Guinée sous les verrous de la révolution

De
Publié par

Lamine Kamara parle de la détention politique sous le régime de Sékou Touré, construisant son récit autour d'une véritable trame, tout en restant fidèle aux faits vécus par le prisonnier dans sa chair et son sang. Il fait côtoyer le rire et les gémissements, malgré les monstruosités de l'univers carcéral.
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 78
EAN13 : 9782296486751
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
UINÉU SELS  RLAOLÉVIOUT
 
N  
S O
VERROUS  
     
E  
G
 
DE
 
 
 
 
  
 
Lamine Kamara       G UINÉE  
S OUS LES VERROUS  DE LA RÉVOLUTION   
Autobiographie  
                    
 
                              
 
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96485-3 EAN : 9782296964853  
SOMMAIRE  
AVANT-PROPOS...........................................................................7  INTRODUCTION ...........................................................................9  CHAPITRE I LE PAYS ..............................................................13 CHAPITRE II LA NEBULEUSE EN PYRAMIDE ..................21 CHAPITRE III LA VILLE ...........................................................29 CHAPITRE IV LA BATAILLE DE KONIDOU.........................37 CHAPITRE V LES CHIENS DE ZAÏDAN................................43 CHAPITRE VI LINCONNU ......................................................55 CHAPITRE VII KANKAN .........................................................63 CHAPITRE VIII LA PHRASE ...................................................69 CHAPITRE IX IL ÉTAIT 1H35 DU MATIN.............................73 CHAPITRE X LE VIOLON........................................................83 CHAPITRE XI AU CUR DE LA NUIT ...................................91 CHAPITRE XII UN CERTAIN VENDREDI............................101 CHAPITRE XIII LES ENVAHISSEURS ..................................107 CHAPITRE XIV LE TRICOT ...................................................115 CHAPITRE XV UN CIEL POUR TROIS ................................123 CHAPITRE XVI ENTRE BOUE ET CREVASSES .................141 CHAPITRE XVII L'ARBRE ET LE DIABLE ..........................145 CHAPITRE XVIII VIVRE EN Y PENSANT...........................157 CHAPITRE XIX PAR LE TROU DE LA SERRURE..............171 CHAPITRE XX DU PAIN .........................................................179 CHAPITRE XXI DE LISSUE DUNE CONFRONTATION ..195 CHAPITRE XXII LIBRES ?.................................................211       
 
5
AVANT-PROPOS
Au départ, les mémoires qui devaient paraître sur le Président Sékou Touré et son régime sous la Première République de Guinée comportait deux parties : une première narrative, et une seconde analytique. Mais après réflexion, jai décidé dopter pour deux publications : (« Victimes dInnocence » ou un autre titre à retenir) , présentée sous la forme dune chronique autobiographique et « La République Sous la Responsabilité Suprême »,  un Essai à caractère plus historique, paru simultanément. Moulés dans la même matrice, ils restent des siamois, malgré leur déchirante séparation. Lire de ce fait lun sans lire lautre, pourrait laisser un goût dinachevé ; lune présente, ne présente, serais-je tenter de dire, que le déroulement des faits dans leur enchaînement, lautre la complète en expliquant leur Comment et leur Pourquoi. Le lecteur trouverait donc quelque intérêt à aller au bout de son parcours, dautant que cest dans lEssai que je linviterai, - après lavoir fait baigner dans latmosphère de ces temps-là -, non seulement à participer à la réhabilitation des détenus politiques, mais aussi, cela pourrait le surprendre, au réveil du conscient collectif guinéen ; dautant que dans lun des ouvrages comme dans lautre, je ne le laisserai pas cheminer seul. Nous nous tiendrons la main         
 
7
INTRODUCTION
En écrivant « La Guinée, sous les Verrous de la Révolution »  jai voulu donner mon témoignage sur les événements dramatiques qui se sont déroulés dans mon pays, la République de Guinée, à partir de la fin de lannée 1970 et qui se sont poursuivis pratiquement jusquau changement de régime suite à la disparition subite de Sékou Touré, premier Président de la Guinée indépendante, le 26 mars 1984 à Cleveland aux Etats-Unis dAmérique. Dans la décennie 1960-1970 une guérilla de libération faisait rage en Guinée-Bissau territoire sous domination coloniale à lépoque. Larmée de sa puissance colonisatrice, le Portugal, et les combattants de son mouvement de libération, dénommé « le Parti Africain pour lIndépendance de la Guinée-Bissau et des Îles du Cap-Vert » P.A.I.G.C saffrontaient durement. Au cours dune opération daccostage, menée le 22 novembre 1970, les Portugais avaient réussi à libérer leurs soldats faits prisonniers et gardés dans notre pays. Sur les suites dramatiques de ces opérations, des témoignages ont certes déjà été présentés au public à travers des écrits, des articles de journaux, des émissions de radio et de télévision, notamment lémission « A vous la parole » organisée par la radio guinéenne après la chute du régime du Président Sékou Touré le 3 avril 1984. Dans ce récit autobiographique, après plus de 40 années de recul, sans passion, ni haine, ni esprit de vengeance, je livre ma version des faits, les enseignements que jen ai tirés et lopinion que je m'en suis faite. Avant de me décider à écrire, je me suis souvent posé deux questions : doit-on, sans mot dire, laisser passer par pertes et profits 25 années dune histoire ensanglantée emplie de drames dun pays? Jai pensé que non. Mais doit-on témoigner quand on a
 
9
pardonné ? Après mûre réflexion, jai fini par penser que oui. Il fallait dire les faits ! Car ne pas le faire, cest trahir la mémoire des victimes, notamment de celles dont le destin a été scellé par une fin tragique dans ces événements et qui ne peuvent plus, hélas !  ni parler, ni témoigner, ni pardonner, qui ne peuvent surtout plus clamer leur innocence ; cest imposer à leur mémoire une deuxième mort, celle de loubli, en les enterrant par et dans loubli Ancien détenu politique, victime de larbitraire et de linjustice, ayant purgé de longues années en détention, jai pensé que les jeunes et futures générations de mon pays devaient mieux connaître ces sombres et douloureuses pages de notre histoire. « Quand une femme accouche dun serpent, elle en fait une ceinture. » dit-on chez nous. Ce faisant, je souhaite contribuer à réhabiliter la mémoire des victimes de toutes les victimes par le rappel de la vérité et faire en sorte quil ny ait plus jamais ça. Cest aussi loccasion pour nous de conjurer les peurs enfantées par la Révolution qui sévissait dun bout à lautre du pays, de vieilles peurs récurrentes qui, jusqu à nos jours, subsistent encore chez nous Guinéens, à des degrés divers. Dans un nuage noir, il y a toujours une doublure argentée. Paul Eluard disait dans « Les derniers poèmes dAmour » : «La nuit nest jamais complète, il y a toujours au bout du chagrin, il y a toujours un rêve qui veille, désir à combler, faim à satisfaire, un cur généreux, une main tendue, une main ouverte, des yeux attentifs, une vie à partager » Là-bas, en prison, jai compris que, même dans la détresse la plus absolue, il existait toujours une place pour le sourire, et même pour le rire alors quil sagit datrocités, mince rayon de soleil transperçant les nuées Que le lecteur ne sétonne pas non plus dune certaine présence de Dieu tout au long du récit, constante recherche dune arche, dune bouée, même si nos attitudes et nos jugements envers Lui étaient divergents, parfois même diamétralement opposés. Quil ne soit pas surpris de se voir considéré comme partie prenante. Tout au long de mon chemin, parfois véritable chemin de croix, qui eût pu être le sien, - surtout sil est citoyen dun pays
 
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.