Illusions gauloises

De
Publié par

Illusions gauloises est un réquisitoire - sévère, documenté, précis - sur « la France qui tombe ». Une analyse implacable et rageuse sur une nation qui s'est étrangement endormie au milieu d'un monde qui, lui, bouge frénétiquement. D'un côté, le vent du large (chinois, anglais, indien...) ; de l'autre, ce Royaume d'Amélie Poulain qui dit « non » à l'Europe et qui se transforme, dans le meilleur des cas, en musée pour touristes. Comment en est-on arrivé là ? Quelles conséquences pour nous ? L'aspect « diagnostic » de cet ouvrage n'est pas le plus développé - car le dossier a déjà été instruit par maints experts : tout le monde sait que le « Modèle français » bat de l'aile. Pierre Lellouche n'insiste donc pas sur ce point qui, en vérité, n'est utile à sa démonstration que dans la mesure où nos archaïsmes intérieurs pèsent dramatiquement sur nos insuffisances extérieures. L'« extérieur », précisément : P. Lellouche pose quatre problèmes étroitement liés : 1 - Le défi terroriste (donc la question de l'islamisme, du Proche-Orient, des flux migratoires) ; 2 - l'anti-américanisme (donc l'affaire irakienne, les « néo-conservateurs, la question turque, etc...) ; 3 - L'irruption diplomatique des nouveaux acteurs mondiaux (le nucléaire iranien, surtout) ; 4 - la guerre des « modèles » en Europe (la fin de l'axe franco-allemand au profit d'un axe Berlin-Londres-Madrid). L'intellectuel qui décrit ce « Nouveau Monde » est, disons-le, clairement « atlantiste » et il déplore le manque de solidarité de la France avec ses alliés traditionnels. Mais là n'est pas l'essentiel : son ouvrage vaut, d'abord, pour l'exceptionnelle clarté pédagogique de sa démonstration. En lisant Lellouche, dont le livre complète celui d'Alain Minc et celui d'Alexandre Adler, on dispose d'une boussole très subtile pour comprendre comment la France, aujourd'hui, s'enlise dans des songeries contradictoires. Et comment, peut-être, elle pourrait en sortir.
Publié le : mercredi 25 janvier 2006
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246691594
Nombre de pages : 400
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illusions gauloises est un réquisitoire - sévère, documenté, précis - sur « la France qui tombe ». Une analyse implacable et rageuse sur une nation qui s'est étrangement endormie au milieu d'un monde qui, lui, bouge frénétiquement. D'un côté, le vent du large (chinois, anglais, indien...) ; de l'autre, ce Royaume d'Amélie Poulain qui dit « non » à l'Europe et qui se transforme, dans le meilleur des cas, en musée pour touristes. Comment en est-on arrivé là ? Quelles conséquences pour nous ? L'aspect « diagnostic » de cet ouvrage n'est pas le plus développé - car le dossier a déjà été instruit par maints experts : tout le monde sait que le « Modèle français » bat de l'aile. Pierre Lellouche n'insiste donc pas sur ce point qui, en vérité, n'est utile à sa démonstration que dans la mesure où nos archaïsmes intérieurs pèsent dramatiquement sur nos insuffisances extérieures. L'« extérieur », précisément : P. Lellouche pose quatre problèmes étroitement liés : 1 - Le défi terroriste (donc la question de l'islamisme, du Proche-Orient, des flux migratoires) ; 2 - l'anti-américanisme (donc l'affaire irakienne, les « néo-conservateurs, la question turque, etc...) ; 3 - L'irruption diplomatique des nouveaux acteurs mondiaux (le nucléaire iranien, surtout) ; 4 - la guerre des « modèles » en Europe (la fin de l'axe franco-allemand au profit d'un axe Berlin-Londres-Madrid). L'intellectuel qui décrit ce « Nouveau Monde » est, disons-le, clairement « atlantiste » et il déplore le manque de solidarité de la France avec ses alliés traditionnels. Mais là n'est pas l'essentiel : son ouvrage vaut, d'abord, pour l'exceptionnelle clarté pédagogique de sa démonstration. En lisant Lellouche, dont le livre complète celui d'Alain Minc et celui d'Alexandre Adler, on dispose d'une boussole très subtile pour comprendre comment la France, aujourd'hui, s'enlise dans des songeries contradictoires. Et comment, peut-être, elle pourrait en sortir.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.