Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Lautréamont

De
208 pages
Signe des temps : longtemps, dans la Bibliothèque de la Pléiade, les œuvres poétiques de Germain Nouveau furent mariées, en un volume, avec Les Chants de Maldoror de Lautréamont. Aujourd'hui, Isidore Ducasse, dit Lautréamont, possède son volume propre.
C'est dire le changement de perspective qui s'est opéré concernant cet écrivain météoritique, né en 1846, mort en 1870, auteur anonyme du premier des Chants à vingt-deux ans.
Analysée sur le coup comme la preuve d'une folie délirante par Bloy et de Gourmont, puis redécouverte par Breton qui recopia les Poésies à la Bibliothèque nationale et s'en ouvrit à son compagnon de chambrée, Louis Aragon, qui s'inspirera de Lautréamont dans ses premiers textes en prose, l'œuvre bénéficia de l'étude tout à fait neuve que Marcelin Pleynet lui consacra en 1967.
Après celle par les surréalistes, ce fut la deuxième redécouverte de Lautréamont – une redécouverte fondamentale puisqu'elle nous restitua jusqu'à aujourd'hui l'exacte dimension d'une œuvre sans précédent ni équivalent.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

C O L L E C T I O N
T E L
Marcelin Pleynet
Lautréamont
Gallimard
Cet ouvrage a originellement paru aux Éditions du Seuil en 1967, dans la collection « Écrivains de toujours », dirigée par Monique Nathan.
© Éditions Gallimard, 2013.
Javertis celui qui me lit quil prenne garde à ce quil ne se fasse pas une idée vague, et à plus forte raison fausse, des beautés de littérature que jeffeuille, dans le développement excessivement rapide de mes phrases. Lautréamont (ChantIV)
« L»M O I C O M M U N , E N N E M I
La sinistre digue de la mort aligne les syllabes de mon nom. G E O RG E S B A TA IL L E
La situation de Lautréamont paraît à tous points de vue paradoxale. Sans lui notre culture reste incomplète et comme inachevée, notre littérature apparaît tout entière tournée vers une image nostalgique, un projet de pure répé tition. Et cependant il ne peut trouver place au sein de cette culture quen la contestant jusque dans ses fondements, il ne peut provoquer cette littérature dans un procès où il est cause et partie, quen la fixant dans sa manie. Situation que nous verrons un peu plus tard réfléchie par Mallarmé : « Oui que la littérature existe et, si lon veut, seule, à lexcep tion de tout », et où Lautréamont est exemplaire. Pareillement paradoxale la place où nous situons Lau tréamont dans cette collection dde toujours « écrivains », dpar euxmêmes », d« écrivains « écrivains », quand il se réclame de lanonymat, de labsence, du plagiat. Nous ne pouvons quant à nous quêtre de lavis de Maurice
10
Lautréamont
Blanchot : « Chaque fois que lartiste est préféré à lœuvre, cette préférence, cette exaltation du génie signifie une dégradation de lart, le recul devant sa puissance propre, 1 la recherche de rêves compensateurs . » Comment au demeurant nous en tiendrionsnous à cette notion décri vain, de génie, dartiste, quand nous ne savons pratique ment rien de la biographie de Lautréamont, quand nous ne possédons dautres documents quun acte de naissance et un acte de décès, quand nous trouvons sous sa plume la condamnation la plus violente des écrivains comme GrandesTêtesMolles. Le cadre littéraire où nous nous situons, cadre apparemment impossible, se trouve pour tant, on le verra, indissolublement lié, comme seul pos sible, au projet de Lautréamont ; se trouve finalement révélé par ce projet. Paradoxes, contradictions plus ou moins évidents quon doit, lorsquil sagit de Lautréamont, se garder décarter ou de passer sous silence : il faut les voir sinscrire contre la lecture puérile quils ont pour charge de ridiculiser. Cest pourquoi sans aller plus avant nous refermerons ce petit livre pour consulter sa couverture. Il ne peut être en effet question de choisir entre un « Lautréamont par luimême » et un « Isidore Ducasse par luimême ». Si Ducasse écrit le premier chant deMaldoror, il nen signe pas la publication (le premier chant sera publié en revue et en plaquette sans nom dauteur). Cette première version de ce premier chant étant la seule où Ducasse apparaisse comme personnage biographique (personnage qui disparaîtra tout à fait dans la seconde version), il prendra à ce moment même la précau tion de souligner :Jécris ceci étant sur mon lit de mort.Et lon
