Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La glorieuse campagne du Comte de Grasse 1781-1782

126 pages
En 1781, "l'amiral de Grasse" jouait un rôle décisif dans la victoire d'Yorktown, l'un des événements les plus considérables de l'histoire moderne puisqu'il rendait inévitable l'indépendance des colonies anglaises qui devenaient les Etats-Unis d'Amérique. Le journal inédit de René-Calixte de Labat de Lapeyrière (lieutenant à Picardie-Infanterie en garnison de la Ville de Paris), enrichi de notes, donne l'occasion de réunir pour la première fois l'analyse exhaustive des différentes composantes de cette glorieuse campagne.
Voir plus Voir moins

De Grasse couv.qxd:De Grasse couv.qxd 14/12/10 11:02 Page 1
Société en FranceLa glorieuse campagne du comte de Grasse
des Fils de la Révolution Américaine
En1781,«l’amiraldeGrasse»jouaitunrôledécisifdanslavictoired’Yorktown,
Laglorieusecampagne
l’undesévénementslesplusconsidérablesdel’histoiremodernepuisqu’ilrendaitinévitablel’indépendancedescoloniesanglaisesquidevenaientlesÉtats-Unisd’Amérique. ducomtedeGrasse
Le journal inédit (1780-1782) de René-Calixte de Labat de Lapeyrière (lieu- 1781-1782
tenant à Picardie-Infanterie en garnison de la Ville de Paris), enrichi de notes,
donne l’occasion de réunir pour la première fois l’analyse exhaustive des
différentes composantes de cette glorieuse campagne :
– la personnalité du grand marin,
– la stratégie combinée terrestre et navale qui fut victorieuse,
– l’organisation des régiments et de leur service à la mer,
– la composition de l’état-major et de la garnison du vaisseau amiral,
– l’inventaire des soixante vaisseaux et frégates de cette campagne.
Mais aussi :
– les lieux où furent engagés tout ou partie de la plupart des régiments
d’infanterie du Roy durant cette guerre,
– quarantecombatsoùparmicentmilleFrançaisengagésentre1778et1783,
4 500 furent tués, 9 000 autres blessés, tandis que les malades perdaient la vie en
plus grand nombre encore.
Unéclairageexceptionnellementricheetcompletpourcomprendrelesfacteurs
décisifs de l’indépendance américaine et un témoignage rare sur un épisode
central de l'histoire moderne.
Publié sous l’égide du Comité consultatif d’histoire
de la Société en France des Fils de la Révolution Américaine
ISBN 978-2-901952-76-3
SPMPrix 25 € EDITIONSSPM
LaglorieusecampagneducomtedegrasseDe Grasse couv.qxd:De Grasse couv.qxd 14/12/10 11:02 Page 2
CapCitauplaittuiolantidoenCdoerCnworanlwlisallis
ArmAorimrieosirdieesldaefalamfiallmeiLllaebLaatbdaetLdaepLeayprieèyrerière
SiègSeièdg’eYodr’kYtoorwktnownLa glorieuse campagne du comte de G rasse 1







La glorieuse campagne
du comte de Grasse
1781-1782
2 La glorieuse campagne du comte de Grasse



















Illustration de couverture
Le comte de Grasse
Huile sur toile de Jean-Baptiste Mauzaisse (1784-1844)
Copie, au Service historique de la Défense-Mer,
du tableau du Musée de Versailles.
Cliché P. Villiers.

Illustration de deuxième de couverture
Armoiries de la famille Labat de Lapeyrière
Collection particulière

Illustrations de troisième de couverture
Siège d’Yorktown,
Détail d’après Van Blarenberghe
Collection particulière, droits réserv és

Capitulation de Cornwallis
Détail, d’après Van Blarenberghe.
Collection particulière, droits réservés
(extrait d’unC ahier de la Sabretach e: photo J. Guillot, Agenc e TOP)
La glorieuse campagne du comte de G rasse 3

Société en France
des Fils de la Révolution Américaine



La glorieuse campagne
du comte de Grasse
1781-1782


Développements historiques à propos
du journal d’un témoin oculaire
René Calixte de Labat de Lapeyrière
(1756-1849)
lieutenant au régiment de Provence-Picardie
en garnison de vaisseau sur lVa ille de Paris
et détaché au siège de Gloucester (face à Yorktown)









Publié sous l’égide
du Comité consultatif d’histoire
de la Société en France
des Fils de la Révolution América ine



SPM
Paris, 2010
4 La glorieuse campagne du comte de Grasse






























© Société en France des Fils de la Révolutiocnai nAmée,r i2010
20 rue Bosquet 75007 Paris
Sarfrance@free.fr

ISBN : 978-2-1952-76-3
SPM
34, rue Jacques-Louvel-Tessier 75010 Paris
Tél : 01 44 52 54 80 – fax : 01 44 52 5i4e l82 :– lceotutrarge@free.fr


La glorieuse campagne du comte de G rasse 5






Avant-propos



Les fonds d’archives familiales sont parfoirsi chdes’sue ne
insoupçonnée. Le Comité Consultatif d’HistoirFei ldse s de la
Révolution Américaine s’est fixé comme objectmietftr e dene valeur
certains documents encore inédits sur la guméerrieq ude ’Aque les
membres ou amis de l’association voudraient biein c olnufier.
Tel est le cas du journal tenu par un anct êdtre e direc
Christian de Lapeyrière. L’auteur relate les épisod es de sa
participation comme lieutenant d’infanterie à la rngaison du
vaisseau amiral du comte de Grasse au cours de la amcpagne
qui vit la double victoire, maritime de la Chesapea ke et terrestre
d’Yorktown.
La bonne compréhension d’une telle relation suipt posa
qu’elle soit enrichie par un appareil de notes daonnt nl’identité
et un bref résumé de carrière des personnages mentionnés. Le
colonel Bodinier, donDt icltioe nnaire des officiers de la Guerre
d’Amérique est bien connu et fait autorité, a bien voulu se
charger d’établir cet appareil critique.
Le Comité s’est alors demandé s’il ne convenait pdase
poursuivre ce travail historique. Il a décidé dli’cexipter
- le cadre et les stratégies mises en œuvre pour ttce e campagne
navale (article dont s’est chargé le professeur lVilers).
Campagne combinée avec les armées franco-américaine s
(article de Jacques de Trentinian)
- la personnalité de son chef (article de PhHilenirpat,p e qui
s’est par ailleurs attaché à transcrire et commenter avec Etienne
Taillemite les mémoires du marquis de Bouillé suor ns
gouvernement aux Antilles)
6 La glorieuse campagne du comte de Grasse
- le service particulier des garnisons d’infan pterlieacées sous
les ordres des commandants de navires puis de rappe ler
l’identité et les campagnes des principales unidté’isn fanterie
ayant contribué à un succès qui fut décisif pionurd lép’endance
des États-Unis (contribution du général Hanotauxe , splécialiste
ede l’infanterie du X VsiIIIècle).
De très complètes annexes comportent des précisions et
inventaires jamais rassemblés jusqu’ici en un mêmoeu vrage
des régiments et des pertes françaises de la guerre d’Amérique,
des navires et des garnisons de vaisseaux du comte de Grasse
au cours de cette période, y compris la liste does mmhes
d’infanterie du vaisseau amiral ainsi que ln’orcde ondun a4
avril 1781 régissant leur service à la mer.
Le lecteur du journal de René Calixte de L apest yairièrnesi
mis en possession d’un véritable manuel pédagogiq uesur
l’événement majeur de la Guerre d’Amérique.
Le Comité consultatif d’Histoire des Fils de la Roélvution
Américaine :
Bodinier (Lieutenant-colonel Gilbert), docteiustori reen h
Hanotaux (Général Michel), président de La Sabretahce
Henrat (Philippe), conservateur général honoraire es d
Archives de France
Monaque (Contre-amiral Rémi), historien de la Marien
Rossignol (Marie-Jeanne), professeur des universits é à
l’Université Paris-Diderot
Seguins-Cohorn (Thierry de), administrateur de loa cSiété en
France des SAR
Taillemite (Etienne), inspecteur général honodraies re
archives de France
Vanssay (Vicomte Jacques de), auteur de L’Amérique
française, enjeu européen
Villiers (Patrick), professeur des universités à l’ Université du
Littoral
Trentinian (Jacques de), vice-président-généralA R, NSS
coordinateur du comité.

La glorieuse campagne du comte de G rasse 7






I

Journal de
René-Calixte de Labat de Lapeyrière
1commentaires de Gilbert Bodini er



Campagne de mer : liasse concernant la campagne
de M. le Comte de Grasse en 1781 et 1782

Mois de mars - L’armée aux ordres de monsieur le co mte de
2Grasse a appareillé de la rade de Brest le 22 mars 1781 u a
nombre de 26 vaisseaux, 4 frégates, 3 cotres et 8 v aisseaux ou
frégates armés en flûtes escortant un convoi de v1oi60les.
3Monsieur le marquis de Castries alors à Brest, s’étant
transporté à la pointe du Portzic pour voir solrt’iar mée, fut
salué par le vaisseau commandant de 5 Vive le roit dee 19
coups de canon. Le salut fut rendu par une batteri de e la côte.
Dès que le convoi fut sorti de la rade, l’a rromée utef piatr un
bon vent et un beau temps, rangée sur 3 colonnes. es Lflûtes
conduisant le convoi qui marchaient tantôt àd ,t ritanbortôt à

1 Auteur notamment du Dictionnaire des officiers de l'Armée roySaleer,vi ce
historique de l'Armée de Terre, Éditions Mémoirets Doe cuments, 2005.
2 GRASSE-TILLY (François Joseph Paul, comte de). enNé 1722. Chef
d’escadre en 1779, sert sous d’Estaing en 177s9 , Gusoiuchen en 1780,
lieutenant général des armées navales le 22 1m arcso1mm7a8ndant la flotte
des Antilles. Ne sert plus après le combat duri l1 21 a7v82. Mort en 1787.
3 LA CROIX, marquis de CASTRIES (Charles Eugène Gabirel, de). Né en 1727.
Lieutenant général en 1755, commandant de lmaer ige,e nmidnaristre de la
Marine de 1780 à 1787, maréchal de France, mo1rt8 0en1.
8 La glorieuse campagne du comte de Grasse
bâbord suivant que les circonstances l’exigeaient.
Le 24 un bâtiment parlementaire espagnol venant de
Falmouth échanger des prisonniers allant à Cadix nus oa parlé
et nous a appris que l’armée anglaise au nombre de 27
vaisseaux de ligne avait doublé le cap Lizard l me ar17s et
faisait route pour Gibraltar escortant un convoi 200 de voiles.
De plus, il nous a annoncé la prise de nlt-’îEluesta cdhee pSaair
l’amiral Rodney. Il a continué sa route. Nodtrre e esclaégère a
souvent donné chasse à plusieurs bâtiments qui n’ont pu être
joints ou qui se sont trouvés neutres.
Le 29 les vaisseaux lHéeros,l’ Hannibal, l’Artésien, l e Sphinx,l e
Vengeur,l a corvette lFaortune (commandés par le commandeur de
Suffren) et 18 bâtiments de transport, se sonrést dséep al’armée, à
la hauteur à peu près de Madère (latitude 38°o n32,g iltude 20°) et
ont fait route pour l’Inde où ils étaien t Led esctoitnre ésl. e
Clairvoyant a profité du convoi de ces vaisseaux pour es ea ur endr
Sénégal avec 6 bâtiments marchands. Le 5 avrialis selaue lve
Sagittaire a fait route pour Rhode Island avec quelquesn btsâ tim
de notre convoi. Le 9 la frLéigvaetley l prie t la route de Cayenne et
fut suivie par quelques bâtiments du convoi.
Après ces séparations, l’escadre a resté composée d e 20
vaisseaux, 3 frégates, 2 cotres et le convoi de 120 voiles. Le
général s’étant aperçu qu’il y avait dans la f lplotteusieurs
mauvais voiliers qui retardaient beaucoup la marche de
l’escadre fit prendre à tous les vaisseaux de guer r une
remorque ce qui hâta beaucoup la marche. Le 16 le octre lA’lerte
fut expédié pour aller annoncer à la Martinirqriuve ée ld’e a
monsieur de Grasse. Le temps a toujours continué dêt’re beau
ainsi que le vent. Deux jours de calme ont séetuél esl es
contrariétés que nous ayons éprouvées. L’on peut compter cette
traversée au nombre des plus heureuses qu’ai jamais fait
l’armée escortant un convoi considérable.
L’intention du général étant d’atterrer sur le lViaunc à la
Martinique, il fit chasser en avant quelques vaissauex et les
frégates, le 22, pour découvrir la terre, prévoy aqnuet l’ennemi
qui était à Sainte Lucie pourrait avoir quelque ncoanissance de
La glorieuse campagne du comte de G rasse 9

nous et ne vint attaquer ou l’armée ou le convoi puor n’être
point surpris. Le 27 au soir l’on fit signal tende ir se prêt
combattre. Le 28 au soleil levant nos frégates alsignèrent la terre
de la Martinique. Vers les 9 heures nous aperçûmes très bien
notre colonie et l’île Sainte-Lucie.
Une frégate anglaise en station devant le Gros t Islquie
d’abord avait été prise pour française, après nouavso ir reconnu
et longtemps observé, à notre approche, se couvrit de voiles et
cingla vers la baie de Fort-Royal.
Bientôt après, nos vigies virent au devant de la biae l’escadre
anglaise au nombre, à ce que l’on peut voir danélos ilg’nement,
de 14 vaisseaux et 5 ou 6 frégates ou corvettes. Dans
l’aprèsmidi l’on les distingua s’éloignant un peu die le. a ba
Monsieur le comte de Grasse ne voulant point expro sue n
convoi aussi considérable qui lui était con’enfi éé lnoi gns er
sans l’avoir mis en sûreté jugea à propos d’atten e daur
lendemain et passa le reste du jour et toute la t nà uliouvoyer
dans le canal de Sainte-Lucie.
Pendant ce temps le vaisseau l eNorthumberland eut ordre
d’approcher le plus près de la pointe des salines ondt nous
n’étions qu’à une lieue et d’envoyer son canot dprre enlangue à
terre. A 8 heures du soir il rapporta au général uen lettre du
4major du Marin qui nous apprit que l’escadre qui avait été vue
devant la baie était ennemie, composée de 16 vaiaussx e et
quelques frégates commandée par l’amiral Hood et l econtre
5amiral Drach que depuis 2 mois elle tenait la colonie bloquée
que monsieur Rodney était avec trois vaisseaux à
SaintEustache depuis qu’il en avait fait la conquêts e. noCue velles ne
firent que confirmer la résolution que le génvéraialt p riase
d’attaquer le lendemain du moins si l’ennemi nld’ataite t.

4 Barthélémy, comte de MARIN, chef d’escadre en 178, 1sert jusqu’en 1791.
5 Il s’agit du contre amiral Samuel DRAKE (172) 9qu-1i7 8s9ur lPrai ncessa de
74 c., pris aux Espagnols, commandera l’avant -agnargdleaise face à de Grasse
à la Chesapeake. (P. Villiers)
10 La glorieuse campagne du comte de Grasse

Les treize colonies révoltées
(environ 360.000 sq. miles ; France environ*) .2 11.000
(le Maine ne deviendra un état distinct dus etMtass squac’ehnu 1820)
Le traité de paix de 1783 concédera 830.000e ss q.a umxi lUSA ; puis la cession de
la “Louisiane” 828.000 autres.
(*) ratio = 2,59