Journal, tome cinquième

De
Publié par

Cinquième tome d'un témoignage passionnant de deux personnages au cœur de la vie littéraire du XIXème siècle, regroupant observations politiques, propos entendus dans les diners mondains et les salons, récit des succès ou des échecs des prochains livres ou pièces de théâtre.

Publié le : mardi 1 janvier 1935
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246792925
Nombre de pages : 265
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ŒUVRES DE E. ET J. DE GONCOURT
Tous les ouvrages contiennent une postface écrite par un Membre de l’Académie Goncourt.
Déjà parus dans la même édition :
EDMOND ET JULES DE GONCOURT
GERMINIE LAGERTEUX, roman, postface de Gustave Geffroy.
SOPHIE ARNOULD, d’après sa correspondance et ses Mémoires inédits, postface d’Emile Bergerat.
SŒUR PHILOMÈNE, roman, postface de Lucien Descaves.
RENÉE MAUPERIN, roman, postface d’Henry Céard.
MADAME GERVAISAIS, roman, postface de Gustave Geffroy.
LA FEMME AU DIX-HUITIÈME SIÈCLE, postface de J.-H. Rosny jeune (2 vol.).
PORTRAITS INTIMES DU DIX-HUITIÈME SIÈCLE, postface de Jean Ajalbert (2 vol.).
MANETTE SALOMON, roman, postface de Lucien Descaves.
GAVARNI. L’homme et l’œuvre, postface de Gustave Geffroy,
HISTOIRE DB MARIE-ANTOINETTE, postface de J.-H. Rosny aîné.
CHARLES DEMAILLY, roman, postface de J.-H. Rosny jeune.
PRÉFACES ET MANIFESTES LITTÉRAIRES, postface de Jean Ajalbert.
MADAME DE POMPADOUR, postface de J.-H. Rosny aîné.
QUELQUES CRÉATURES DE CE TEMPS, postface de J.-H. Rosny aîné.
L’ART DU DIX-HUITIÈME SIÈCLE, postface de Pol Neveux (3 vol.).
HISTOIRE DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE PENDANT LA RÉVOLUTION, postface de Lucien Descaves.
HISTOIRE DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE PENDANT LE DIRECTOIRE, postface de Lucien Descaves.
EN 18.., postface de Gaston Chérau.
THÉATRE. Henriette Maréchal. — La Patrie en danger, postface de Jean Ajalbert.
LA DU BARRY, augmentée de lettres et documents inédits, postface de J.-H. Rosny aîné.
LA DUCHESSE DE CHATEAUROUX ET SES SŒURS, augmentée de lettres et documents inédits, postface de J.-H. Rosny aîné.
JOURNAL, Tome I (1851-1861), postface de Lucien Descaves.
JOURNAL, Tome II (1862-1865).
JOURNAL, Tome III (1866-1870).
JOURNAL, Tome IV (1870-1871), postface de Lucien Descaves.
JOURNAL, Tome V (1872-1877).
EDMOND DE GONCOURT
LA FILLE ÉLISA, roman, postface de Jean Ajalbert.
CHÉRIE, roman, postface de J.-H. Rosny aîné.
LA GUIMARD, d’après les registres des Menus-Plaisirs, de la Bibliothèque de l’Opéra, etc., postface de J.-H. Rosny jeune.
HOKOUSAÏ. L’Art Japonais au XVIIIe siècle, postface de Léon Hennique.
LA FAUSTIN, roman, postface de Lucien Descaves.
LES FRÈRES ZEMGANNO, roman, postface de Léon Hennique.
OUTAMARO. Le peintre des maisons vertes. L’art japonais au X VIIIe siècle, postface de J.-H. Rosny jeune.
MADAME SAINT-HUBERTY, d’après sa correspondance et ses papiers de famille, postface d’Henry Céard.
MADEMOISELLE CLAIRON, d’après ses correspondances et les rapports de police du temps, postface de Lucien Descaves.
LA MAISON D’UN ARTISTE, postface de Pol Neveux (2 vol.).
JULES DE GONCOURT
LETTRES, introduction d’Henry Céard.
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
© Éditions Grasset & Fasquelle 1935.
9782246792925 — 1re publication
PRÉFACE
(Réponse à Monsieur Renan)
Monsieur Renan me faisait l’honneur de me dire, il y a des années, qu’une lettre fausse avait été publiée par le Figaro, comme émanant de lui, et que son dédain de l’imprimé était tel, qu’il n’avait pas réclamé.
Le monsieur Renan de l’année dernière, est vraiment bien changé.
A propos de vieilles conversations de 1870, rapportées dans mon Journal : voici la lettre, que le
Petit Lannionnais publiait de l’auteur de la Vie de jésus-christ.
Paris, 26 novembre 1890.
Ah ! mon cher cousin, que je vous sais gré de vous indigner pour moi, en ce temps de mensonge, de faux commérages et de faux racontars. Tous ces récits de M. de Goncourt sur des dîners, dont il n’avait aucun droit de se faire l’historiographe, sont de complètes transformations de la vérité. Il n’a pas compris, et nous attribue ce que son esprit, fermé à toute idée générale, lui a fait croire ou entendre. En ce qui me concerne, je proteste de toutes mes forces contre ce triste reportage...
...........................
J’ai pour principe que le radotage des sots ne tire pas à conséquence...
Et les foudres de cette lettre n’ont pas suffi à l’homme bénin. Ça été, tous les jours, un interview nouveau, où, en son indignation grandissante d’heure en heure, il déclarait :
Le 6 décembre, dans le Paris, que le sens des choses abstraites me manquait absolument.
Le 10 décembre, dans le XIXesiècle, que j’avais perdu le sens moral.
Le 11 décembre, dans la Presse, que j’étais inintelligent, complètement inintelligent.
Et peut-être M. Renan a-t-il dit bien d’autres choses dans les interviews, que je n’ai pas lus.
Tout cela, mon doux Jésus ! pour la divulgation d’idées générales du penseur, d’idées générales que tout le monde a entendu développer par lui à Magny et ailleurs, d’idées générales, toutes transparentes dans ses livres, quand elles n’y sont pas nettement formulées, d’idées générales dont il aurait, j’ai tout lieu de le croire, remercié le divulgateur, si le parti clérical ne s’en était pas emparé, pour lui faire la guerre.
Remontons à ces dernières années, aux années précédant la polémique qui s’est élevée entre M. Renan et moi. Voici ce que j’écrivais dans le dernier volume de la première série de mon Journal.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi