L’Étoile courageuse - TOME 1

De
Publié par

Une jeune fille habite dans une petite ville du nord de la France.
Elle avait un regard magnifique, mais surtout un mauvais carma.
Cette jeune fille c'était moi.

Petite je vivais des moments magiques, mais plus je grandissais plus je devais me battre contre ce mauvais carma qui envahissait ma vie. Je devais affronter toutes sortes de choses terribles, de la maltraitance, car je ressemblais à ma mère, à un viol déroutant mais aussi à des malheurs successifs qui, petit à petit, me détruisais.
Je ne voulais pas abandonner ces batailles car renoncer à se battre revenait à renoncer à vivre. Je décidais donc de prendre le taureau par les cornes et de foncer ; quoi qu'il advienne.

« Ne laisse jamais la peur ou la crainte t'empêcher de jouer un match. »


Publié le : mercredi 1 juillet 2015
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332904614
Nombre de pages : 70
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Cover

Copyright

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-90459-1

 

© Edilivre, 2015

Chapitre 01
Le commencement

Tout commença à 6h45 un beau matin du 29 juin 1988, dans une petite ville du nord de la France, une étoile est née nommée Mélissa.

Elle avait un regard magnifique de grands et beaux yeux bleus, un sourire sublime mais par tous les malheurs, elle a une mauvaise étoile qui plane au-dessus d’elle.

Cette étoile c’est moi.

En décembre 1992, mes meilleurs moments étaient pendant les fêtes de noël, toute la famille était réunie, tout le monde s’amusa surtout moi tout allait bien à cette époque.

Lancement de confetti, chansons pour tout le monde, et pour tout le monde la danse.

Tous en queue leu-leu, tout le monde chantait, dansait dans la maison et dans la rue.

En 1993, mon malheur commença à l’âge de 6 ans ; Lors d’une violente dispute entre mes parents, mon père frappa ma mère avec un vase brisé qui laissa une cicatrice à vie sur son bras, quelques jours plus tard ma mère a lancé une procédure de divorce qui va durer 7 ans.

Ma vie commença alors par un cauchemar sans fin, c’est comme un arbre qui pousse on découvre ses branches, ses feuilles mais mes feuilles poussent jaunes et à force d’avancer dans la vie je pers mes feuilles et mes branches se cassent, mon arbre a finalement était coupé puis a pourri en se laissant mourir par la vie.

25 mai 1990, j’attrape une légère varicelle c’est déjà assez dur avec mon ezcéma atopique ; Puis le 6 juillet 1990, j’attrapai à nouveau la varicelle plus forte, et bien sûr deux jours après fut la naissance de mon petit frère Ludovic.

Le 17 février 1992, j’était âgée de 5 ans je m’amusais avec mon petit frère âgé de 3 ans, faissant des pirouettes près du feu, mais un accident ça arrive très vite ; alors que je faisais une pirouette mal calculée j’atterris dans le feu de cheminé qu’on avait dans la salle à manger, un feu noir en fonte, j’atterris les fesses en premier.

Je me suis mise à hurler et je pleurais de douleur ; ma mère affolée, appela mon grand père qui était aussi notre voisin.

Mon grand père m’allongea ventre sur la table, mettant du rouge sur mes fesses, ma mère pendant ce temps appela une ambulance, l’ambulance arriva très vite et me conduisit à l’hôpital.

Arrivée à l’hôpital je fus placée dans une énorme barque de glace, afin de baisser ma température qui avait atteint les 42 de fièvre sachant que j’avais déjà une angine. J’ai mis quelques jours à m’en remettre car la fièvre persistait.

Quelques jours plus tard, j’allais beaucoup mieux et pouvais sortir de l’hôpital.

Décembre 1995, plus de noël en famille ma mère avoua qu’elle n’aimait pas ça, car c’était elle qui était de corvée à nettoyer, ranger, ou même préparer la fête.

Mes seuls moments où je me sentais bien m’ont été enlevés. Mais je ne pouvais rien faire contre ça ma mère avait pris une décision sans penser à ce que ça pouvait nous faire, j’étais bien sûr malheureuse.

Le divorce était toujours en cours.

Mon père, nommé Roger, traîna le divorce pour se venger de ma mère pour obtenir la garde de moi et mes frères. Juste pour une simple vengeance ils vont tous les deux détruire ma vie, mes rêves, mes espoirs, et tous ce en quoi je croyais, en gros il vont m’empêcher de respirer jusqu’a ce que je me laisse partir.

Chapitre 02
La descente aux enfers

Après 7 ans, il obtient la garde, les week-ends et pendant les vacances, il avait en quelque sorte gagné car il avait vidé les comptes de sa famille, pas sûr qu’elle puisse nous nourrir les lendemains, on vivait au jour le jour. Car l’argent que mon père avait volé il le gardait dans un coffre pour lui.

A 7 ans je commençais avec mes deux frères (Alain et Ludovic), les week-ends et les vacances chez mon père.

La bataille continuait mais cette fois c’était plus réel car il nous avait pour lui, mon père alors commença à me maltraiter, non seulement, je l’affrontais à chaque instant mais aussi toute sa famille, ça commencait par de la mal bouffe périmé pour je vomisse ou mal cuisinée en passant par des insultes et pour finir des gestes mal placés et certains moments je passais un mois à écrire une punition du matin au soir sans raison, la seule pause à laquelle j’avais droit était la pause pipi.

J’étais celle qui subissait plus de choses que les autres car mon père disait que je ressemblais à ma mère, il était toujours sur mon dos à m’insulter, me juger, et violer mon intimité.

Mon père était un homme sans cœur, il m’espionnait sans cesse, alors que je parlais avec mes frères dans la chambre pour écouter ce que je leur disais, il avait mis un micro sous le lit j’imagine pas ce qu’il pouvait penser car encore aujourd’hui c’est flou dans ma tête, comment peut-on faire ça à ses enfants ?

Comment on viole la vie privée de sa fille ? C’est quelqu’un de très dérangé, et sa seul excuse c’est que il me detestait car je ressemblais à ma mère.

Pire encore il m’espionnait sans arrêt y compris dans les moments d’intimité, il règlait lui même les stores de la salle de bain afin qu’il puisse voir de dehors, car la salle de bain donnait dans sa cour, puis il réglait l’eau de la baignoire afin qu’il laisse juste un fond en prétendant que l’eau coûte très chère.

Pendant 5 ans j’ai été espionnée, violée du regard, mais si seulement ça c’était arrêter là mais non bien sur il faut que ça aille beaucoup plus loin, maltraité par toute sa famille et lui même à croire qu’il essayait de gagner un concours de méchanceté.

Sa famille aussi me détestait vu qu’il detester ma mère, cette haine ils on bien sûr retransmise sur moi, en essayant de me faire vomir à travers des plats dont la date de consommation était dépassée on pouvait le voir à travers les légumes de couleurs suspectes...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant