Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 30,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Du même publieur

scientifiques laissèrent croire à un progrès continu profitable à tous.
de renouveau artistique toucha tous les domaines de l’Art et apporta aux Arts décoratifs, jusque-là La vie d’Emile Gallé (1846-1904) s’intègre entièrement dans cette période effervescente. S’impliquant successivement dans la céramique, , il fit preuve d’une originalité
long de sa vie à définir ses propres critères de représentation, à donner sens à ses œuvres et valeur symbolique. Participant aux grandes Expositions universelles de Paris et autres monstrances nationales et internationales, il fut reconnu comme un des acteurs majeurs de l’Art Nouveau. Accueilli dans les milieux littéraires et artistiques de la fin siècle, il n’hésita pas, avec générosité, à utiliser sa notoriété pour mener combat contre les injustices et violences de son temps.
renouveau artistique enfantant à profusion vie et beauté, il laisse une œuvre unique présente dans tous les grands musées du monde.
Hélène Sicard Lenattier
Emile Gallé Artiste engagé
BIOGRAPHIES
e SérieXIXsiècle
L’Art nouveau sublimé
(PLOH *DOOp $UWLVWH HQJDJp L’Art nouveau sublimé
e Biographies série XIX siècle Dernières parutions Schneckenburger (Patrick),Marie-Joseph Bonnat, L'Aventurier (1844-1881),2016.Delanoue (Lydie),Noël Ballay, l’Africain, Avec et sans Brazza, 2016. Ferault (Christian),Le Frère Eugene-Marie,Un grand e agronome picard du XIX siècle,2015. Fischer (Didier),Louis Bascan ou la République au cœur (1868-1944),2014. Sarrazin (Jean-Pierre),Gabriel Julien Ouvrard.Grandeur et misère d’un financier de génie sous l’Empire,2013. Marquis (Yvon), Arthur Verdier, Une ambition africaine (1835 - 1898),2013. Leclerc (Christophe),Gustave Doré, le rêveur éveillé,2012.
+pOqQH 6,&$5'/(1$77,(5(0,/(*$//É
$UWLVWH HQJDJp
L’Art nouveau sublimé /¶+DUPDWWDQ
Du même auteur : Les Alsaciens-Lorrains à Nancy 1870-1914, Editions Gérard Louis -2002 Prix Erckmann-Grand Prix de l’Académie Lorraine desChatrian et Sciences. La grosse Catherine, Vie et destin d’une servante alsacienne à Nancy -1870-1950Editions Place Stanislas 2007. La Société des Amis des Arts et des Musées,Edité par la Slam 2007. -L’âge d’or de l’automobile en Lorraine,Edition Place Stanislas2010.- En collaboration :Nancy 1909, centenaire de l’Exposition internationale de l’Est de la -France,Edition Place Stanislas 2008. Le théâtre de la Passion,Edition Théâtre de la Passion 2008.-‹ /¶+DUPDWWDQ   UXH GH O¶eFROH3RO\WHFKQLTXH   3DULV KWWSZZZHGLWLRQVKDUPDWWDQIU ,6%1   ($1  
A Françoise Thérèse Charpentier
Avant-Propos
ème Le 19siècle a connu plus de changements que l’ensemble des siècles historiques qui le précédèrent. La révolution industrielle, de proche en proche, a favorisé les échanges au-delà des frontières et des mers, permis l’enrichissement de classes moyennes plus nombreuses et remis en cause les anciennes certitudes des sociétés pour lesquelles la main de l’homme était l’outil indispensable à l’accomplissement de tout projet humain. Les découvertes scientifiques laissèrent croire à un progrès continu et la mécanisatipouvait ouvriron, outre l’allègement de l’intervention humaine, la voie à des productions de masse profitables à tous. Mais quelle allait être la place de l’art dans ce nouveau monde? Comment faire coexister l’Art et les créations envahissantes de l’indSi certains esprits prédirentustrie ? d’inquiétantes dérives menant à la médiocrité et au matérialisme, ils ne purent endiguer le grand mouvement de renouveau qui toucha tous les domaines de l’Art dans le dernier tiers du siècle. Les Arts décoratifs considérés jusque-là commeart mineurparticulièrement développés, furent bénéficiant de la demande très vive d’une large clientèle sensible à l’embellissement de son cadre de vie. Ainsi put naître un Art nouveau désignant l’ensemble des œuvres innombrables et variées d’artistes, rejetant résolument le passé, trouvant sources d’inspiration dansla nature symbole de liberté, dans la féminité symbole de fécondité, et désireux d’une large diffusion dans la société. Cette véritableRenaissance, animée par de jeunes artistes enthousiastes, gagna l’Europe entière peu avant la fin du siècle.
Emile Gallé, né en 1846, fut un des acteurs majeurs de l’Art nouveau. Sa vie s’intègre entièrement dans cette période de profonds bouleversements. Doué d’une extrême sensibilité,très impressionné par les merveilles de la nature qu’il étudia en savantbotaniste, il fit preuve dès sa jeunesse d’une originalité novatrice. Bien que très attaché à la culture classique reçue au cours de ses études, il se montra très ouvert aux grands courants artistiques d’autres civilisationsd’Orientetd’Extrême Orient, sans négliger ceux de ses contemporains.Tout en les intériorisant, il s’attacha tout au long de sa vie à approfondir ses propres recherches, à définir ses propres critères de représentation, à donner sens à ses œuvreset valeur symbolique. Présent dans toutes les manifestations et mondialement reconnu, il exerça une influence certaine dans le monde des arts décoratifs, au moment de leur plein épanouissement.Passionné et généreux, il n’hésita pas à s’engager politiquement et à mener un ardent combat contre les injustices et violences de son temps. Tel est l’homme que nous vous proposonsde découvrir et d’accompagnerdans l’effervescence de son époque, l’artiste, l’industriel,le poète, dans sa quêtede beauté et d’humaine bonté.
7
CHAPITRE 1
Les origines
Emile Gallé est né à Nancy, le 4 mai 1846. Des fées éthérées ne se penchèrent pas sur son berceau, mais deux parents, un père et une mère dont les fortesqualités étaient les meilleures garanties d’un heureux destin.
L’ascendant paternel
On ne saurait raconter la vie d’Emile Gallé sans évoquer celle de son père qui l’accompagna presque jusqu’à sa mort. Charles, Louis, Edouard Gallé (1818-1902) savait, dèsl’enfance, qu’il devrait se faire lui-même une position dans la société. Il était le fils d’unofficier de l’Empire, dont le seul souvenir évoqué fut la participation à la bataille d’Austerlitz, et à la Restauration qui le décora de l’ordre de Saint-Louis. Après avoir quitté l’armée, cet ancien capitaine devint caissier dans une administration; honorable carrière, mais qui indique l’absence de fortune. Charles a, en peu de mots, dépeint le destin de son père :Depuis que je suis au monde, je n’ai cessé de lui dicter des sacrifices. Mon père n’était que lieutenant quand je suis venu au monde, si la paye d’un lieutenant aujourd’hui est modique, elle l’était bien davantage alors; cependant les soins n’ont pas manqué à ma jeunesse ; plus tard, devenu capitaine, mon Père avait plus de ressources, mais je lui coûtais aussi davantage. Enfin au moment où forcement, par droit d’ancienneté, puisque le mérite sans l’audace ou la flatterie ne sert de rien, il arrivait aux grades supérieurs, il déposa son épée parce qu’il ne voulait pas m’abandonner seul au milieu des dangers de Paris. N’est-ce pas là un sacrifice immense? Toute la bonté de mon père ne s’y dépeint-elle pas ? Partir soldat et arriver colonel, tel était son sort assuré. Cette ambition était légitime pour lui, c’était une position supérieure, une retraite doublée, mais sa seule ambition était de faire de moi un brave garçon, de 1 me créer une position honorableIl exprimait là, avec délicatesse, la reconnaissance et l’estime que lui inspirait la conduitede son père à son 1 Archives Privées
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin