La pointe du couteau

De
Publié par


Gérard Chaliand a traversé le XXe siècle en homme libre et en nomade, souvent au plus près des zones de conflit. Le récit de son existence est un chant d'amour à la beauté du monde.






Étranger en Algérie. Novembre 1952. Un jeune homme de dix-huit ans à peine débarque à Alger - seul et en quête de lui-même. Il a laissé derrière lui Paris et sa famille, sans un mot et sans un regret. Ici, de l'autre côté de la Méditerranée, il ne connaît personne et doit se débrouiller comme il peut, non seulement pour subsister mais encore pour survivre. Dans deux ans exactement, une guerre longue et douloureuse éclatera. Entre-temps, Gérard Chaliand aura regagné la France. En tant que jeune Français, il lui sera alors demandé d'aller combattre ces Algériens avec lesquels il vient de fraterniser.

Les années de formation. Avec le romantisme de ses vingt ans, Gérard Chaliand songe que la vie est courte et qu'il faut y croquer à pleines dents. Tout en exerçant divers petits boulots, le jeune homme étanche sa soif de connaissances à Langues O', où il noue des amitiés durables et découvre l'amour. Fou de littérature, il publie également plusieurs recueils de poésie salués par André Breton et reçoit les encouragements de Jean-Paul Sartre pour son adaptation théâtrale de l'histoire du soldat Slovik, cet Américain condamné à mort pour désertion durant la Seconde Guerre mondiale, et qui fut le seul dont on exécuta la sentence.

L'appel du monde. Son engagement anticolonialiste au sein de Partisans, revue dont il est l'un des fondateurs au moment de la guerre d'Algérie, puis de Révolution africaine, joint à sa curiosité insatiable conduisent naturellement Gérard Chaliand à vouloir comprendre le monde à partir du terrain. De l'Afrique à l'Amérique latine, du Moyen-Orient à l'Asie orientale, il sillonne inlassablement le globe, croisant, au hasard des rencontres, Amilcar Cabral, Che Guevara ou Yasser Arafat. Acteur de la guérilla avant d'en devenir théoricien, il est aujourd'hui l'un des plus éminents spécialistes des problèmes politiques et stratégiques du monde contemporain.






L'AUTEUR








Géostratège mondialement reconnu et aventurier, Gérard Chaliand est né en 1934 à Bruxelles. Diplômé de l'Institut national des langues et civilisations orientales et auteur d'une thèse consacrée aux révolutions dans le tiers-monde, il prend position, dès 1954, en faveur de l'indépendance de l'Algérie. Après une fugue en 1952 dans ce pays, il s'engage dans les guérillas de décolonisation en tant qu'observateur-participant. Durant plus de vingt ans, il côtoie les combattants d'une quinzaine de maquis sur quatre continents, notamment en Guinée portugaise, auprès d'Amílcar Cabral avec lequel il noue de véritables liens d'amitié, puis au Nord-Vietnam, en Colombie, en Jordanie et au Liban, en Érythrée, au Kurdistan iranien, en Afghanistan, au Haut-Karabakh, au Sri Lanka... Depuis 2001, il a régulièrement suivi, sur le terrain, les conflits d'Afghanistan et d'Irak.
Cette expérience de la guerre, des mouvements de libération, de la guérilla et du terrorisme - ainsi que son indépendance vis-à-vis des lieux d'enseignement et de recherche officiels - lui permet, dans des ouvrages souvent rédigés en collaboration avec d'autres spécialistes, de dégager les théories et systèmes fournissant les clés du fonctionnement des conflits irréguliers. Il livre en particulier, en pleine Guerre froide, une vision des phénomènes de guérilla depuis l'intérieur : nature, caractéristiques et modes d'action. Concernant le terrorisme, Gérard Chaliand définit et étudie la notion de " terrorisme publicitaire ", dont l'objectif est de placer une cause sur le devant de la scène en vue d'y rallier les opinions publiques.
Gérard Chaliand a également publié des œuvres poétiques (La Marche têtue, Feu nomade, Poésie populaire des Turcs, etc.). Après avoir été à l'initiative d'un tribunal permanent des peuples sur le génocide arménien, il a fait paraître, en 2003, un recueil de textes très personnels - Mémoire de ma mémoire - où il revient sur son histoire familiale, qui se confond avec celle, tragique, de l'Arménie.






Publié le : jeudi 5 janvier 2012
Lecture(s) : 108
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782221127445
Nombre de pages : 501
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La pointe du couteau
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Chirac

de robert-laffont

suivant