1. Maurice Blanchot,Le Livre à venir, Gallimard, Paris, 1959.
« L»ennemi commun, moi
11
pense bien que lutilisation du pseudonyme Lautréamont na pas pour seul but décarter déventuelles poursuites judiciaires, mais sert, dès la rédaction du deuxième chant, à sinscrire en faux contre une identité possible de lauteur desChants. Il faut bien lireLes ChantsdeMaldoror (Un monstre, dont je suis heureux que vous ne puissiez pas apercevoir la figure)par le comte de Lautréamont, pour entendre Lau tréamont comme scripteur, scribe de Maldoror, et com prendre que Ducasse joue là avec deux pseudonymes et une absence didentité. Quon voie, à la huitième strophe du deuxième chant, comment lejedu narrateur, faisant double emploi avec celui du personnage, désincarne et réa lise une fiction où il est impossible de reconnaître qui, du narrateur et du personnage, est lauteur de lautre, une fic tion dont le but est de « gommer » lauteur :Un jour, jour néfaste, je grandissais en beauté et en innocence ; et chacun admirait lintelligence et la bonté du divin adolescent. Beaucoup de consciences rougissaient quand elles contemplaient ces traits limpides où son âme avait placé son trône. On ne sapprochait de lui quavec vénération, parce quon remarquait dans ses yeux le regard dun ange. Mais non, je savais que les roses heureuses de ladolescence ne devaient pas fleurir perpétuellement, tressées en guirlandes capricieuses, sur son front modeste et noble, quembrassaient avec frénésie toutes les mères. Il commençait à me sembler que lunivers, avec sa voûte étoilée de globes impas sibles et agaçants, nétait peutêtre pas ce que javais rêvé de plus grandiose.Il ne saurait ainsi logiquement y avoir à partir des Chantsce serait faire» : Lautréamont par luimême ni un « porter lMaldoror par; ni un « identité sur le pseudonyme luimême » : ce serait faire porter l;identité sur la fiction ni un « Ducasse par luimême », qui établirait lidentité là où elle ne peut pas se reconnaître. De même que lesPoésies,
12
Lautréamont
signées Isidore Ducasse, ne sauraient reconnaître un comte de Lautréamont(Vous savez jai renié mon passé), identifier ce qui nest pas ce reniement. Et pourtant cest ce « par lui même » qui est au travail à travers tout ce que nous a laissé LautréamontMaldororDucasse. Que la conclusion ne soit pas de celles qui renvoient à un auteur, que ce « par luimême », ayant fait lexpérience de son étrangeté et de ses aliénations, soit ce qui le plus juste ment force et conteste le principe didentité, cest ce dont nous ne saurions douter ; mais nous nen sommes pas à la conclusion, et conclure reste le plus léger de ce projet. Ceci encore. Il est vrai que la seconde moitié du e XIXsiècle est particulièrement sombre, pour ce qui concerne la liberté dexpression, et que de nombreux ouvrages sont alors publiés sans nom dauteur, ou sous un pseudonyme ; la précaution toutefois est puérile en ce qui concerneLes Chants, et léditeur Lacroix nen sera pas dupe, puisquil refusera finalement de distribuer le livre quil a été payé pour publier. Cest au milieu de cette même période, en 1848, que Kierkegaard écrit le « Point de vue explicatif de monœuvre » où il révèle le jeu complexe des diverses signatures quil utilise et le sens quà partir d:elles il entend donner à lire « Mon rapport à eux (aux pseudonymes) est lunité dun secrétaire, et ce qui nest pas sans ironie, de lauteur de 1 lauteur ou des auteurs Cette réflexion sur la lecture de. » son nom, cette action délibérée où Kierkegaard se voit entraîné comme écrivain et comme lecteur, sont, nous le constaterons, loin dêtre étrangères à Lautréamont. Au demeurant, que ce soit la loi écrite ou la loi morale qui
1. Kierkegaard,Postscriptum, Gallimard, Paris, 1945 (p. 245).