J'ai vu finir le monde ancien

De
Publié par

« Oui, ce fut bien une Apocalypse, au sens originaire de l'expression, une révélation de notre monde, que ce terrible spectacle du 11 septembre 2001. Mais comme toutes les révélations antérieures, la lumière qui s'en dégagea était bien trop crue, dans un premier temps, pour nous livrer autre chose qu'elle-même... La pénombre qui s'abattit sur Manhattan s'est aujourd'hui dissipée. L'émotion s'est estompée, comme les images d'un Wall Street dominateur soudain réduit en cendres. Mais sommes-nous plus lucides pour autant ? Les mois ont passé, et il faut maintenant essayer de penser ce nouveau monde. J'ai mêlé ici les intuitions et la connaissance. Le temps de l'hypothèse et le temps de l'Histoire. Je veux donner une boussole à ceux qui savent que la planète ne s'arrête pas aux frontières de l'hexagone, ni aux étroits parapets de la vieille Europe. » A. Adler Né en 1950, ancien élève de l'Ecole Normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé d'histoire, Alexandre Adler est éditorialiste associé au Monde et directeur éditorial de la rédaction de Courrier International.
Publié le : mercredi 29 mai 2002
Lecture(s) : 24
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246630296
Nombre de pages : 280
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Oui, ce fut bien une Apocalypse, au sens originaire de l'expression, une révélation de notre monde, que ce terrible spectacle du 11 septembre 2001. Mais comme toutes les révélations antérieures, la lumière qui s'en dégagea était bien trop crue, dans un premier temps, pour nous livrer autre chose qu'elle-même... La pénombre qui s'abattit sur Manhattan s'est aujourd'hui dissipée. L'émotion s'est estompée, comme les images d'un Wall Street dominateur soudain réduit en cendres. Mais sommes-nous plus lucides pour autant ? Les mois ont passé, et il faut maintenant essayer de penser ce nouveau monde. J'ai mêlé ici les intuitions et la connaissance. Le temps de l'hypothèse et le temps de l'Histoire. Je veux donner une boussole à ceux qui savent que la planète ne s'arrête pas aux frontières de l'hexagone, ni aux étroits parapets de la vieille Europe. » A. Adler Né en 1950, ancien élève de l'Ecole Normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé d'histoire, Alexandre Adler est éditorialiste associé au Monde et directeur éditorial de la rédaction de Courrier International.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Vivre pour aimer

de les-presses-de-taize

Ceux qui n'y croient plus...

de le-nouvel-observateur