La chute de la maison Fortis

De
Publié par

6 octobre 2008. Lors d' une conférence à Bruxelles, Baudouin Prot, patron de BNP Paribas commente le rachat, à prix bradé, de Fortis, le premier groupe financier belge qui courait à la faillite. Après avoir été amputé de sa branche néerlandaise, vendue trois jours plus tôt aux Pays-Bas, Fortis est ainsi vidé de sa substance, au terme de négociations menées dans l’urgence par l’Etat belge lui-même. Un an plus tôt, Fortis entrait dans la cour des grands en s’emparant au prix fort de la banque néerlandaise ABN Amro. Plus dure fut la chute. Actionnaires furieux, clients et salariés déstabilisés, dirigeants conspués et remerciés : comment ce monumental gâchis a-t-il été possible ? Cet ouvrage plonge dans les coulisses du pouvoir et se glisse dans la peau des protagonistes : Maurice Lippens, président de Fortis et seigneur de l’économie belge, rêve de boucler sa brillante carrière en entrant dans l’histoire. Jean-Paul Votron, son administrateur délégué formé à l’anglo-saxonne, a pour mission de relever la maison. Face à l’accumulation des risques et alors que la crise financière menace, de hauts cadres tirent la sonnette d’alarme mais sont écartés. Les erreurs s’enchaînent jusqu’à ce que le gouvernement belge, enlisé depuis une éternité dans une crise communautaire, hérite malgré lui d’un dossier brûlant qui le fait enfin exister, à l’intérieur et à l’extérieur, car le bras de fer va aussi s’exercer avec le pouvoir français. L’histoire de Fortis n’est pas une fiction mais a tout du roman.
Publié le : mercredi 22 avril 2009
Lecture(s) : 44
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709633666
Nombre de pages : 271
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
6 octobre 2008. Lors d' une conférence à Bruxelles, Baudouin Prot, patron de BNP Paribas commente le rachat, à prix bradé, de Fortis, le premier groupe financier belge qui courait à la faillite. Après avoir été amputé de sa branche néerlandaise, vendue trois jours plus tôt aux Pays-Bas, Fortis est ainsi vidé de sa substance, au terme de négociations menées dans l’urgence par l’Etat belge lui-même. Un an plus tôt, Fortis entrait dans la cour des grands en s’emparant au prix fort de la banque néerlandaise ABN Amro. Plus dure fut la chute. Actionnaires furieux, clients et salariés déstabilisés, dirigeants conspués et remerciés : comment ce monumental gâchis a-t-il été possible ? Cet ouvrage plonge dans les coulisses du pouvoir et se glisse dans la peau des protagonistes : Maurice Lippens, président de Fortis et seigneur de l’économie belge, rêve de boucler sa brillante carrière en entrant dans l’histoire. Jean-Paul Votron, son administrateur délégué formé à l’anglo-saxonne, a pour mission de relever la maison. Face à l’accumulation des risques et alors que la crise financière menace, de hauts cadres tirent la sonnette d’alarme mais sont écartés. Les erreurs s’enchaînent jusqu’à ce que le gouvernement belge, enlisé depuis une éternité dans une crise communautaire, hérite malgré lui d’un dossier brûlant qui le fait enfin exister, à l’intérieur et à l’extérieur, car le bras de fer va aussi s’exercer avec le pouvoir français. L’histoire de Fortis n’est pas une fiction mais a tout du roman.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant