L'humanitaire en partage

De
Publié par

A travers le récit de convoyages humanitaires qu'elle effectue depuis plus de dix ans, dans le monde entier, pour Aviation Sans Frontières, Mona Levinson-Levavasseur nous entraîne de Tel-Aviv au Népal, en passant par le Maroc et le Mali pour y chercher des enfants aux pathologies lourdes afin qu'ils puissent être soignés et sauvés en France, ou encore aux USA où elle accompagne des victimes des génocides du Libéria et du Rwanda... Ce livre d'aventures uniques nous fait passer du rire aux larmes dans une fulgurance d'humanité !
Publié le : samedi 1 mai 2010
Lecture(s) : 267
EAN13 : 9782336281834
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L'HUMANITAIRE

EN PARTAGE

Témoignages

Graveurs de mémoire
Dernières parutions

Daniel BARON, La vie douce-amère d'un enfant juif, 2010. M. A. Varténie BEDANIAN, Le chant des rencontres. Diasporama,20l0. Anne-Cécile MAKOSSO-AKENDENGUE, Ceci n'est pas l'Afrique. Récit d'une Française au Gabon, 2010. Micheline FALIGUERHO, Jean de Bedous. Un héros ordinaire,20l0. Pierre LONGIN, Mon chemin de Compostelle. Entre réflexion, don et action, 2010. Claude GAMBLIN, Un gamin ordinaire en Normandie (19401945),2010. Jean-Pierre COSTAGLIOLA, Le Souffle de l'Exil. Récit des années France, 2010. Jacques FRANCK, Le sérieux et lefutile après la guerre, 2009. Henri-Paul ZICOLA, Les dix commandements d'un patron, 2010. Albert DUCROCQ, Des Alpes à l'Uruguay. Un pont entre deux rives,20l0. Edmond BAGARRE, Géologue: une vie de recherches et d'aventures. Afrique, Amérique, Europe, Asie, 2009. Pierre-Alban THOMAS, De la Résistance à l'Indochine. Les cas de conscience d'un FTP dans les guerres coloniales, 2009. Elhadj Mohamed Lamine TOURE, Mémoires d'un compagnon de l'indépendance guinéenne, 2009. Jean-Claude LEPRUN, Une jeunesse malgache (1942-1966), 2009. Jeannine PILLIARD-MINKOWSKI, Eugène Minkowski 18851972 et Françoise Minkowska 1882-1950. Eclats de mémoire, 2009. Jacqueline ADUTT-THIBAUT, Mon Avenue Montaigne, 2009. Michel MALHERBE, Fonctionnaire ou touriste? Mémoires d'un globe trotter, 2009. Jacques- Thierry GALLO, Mon histoire avec Dieu. Un témoignage vivant, 2009.

Mona Levinson- Levavasseur

L'HUMANITAIRE

EN PARTAGE

Témoinnanes

L'Harmattan

@ L'Harmattan,

2010

5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharrnattan.com diffusion.harrnattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr ISBN 978-2-296-11725-9 EAN 9782296117259

Remerciements
Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m'ont encouragée à écrire ce livre:
Jean-Claude Gérin, Président d'Aviation Sans frontières, l'équipe convoyaged'enfants.en charge de la logistique, particulièrement Christiane V, Danielle, Gisèle, Jade et Mireille.

Mes remerciements vont à tous les commandants de bord, membres d'équipages, personnels au sol d'Air France, également aux personnels des autres compagnies aériennes en pool avec Air France, qui n'ont de cesse de faire le maximum pour faciliter mes déplacements lorsque je suis en mission. Un merci individuel au commandant Jean Paul Nourrigat, pour son soutien lors d'un retour très délicat en partance du Togo, et à Ingrid Sinclair, agent AF à Londres, pour sa générosité. Je remercie mon amie Myriam, qui n'a eu de cesse de m'encourager à écrire ce livre et dont la ferveur pour ce travail m'a beaucoup aidée. Merci à Rosie pour ses conseils avisés, son enthousiasme communicatif et son amitié indéfectible. Merci à mes amies:

Christiane T Q pour l'aide professionnelle qu'elle m'a apportée avec simplicité, générosité et délicatesse dans le travail de correction; Hélène et Stéphanie qui ont su me communiquer leur enthousiasme et m'aider de leur authentique amitié; Nadine, dite 'Petite Châtaigne " pour son aide informatique. Merci à ma cousine et amie Suzanne Dunn-Shneider qui, à Chicago, mène annuellement des actions de soutien en faveur
d' Aviation Sans frontières et qui envisage, dans ce cadre, l'étude

de ce livre avec ses élèves. Merci pour leurs encouragements fervents dans mon travail d'écriture à Sœur Marie-Hélène Camara, Sœur Giovanna et à tous ceux et celles qui en attendent la publication. Que la personne qui n'est pas mentionnée ici, par désir de discrétion des liens qui nous unissent, sache se reconnaître: sans elle, je n'aurais jamais pu accomplir le travail sur moimême qui me permet de Vivre et de créer. Mes remerciements vont, tout spécialement, à mon mari, André Levavasseur, qui de part ses fonctions professionnelles à Air France m'a permis d'intégrer l'équipe des convoyages d'Aviation Sansfrontières; m'apporte son aide indéfectible lors de mes nombreux déplacements, m'a incitée à écrire ce livre, sans relâche, jusqu'à ce que je le fasse et, tâche difficile entre toutes, a été mon premier lecteur passionné! Merci pour ses encouragements quotidiens et son soutien permanent dans mon travail de création, quel qu'il soit.

8

Avant-propos
Aviation Sans frontières, association humanitaire non subventionnée, appréciera la connaissance que ce livre permet au lecteur d'acquérir sur les missions de convoyages d'enfants et, exceptionnellement, d'adultes. Il se peut d'ailleurs que le lecteur ait déjà été, ou soit dans l'avenir, sur un même vol qu'un convoyeur (convoyeuse)
d'Aviation

Sans frontières, alors je lui souhaite de trouver dans ce

texte les réponses à ses questions nous concernant. Tout le travail difficile, invisible et ingrat de préparation des convoyages est la responsabilité de quelques volontaires qui, depuis des années, ne comptent plus les heures supplémentaires passées au bureau pour préparer les mISSIOns. Sans eux aucun convoyage ne serait possible. Les convoyages d'Aviation Sansfrontièresne sont pas anodins sur le plan des relations humaines. C'est surtout à ce titre que j'ai eu à cœur d'écrire ce livre. Mon choix s'est arrêté sur le récit de convoyages délicats qui ont permis l'intervention bénéfique de nombreuses personnes. Que cette chaîne humanitaire que constituent les humains

ayant soif de partage - au-delà du cadre des associations
officielles reconnues et approuvées -, trouve dans ce livre la reconnaissance que je lui dois, et la toute première place. Ceci étant, les convoyages faciles existent, aussi!

Par convoyage facile, entendons l'accompagnateur (accompagnatrice) qui monte dans l'avion avec un enfant

beau comme un ange - il est des maladies invisibles à l' œil
nu -, qui de tout le voyage ne sera que câlins et s'endormira dans les bras de l'adulte. Tous deux arriveront à destination frais et dispos. En dix ans de missions pour Âviation Sans frontières' j'ai goûté à ce type de convoyage surtout sur les lignes d'ExtrêmeOrient en partance pour le Vietnam, le Laos et le Cambodge. Cependant, il est reconnu que la personnalité de l'être humain attire les situations dans lesquelles il est inséré. Pour ce qui est de cette vie - qui se trouve être la mienne dans ce siècle - je suis avide de la relation à l'autre, d'aventures, de découvertes, d'insolite et de dépassement de moi-même. De ce fait, non seulement j'attire des situations extrêmes, mais je les porte en moi tel un fruit qui doit arriver à maturation, et que je me dois, ensuite, en remerciement à la vie, d'offrir pour le partager. Que le lecteur puisse se nournr de l'authenticité des convoyages que je relate. Ils sont la vie telle qu'elle gicle, à chaque instant, sous nos yeux; une vie que - pour rien au monde - je ne laisserais passer, sans être en plein dedans, jusqu'à ce que le dernier courant m'emporte...

Bonne lecture et bon voyage!

10

À mon mari,

Pour recevoir davantage, il faut donner ce qu'on a reçu. Si on le garde, la stagnation suit. Prenez une roue qui engendre de la force hydraulique, et supposez que tout à coup, de son propre chef, elle retienne l'eau qui la fait tourner Elle sera aussitôt immobilisée. Il faut que l'eau coule librement à travers la roue pour être utile et créer de l'énergie. Il en va de même pour l 'homme. Baird T Spalding

Rania
Chaque convoyage est unique, chaque enfant différent, les familles peuvent être à surprises comme certains meubles sont à tiroirs multiples et secrets, tout pays a ses caractéristiques et un convoyeur d'Aviation Sansfrontières- dans nos récits, une convoyeuse - est également un spécimen unique en son genre. Ces vérités considérées, on peut en déduire qu'un convoyage d'AviationSansfrontièresn'a rien de tristounet à moins que le convoyeur ne soit né avec deux bonnets de nuit sur la tête. Je puis affirmer que je ne me suis jamais ennuyée lors d'un convoyage. Aucun n'a engendré la monotonie, pas même ceux qui se sont déroulés sans difficulté.

Remontons le temps jusqu'au convoyage du lundi 15 janvier 2007 dans l'aéroport de Casablanca où je dois rencontrer Rania, six ans, et sa famille. A la lecture du dossier que m'avait remis Aviation Sans frontières j'avais appris que l'enfant, affligée d'un strabisme convergent, devait aller se faire opérer à Marseille. J'étais alors loin de me douter de ce que strabisme convergent signifiait... Dans le cas de Rania, les deux iris se rencontraient à la base du nez pour en chevaucher l'axe médian dans une cavalcade époustouflante! Deux jours auparavant, donc le samedi 13 janvier, je me
trouvais déjà à Fès

- ville

où les parents en provenance

de

Mekhnès devaient me remettre leur enfant le lundi 15, donc le jour du départ pour la France avec escale à Casa. Ce samedi 13, à mon retour des Thermes de Moulay Yacoub,

endroit magique pour patauger dans un bain de soufre et s'abandonner à un massage à I'huile d' Argan, après m'être gorgée de la lumière d'un coucher de soleil roux baignant les collines assoiffées d'eau, j'entre dans ma chambre à la sonnerie du téléphone. Je décroche pour entendre la voix et découvrir l'existence d'une tante de Rania, résidant à Marseille, où elle hébergera la petite. Alors que cette personne est supposée avoir acheté, puis envoyé au Maroc, le billet d'avion de sa nièce, elle me noie sous un déluge de paroles pour m'expliquer qu'elle a essayé, pendant plusieurs jours, en vain, d'obtenir sur Internet un billet à tarif réduit.

C'est donc au tout dernier moment qu'elle me fait savoir « Croyez-moi j'en suis désolée! Je vous lejure, madame! » -

que l'enfant n'a pas de titre de transport. - « Heureusement,
vous allez pouvoir m'aider! » Pas de billet! Au vu de l'heure, il ne peut être question de trouver une agence de voyages ouverte. Le lendemain, dimanche, il en sera de même. Or le vol, Fès Casa AT 755 du lundi, décolle à 6 a.m! En espérant que la nuit me porte conseil, je ferme les yeux pour les rouvrir aux aurores à la sonnerie du téléphone. Ce n'est pas la tatie de Marseille qui récidive, c'est le papa qui m'appelle de Mekhnès. Il m'annonce que, suite à ce malheur, pour réduire le coût du voyage il a une idée: il va faire, aujourd'hui dimanche, le trajet en voiture avec l'enfant jusqu'à Casa où nous nous

retrouverons, tous, à l'aéroport - « Inch Allah! » - le lundi
matin. J'évalue au plus vite sa proposition pas spécialement à mon goût. Elle présente, cependant, l'avantage de supprimer une étape en avion. Comme l'enfant n'a pas de billet, a fortiori pas de place réservée, j'en conclus qu'il faut jouer la carte, mais à deux conditions: respect absolu de l'horaire donné et tout aussi absolu du lieu de rencontre. - « Madame, vous avez ma parole d'honneur! Inch Allah! » Le choix de m'amener l'enfant directement à Casa allait, de fait, s'avérer le bon. Dans la nuit du dimanche au lundi, en

16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.