//img.uscri.be/pth/4127ebb92e694f8472a2e135674290a1d6c69404
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La guerre d'un gendarme en Algérie

De
240 pages
Durant dix années, dont sept de guerre, des territoires sahariens aux départements algériens, des combats dans l'Ouarsenis contre l'ALN aux enquêtes judiciaires lors des attentats du FLN ou de l'OAS, l'auteur décrit l'action quotidienne des gendarmes au contact des populations musulmanes, juives, européennes et des militaires. Il dépeint une Algérie complexe et trouve des espoirs de fraternité entre les peuples dans sa confrontation avec les plus extrêmes des violences.
Voir plus Voir moins
G
Gilbert Maurel
La guerre d’un gendarme en Algérie
Soldatdelaloi
Graveurs de Mémoire Série : Récits de vie / Maghreb
         
 
La guerre dun gendarme
en Algérie   
   
 
  Graveurs de Mémoire   Cette collection, consacrée essentiellement aux récits de vie et textes autobiographiques, souvre également aux études historiques  *       
        La liste des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr   
   
  
Gilbert Maurel
 La guerre dun gendarme en Algérie
 
Soldat de la loi                         
 
                     Illustration de couverture : Patrouille à cheval, années 50.         
 
© LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00943-8 EAN : 9782336009438  
                
 
 
 
Aux hommes et aux femmes dAlgérie et de France,
  
A mon épouse, pour son courage et son amour,
A mon fils qui ma poussé à écrire ce livre,
      t enoicrfra  len iuq                inéttare        
 
Avant-propos du silence au témoignage
   Mars 2012. Je crois achever le manuscrit de ce livre sans avoir eu un seul instant conscience que lon sapprêtait à commémorer le cinquantième anniversaire de la fin de la guerre dAlgérie. Le déferlement soudain darticles de journaux, de publications, douvrages et de revues hors-série, démissions de télévisions et de débats radiophoniques vient percuter le déroulement de la campagne des élections présidentielles françaises. On sintéresse aux rapatriés, aux harkis* un peu moins, aux soldats du contingent, aux hommes politiques et aux officiers généraux de cette époque, aux combattants algériens et à celles et ceux qui font lAlgérie daujourdhui. Je prends conscience que je suis, à mon tour, devenu un ancien combattant comme lavaient été avant moi ceux de la première et de la seconde guerre mondiale ou les revenants dIndochine. A mon tour je compte au nombre de curiosités historiques pour des jeunes gens nés depuis et qui ont lâge que javais quand je parcourais le djebel*.  Depuis des années, mon fils me demandait de témoigner. Au gré de nos conversations où je lui racontais ces années de guerre dans le pays qui lavait vu naître, il navait cessé de minviter, parfois menjoindre, décrire cette autre guerre dAlgérie qui fut celle des gendarmes de la République. Je ne parvenais pas à my résoudre. Quavais-je à dire ? Saurais-je le dire ? Tout était-il dicible ? Tout ce que jai vécu, tout ce que mes yeux ont vu nest pas racontable car il nest pas aisé dêtre son  9