Journal d'un apprenti pervers

De
Publié par

« Ce n’est que vers onze ans, à la BBC que j’ai entendu pour la première fois le terme homosexual. Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’un tel mot pouvait signifier même si je commençais à soupçonner le frisson que sa seule évocation devait répandre dans les foyers. Le lendemain je demandais innocemment le sens du mot à mon professeur : « Ce sont des hommes qui s’appellent en général Cecil, qui ont un poignet mou et aiment les matelots » me répondit-elle. Ouf, pensais-je, heureusement, je ne fais pas partie de ceux là. » 
Alex Taylor a grandi en Cornouailles dans les années 60, fils unique au sein d’une famille heureuse, sans histoire. Il découvre tôt son homosexualité en rêvant de ressembler à Emma Peel de Chapeaux melons et bottes de cuir, amazone toute de cuir vêtue qui se jouait des traditions et permettait au jeune Alex d’imaginer hors de l’Angleterre machiste et pudibonde un monde de glamour fait de femmes et d’hommes extravagants. Après des études à Oxford et ses premières expériences sexuelles, Alex Taylor part à Paris. Tout en devenant professeur puis journaliste, il profite de son « exil sexuel », milite et découvre une sexualité libre, sans tabous ni limites, osant des scénarii parfois trash où désir, peur et douleur sont mêlés. L’auteur nous raconte sans fard et souvent avec humour et autodérision ses expériences, ses amours fauchés par le Sida, du Paris des backrooms, aux nouvelles fêtes branchées de Berlin en passant par les boites fétichistes de Londres. Il se livre, compare, juge les nouvelles tendances, s’interroge. Ses mémoires d’un apprenti pervers sont ainsi l’occasion pour cet européen avant l’heure amoureux des langues, de dresser un portrait original de l’Europe, avec ses différences culturelles et d’observer l’évolution des mœurs et des mentalités.
Publié le : mercredi 3 octobre 2007
Lecture(s) : 98
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709632904
Nombre de pages : 305
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Ce n’est que vers onze ans, à la BBC que j’ai entendu pour la première fois le terme homosexual. Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’un tel mot pouvait signifier même si je commençais à soupçonner le frisson que sa seule évocation devait répandre dans les foyers. Le lendemain je demandais innocemment le sens du mot à mon professeur : « Ce sont des hommes qui s’appellent en général Cecil, qui ont un poignet mou et aiment les matelots » me répondit-elle. Ouf, pensais-je, heureusement, je ne fais pas partie de ceux là. » 
Alex Taylor a grandi en Cornouailles dans les années 60, fils unique au sein d’une famille heureuse, sans histoire. Il découvre tôt son homosexualité en rêvant de ressembler à Emma Peel de Chapeaux melons et bottes de cuir
, amazone toute de cuir vêtue qui se jouait des traditions et permettait au jeune Alex d’imaginer hors de l’Angleterre machiste et pudibonde un monde de glamour fait de femmes et d’hommes extravagants. Après des études à Oxford et ses premières expériences sexuelles, Alex Taylor part à Paris. Tout en devenant professeur puis journaliste, il profite de son « exil sexuel », milite et découvre une sexualité libre, sans tabous ni limites, osant des scénarii parfois trash où désir, peur et douleur sont mêlés. L’auteur nous raconte sans fard et souvent avec humour et autodérision ses expériences, ses amours fauchés par le Sida, du Paris des backrooms, aux nouvelles fêtes branchées de Berlin en passant par les boites fétichistes de Londres. Il se livre, compare, juge les nouvelles tendances, s’interroge. Ses mémoires d’un apprenti pervers sont ainsi l’occasion pour cet européen avant l’heure amoureux des langues, de dresser un portrait original de l’Europe, avec ses différences culturelles et d’observer l’évolution des mœurs et des mentalités.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant