La main morte

De
Publié par

Cette histoire est le récit d'événements réels librement transposés. L'auteur entend communiquer une expérience extrême, un très grave accident de voiture. À l'association d'éléments authentiques et imaginaires s'ajoutent des détails biographiques venus d'horizons divers. Si quelques épisodes dramatiques peuvent paraître démesurés, c'est qu'ils le furent. La réalité dépasse souvent la fiction. La mise en scène de ces multiples scénarios montre qu'une vie peut virer de bord de façon brutale, en quelques instants. Pour le meilleur ou pour le pire ?
Publié le : samedi 15 août 2015
Lecture(s) : 15
EAN13 : 9782336388441
Nombre de pages : 126
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Monique de BEAUCORPS
La main morte Renaître après accident
Préface de Françoise ARMENGAUD
LA MAIN MORTE Renaître après accident
Monique de BEAUCORPSLA MAIN MORTE Renaître après accident
Préface de Françoise ARMENGAUD
Du même auteur
Les symboles vivants, Nathan La peinture espagnole, Nathan Le voyage des peintres en Bretagne, Belin/Herscher La peinture des grands maîtres européens, avec Raoul Ergmann et François Trassard, La Martinière Une synergie dans l’art : SYN’ART, livre en ligne et Édition SYN’ART © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06770-4 EAN : 9782343067704
En moi aussi bien des choses ont été détruites que je croyais durer toujours et de nouvelles se sont édifiées donnant naissance à des peines et à des joies nouvelles que je n’aurais pu prévoir alors, de même que les anciennes me sont devenues difficiles à comprendre. Marcel Proust,Du côté de chez Swann
P R É F A C E Comment une vie peut-elle se reconstituer et se remodeler après un traumatisme majeur ? Telle est la question générale à laquelle répond, dans son intime et précise singularité, le récit entrepris par Monique de Beaucorps. Autrement dit, et plus précisément, comment s’effectuent aussi bien le travail de récupération physique que le travail, qui se révèlera exactement parallèle et concomitant, de remémoration, et plus encore, de reconstruction psychique ? Voici décrits, d’une manière qui m’a émue et souvent bouleversée, les chemins qui mèneront la protagoniste, Agnès, à revenir à la vie, à « s’en sortir », à conquérir ce que l’on appelle aujourd’hui sa « résilience ». Il ne s’agira nullement, on s’en doute, d’une restauration à l’identique, mais bien d’un renouvellement qui n’aura pas exclu les méandres de multiples métamorphoses. Par certains chocs majeurs, l’individu est touché, ses liens avec son entourage familial et amical se trouvent déplacés, remaniés, souvent jusqu’à la rupture. Cette constatation, c’est l’occasion pour Monique de Beaucorps d’aller plus loin et de l’approfondir en se livrant à une analyse subtile des attractions et des éloignements, des retours et rapprochements entre elle-même et ses proches. 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.