le récit portant sur une longue périiooddee en particlier à la communauté kanak qu’il a eu l’opportunité
présente l’intérêt de l’évolution et interroge son avenir proche.de touchr de plus près. Le récit portant sur une longue période
présente l’intérêt de l’évolution et interroge son avenir proche.Jean-Pierre Lepoix, professeur d’éducation physique
et sportive est désormais retraité. Parisien, son intérêt
Jean-Pierre Lepoix, professeur d’éducation physiquuee pour le territoire remonte à son incorporation en 1970
et sportive est désormais retraité. Parisien, son inttéérrêêtt Jean-Pierre Lepoix, professeur d’éducation physique en Nouvelle Calédonie, confi rmé par une affectation
popouur lr le te teerrrriittooiirre re reemmoonntte à se à soon inn inccoorrpoporraattiioon en en 1n 1997700
ect sompomret eivne eseisgt dnaénsto àr Nmaoius rmeétar daieté 1. P99a4r àis 1ie9n9, s8o, en innfi nté lroêrt s
en Nouvelle Calédonie, confi rmé par une affectattiioonn
pour le territoire remonte à son incorporation en 1970 de deux séjors plus particulièrement à Lifou. Militant syndical comme enseignant à Nouméa de 1994 à 1998, enfi n l loorrss
et politique ien l poNorutve uelln re Cegaalérdd suonier l, e cconafii lrlmou eé pt nar otuanme m afenfet suctatr lioen de deux séjours plus particulièrement à Lifou. Militant syndiiccaall
monde kancaokm, imep eréngsneié dgnae snte às e Nxopuémriéean dcees î 19li9en4n àe 1s a99il8le, eurns dfi na lnosr s eet pot polliittiiqquue ie il pol porrtte ue un rn reeggaarrd sud sur lr le ce caaiilllloou eu et nt noottaammmmeennt sut sur lr lee
de deux séjours plus particulièrement à Lifou. Militant syndical le monde. « Drôle de caillou » est son premier ouvrage.monde kanak, imprégné de ses expériences îliennes ailleurs daannss
et politique il porte un regard sur le caillou et notamment sur le le monde. « Drôle de caillou » est son premier ouvrage.
monde kanak, imprégné de ses expériences îliennes ailleurs dans Lydie Thouluc réside à Paris, est artiste pintre, sculptrice,
le monde. « DdesrsôinLL lydydae dtirie Te Tie cce ehhaooiut éullloucucgu » ea r rléeéssmididset se à Pe à Pnt gon paraarrirpisse, eh, emisssitt at aee. Fr orrttiisousttre pve pmraeeginintieot.trrn aee, s, sccuuux Allppttrrriicctsee, ,
ddeessssininaattrriicce ee et ét éggaalleemmeennt gt grraapphhiissttee. F. Foorrmmaattiioon an auux Ax Arrttss Appliqués et aux Beaux Arts de Paris. Lors de son séjour
Appliqués et aux Beaux Arts de Paris. Lors de son séjjoouurr Lydie Tholuc réside à Paris, est artiste peintre, sculptrice, à Nouméa, de 1994 à 1997lle a exposé deux fois à
à Nouméa, de 1994 à 1997, elle a exposé deux foiis às à dla gessinalaertriie Ace e rtt ée B gaelelom, eent lt g a drapehrnisitèer. Fe aonrmnéae à ltion aa gux Aalerrites
la galerie Arte Bello, et la dernière année à la galleerriiee Appliqués et aux Beaux Arts de Paris. Lors de son séjour Cadrin. Elle est l’auteure de la maquette et des photos et dessins qui Collection Lettres du Pacifi queCCaaddrrinin. E. Elllle ee esst lt l’’aauutteeuurre de de le la ma maaqquueetttte ee et dt dees ps phhoottoos es et dt deessssinins qs quuii Collection Lettres du PacifiCollection Lettres du Pacifi quequeillustrent ceà Nt ouovruamgéea, d. e 1994 à 1997, elle a exposé deux fois à
illustrent cet ouvrage. 62la galerie Arte Bello, et la dernière année à la galerie 6262
Cadrin. Elle est l’auteure de la maquette et des photos et dessins qui Collection Lettres du Pacifi que
illustrent cet ouvrage.
62
ISBN : 978-2-343-08229-5
16 € 16 €
16 €
Jean-Pierre Lepoix
DRÔLE DE CAILLOU Jean-Pierre Lepoix Jean-Pierre Lepoix
DRÔLED DERÔLE CAILLOUDRÔLE DE CAILLOU DE CAILLOU Jean-Pierre Lepoix






DROLE DE CAILLOU
Récit d’un « zoreille »




Collection Lettres du Pacifique
dirigée par Hélène Colombani
Docteur d’Etat (LLSH)
Conservateur en chef principal des bibliothèques (ENSB
Paris),
Déléguée de la Société des Poètes français,
Sociétaire de la SGDL
Cette collection contribue, avec soixante deux titres
d’auteurs contemporains ou classiques du Pacifique,
ainsi que ses études sur les littératures modernes, les
sciences humaines et les traditions orales
océaniennes, à faire de l’Harmattan un éditeur
majeur de l’Océanie.
La variété et la richesse de ces textes, qui vont des
œuvres de fiction à la recherche en sciences
humaines, offre aux lecteurs un vaste choix qui leur
permet de découvrir les îles et les peuples du
Pacifique Sud.
Contact : helsav@mls.nc



Voir le détail de la collection à la fin du volume

Jean-Pierre Lepoix



Drôle de caillou
Récit d’un « zoreille »


Collection Lettres du Pacifique
___62___



























































































































































































© L’Harmattan, 2016
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-08229-5
EAN : 9782343082295
Sommair e


Regard .............................................................. 10
Avant-propos ..................................................... 13
Du rêve à la réalité ............................................ 15
Une aventure d'alors ......................................... 19
Le retour ............................................................ 31
Lifou l'hospitalière ... 49
Balade en Grande Terre .................................... 55
Le Nord comme un bout du monde .................. 67
À l'Ouest du nouveau ! ...................................... 71
Nouméa si contrastée ....................................... 79
Ouvéa, le joyau ................................................. 85
Lifou, l'inévitable retour ..................................... 89
Une nouvelle fois rentrer ! ............................... 107
Épilogue .......................................................... 109



Remerciements de l'auteur

On dit de l'écriture que c'est une aventure solitaire, l'acte
d'écrire l'est assurément, mais ce qui y conduit peut être le
fruit de rencontres et d'échanges qui en font une œuvre
collective. C'est ce qui m'a plu dans cet essai et il a été
réalisé grâce aux contributions décisives de:
Catherine Ninin puis Alain Roumieu qui furent la porte
ouverte sur le monde kanak,
Françoise Lepoix, rompue à l'écriture de ses propres textes
pour le théâtre, sans qui nombre de mes formulations
seraient restées abscondes pour beaucoup,
Hélène Bury dont la relecture a rendu le texte publiable,
Lydie Thouluc qui cosigne cet ouvrage, pour en être la
maquettiste et l'illustratrice avec ses photos et ses dessins.
Hélène Colombani, directrice de la présente collection, qui
a permis à cet ouvrage d'être illustré en couleur.


Avertissement de l'éditeur: Les assertions et les termes
contenus dans cet ouvrage engagent la seule responsabilité
de son auteur.


caillou 26 février:Mise en page 1 02/03/2016 14:31 Page10
Quand, arrogant, sous la surfaceRegard L’infatigable squale part en chasse.
Ici on regarde au lointain
À terre, comme les marins Ici, le paysage se gagne.
Avec cette incertitude Pierres captives des arbres étrangleurs
Propre à ces latitudes. Dans les survivances du bagne,
C’est que l’homme y est divers Forêt primaire aux multiples feurs.
Et le plus souvent peu disert. Vastes plaines, domaine des stockmen
Abrité de son chapeau Luxuriances d’Est, jardins d’Éden.
Ou couvert de son paréo Faute de mots on les nomme faux,
Il parle peu, parfois une parabole Poivriers, manguiers… pourtant si beaux.
Comme pour remplacer la parole. Riche de jade, de cuivre ou de nickel
La terre famboie, ivre de soleil.
Ici on parle vernaculaire
Notre belle et riche langue y est mère Ici il faut compter avec lui.
Mais c’est dans ses rites et ses mythes En mer, amie ou ennemie
Que chacun vit et s’abrite. Cette brise si convoitée
Ici on s’évite, on s’esquive Quand l’air brûle sous la tôle ondulée
Mais on peut aborder la rive Et soulève de crêtes la mer brisée,
Faire coutume, guetter le sourire Du sud-est soufe l’alizé !
La main tendue, l’éclat de rire. Gavé de chaleur l’océan
Faire le coup d’pêche, le coup d’chasse S’évapore en hurlant de vent,
Pour un zoreil aussi ça passe ! Torrents de pluie dévastant tout
Forces libérées à rendre fou.
Ici, il faut prêter attention
À ce tonnerre roulant C’est bien ainsi qu’est ce pays
À cette vague sans prétention Plein du mystère de ses non-dits
Qui se brise en claquant. Enigmatique joyau perdu.
Le soir, juste après le couchant, Agitée de vifs soubresauts
Les pétrels crient comme gémissant Cette terre de peuples inégaux
D’une blessure en mer de corail C’est ainsi que je l’ai vécue
En cet océan de grande taille, C’est pour cela qu’elle m’a plu !
10 11caillou 26 février:Mise en page 1 02/03/2016 14:31 Page10
Quand, arrogant, sous la surfaceRegard L’infatigable squale part en chasse.
Ici on regarde au lointain
À terre, comme les marins Ici, le paysage se gagne.
Avec cette incertitude Pierres captives des arbres étrangleurs
Propre à ces latitudes. Dans les survivances du bagne,
C’est que l’homme y est divers Forêt primaire aux multiples feurs.
Et le plus souvent peu disert. Vastes plaines, domaine des stockmen
Abrité de son chapeau Luxuriances d’Est, jardins d’Éden.
Ou couvert de son paréo Faute de mots on les nomme faux,
Il parle peu, parfois une parabole Poivriers, manguiers… pourtant si beaux.
Comme pour remplacer la parole. Riche de jade, de cuivre ou de nickel
La terre famboie, ivre de soleil.
Ici on parle vernaculaire
Notre belle et riche langue y est mère Ici il faut compter avec lui.
Mais c’est dans ses rites et ses mythes En mer, amie ou ennemie
Que chacun vit et s’abrite. Cette brise si convoitée
Ici on s’évite, on s’esquive Quand l’air brûle sous la tôle ondulée
Mais on peut aborder la rive Et soulève de crêtes la mer brisée,
Faire coutume, guetter le sourire Du sud-est soufe l’alizé !
La main tendue, l’éclat de rire. Gavé de chaleur l’océan
Faire le coup d’pêche, le coup d’chasse S’évapore en hurlant de vent,
Pour un zoreil aussi ça passe ! Torrents de pluie dévastant tout
Forces libérées à rendre fou.
Ici, il faut prêter attention
À ce tonnerre roulant C’est bien ainsi qu’est ce pays
À cette vague sans prétention Plein du mystère de ses non-dits
Qui se brise en claquant. Enigmatique joyau perdu.
Le soir, juste après le couchant, Agitée de vifs soubresauts
Les pétrels crient comme gémissant Cette terre de peuples inégaux
D’une blessure en mer de corail C’est ainsi que je l’ai vécue
En cet océan de grande taille, C’est pour cela qu’elle m’a plu !
10 11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Caillou Joyeux Noël

de les-editions-chouette-1987-inc

Caillou Joyeux Noël

de les-editions-chouette-1987-inc