J'ai grandi dans des salles obscures

De
Publié par

Gauthier Jurgensen est un amoureux du cinéma, sous toutes ses formes, des grands succès populaires aux films plus confidentiels. Sa passion a pu tourner à l’obsession : certains films, il les a revus 10, 20 fois ou plus jamais, de peur de gâcher leur souvenir. Sans ces films, qui serait-il devenu ? Ils lui ont permis de se découvrir, de découvrir le monde, de regarder la vie à travers les yeux de ses acteurs et réalisateurs fétiches comme Dustin Hoffman, Jim Jarmuch, George Lucas, les frères Coen… Qu'aurait-il compris à sa vie sans certaines scènes de Matrix ou de La Haine, du Lauréat ou de La Règle du jeu, de La Guerre des étoiles ou de Ghost Dog ? Gauthier Jurgensen aurait pu céder à la tentation de sélectionner les quarante meilleurs films de tous les temps. Il a préféré choisir ceux qui avaient du sens pour lui : « Ce sont mes films à moi (…) Ils m'ont tout appris, m'ont guidé. Certains me relient à mes parents, d'autres à mes sœurs, d'autres à mes chers amis, d'autres aux études que j'ai choisies. Je n'ai pas de frères. Les films comblent ce manque. Mon père, ma mère, mes films et mes sœurs ». Grâce à ce lien fort, intime avec le cinéma, J'ai grandi dans des salles obscures révèle un jeune homme sensible, plein de pudeur et de poésie, aux prises avec les choix prochains d'une vie d'adulte, les amours contrariées, la douleur de grandir, mais aussi la joie des transmissions familiales, lorsque la complicité s'installe autour de certains films, entre père et fils, entre mère et fils… Une évocation intimiste des films et le portrait d'un jeune homme des années 1990-2000 qui trouve sa voie grâce au cinéma.
Publié le : mercredi 5 novembre 2008
Lecture(s) : 42
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709632423
Nombre de pages : 200
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Gauthier Jurgensen est un amoureux du cinéma, sous toutes ses formes, des grands succès populaires aux films plus confidentiels. Sa passion a pu tourner à l’obsession : certains films, il les a revus 10, 20 fois ou plus jamais, de peur de gâcher leur souvenir. Sans ces films, qui serait-il devenu ? Ils lui ont permis de se découvrir, de découvrir le monde, de regarder la vie à travers les yeux de ses acteurs et réalisateurs fétiches comme Dustin Hoffman, Jim Jarmuch, George Lucas, les frères Coen… Qu'aurait-il compris à sa vie sans certaines scènes de Matrix ou de La Haine, du Lauréat ou de La Règle du jeu, de
La Guerre des étoiles ou de Ghost Dog ? Gauthier Jurgensen aurait pu céder à la tentation de sélectionner les quarante meilleurs films de tous les temps. Il a préféré choisir ceux qui avaient du sens pour lui : « Ce sont mes films à moi (…) Ils m'ont tout appris, m'ont guidé. Certains me relient à mes parents, d'autres à mes sœurs, d'autres à mes chers amis, d'autres aux études que j'ai choisies. Je n'ai pas de frères. Les films comblent ce manque. Mon père, ma mère, mes films et mes sœurs ». Grâce à ce lien fort, intime avec le cinéma, J'ai grandi dans des salles obscures
révèle un jeune homme sensible, plein de pudeur et de poésie, aux prises avec les choix prochains d'une vie d'adulte, les amours contrariées, la douleur de grandir, mais aussi la joie des transmissions familiales, lorsque la complicité s'installe autour de certains films, entre père et fils, entre mère et fils… Une évocation intimiste des films et le portrait d'un jeune homme des années 1990-2000 qui trouve sa voie grâce au cinéma.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant