Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Je crois en Dieu moi non plus

De
121 pages
Dans les années cinquante, Alex décide, à douze ans, de faire ses classes littéraires, en internat, au petit séminaire des Pères blancs. Avec quelques camarades qui se destinent, comme lui, à devenir missionnaires, ils forment une coterie. Au fil des années, Alex se met à douter progressivement de ses croyances religieuses et de sa vocation. Ce petit livre n'a pas la prétention philosophique de traiter du passage de la croyance à l'incroyance. Il faut le considérer comme un témoignage romancé et en partie vécu.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

] e crois en Dieu, moi non plus. . .

site: www.librairiehannattan.con1 diffusion.harmattan@wanadoo.fr e.mail: harmattan1@wanadoo.fr ~ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9826-8 EAN : 9782747598262

Fred Ob ers on

Je crois

en Dieu, moi non plus. . .

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Harmattan Hongrie

Espace L'Harmattan

Kinshasa

L'Harmattan

ItaJia

L'Harmattan

Burkina Faso

Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16

Fac..des Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN XI Université de Kinshasa

Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

1053 Budapest

- RDC

Collection Cheminements spirituels dirigée par Noël Hily
Toutes réflexions théologiques, spirituelles, Toutes expériences mystiques, religieuses, qu'elles se situent au sein ou hors des grandes religions méritent d'être connues. C'est pourquoi nous favorisons leur édition dans cette collection « Cheminements Spirituels» chez l'Harmattan. Vous pouvez nous envoyer vos écrits, même les plus personnels. Nous vous répondrons.

12, rue de Recouvrance 45000 Orléans Tel: 02 38 54 13 58

Déjà parus BERNABEUA. Laissons les enfantsgrandir BOMBLEDJ.P. Quandla modernitéraconte le salut.... CONTEA. M. L'ivre de vie CRUSE R. Entretiens avec un rebelle
De CHALENDAR DE SURVIRE C. Un journal décousu Dire vrai ou Dieu entre racisme et religions

DUROC R. La foi et la raison GALLO J.G. GARBAR F. GENTOU A.. HARRIS J.P. KIRCHNER Lafin de l'histoire ou la Sagesse chrétienne Chasser le mal Invités à vivre SIe Bernadette D. Dieu, Créateur ou biblique de la morale chrétienne

KRUMB J-M Les fondements LECLERCQ

P. Un Dieu vivant Pour un monde vivant G. La cigale

ROCHECOURT SANTANER LECLERCQ

P. M-A. Qui est Croyant? P. Un Dieu vivant Pour un monde vivant P. Réflexions sur les stigmates

VERCELETTO

Le bruit court que c'est Dieu le père qui décréta "que la lumière soit, et la lumière fu~~.. Pour moi, je dirais plutôt: Lascaux, Paolo Ucello, Piene della Francesca,

Poussin, Cézanne et la suite... - à voir-

Henri Cartier-Bresson
13 mars 2003

Je crois en Dieu:1 moi non plus...

CHAPITRE I

Quelle idée farfelue a traversé l'esprit de Philippe LEGRAND mon père, de me baptiser, moi, son premier fils : "Alexandre" , et précisons, pour être conforme à l'état civil "Alexandre-Philippe". Passe encore pour Harry COVER ou CUCHE Armand, deux potes que j'avais fréquentés à l'âge ingrat, et qui, comme, moi, ci-devant Alexandre LEGRAND, avaient subi les plaisanteries de nos camarades et de nos copines respectifs. Mais mes copains n'avaient pas eu à supporter la notoriété de ce célèbre roi de Macédoine, maitre de la Grèce et de l'Empire perse. Mon père avait dû péter les plombs le jour de ma naissance, faire la java avec les copains pour fêter l'heureux événement et s'en aller, encore tout groggy, me déclarer à la mairie. Toujours est-il que ma mère n'apprécia pas ce diktat de plaisantin, elle qui souhaitait

9

Je crois en Dieu, moi non plus...

