J'assume tout !

De
Publié par

Tout semble avoir été écrit sur la Guyane, cette terre équinoxiale marquée par le brassage progressif de races originaires des continents américain, africain, asiatique et européen.
Et pourtant, après une littérature pour l'essentiel consacrée à l'histoire coloniale, aux échecs successifs de la politique de peuplement, aux luttes héroïques et victorieuses pour le respect de la dignité des hommes par suppression d'abord de l'esclavage puis du bagne, aux richesses forestières et minéralogiques inexploitées ou mal valorisées - éternelles promesses faites de fleurs jamais écloses -, l'ouvrage de Georges Othily, J'assume tout !, vient à son heure.
Avec lucidité et dans un style alerte où la richesse du vocabulaire ajoute à l'éloquence de la phrase, l'auteur expose les problèmes qui se posent à l'aube du xxie siècle pour assurer à ce département continental d'outre-mer un développement économique réel qui s'inscrive dans la durée et soit l'œuvre de tous les Guyanais.
Cet ouvrage va incontestablement contribuer à la connaissance de l'histoire économique de la Guyane. Aussi, c'est très justement que l'auteur peut écrire : « Ce que j'ai fait, je devais le faire ».
Extrait de la préface de Bernard Courtois
Ancien préfet de Guyane (1984 - 1986)

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 35
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844507860
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LesDOM-TOM concepts
et
les
priorités
nationales,
• La modernisation de l’appareil productif sont SuSceptIbLeS de contRIbueR de manIèRe SIgnIfIcatIve à La modeRnISatIon de L’appaReIL de pRoductIon LeS meSuReS teLLeS que L’accompagnement deS décISIonS pRISeS en faveuR deS gRandeS cuLtuReS tRadItIonneLLeS paR un effoRt de dIveRSIfIcatIon deS pRo-ductIonS agRIcoLeS, une meILLeuRe utILISatIon deS ReSSouRceS du maSSIf foReStIeR guyanaIS, et La vaLoRISatIon de La pêcHe en outRe-meR paR L’IncItatIon deS aRmementS natIonauX à S’IntéReSSeR auX zoneS économIqueS eXcLuSIveS.
• La valorisation de la recherche PouR atteIndRe La maSSe cRItIque que néceSSIte Le déveLoppe-ment de La RecHeRcHe, IL convIent de RegRoupeR et de RenfoRceR LeS moyenS deS oRganISmeS de RecHeRcHe ImpLantéS danS LeSDOM-TOM, tout paRtIcuLIèRement auX AntILLeS. leS pRogRammeS de RecHeRcHe devRaIent faIRe L’objet d’une évaLuatIon deS tRanSfeRtS de tecHnoLogIe qu’ILS peRmettent d’engendReR.
• Le renforcement des points d’appui du commerce extérieur DanS LeSDOM-TOM, Le touRISme occupe une pLace de pRemIè-Re ImpoRtance. leS effoRtS de pRomotIon entRepRIS en métRopoLe, en EuRope, SuR Le contInent noRd-améRIcaIn, en AuStRaLIe et au Japon devRaIent êtRe ampLIfIéS.
• La réussite de la décentralisation leS coLLectIvItéS teRRItoRIaLeS d’outRe-meR dISpoSaIent déjà de faIbLeS capacItéS fInancIèReS. iL étaIt donc pRopoSé d’accRoîtRe LeuRS moyenS d’InteRven-tIon paR L’attRIbutIon à La régIon deS RecetteS coRReSpondant à La dImInutIon pRogReSSIve deS abattementS fIScauX, et paR Le tRanS-
2
7
feRt à La régIon de ceRtaIneS pRéRogatIveS confIéeS au dépaRte-ment, teLLeS que L’octRoI de meR, LeFiDOMLocaL et Le fondS RoutIeR.
La politique de l’habitat et de la vie urbaine l’HabItat danS LeSDOM-TOMappeLLe toujouRS un effoRt tRèS ImpoRtant. PouR paRvenIR à une SItuatIon pLuS SatISfaISante, IL convenaIt notamment d’améLIoReR L’effIcacIté deS aIdeS de L’État et de mIeuX maîtRISeR LeS coûtS de pRoductIon deS LogementS.
Les priorités de l’outre-mer leS caRactéRIStIqueS SpécIfIqueS de L’outRe-meR appeLant deS actIonS paRtIcuLIèReS ont tRaIt auX couRantS de mIgRatIon, et au RenfoRcement deS SoLIdaRItéS InteRneS.
• Les courants de migration l’accRoISSement de L’ImmIgRatIon danS LeSDOMappeLLe deS meSuReS adaptéeS quI devRaIent vISeR deuX objectIfS : Tout d’aboRd, S’oppoSeR au maIntIen deS ImmIgRéS cLandeS-tInS et RépRImeR avec une feRmeté eXempLaIRe ceuX quI entRetIen-nent ce couRant et en tIRent deS pRofItS ImpoRtantS. PuIS, évIteR de péRennISeR deS SItuatIonS eSSentIeLLement tempoRaIReS, quI ne font qu’InStItutIonnaLISeR une pRécaRIté RegRettabLe.
• Le renforcement des solidarités internes Cette SItuatIon conduIt à SuggéReR cInq meSuReS quI Suppo-Sent une conceRtatIon étRoIte, dont La mISe en œuvRe ne pouRRa êtRe que pRogReSSIve : PRemIèRement, Le Réaménagement deS IncItatIonS fInancIèReS en faveuR deS SaLaRIéS métRopoLItaInS venant tRavaILLeR danS LeS DOM-TOM. PuIS, La mISe en pLace d’un SyStème favoRISant, danS LeS DOM-TOM, L’embaucHe d’actIfS quI en Sont oRIgInaIReS. En tRoISIème LIeu, Le ReLèvement dusMiCen coRRéLatIon avec La modeRnISatIon de L’appaReIL pRoductIf. EnSuIte, La RéductIon deS compenSatIonS de vIe cHèRe paRaL-LèLement à une actIon vIgouReuSe SuR La foRmatIon deS pRIX.
2
8
Et enfIn, Le RéajuStement pRogReSSIf de L’abattement SuR L’impôt SuR Le Revenu deS peRSonneS pHySIqueS (irPP). leS maSSeS fInancIèReS dégagéeS étaIent de La SoRte deStI-néeS à êtRe affectéeS au fInancement du déveLoppement écono-mIque. J’aI penSé pouR L’éLaboRatIon du pLan à Jean MIcHotte, dIpLô-mé de L’inStItut d’étudeS poLItIqueS, dIpLômé d’ÉtudeS Supé-RIeuReS de ScIenceS économIqueS, et eXpeRt aupRèS de dIfféRentS ÉtatS pouR LeS queStIonS de pLanIfIcatIon natIonaLe et RégIonaLe. Ce compatRIote, égaLement docteuR èS ScIenceS économIqueS avaIt été en poSte au PéRou danS Le cadRe du pLan de déveLoppe-ment et en Côte d’ivoIRe comme conSeILLeR tecHnIque aupRèS du mInIStRe de La recHeRcHe. FaIRe venIR Jean MIcHotte en Guyane ne fut paS facILe. la Côte d’ivoIRe eSt aLoRS en 1982 en pLeIn eSSoR. la denSIté du tRavaIL quI Le contRaIgnaIt étaIt teLLe que Son mInIStRe de tuteLLe RefuSa de Le LaISSeR venIR en Guyane pouR accompLIR La mISSIon que j’attendaIS de LuI. iL me faLLut uSeR deS ReLatIonS famILIaLeS de NIcoLe OtHILy aupRèS de FéLIX houpHouët-BoIgny, pRéSIdent de La répubLIque de Côte d’ivoIRe. À L’ISSue d’une audIence que Le pRéSIdent houpHouët-BoIgny avaIt bIen vouLu m’accoRdeR à PaRIS, L’aSSuRance me fut donnée du détacHement, danS LeS meILLeuRS déLaIS, et SanS contRe-paRtIe fInancIèRe, de Jean MIcHotte aupRèS de La coLLectIvIté RégIonaLe de Guyane pouR accompLIR une mISSIon de SIX moIS. Et c’eSt aInSI que notRe compatRIote fut nommé cHaRgé de mISSIon aupRèS de La coLLectIvIté RégIonaLe pouR éLaboReR Le « PLan RégIonaL de déveLoppement économIque, SocIaL et cuLtuReL », e ix PLan couvRant La péRIode 1984-1988.
2
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant