Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Publications similaires

èrePartie
LePuyenelay
StJeanPieddePort

1èreEtae.LePuyenelayStChristohesur
Dolaison76km

Pourquoi je marheversCOMPOSTELLE

Cettequestion estdéjà àl’ordre dujourdèsle déart
uisque, arti de la athédrale duPuy, juste débarqué du train
vers17heures, la réanialeaquise l’année dernière, je dois
me diriger versStChristohesurDolaison oùMmeAllègre,
révenue ourle dîner, m’attend.
Monsensinertain de l’orientation, our sortirde laville,
me faiterdrebeauou detems.Tro ressé arl’émotion, je
doisgalérerdanslaville our retrouverenfin lebonhemin.

Il fait unventivolent surle lateau quis’élèveaudessus
de laville duPuy.Lesouffle, arendroits,atendaneàme
rojeter surleôté.Je doisêtretrès vigilantd’autant quesous
lesiedslesailloux roulent surlesol gorgé d’eau.Laveille,un
orageviolentarendulehemin humide etglissant.ersle
nord, lesaniens volansdessinent une ligne derêtes qui
s’étendàl’infini.Théâtre debouleversements, ilyades
millionsd’années,etteterrearougeoyé dufeude lalave
inandesente dévalantdes sommets.Elleaessuyé lesluiesde
lave etdeendres surgissantdesratèresen furie.Audébutde
notre ère l’hommes’yestinstallé.Iladû ramasserlesierres
ourdélimiterleshamsetultiverlaterre.Que deailloux
dansesmurets qui forment une rotetion duhemin et, ene
moment, me rotègentdu vent…

Il faitresque nuit quand j’arrivehezMmeAllègre.Je
onnaisbien lamaison;l’année dernière j’étais venuen
reéragesurleslieux.Je luiavaisditmon intention deréaliser
lehemin dèslaremièreannée de maretraite et que le rojet
étaitrévuetteannée.De même, l’année dernière, j’avais
assistéàlamesse d’envoi desèlerinset reçula réaniale.
Indisensable ourfaire lehemin, il fautlademanderau
bureaude la athédrale duPUY.

Jerejoinslesautreslientsdee gîteruralavequi la
onversations’éternise;jesuisleseul èlerin dugroueesoir.
Avoirleur visage, je devinequ’ils sont surrisde mevoir
arriver sitardavelesasurle dos,ommeunvagabond.Mon
rojetleur semblesurréaliste;ils veulent savoirourquoi je fais
lehemin, les raisonsdeequ’ils qualifientd’«aventure ».
Quelle idée !
Grandes questions,ommesi jesavaisaujuste, mais
’esteutêtre…
Un désirdeomblerlevide laisséarès uneativité
rofessionnelle intense ene débutderetraite.
Unsoui dehangementar raortau traintrain
de lamonotonieambiante.
Une motivation ourl’entraînementhysique
néessaireàla bonnesanté.
Unevolonté deruture ar raortaumatérialisme
ambiant.
Une marhe du« désert» ouromblerlevide entre
deuxétaes, de lavieativeàlaretraite.

6

Autrequestionourquoi maintenant,sitard?Maisje ne
ouvais réalisermon rojet qu’àlaretraite uisque montravail
de aysan, les soinsaux vahesne m’ontaslaissé le loisirde
artirlus tôt.Partirobligeàse doumenter,àrendre des
renseignementsetàs’entraîner,equi estindisensableàartir
duPUY arlesdiffiultésduheminommenentdèsles
remièresétaesetne laissentasderéit,surtouten ériode
dehaleur.Il n’estas une étae àartleshamsde maïsdes
landesqui n’aitas quelquesôtesouraorter son lotde
diffiultés.
Jesuisdonarti laremièreannée de maretraite, du
Puyenelay, our réaliserlaartie française duhemin,
jusqu’à StJeanPieddePort.
Enequi meonerne, il n’yaasd’exloitdanse
rojet ’estlutôt une démarhe d’humilitéque de arourire
hemin.
Il est tardquand jerejoinsla hambre.Pourlaremière
journée, je mesensbien; tout s’estbien assé;’est
l’exitation de ladéouverte.Lesommeilviendraraidement,
dansetteambiane de fermeque jeonnaisbien, ourtant
ontuée arlebeuglementdequelquesanimaux.
C’est unetrèsbonne journée.
Mevoilàdonlané danslaréalisation dee rojet que
j’avaisdeuis si longtems.
Jeressensbeauou d’enthousiasme… etde l’aréhen
sionaussi…

7

Le

Che

min

t

r

a

ve

rse

8

de

pa

isible

s

p

aysa

ge

s

èmeet 3èmeétaes.Monistrold’Allier
Saugues

Fatigue ethaleur se fontdéjàsentir surmon état
hysique etmoral.Leorsn’estasenorebienrodé etles
iedsommenentàdonnerdes signesde douleur.Quantau
moral, lesaréhensionsarrivent, le doutes’installe.Unsi long
hemin...Pire, lesdiffiultés sontàvenir.Ce matin, j’ensuisà
la ôte deMonistrold’Allier.Ah !ette montée,’est vrai
qu’elle estdiffiile.En d’autres temsje l’auraisgravie
failement, maisaujourd’hui, je doisavouermon humilité
d’êtreontraintàdesauses réétées.Deuxfillesd’une
vingtaine d’années sontasséesellesmontentallègrement.
C’estd’autantlusfrustrant quand je mesensfatiguéà ôté.Je
doism’arrêterour rerendre monsouffle.Qu’estequi
m’arrive?Este lafatigue, le moral?Esteque lesaest tro
lourd, eutêtretouteses raisonsàlafois ?Jesais que la
haleur, mêmeà1heurese matin, estétouffante, maisj’ai
des réservesd’eau.La onsommation modérée et réétée
omenseàmonavisladéshydratation.Alorsje déide de
ralentirourménagermesforesetde rendre du reosaulus
vite.
L’environnementestaussi esant.Pas un èlerin «au
longours»sur seulement une etite dizainerenontrés ;ils
sontlàsur une huitaine de jours.Jeunes, ourlaluart, eten
ongé, ilsmarhent quelquesjours seulement.
Nous sommesii danslesmontsduelay.Lalate
formevolaniquealaisséunterrainbouleversé,travaillé arles
hommesenvue deultureset surtoutde âturages.Lehemin
emrunte de largesistesaillouteusesaménagéesourla
draille.Al’origine’étaitlatranshumane des troueaux,
rinialementdes vahes, ouralleràlaâtureàlasaison de
l’herbe, l’été.
Désormaisladraille,àla bellesaison,’est surtoutla
longueonvergene desèlerins que nous sommes quivont
resque instintivement verset«ailleurs»,Comostelle,

9

littéralement traduitarham desétoiles.Commeune
attirane magnétique.Pourquoietengouement ?Pourquoitant
de ersonnes se mettentellesen marhesureheminsaré ou
mythique our quelquesuns,reonnuarl’UNESCO omme
faisantartie duatrimoine de l’humanité?Nul nesaurait y
réondre réisément,haunyallantourdebonnes raisons
ersonnelles,sortives,ulturellesou religieuses.Cequi est sûr,
’est que le rojet susiteune exaltation etde l’enthousiasme,
resqueunesublimationquand lesamoules sontautant
d’éines quirendentladémarhe douloureuse.Les quelques
abandonsourdes raisonshysiques que j’aivus sontdes
déhirements, resque de larage et toujoursette envie de
revenir, devainre l’adversité.Je faishalteaugîte duèlerinà
Sauguesoùjesuisleseul hôte.Déôtdu saetdéjeunerenville
enomagnie desbergers renontrésarhasardavequi la
onversations’éternise.Entre aysans, nousavonsdesaffinités.
J’arends que l’ativité astoralese meurtdanslarégion mais
qu’ilyade jeunesagriulteursen nombresuffisant qui
s’obstinentàvivresuretteterre lutôtingrate.

1

isite de laville etde l’église en artiulieroù
remarquéette rièrequisembleadatéeàmon

a, èlerin, oursuis taquête
asur tonhemin,querien net’arrête !
Prends taartdesoleil,
Et taartde oussière,
Leœuren éveil, oublie l’éhémère !
Toutestnéant,rien n’est vraique l’amour.
N’attahe as tonœurà equise asse !
Ne disas« j’airéussi,
jesuisayé de maeine ».
Netereose asdans tesœuvres,
Elles vont te juger.
Garde entonœurlaarole,
oilàtontrésor
Liturgie desheuresEglise deStAntoine

11

j’ai
as

Un eulus tard,renontre deYann,un èlerinavequi je
rends un « ot».Celuii faitaussi lavisite de lavilleavantde
ontinuer sonhemin.
Nousétionsensemble hier soiraugîte deMonistrol
d’Allier.Je ensaisdormir seul dans unehambre de3lits
suerosés,quand,tard danslasoirée, il est venuaveune fille
que jeroyaisêtresa omagne.
C’était uneoïnidene,onfietil.Ilsavaienteujuste le
temsde faireonnaissaneavantd’arriveraugîte.Nousne
savonsas son nom.EllevientdeSuisse, estartie deBerne et
en estàson 14èmejourde marhesurlehemin.
Nousavons remarquéqu’elle mangeait trèseu.Aveun
reas trèslégerhier soir, nousensions qu’elleallait serattraer
e matinavantde artir.Ehbien non,unebanane ourle etit
déjeuner,’est tout.Maiselle ne eutasmangerbeauou, le
midi, our unebonne digestion.Commentfaitellealorsour
tenir ?Elle ditne asavoirfaim et quesanourriture frugale lui
onvient.
Sonallure de marhe ne faiblitas ;elle ne donneauun
signe de fatigue.On ourraitenser qu’elle uiseson énergie
dans ses réservesmaisnon, elle est tout simlementélégante…
Sonasnousinterelle etnousnousosonsbien des
questions.
Auointdevue de la ondition hysique, nousn’avons
aslesmêmesbesoins…
Elle nousadéasséssesétaesétaientluslongues que
lesnôtres…
Nousn’avonsluseude nouvelles.Elleallait vraiment
lus viteque nous…

1

4èmeétae.Diretionlevillage desRohes

Leheminàlasortie deSauguesest trèsaisé.Aubasde la
ville, lesbrasd’une immensestatue desaintJaquesenbois,
avesa oquille et sa besae, nousindiquentla bonne diretion.
Sarerésentation débonnaire est une initationàersévérerdans
lavoie…Son exressionsemble dire«Allez,vasy,’estar
là…Courage ! »
Nous sommesiisurle lateaude la Margeride,un ays
granitiquereouvertde landes,avedesbruyèreset quelques
arbreshétifs.Desblosde granitaomagnentle aysage;
arfois unamonellementdeesgrossesierresen désordre
s’élèveaudessusde lavégétation.Nous sommesàunealtitude
de 89mètresenviron.Paysde etits vallonsoù souffle
aujourd’huiunventfraisénétrant.Letemsa hangé.Arèsla
haleuretl’orage de laveille,’estle froid.Sure lateau, le
temsgris,venteux, faitraindreuneaggravationavede la
luie…qui n’arriveraas.Mon humeurestàlamorosité etàla
résignation.Jevais têtebaisséerevêtude matenue de luie,
attentifseulementaux traitsblanset rouges quibalisentle
GR6.J’essaie de ne asenseràladistane, de arourirles
kilomètresommes’ilsn’existaientas.C’estainsique j’avane
en me défendantontre moimême.Lafatigue etaussi
insidieusementle déouragementétirentladistaneaudelàdu
raisonnable.Mavolonté n’en eutlusde lutterontre letems.
Les quarts, lesdemies, lesheures semblent s’éterniser.
Imossible de m’arrêterourlaause duasseroûte dumidi, il
n’yaasd’abri.Je mesureaveessimisme lesdiffiultésdu
rojet.
Larouteseralongue…163km.
Il faudra beauou detems…mois.
Il me faudramarhermalgré lesdiffiultés, lafatigue,
lesintemériesetle déouragementommeaujourd’hui…
Il n’estas sûr que jeréalise leCheminomme révu…
Qu’imorte?L’abandon estossible maisjere
ommenerai…

13

Lerenonement… jamais ; tel estmon étatd’esrit.
Le dangerdesramesetdesourbaturesestàsonomble.
Tiréesdu sa, lesbarresdeéréales«ouefa mim »’aidentà
trouverl’énergie ourontinuer.Je doisaussiboiresouventet
euàlafoisouréviterlesrames.
Dansetterégion deboisetde landes, lesgîtes se font
raresetil me fautatteindre levillage deChanaleilles1 our
ouvoirenfin oserlesaetmanger un eu.Marher 7heures
sans s’arrêteraveun oidsde 14 kilos surleséaules,’estdur
etéuisant.Comble de malhane, laréservationtentée ar
téléhone m’indiqueque le gîte des«FAU» oùje révoyaisde
m’arrêterestomlet.Il fautdonque je fasseun détourjusqu’au
village desRohesour trouverlerefuge de lanuit.
Nous sommesen aysdeGévaudan oùlusieurs statues
viennentnous raelerl’histoire de la bête duGévaudan.Au
18èmesièleetterégion étaiteulée de lousdontl’unavaitla
terrible habitude des’attaquerauxfemmesetauxenfants,
dédaignantles troueauxde moutonsdesalentours.Durant 3ans,
la bêteauraitfait uneentaine devitimes ;’estdire laanique
qui devait régnerdanslarégion.L’affaire fitgrandbruit.
S’agissaitil d’un monstre?S’agissaitil d’un lou?Les
témoignagesneonordaientas.Uneomagnie de 7dragons
futenvoyée our tuerl’animal.Rien n’yfit.En 176Louis
envoyason lieutenantdehasseroyal.Celuii, l’annéesuivante,
abattit un lou de fortetaille maislesmassaresontinuèrent.La
syhoses’étendantàtoutleroyaume, deslégendesnaquirent
autourdeettebête démoniaque…Surlehemin, estérigéeune
statue debronzererésentantlehasseurhéroïqueJeanChastel
transerçantd’unou de lane l’animal monstrueux.
Aujourd’hui nousavons renontré deuxèlerines, lamère
etlafillequisemblaientavoirdesdiffiultés.Janine etEvelyne,
touteslesdeuxblondeset seressemblant, nesontasassées
inaerçues ;lesèlerins s’aordaientàdire entre nousqu’elles
étaientd’une grandebeauté hysique.
Janine, lamère, n’en ouvaitlus.En montantlesôtes
elles’arrêtaitdetemsentemsour rerendresonsouffle,

14

exténuée de fatigue.Lafille,Evelyne, resséeommeune
gazelle, exhortaitinlassablement samèreà ontinuerlehemin.
Lafougue deses ans, l’exaltation dee rojet, l’initaientà
allerlus vite.Imatiente, elleavaitallégé lesadesamère our
augmenterlesien.
Janine nousonfieraque’était safillequiavaiteule
rojetde fairee èlerinage.N’en démordantasetnevoulant
aslalaisser seule, elles’était résignéeàl’aomagner.Mais
elle n’étaitasentraînée,avait simlementfaitdesmarhesà
ied lesjoursfériésdans sarégionsansdiffiulté.LeChemin lui
menaitlavie dure…Elle ensaitabandonner touslesjoursmais,
touteslesdeux, nousles revoyionsle lendemain.
Nous savonsduèrequ’ilsuivaitle érile detrèsrès,
téléhonant souventet qu’ilavaitrévuderaatrier son etit
mondeaumoindreael.Maislafille étaitbutée;elle disait
vouloirallerà StJeanPieddePortoûtequeoûte,àlagrande
désolation desesarents.
Nouslesavons renontréesjusqu’à Esalion etarèsnous
n’avonsluseude leursnouvelles.Peutêtre ontelles raouri
leursétaes ?Peutêtre ontelles tout simlementabandonné?...

1

Paysd’élevage
desâturagesoùaissent
bien aisibles.

etdetroueaux.Lehemintraverse
des vahesderaeAubra…toujours

èmeétae.Diretion AumontAubra

Ce matinau réveil,Annal’Anglaise estdésesérée.On la
sent toutrèsde fondre en larmes.Dansle grand dortoirau
village des«Rohes» oùnous sommes, elleva boitant.Son
genouestenflé etdouloureux.Kinésithéraeute dans un hôitalà
Londres, ellesait qu’elle doitimérativement s’arrêter.Il lui faut
du reoset’estlamortdansl’âmequ’elles’y résigne.Elle nous
demande nerveusementoù setrouventConques,Taizé,Cluny,
et. êlemêle,ommesi ellevoulaitouerletemsrévuen
Frane en rivilégiant sa ulture oueutêtresonreueillement.
Touseslieux, elle enaentenduarlermaisnesaitas tro les
situer surla arte.FinalementAnnaestartieversConques, ar
lear, làoù son itinéraireavaitrévude asser.Nousn’en
n’avonsluseude nouvelles…

Nous sommes,àmagrandesurrise ii,asseznombreux
dansle dortoir.Unara amenéunbon nombre de èlerins qui
marheront selon leursmoyenshysiques, arequ’ils sonten
généralassezâgés.Learestle aquebot qui orteraleurs
bagagesetles ramènera augîte enasdebesoin.Etles vrais
èlerins,eux qui neréserventas selon lavraietradition,eux
qui ortent toutleur saet sontonfrontésauxdiffiultésdu
moment,euxlàdoiventallerlusloinquand le gîte estomlet.
Cettesituation m’estarrivée et’estaveun eud’amertumeque
j’aiontinué.Le èlerin doitêtre hilosohe.Patiene,
résignation, humilité,sontnéessairesourfaire faeàtoutesles
situations renontrées…
Aleurdéharge,esersonnesméritentlereset.Plus
âgées que nousourlaluart, ellesn’ontasl’atitude
hysique ourmarheravelesa àdos.Learestalorsl’ultime
moyen d’aomlirlageste èlerine.

Ce matin,audéart, il faitfroid.Jesuis surrisdevoirde
laglaee4aoûtenetterégionàrèsde 1mètres
d’altitude.Unthermomètre extérieurindique degrés.

17

Je m’égare etesteontre lebalisage duheminqui
m’aaraîtmal fait.Tergiversation,allongementde arours, et
enfin de m’interrogerlusalmement«Mon égarementest
eutêtre dûàmonsensdéfiientde l’orientation ».Jeretrouve
lebonheminquand même,sans tro de mal…

Nous sommesenore enMargeride,unerégion
mouvementée arl’ativitévolanique intense du seteur.Le
aysonserve enore deshamsd’orguesbasaltiques,es
ouléesde lavequi, enserefroidissant,sesontfigées surlesà
is roheuxmodelantlaaroiàlamanière desorgues
silenieusesd’uneathédrale.Lesetaleaaraît souventau
détourduhemin dans un érin deverdure.Cesorguesaufil des
sièles sesontembellies ;lesfutaiesde hêtreslesontentourées,
habillées.C’est suerbe.
Lesérutions volaniquesduaysontlaisséunsol
aidenté.Si l’érosiona alani lesdômesauoursdesmillions
d’années, ilresteque lehemin, ii, estlutôt sortif.Que de
ôtesaudénivelé moyenqui finissentar userlesjambesetle
moral !Le aroursal’avantage d’être ombragé.Nous
traversonsdesforêtsde hêtresdansles vallées quisont
rafraîhissantes,trèsaréiées.Etonnantleontraste de
temératureaujourd’hui detrèsfroidee matin, lajournée est
devenuetorridesouslehaudsoleil dumidi.

Arrivéà AumontAubravers1 heures, je mesens
touriste.C’estlafêteauayslevidegreniera attiréune foule
onsidérable.L’ambiane estelle de lafoireaveles standset
lesnombreuxexosants.Le èlerinqui asse est uneattration
ommeuneautre.Jesuis surrisdunombre de ersonnes qui me
arlent sontanément, me demandantd’oùjeviens,si leChemin
étaitdur…Quelquesuns sontfasinésarequ’ilsle
onnaissent un euour yavoirasséquelquesjours.D’autres
en ontentenduarleretleururiosité lesousseàensavoirlus.
Tousesèlerins qui assentlesamènentàs’interroger.
Pourquoitantde ersonnes se lanentellesdansl’aventure,

18

abandonnantonfortet sédentarité ouradoter unstatutde
vagabondavetouslesinonvénients, rovisoireseutêtre, mais
bienréels ?Comme il faithaud, lesgens s’étonnent que nousne
nouslaignionsjamais.Ilsfontétatde notrerésistane hysique,
maisnous sommesentraînésdésormaisetmêmeonditionnésà
affronterle ire…Lesdisussions sont très symas, dequoivous
redonnerle moral et reartirgonflé…

ul’AllemandBernardavequi j’ai fait étaes.
Professeurde françaisdans un lyée d’Allemagne, il faitle
hemin ourlaème foisetenonnaît touteslesdiffiultés.
Solideathlèteaveuneallure de marathonien, ilavaitle rojetde
ouvrirdesétaesde lusde3km et quelle ne futasma
surrise de leretrouverii,3étaeslus tard.Monarnetde
routese limitantà3km arjour, je luiavaisdit«au revoir»
mais une méhante douleuràlalante desiedsl’avaitontraint
àralentir ;ons’estenoreretrouvé…
Bernard est un homme extrêmementgentil etrévenant.
Sonrythme de marheraide et sa onnaissane duhemin le
fontarriverdanslesremiersàlafin dehaque étae.Dansles
gîtesommunaux, il n’yaersonne ournousaueillir ;
simlement,uneaffihe nousindique l’heureàlaquelleun
réosé asseraourenaisserlesensionsde lanuitet s’assurer
dubon fontionnementdugîte.Alors,à haque fois,Bernard
rend lafontion de guide,aueillantlesèlerinsourleslaer
danslesdifférenteshambresaufuretàmesure de leurarrivée.
Professeurde latin etde français, ils’exrimetrèsbien en
anglaiseten italien,sibienqu’il est toujours trèsàl’aisequel
quesoitle arlerdehaun.C’est très utile d’être olyglotte
quand onsait que  desèlerinsnesontasfrançais.Etave
etaueilhaleureux,Bernardsait susiter uneambiane de
famillequi faitl’essentiel de l’esritduChemin.

L’ambiane ourle dînerlesoiraugîte’est…
l’attente devantle fourneauourrendresontouret
réarer sonreas

19

lesgrandes tabléesoùhaunseôtoie, éhangeant
volontierslanourriture, levinrouge toujours ou 3 verresle
soiràtable,sansexagération
la onversationtoujours très rihequis’éternise
arfois,avantd’alleraudortoir
et toujoursla bonne humeur.
Jesuisesoiraugîte d’étae «LeCalyso »,très
onfortable.Jesuis surrisd’être leseul hôte dans un dortoir
d’unevingtaine de laes.Très tard, danslasoirée,unoule
viendraour yasserlanuit.Cesontdes randonneurs qui
arennentà onnaître larégion et ses sentiers.
Lajournées’estbien assée;jesuislutôtontent.Le
moral estbon.



6èmeétae.Diretion Montgros

Lalande etles valléesboisées s’estomenteuàeu.
Nousarrivonsdansl’Aubra, làoùlesâturages s’étendentà
erte devue.Lehemin est traéàflandeoteaux, éousantles
vallons que nousfranhissonsàmiente.Càetlàsubsistent
enore desburons,esabrisde ierresourlesbergersen forme
detoits triangulaires reouvertsde lauzes.Ceshabitationsétaient
le lus souvententerréesouadosséesontreuntalus, our
reueilliraumieuxlafraîheurnéessaireàlalente fabriation
dufromageautrefois.Leburonnier,’estainsiqu’il étaitaelé,
y vivaitàlasaison d’estive.Iltrayaitles vahesetle lait servaità
lafabriation dulaguiole, le fromage duays.Leaillé,séaré
duetitlait, étaitégoutté dans un moule our yêtre ressé.
Ensuite,broyée,salée etmise enave endant4jours, laâte
s’affinaitourdevenirlagrosseboule dee déliieuxlaguioleà
la roûteroustillante.Maintenant, laratiqu fe «aitàl’alage »
nese faitlusourdes raisonsd’hygiène etdeontrôles
sanitaires.Latraditionontinueavelesexloitationsagréées.

Aujourd’hui le moral est revenu.Il faitdoux, justeequ’il
fautourêtrebien.Mesjambesfontionnentommeune
méanique auune douleuràsignaler.Lesa,qui étaitesantau
déart, ne l’estlus.Il faitartie duorset se faitoublier sur
leséaulesétonnanteaaité duorsàs’adater.J’étais
quand même fatigué hier soirarèsl’étae etaujourd’hui’estla
forme.Lavies’éouletranquille, des vaanes quoi…Letems
assesimlement, douement.Jouissane de l’instant qui asse,
du silene, de la beauté deeslieux traversés.

Lesèlerins que nous sommes sontlibresdetout.Nous
marhonsdanslanature.Plusderadio ni detélévision,
simlementletéléhone ourommanderàdistane le gîte etle
reasdu soir.C’estalorsl’enhantemen tt ;outdevientbeauet
sublime.C’estainsi,quand on estdétendu,que l’on eut

1

s’interroger surles questionsessentiellesde lavie.Pourles
èlerins, lesdisussionsfontaussi artie duChemin…

Nous sommesesoiraugîte «ChezRosalie ».Bernard la
onnaîtbien uisqu’il nousl’avait reommandée ourl’aueil
etleraort qualitérix.Ilonnaîtbien laatronneavequi il
éhangequelqueslaisanteries.
L’établissement ressemble davantageàun hôtelrestaurant
areque lesèlerins semblentminoritairesdansles sallesde
servie,auomletesoir.Le déorestlutôthué,equi est
nouveaudeuisnotre déart.Nousrofitonsd’unbonstanding
deonfort sans sulémentde rix.
Cesoirnousdînonsaveunoule deLorrains,Raymond
etMarlyse,qui arlent un dialeteallemandréanduégalement
danslarégion natale deBernard.Ils sontheureuxd’éhanger
averofusion, danslalangue de leurorigine.Ilsaffirment que
e n’estasde l’allemand maislutôt un atoisdérivé.Ivan,un
Suédoisfantastique de67ans,s’estjointànotretable.
Rosalie faitde la bonneuisine,abondante.Nous y
mangeonsbien.Le èlerin ne doitas se laisserabattre;il doit
faire le lein d’énergie,sansoublierle etit vinrouge;’est,
araîtil,reommandé etonsidéréomme lesang duèlerin.A
boireavemodération, évidemment.oilàunebonne journée…



7èmeétae.Diretion StChélyd’Aubra

Trèslongue étae ouromenserelle d’hier,troourte
àmon gré.Letemsestàl’orageaujourd’huiaveunehaleur
moite etfatigante.Je mesuis résoluàresserle as,sans
m’arrêterlequartd’heure habituel ourmangerle moreaude
ain dumidi.J’ai référésortirdu saquelquesbarresde
éréales qui m’alimententenasdeou dur, ourgagnerdu
temsau vudesnuagesde lusen lusmenaçants.En fait
l’orageaélaté justearèsmonarrivéeaugîtevers1 heures.

Paysageremarquable faitdeollinesetde monts.Pays
d’élevage,vertetlutôt rihe oùaissentlesbêtesde
rae «Aubra»surde grandsesaes.Nous traversonsdes
âturagesarmi les troueauxdevahes toujoursaomagnés
d’untaureau.Lesanimauxderaesereonnaissentàleur robe
ouleuraramel foné;leurs yeux semblentorterdeslunettes
noires, leur tête estouronnée de deuxornesen forme de lyre.
Cesbêtesontfièreallure,equi n’estas sanseffrayer quelques
èlerins qui imaginent unesène deorrida«untaureaufurieux
fonçant ventreàterresurle matador».Rien detoutela!Les
bêtes sontaisibles, indifférentesauassage des randonneurs
qu’ellesontl’habitude devoir.Nousdevonsouvriretfermerles
barrières, maisle lus souvent’est unouloirétroitet
séifiquequi nousouvre lehemin.

Dansette artie duhemin, il n’yaasd’arbre our
aomagnerle aysage.Lesfondsdevalléesontdevastes
zoneshumides, des tourbières, oùlesjons s’invitentàl’herbe
desâturages.Ii, l’ativitévolanique de larégion n’aas
rahésuffisammentdeailloux, lamatière remière ourédifier
touslesmuretsde ierres séarantleshams.Alorsdesfils
barbelésmontés surdesiquetsontété osésenrenfortour
lôturerluseffiaementlesanimauxdanslesrés.

3

Ivan leSuédois, hommeremarquable et symathique, est
toujourslà.Noslansde marhesontàeurèsidentiqueset
nousnous retrouvonsà haque étae deuis quelquesjours.Agé
de67ans, maisne araissantas sonâge, il marheàlamanière
d’unskieurde fond deson ays.Sonallure estàeurèsde
moitié lus raideque lanôtre,soit 7km heure lanôtre estde
4, kmàl’heure.Ils’auiesur bâtonsdeskis qu’ilrègle en
longueurd’une façon réise,suivantlesmontéesoules
desentes.Ilsynhronisesesjambesavesesbrasenauià
l’arrière ourroulser sonors versl’avantexliation
venantde luiavelesdegrésd’inlinaison duoudeque je n’ai
as retenus.Conrètementiltardeàdémarrerdugîte le matin et
dità haque artant, nonsanshumour, «àtoutàl’heure ».
Soudain ilsurgitde l’arrière, fondversnousàlamanière d’un
suerman,r en ie « hello »assant, uis s’éloigneavantde
disaraître.Ilarriverale remierévidemment.Maisenas
d’erreurde aroursçaluiarriveàluiaussi, ilouvriramoitié
lusde distaneque nousavantdererendre lebonhemin.
Homme de foi, il litla Bibleà haque ause, en italien
ourarendreette languequ’il ditonnaître insuffisamment
selon lui. «J’ai la Bible dansleœur»ajoutet il.Il laviteten
onnaît toutesles versionsdeslangues qu’ila arises.Il ensait
tousleshaitresavelesnuméros qu’ilretientourentretenir sa
mémoire.Il estenadmiration devantlessaumes quisont«un
hymneàla réation etàl’amourdeDieu»àson ointdevue.
Pourmoi, il énumère etlit touslesassagesonernant saint
Joseh.Etonnantde dynamisme, il dit quesi lesfaultésbaissent
avel’âge’est qu’on ne lesultive asassez.Lamémoire ne
doitasbaisseril fautlastimuler.Lavitalité doitêtre
entretenue ardesexeries soutenusduors.Siquelqu’un lui
faititiésurlehemin,alorsils’arrête ourlui arler, le
réonforteravantdereartir.

4

ersCahors,Ivansemblaitfatigué,s’aordantlus
souventdesausesàréétition le long duhemin.Ils’estarrêté
ourrendreune journée oudeuxdereosmaisavaitl’intention
dereartir.
Nous savonsde luiqu’il estmarié,quesafemme n’aas
la ondition hysique ourlesuivre,qu’ilaoeuvré ourle
déveloementde l’Afrique oùilallait souventet qu’il est
amateurdeski de fond dans son ays, la Norvège.u sonstyle
nousn’enavonsjamaisdouté…
Al’arrivée le gîteommunalaffiheomlet, l’in
onvénientde ne as réserveràl’avane.Je loge don augîte
rivé d’à ôté.C’estonfortable our un rixintéressant.



Le gîteressemblequelquefoisàunbonrestaurant.Le
reasdu soirest toujoursoieux.Il faut rerendre desfores
our reartird’unbon ied le lendemain.

8èmeétae.Diretion Esalion

Il faithaud.La haleurmatinale laisseaugurer unerude
journée, d’autant que l’étaeseralongue et surtout sortive our
atteindreEsalion.Mon humeurestàlarésignation.Ralentir
lutôt,baisserlatête etménagermesfores semblentêtre mon
attitude faeàl’adversité.Comme latransiration estintense, il
fautrévoirl’eau, leremlissage de lagourdeautantde fois que
néessairesurnotre itinéraire rogrammé, révoiraussi leasse
roûte dumidi dans uneboulangerie.Unboutde ainsuffitour
une auseourte et une digestionraide.Ne asbaisserla
vigilaneontreunrelâhementdesjambesetde latête.Il faut
terminer vite l’étaequand il faithaud ourdiminuerlafatigue.

Maisaujourd’hui lafin de aroursestarrément
éreintante.Une montéesurle litdeaillouxd’untorrent
desséhéavantd’arriverà Esalion n’en finitas, d’autant
qu’avantd’arriverau sommetlesentier tourne le dosàlaville et
se metàserenterdans unboisavantderevenirdansla bonne
diretion.Enfin l’arrivéesurla ôte,avequelquesèlerins!
Nousosonsnotresa avesoulagementetnousnousaordons
un momentdereos.Etonnantanorama!ud’en haut, le
aysage estmagnifiqueréonfortourl’esrit,reosourle
ors.De etits vallons verdoyantsetdesbosquetsavearfois
de l’ombragerafraîhissant s’étendent toutautourde nous.Anos
ieds, nousouvonsadmirerlaville d’Esalion,avesavieille
église de ierrerouge, danslavallée,aubord duLot.Le fleuve
s’étire nonhalammentenbas, le long de larouteque nousavons
quittée et qui nousauraitéargnétantd’effortsetde fatiguesi
nousnousétionsdisensésdu vraihemin …Chemin deroix
arfois, maishemin de joie …Toute lasymbolique du
Chemin…
L’arrivée est toute rohe;il fautdesendre ouratteindre
le gîteommunalaumilieude laville.Arès,’estlerituel
habituel.Il faut réserver une lae dans un dortoirde6à8
ersonnes, disosé en lits suerosés.Le gîte ii est très

7

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin