Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Publications similaires

UINÉU SELS  RLAOLÉVIOUT
 
N  
S O
VERROUS  
     
E  
G
 
DE
 
 
 
 
  
 
Lamine Kamara       G UINÉE  
S OUS LES VERROUS  DE LA RÉVOLUTION   
Autobiographie  
                    
 
                              
 
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96485-3 EAN : 9782296964853  
SOMMAIRE  
AVANT-PROPOS...........................................................................7  INTRODUCTION ...........................................................................9  CHAPITRE I LE PAYS ..............................................................13 CHAPITRE II LA NEBULEUSE EN PYRAMIDE ..................21 CHAPITRE III LA VILLE ...........................................................29 CHAPITRE IV LA BATAILLE DE KONIDOU.........................37 CHAPITRE V LES CHIENS DE ZAÏDAN................................43 CHAPITRE VI LINCONNU ......................................................55 CHAPITRE VII KANKAN .........................................................63 CHAPITRE VIII LA PHRASE ...................................................69 CHAPITRE IX IL ÉTAIT 1H35 DU MATIN.............................73 CHAPITRE X LE VIOLON........................................................83 CHAPITRE XI AU CUR DE LA NUIT ...................................91 CHAPITRE XII UN CERTAIN VENDREDI............................101 CHAPITRE XIII LES ENVAHISSEURS ..................................107 CHAPITRE XIV LE TRICOT ...................................................115 CHAPITRE XV UN CIEL POUR TROIS ................................123 CHAPITRE XVI ENTRE BOUE ET CREVASSES .................141 CHAPITRE XVII L'ARBRE ET LE DIABLE ..........................145 CHAPITRE XVIII VIVRE EN Y PENSANT...........................157 CHAPITRE XIX PAR LE TROU DE LA SERRURE..............171 CHAPITRE XX DU PAIN .........................................................179 CHAPITRE XXI DE LISSUE DUNE CONFRONTATION ..195 CHAPITRE XXII LIBRES ?.................................................211       
 
5
AVANT-PROPOS
Au départ, les mémoires qui devaient paraître sur le Président Sékou Touré et son régime sous la Première République de Guinée comportait deux parties : une première narrative, et une seconde analytique. Mais après réflexion, jai décidé dopter pour deux publications : (« Victimes dInnocence » ou un autre titre à retenir) , présentée sous la forme dune chronique autobiographique et « La République Sous la Responsabilité Suprême »,  un Essai à caractère plus historique, paru simultanément. Moulés dans la même matrice, ils restent des siamois, malgré leur déchirante séparation. Lire de ce fait lun sans lire lautre, pourrait laisser un goût dinachevé ; lune présente, ne présente, serais-je tenter de dire, que le déroulement des faits dans leur enchaînement, lautre la complète en expliquant leur Comment et leur Pourquoi. Le lecteur trouverait donc quelque intérêt à aller au bout de son parcours, dautant que cest dans lEssai que je linviterai, - après lavoir fait baigner dans latmosphère de ces temps-là -, non seulement à participer à la réhabilitation des détenus politiques, mais aussi, cela pourrait le surprendre, au réveil du conscient collectif guinéen ; dautant que dans lun des ouvrages comme dans lautre, je ne le laisserai pas cheminer seul. Nous nous tiendrons la main         
 
7
INTRODUCTION
En écrivant « La Guinée, sous les Verrous de la Révolution »  jai voulu donner mon témoignage sur les événements dramatiques qui se sont déroulés dans mon pays, la République de Guinée, à partir de la fin de lannée 1970 et qui se sont poursuivis pratiquement jusquau changement de régime suite à la disparition subite de Sékou Touré, premier Président de la Guinée indépendante, le 26 mars 1984 à Cleveland aux Etats-Unis dAmérique. Dans la décennie 1960-1970 une guérilla de libération faisait rage en Guinée-Bissau territoire sous domination coloniale à lépoque. Larmée de sa puissance colonisatrice, le Portugal, et les combattants de son mouvement de libération, dénommé « le Parti Africain pour lIndépendance de la Guinée-Bissau et des Îles du Cap-Vert » P.A.I.G.C saffrontaient durement. Au cours dune opération daccostage, menée le 22 novembre 1970, les Portugais avaient réussi à libérer leurs soldats faits prisonniers et gardés dans notre pays. Sur les suites dramatiques de ces opérations, des témoignages ont certes déjà été présentés au public à travers des écrits, des articles de journaux, des émissions de radio et de télévision, notamment lémission « A vous la parole » organisée par la radio guinéenne après la chute du régime du Président Sékou Touré le 3 avril 1984. Dans ce récit autobiographique, après plus de 40 années de recul, sans passion, ni haine, ni esprit de vengeance, je livre ma version des faits, les enseignements que jen ai tirés et lopinion que je m'en suis faite. Avant de me décider à écrire, je me suis souvent posé deux questions : doit-on, sans mot dire, laisser passer par pertes et profits 25 années dune histoire ensanglantée emplie de drames dun pays? Jai pensé que non. Mais doit-on témoigner quand on a
 
9
pardonné ? Après mûre réflexion, jai fini par penser que oui. Il fallait dire les faits ! Car ne pas le faire, cest trahir la mémoire des victimes, notamment de celles dont le destin a été scellé par une fin tragique dans ces événements et qui ne peuvent plus, hélas !  ni parler, ni témoigner, ni pardonner, qui ne peuvent surtout plus clamer leur innocence ; cest imposer à leur mémoire une deuxième mort, celle de loubli, en les enterrant par et dans loubli Ancien détenu politique, victime de larbitraire et de linjustice, ayant purgé de longues années en détention, jai pensé que les jeunes et futures générations de mon pays devaient mieux connaître ces sombres et douloureuses pages de notre histoire. « Quand une femme accouche dun serpent, elle en fait une ceinture. » dit-on chez nous. Ce faisant, je souhaite contribuer à réhabiliter la mémoire des victimes de toutes les victimes par le rappel de la vérité et faire en sorte quil ny ait plus jamais ça. Cest aussi loccasion pour nous de conjurer les peurs enfantées par la Révolution qui sévissait dun bout à lautre du pays, de vieilles peurs récurrentes qui, jusqu à nos jours, subsistent encore chez nous Guinéens, à des degrés divers. Dans un nuage noir, il y a toujours une doublure argentée. Paul Eluard disait dans « Les derniers poèmes dAmour » : «La nuit nest jamais complète, il y a toujours au bout du chagrin, il y a toujours un rêve qui veille, désir à combler, faim à satisfaire, un cur généreux, une main tendue, une main ouverte, des yeux attentifs, une vie à partager » Là-bas, en prison, jai compris que, même dans la détresse la plus absolue, il existait toujours une place pour le sourire, et même pour le rire alors quil sagit datrocités, mince rayon de soleil transperçant les nuées Que le lecteur ne sétonne pas non plus dune certaine présence de Dieu tout au long du récit, constante recherche dune arche, dune bouée, même si nos attitudes et nos jugements envers Lui étaient divergents, parfois même diamétralement opposés. Quil ne soit pas surpris de se voir considéré comme partie prenante. Tout au long de mon chemin, parfois véritable chemin de croix, qui eût pu être le sien, - surtout sil est citoyen dun pays
 
10