d'ailleurs mettre bas une petite Legrand et non pas un garçon. Une fille, c'est menu, c'est plus facile à passer en première couche! Ironie du sort, moi, le grand Alexandre étais né tout petit, chétif, sans un poil sous le képi, presque un crevoton qu'on faillit élever dans une couveuse comme les poussins. Il fallut d'ailleurs attendre plusieurs allaitements pour découvrir que mon système pileux était couleur des blés. Relevée de ses couches, ma mère décida sans l'avis de Philippe, son mari, de raccourcir le prénom de son nabot et m'appela Alex. Ouf! Plus tard, j'ai cogité, j'ai cherché à savoir si ce n'était pas par un calcul subtil que mon père m'avait appelé Alexandre. Je n'ai jamais eu de certitudes formelles mais des indices sérieux m'en donnent quasiment l'intime conviction. Par exemple, le Grand Alexandre avait succédé à son père le Roi Philippe II de Macédoine... Troublant! Et Alexandre Legrand serait ainsi le successeur de Philippe Legrand. Élémentaire, mon cher docteur Watson! Philippe II avait conquis la Thrace au IV siècle avant J.C., Philippe Legrand voulait-il donc laisser des traces par l'intermédiaire de sa progéniture? Astuce? Coïncidence? Préméditation? Etant 10

Je crois en Dieu, moi non plus...

donné ce qui va suivre, je penche sérieusement pour la préméditation, les vapeurs d'alcool n'ayant sans doute pas totalement embué son cerveau le jour de mon écloSIon. C'est très fort en chocolat... Léchez-vous les babines! Les établissements LEGRAND faisaient dans la conserve de fruits et légumes et, la spécialité de la maison, le produit phare, la vache à lait du chiffre d'affaires, c'était la macédoine! Inimaginable tout ce qu'on peut fourrer dans ces bottes en fer blanc! Tout ce qui n'est pas bon pour l'étal, quand c'est trop mtlr, ou quand les producteurs sont exsangues, toute la merde décrite par Jean-Pierre Coffe vous est enfournée par camions entiers dans les autocuiseurs. Le Grand Alexandre avait régné sur la Macédoine et le rejeton de Philippe régnerait à sa majorité sur les rayons des supermarchés avec la macédoine LEGRAND, celle qui vous donne de la pêche, du jus, du piment! En piochant dans le syllabaire de mon enfance, ce vieux livre en cartonné écorné avec des dessins, des a, des l, des p et encore des A, des L et des P bien plus gros que les petits, j'ai découvert le mot PAL, et PAL correspondait exactement à l'abréviation de Philippe Alexandre Legrand. C'était le surnom usuel de mon père. Il m'avait donc chipé l'un de mes prénoms et pour Il

Je crois en Dieu, moi non plus...

compenser cet emprunt, il avait ajouté son propre prénom. Du troc de bougnat. PAL ne savait pas encore que quelques années plus tard, il remplirait ses boites en fer blanc de "Karibou-Ronron", la pâtée pour chiens concurrente de PAL, pour le bonheur des actionnaires toujours prêts à tendre la patte comme des toutous pour toucher leur sucre annuel. En voilà bien assez pour situer les deux bonshommes, je ne vais quand même pas vous foutre la nausée, vous faire jerber. D'ici à ce qu'on accuse la macédoine ! Pour mes cinq ans, je reçus un cadeau inattendu... une petite soeur toute rouge comme une pivoine. Ce petit bout de viande criait, rageait, pleurait comme si on l'avait battu jusqu'au sang. Pour justifier son état sanguinolent de nouveau-né, à peine sortie du ventre de sa mère, mon père me dit qu'on l'avait trouvée dans les orties. Piquante, elle l'était comme un hérisson! Si bien que je préférais jouer avec mon gros lapin en peluche ou mon cheval de bois à bascule. Lui, il était docile; enfermé dans son parc comme la petite peste, il n'avait jamais sauté la barrière pour ruer dans mes tibias ! PAL, ayant de la suite dans ses idées fumeuses, baptisa en grande pompe cette petite chose rouge du prénom de Pomme. Pomme, comme la fameuse purée de pommes célébrée, aux quatre coins du canton par des affiches montrant, grandeur nature, un bambin déguisé 12