//img.uscri.be/pth/a3fc57c96ecb105b55bb117708ad614ff048ef82
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Face-à-face manqué

De
212 pages
Cet ouvrage relate le parcours de l'auteur, Marie-Louise Etéki-Otabela, présidente du parti politique féministe légalisé au Cameroun en 1997. L'Histoire du Cameroun retiendra qu'elle aura été la première femme à se porter candidate au poste de président de la République en 2004. Sa candidature a été refusée par le pouvoir de Yaoundé, car apparue comme une menace électorale pour Paul Biya, le candidat-Président.
Voir plus Voir moins

Le Face à Face manqué

http://www.librairiehannattan.com diffusion.hannattan@wanadoo.fr hannattan l@wanadoo.fr

@ L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-00650-7 EAN : 9782296006508

Marie

Louise

Etéki-Otabela

Elections

Présidentielles au Cameroun

du 11 Octobre

2004

Le Face à Face Manqué

de Madame Eteki-Otabela sur les élections du 11 octobre 2004 (à l'attention des observateurs étrangers indépendants)

Déclaration

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'HannaItan Hongrie

Espa.. L'Harmattan F

Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14- 16

Klnsbasa des Sc. Sociales. Pol. et Adm. ; BI'243, KIN XI ité de Kinshasa ROC

L'Harmattan ItaUa Via Degli Artisti, IS 10124 Torino ITALIE

L'Harmattan Barklna Fas. 1200 logements VIlla96 12B2260 Ouagadougou 12

IOS3 Budapest

Univ

-

Du même auteur Livres Misère et grandeur L'Harmattan, Paris,

de la démocratie 1987.

au Cameroun,

Les femmes africaines n'ont pas de problèmes ment, Icref Ottawa, 1994
Le Totalitarisme des Etats Africains: Harmattan, Paris, 2001.

de développe-

le cas du Cameroun,

L'

Collectif du CODESRIA: L'Afrique dans les années 80, Codesria, Dakar, 1988 ; chapitre sur cc la marginalisation de l'Afrique» : Examen des rapports Etat / Société Civile: l'hypothèse totalitaire, pp. 71-103 Communication scientifique: L'Hypothèse totalitaire des pouvoirs africains: les limites d'une approche, Association Canadienne des Etudes africaines, colloque, Montréal, 1992. La Démocratie comme renouveau de la pensée politique Afrique, Codesria, Assemblée Générale, Dakar, 1992 Femmes Colloque Organisé
Articles

en

et développement durable de Dakar -Images de l'Afrique par COSA 25-27 Mai 2005
scientifiques

Femmes Spirales,

et démocratie en Afrique: la perspective Université d'Ottawa, 1992

féministe,

Féminisme et francophonie: Quelques Mouvement des femmes au Cameroun, Université Laval, vol.5, n01 Juin 1992

réflexions sur le Recherches féministes,

à Mama yo ma mère et mon soutien inconditionnel: regrets éternels. à Aicha... La première à avoir entendu le CRL peut-être parce que la préférée du Prophète... et pour l'énorme travail de mobilisation des femmes. et à Amina Soro, cefut son dernier combat avant son dernier voyage.

.

DECLARATION PRÉLIMINAIRE

Pourquoi voulons-nous changer de régime? Toute société humaine aspire au bonheur. C'est ce qui justifie mon engagement politique. Or l'objectif de chaque acteur politique c'est de gérer les communautés humaines de façon à assurer le bien-être aux personnes. Je pose en principe que c'est ce que veut chaque candidat dans cette campagne électorale. Ma tradition familiale veut que j'ai été élevé dans cette perspective: contribuer à assurer le bien-être des gens qui partagent avec moi l' expérience de vie dans ce pays. Ce n'est pas juste une question matériel: d'argent ou de possession de biens matériels. Chacun, chaque candidat à cette élection, propose avec ses mots, et son histoire de vie, comment on peut arriver à cela. Pour construire le bonheur des gens, il faut d'abord « être» (notre fameux: « je veux que tu sois»). La société nous a attribué un certain nombres de rôles dans cette communauté humaine dont un rôle fondamental: celui de donner la vie; engendrer l'humanité. Je ne peux pas poser cet acte fondamental sans être. Or en même temps, les femmes ont été mises sur la touche, les hommes les ont écarté de la chose publique: exclues, interdites de la politique et la conclusion de cette exclusion a été : les femmes ne font pas la politique! Et tout a été organisé pour n'inspirer que méfiance vis à vis de la politique afin que les femmes elles-mêmes assument ce dénie d'une partie de leur propre humanité. C'est là que s'opère une première rupture fondamentale avec la société: nous refusons cette situation: nous ne pouvons continuer à engendrer l' humanité si l'un de nous n'est pas humain: je deviens féministe ! C'est à dire, je sors du carcan d'un certain nombres de rôles que m'a attribués la société pour pouvoir mieux assurer un de ces rôles fondamentaux: donner la vie! On ne peut pas assurer ce premier rôle sans « engendrer l' humanité ». C'est ce qui confère une générosité essentielle aux femmes dans toute communauté humaine. Générosité essentielle à tout acteur politique: on ne peut pas dire que ce soit la chose la mieux partagée parmi nos hommes politiques. Je reste convaincu que tout Africain aujourd'hui a son existence mise entre parenthèses depuis des siècles déjà par quelques grandes catastrophes de l' Histoire de notre humanité: l'Esclavage, la Colonisation. 11

On peut comme tous ceux qui concourent à cette élection présidentielle, vous établir un catalogue de supermarché où chacun peut aller faire ses courses pour assurer son bonheur: il y en a qui font des centaines de propositions courramment appelées « programmes» - propositions qui se recoupent d'ailleurs les unes les autres; parfois nous tombons à la limite des recettes de cuisine. Nous, nous pensons - et c'est là notre démarche essentielle - que si on veut redonner au Camerounais son hmanité (son émancipation, son indépendance réelle et donc sa liberté), il sera capable de redevenir acteur de son propre destin et devenir acteur de sa propre humanité. Il pourra alors trouver lui-même les moyens, les réponses et les solutions à tous ses problèmes. C'est cette alchimie qui fait que personne ne peut faire le bonheur des autres sans eux. Nous avons dit que pour l'instant, l'existence des Africains est mise entre parenthèses depuis l'esclavage, la colonisation, la néo-colonisation et l'Etat d'occupation RDPC qui entretient cette situation et en assure la permanence depuis un demi siècle. Nous restons convaincus qu" aucune solution à aucun problème n'est possible au Cameroun tant que nous n'avons pas recréé, libéré l' Humanité des hommes et des femmes de ce pays. Voilà ce qui justifie notre volonté politique, notre mouvement de libération du Cameroun: - pour récupérer notre Souveraineté Nationale, - pour instituer un Etat de droit au Cameroun, - pour pouvoir enfin ré-organiser notre Société sur la base des nouvelles forces sociales qui composent notre Peuple aujourd'hui. Voilà pourquoi nous parlons de Société Plurielle A quelque niveau que vous prenez notre combat politique aujourd'hui, expérience de vie, recherche, publications, projet de société, regroupement politique, programme politique, plaquette de communication, simple déclaration ou article de presse, vous allez trouver ces trois préoccupations fondantales. Nous parlons même de nos « fondamentaux ». Quelqu'un a dit: il ne peut pas y avoir de Rupture sans Alternative, sans action forte. Nous avons toute notre vie montré que nous sommes non seulement un pôle de contestation mais que nous incarnons aussi une force de propositions. René ETEKI

12

Scène extraite de "1984", film de Michael Anderson (1956) d'après le célèbre livre de George Orwell sur le mensonge en régime totalitaire dans Antimanuel d'économie de 8. Maris.

13

INTRODUCTION

L'ART DU MENSONGE EN REGIME TOTALITAIRE

Projet Pro-democratie COOPÉRATION CAMEROUN

- CANADA

Jeudi, le 21février 2002 Ref: N/Réf.: 19339/1 30/PB/mk/02
Madame Éteki-Otabela Marie Louise

Obiet: Votre projet d'organisation de la "Fête de la Politique" PANAPOLIS 2001

Madame, Nous avons reçu votre projet détaillé d'organisation de PANAPOLIS 2001. Nous vous remercions pour la délicate attention que vous portez à notre organisme de coopération, en nous proposant non seulement de présider cette activité, mais aussi en nous sollicitant pour assurer, entre autres,un soutien logistique et financier à cet événement. Malheureusement, il nous est impossible de vous appuyer, car ce type d'événement ne relève pas de notre mandat, et ce même si celui-ci comporte des éléments pertinents. À première vue,toute société veut bénéficier d'un projet qui vise à dédramatiser la politique. De plus, son à-propos se comprend bien, notamment en ce qui a trait à certains thèmes retenus et au profil des participant(e)s. Par ailleurs, le coût projeté de cette activité nous oblige, en même temps, à reconnaître nos limites;tant nos contraintes budgétaires actuelles ne nous permettent pas de nous engager dans un projet de cette envergure. Désormais en phase de désengagement, le Projet Pro-democratie cherche, avant tout, à pérenniser les partenariats existants, afin d'en accroître les retombées pour la société camerounaise. Outre nos encouragements sincères à poursuivre votre engagement, nous souhaitons que vous trouviez une assistance auprès d'autres organismes gouvernementaux et privés nationaux ou africains qui s'intéressent à vos préoccupations du moment, à savoir, "la Reconstruction duCameroun". Nous vous prions de croire, Madame, à l'expression de nos sentiments distingués.

Pierre Beauchemin

! .
l

~$

':><.~yf..;;<I:I!!>.~

!~~,

,~

!:"'~ !~,.............._....

~

I~.,.~.,"j& , * / / ""./,. /..:/.' ~-, ~...

"""'

"-$**"'''!\J''''''

~ ~

i
--................

I ~

Une des choses qu'une élection comme celle que nous venons de vivre permet d'observer c'est la terrible et démoralisante fascination due au fait que plus les mensonges du discours officiel sont énormes, plus nous savons tous qu'il s'agit de contre-vérités monstrueuses, plus tous ces mensonges sont établis et enfin de compte acceptés par tout le monde - y compris les fameux observateurs étrangers* 1 - comme des faits incontestables. Nous sommes réunis ici cet après midi d'abord pour les contester; pour montrer qu'ils sont contestables; pour montrer que ce ne sont que des mensonges. Mais ce n'est pas le plus important puisque nous savons tous que ce ne sont que des mensonges.Ce qui importe pour nous ensuite, c'est de montrer, de vous démontrer comment sous un régime politique comme le nôtre, c'est à dire un régime totalitaire la différence entre la vérité et le mensonge peut cesser d'être objective et devenir une simple affaire de puissance et d'astuces, de pression et de répétition infinie au point d'anéantir nos propres capacités de penser et d'agir, nos propres capacités de distinction du bien et du mal, bref d'abolir même notre conscience morale. Enfin, je voudrais dans cette déclaration, aller au-delà de l'oppression personnelle que cette situation exerce sur chacun de nous, pour qu'ensemble nous essayions d'analyser l'art du mensonge en régime totalitaire: sa source, ses mécanismes et sa finalité. - Comment Biya (?) - comme Hitler ou Staline - est capable d'organiser les masses en une unité collective: Pays, Parti, Etat ou Nation toute entière, etc... pour soutenir ces mensonges avec une impressionnante magnificence. - Comment des trucages purs et simples, des fraudes grossières deviennent la source unique de référence dans notre vie, la source indiscutable de notre réalité sociale, le guide et la référence notre histoire nationale et conditionnent l'image que le reste de l' Humanité a de nous et de notre Peuple - Comment ce Pouvoir en remplaçant la propagande par l'endoctrinement, utilise la violence non plus pour effrayer les gens mais pour réaliser constamment sa doctrine et ses mensonges pratiques, prouvant ainsi une fois de plus qu'il s'agit bien d'un totalitarisme accompli! Dès lors, le problème fondamental qui se pose est de savoir comment sortir de cette situation?

Le Contexte

La Dé sol at ion

La condition

des Africains

n'a pas réellement

chan-

gé depuis ces temps de l'esclavage: vu dans "chemins de Mémoires", ydé 2004.

Ce que les citoyens de ce pays se disputent

Sortir du totalitarisme représente un enjeu politique fondamental. On ne peut donc pas faire comme si ce que se disputent les Camerounais et les Camerounaises depuis 50 ans se réduit à une simple opposition à un individu: Ahidjo, Biya ou autre. Ce qui est en cause dans ce pays depuis la fin de la 2è guerre mondiale, - c'est d'abord l'existence, la vie et le devenir de millions d'êtres humains, les Camerounais et les Camerounaises; - c'est ensuite l'identification, l'organisation et l'exploitation d'énormes ressources matérielles dont regorge ce pays: un des territoires les plus riches du Continent africain; - c'est enfin, la place de cette communauté humaine, territoriale et économique dans le concert des nations modernes, donc en définitive, nos relations et nos rapports avec ce que l'on désigne aujourd'hui par le terme de « communauté internationale ». On le voit, il ne s'agit ni d'un jeu d'enfants à la cour de récréation ni d'une affaire de famille où chacun peut se lever et parler haut et fort, sous prétexte qu'il a dans sa vie privée « fait» des enfants, et les a plus ou moins « élévés » , pour vouloir: « prendre la place de Biya ». Il ne s'agit même pas d'une simple guerre (de décolonisation, par exemple) avc des adversiares bien identifiés comme avant l'Indépendance nationale; il s'agit aujourd'hui d'une des entreprises les plus difficiles, peut-être, de la condition humaine: le changement social!

20

1- La débacle du 23 Juin 2002