Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le Chemin de Compostelle

De
271 pages
J'ai pleuré, pleuré en arrivant sur le parvis de l'Eglise de Compostelle. La vision de ma vie s'était déroulée à nu devant l'apôtre saint Jacques, ici représenté, qui semblait poser cette question : "Ta vie a-t-elle un sens ?". Ma réponse en toute humilité m'a semblé radicalement négative : "Je bois, je fume, je suis divorcé". Soudain, une autre hiérarchie des valeurs s'est mise en place et je sais où est l'essentiel.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

èrePartie
LePuyenelay
StJeanPieddePort

1èreEtae.LePuyenelayStChristohesur
Dolaison76km

Pourquoi je marheversCOMPOSTELLE

Cettequestion estdéjà àl’ordre dujourdèsle déart
uisque, arti de la athédrale duPuy, juste débarqué du train
vers17heures, la réanialeaquise l’année dernière, je dois
me diriger versStChristohesurDolaison oùMmeAllègre,
révenue ourle dîner, m’attend.
Monsensinertain de l’orientation, our sortirde laville,
me faiterdrebeauou detems.Tro ressé arl’émotion, je
doisgalérerdanslaville our retrouverenfin lebonhemin.

Il fait unventivolent surle lateau quis’élèveaudessus
de laville duPuy.Lesouffle, arendroits,atendaneàme
rojeter surleôté.Je doisêtretrès vigilantd’autant quesous
lesiedslesailloux roulent surlesol gorgé d’eau.Laveille,un
orageviolentarendulehemin humide etglissant.ersle
nord, lesaniens volansdessinent une ligne derêtes qui
s’étendàl’infini.Théâtre debouleversements, ilyades
millionsd’années,etteterrearougeoyé dufeude lalave
inandesente dévalantdes sommets.Elleaessuyé lesluiesde
lave etdeendres surgissantdesratèresen furie.Audébutde
notre ère l’hommes’yestinstallé.Iladû ramasserlesierres
ourdélimiterleshamsetultiverlaterre.Que deailloux
dansesmurets qui forment une rotetion duhemin et, ene
moment, me rotègentdu vent…

Il faitresque nuit quand j’arrivehezMmeAllègre.Je
onnaisbien lamaison;l’année dernière j’étais venuen
reéragesurleslieux.Je luiavaisditmon intention deréaliser
lehemin dèslaremièreannée de maretraite et que le rojet
étaitrévuetteannée.De même, l’année dernière, j’avais
assistéàlamesse d’envoi desèlerinset reçula réaniale.
Indisensable ourfaire lehemin, il fautlademanderau
bureaude la athédrale duPUY.

Jerejoinslesautreslientsdee gîteruralavequi la
onversations’éternise;jesuisleseul èlerin dugroueesoir.
Avoirleur visage, je devinequ’ils sont surrisde mevoir
arriver sitardavelesasurle dos,ommeunvagabond.Mon
rojetleur semblesurréaliste;ils veulent savoirourquoi je fais
lehemin, les raisonsdeequ’ils qualifientd’«aventure ».
Quelle idée !
Grandes questions,ommesi jesavaisaujuste, mais
’esteutêtre…
Un désirdeomblerlevide laisséarès uneativité
rofessionnelle intense ene débutderetraite.
Unsoui dehangementar raortau traintrain
de lamonotonieambiante.
Une motivation ourl’entraînementhysique
néessaireàla bonnesanté.
Unevolonté deruture ar raortaumatérialisme
ambiant.
Une marhe du« désert» ouromblerlevide entre
deuxétaes, de lavieativeàlaretraite.

6

Autrequestionourquoi maintenant,sitard?Maisje ne
ouvais réalisermon rojet qu’àlaretraite uisque montravail
de aysan, les soinsaux vahesne m’ontaslaissé le loisirde
artirlus tôt.Partirobligeàse doumenter,àrendre des
renseignementsetàs’entraîner,equi estindisensableàartir
duPUY arlesdiffiultésduheminommenentdèsles
remièresétaesetne laissentasderéit,surtouten ériode
dehaleur.Il n’estas une étae àartleshamsde maïsdes
landesqui n’aitas quelquesôtesouraorter son lotde
diffiultés.
Jesuisdonarti laremièreannée de maretraite, du
Puyenelay, our réaliserlaartie française duhemin,
jusqu’à StJeanPieddePort.
Enequi meonerne, il n’yaasd’exloitdanse
rojet ’estlutôt une démarhe d’humilitéque de arourire
hemin.
Il est tardquand jerejoinsla hambre.Pourlaremière
journée, je mesensbien; tout s’estbien assé;’est
l’exitation de ladéouverte.Lesommeilviendraraidement,
dansetteambiane de fermeque jeonnaisbien, ourtant
ontuée arlebeuglementdequelquesanimaux.
C’est unetrèsbonne journée.
Mevoilàdonlané danslaréalisation dee rojet que
j’avaisdeuis si longtems.
Jeressensbeauou d’enthousiasme… etde l’aréhen
sionaussi…

7

Le

Che

min

t

r

a

ve

rse

8

de

pa

isible

s

p

aysa

ge

s

èmeet 3èmeétaes.Monistrold’Allier
Saugues

Fatigue ethaleur se fontdéjàsentir surmon état
hysique etmoral.Leorsn’estasenorebienrodé etles
iedsommenentàdonnerdes signesde douleur.Quantau
moral, lesaréhensionsarrivent, le doutes’installe.Unsi long
hemin...Pire, lesdiffiultés sontàvenir.Ce matin, j’ensuisà
la ôte deMonistrold’Allier.Ah !ette montée,’est vrai
qu’elle estdiffiile.En d’autres temsje l’auraisgravie
failement, maisaujourd’hui, je doisavouermon humilité
d’êtreontraintàdesauses réétées.Deuxfillesd’une
vingtaine d’années sontasséesellesmontentallègrement.
C’estd’autantlusfrustrant quand je mesensfatiguéà ôté.Je
doism’arrêterour rerendre monsouffle.Qu’estequi
m’arrive?Este lafatigue, le moral?Esteque lesaest tro
lourd, eutêtretouteses raisonsàlafois ?Jesais que la
haleur, mêmeà1heurese matin, estétouffante, maisj’ai
des réservesd’eau.La onsommation modérée et réétée
omenseàmonavisladéshydratation.Alorsje déide de
ralentirourménagermesforesetde rendre du reosaulus
vite.
L’environnementestaussi esant.Pas un èlerin «au
longours»sur seulement une etite dizainerenontrés ;ils
sontlàsur une huitaine de jours.Jeunes, ourlaluart, eten
ongé, ilsmarhent quelquesjours seulement.
Nous sommesii danslesmontsduelay.Lalate
formevolaniquealaisséunterrainbouleversé,travaillé arles
hommesenvue deultureset surtoutde âturages.Lehemin
emrunte de largesistesaillouteusesaménagéesourla
draille.Al’origine’étaitlatranshumane des troueaux,
rinialementdes vahes, ouralleràlaâtureàlasaison de
l’herbe, l’été.
Désormaisladraille,àla bellesaison,’est surtoutla
longueonvergene desèlerins que nous sommes quivont
resque instintivement verset«ailleurs»,Comostelle,

9

littéralement traduitarham desétoiles.Commeune
attirane magnétique.Pourquoietengouement ?Pourquoitant
de ersonnes se mettentellesen marhesureheminsaré ou
mythique our quelquesuns,reonnuarl’UNESCO omme
faisantartie duatrimoine de l’humanité?Nul nesaurait y
réondre réisément,haunyallantourdebonnes raisons
ersonnelles,sortives,ulturellesou religieuses.Cequi est sûr,
’est que le rojet susiteune exaltation etde l’enthousiasme,
resqueunesublimationquand lesamoules sontautant
d’éines quirendentladémarhe douloureuse.Les quelques
abandonsourdes raisonshysiques que j’aivus sontdes
déhirements, resque de larage et toujoursette envie de
revenir, devainre l’adversité.Je faishalteaugîte duèlerinà
Sauguesoùjesuisleseul hôte.Déôtdu saetdéjeunerenville
enomagnie desbergers renontrésarhasardavequi la
onversations’éternise.Entre aysans, nousavonsdesaffinités.
J’arends que l’ativité astoralese meurtdanslarégion mais
qu’ilyade jeunesagriulteursen nombresuffisant qui
s’obstinentàvivresuretteterre lutôtingrate.

1

isite de laville etde l’église en artiulieroù
remarquéette rièrequisembleadatéeàmon

a, èlerin, oursuis taquête
asur tonhemin,querien net’arrête !
Prends taartdesoleil,
Et taartde oussière,
Leœuren éveil, oublie l’éhémère !
Toutestnéant,rien n’est vraique l’amour.
N’attahe as tonœurà equise asse !
Ne disas« j’airéussi,
jesuisayé de maeine ».
Netereose asdans tesœuvres,
Elles vont te juger.
Garde entonœurlaarole,
oilàtontrésor
Liturgie desheuresEglise deStAntoine

11

j’ai
as

Un eulus tard,renontre deYann,un èlerinavequi je
rends un « ot».Celuii faitaussi lavisite de lavilleavantde
ontinuer sonhemin.
Nousétionsensemble hier soiraugîte deMonistrol
d’Allier.Je ensaisdormir seul dans unehambre de3lits
suerosés,quand,tard danslasoirée, il est venuaveune fille
que jeroyaisêtresa omagne.
C’était uneoïnidene,onfietil.Ilsavaienteujuste le
temsde faireonnaissaneavantd’arriveraugîte.Nousne
savonsas son nom.EllevientdeSuisse, estartie deBerne et
en estàson 14èmejourde marhesurlehemin.
Nousavons remarquéqu’elle mangeait trèseu.Aveun
reas trèslégerhier soir, nousensions qu’elleallait serattraer
e matinavantde artir.Ehbien non,unebanane ourle etit
déjeuner,’est tout.Maiselle ne eutasmangerbeauou, le
midi, our unebonne digestion.Commentfaitellealorsour
tenir ?Elle ditne asavoirfaim et quesanourriture frugale lui
onvient.
Sonallure de marhe ne faiblitas ;elle ne donneauun
signe de fatigue.On ourraitenser qu’elle uiseson énergie
dans ses réservesmaisnon, elle est tout simlementélégante…
Sonasnousinterelle etnousnousosonsbien des
questions.
Auointdevue de la ondition hysique, nousn’avons
aslesmêmesbesoins…
Elle nousadéasséssesétaesétaientluslongues que
lesnôtres…
Nousn’avonsluseude nouvelles.Elleallait vraiment
lus viteque nous…

1

4èmeétae.Diretionlevillage desRohes

Leheminàlasortie deSauguesest trèsaisé.Aubasde la
ville, lesbrasd’une immensestatue desaintJaquesenbois,
avesa oquille et sa besae, nousindiquentla bonne diretion.
Sarerésentation débonnaire est une initationàersévérerdans
lavoie…Son exressionsemble dire«Allez,vasy,’estar
là…Courage ! »
Nous sommesiisurle lateaude la Margeride,un ays
granitiquereouvertde landes,avedesbruyèreset quelques
arbreshétifs.Desblosde granitaomagnentle aysage;
arfois unamonellementdeesgrossesierresen désordre
s’élèveaudessusde lavégétation.Nous sommesàunealtitude
de 89mètresenviron.Paysde etits vallonsoù souffle
aujourd’huiunventfraisénétrant.Letemsa hangé.Arèsla
haleuretl’orage de laveille,’estle froid.Sure lateau, le
temsgris,venteux, faitraindreuneaggravationavede la
luie…qui n’arriveraas.Mon humeurestàlamorosité etàla
résignation.Jevais têtebaisséerevêtude matenue de luie,
attentifseulementaux traitsblanset rouges quibalisentle
GR6.J’essaie de ne asenseràladistane, de arourirles
kilomètresommes’ilsn’existaientas.C’estainsique j’avane
en me défendantontre moimême.Lafatigue etaussi
insidieusementle déouragementétirentladistaneaudelàdu
raisonnable.Mavolonté n’en eutlusde lutterontre letems.
Les quarts, lesdemies, lesheures semblent s’éterniser.
Imossible de m’arrêterourlaause duasseroûte dumidi, il
n’yaasd’abri.Je mesureaveessimisme lesdiffiultésdu
rojet.
Larouteseralongue…163km.
Il faudra beauou detems…mois.
Il me faudramarhermalgré lesdiffiultés, lafatigue,
lesintemériesetle déouragementommeaujourd’hui…
Il n’estas sûr que jeréalise leCheminomme révu…
Qu’imorte?L’abandon estossible maisjere
ommenerai…

13

Lerenonement… jamais ; tel estmon étatd’esrit.
Le dangerdesramesetdesourbaturesestàsonomble.
Tiréesdu sa, lesbarresdeéréales«ouefa mim »’aidentà
trouverl’énergie ourontinuer.Je doisaussiboiresouventet
euàlafoisouréviterlesrames.
Dansetterégion deboisetde landes, lesgîtes se font
raresetil me fautatteindre levillage deChanaleilles1 our
ouvoirenfin oserlesaetmanger un eu.Marher 7heures
sans s’arrêteraveun oidsde 14 kilos surleséaules,’estdur
etéuisant.Comble de malhane, laréservationtentée ar
téléhone m’indiqueque le gîte des«FAU» oùje révoyaisde
m’arrêterestomlet.Il fautdonque je fasseun détourjusqu’au
village desRohesour trouverlerefuge de lanuit.
Nous sommesen aysdeGévaudan oùlusieurs statues
viennentnous raelerl’histoire de la bête duGévaudan.Au
18èmesièleetterégion étaiteulée de lousdontl’unavaitla
terrible habitude des’attaquerauxfemmesetauxenfants,
dédaignantles troueauxde moutonsdesalentours.Durant 3ans,
la bêteauraitfait uneentaine devitimes ;’estdire laanique
qui devait régnerdanslarégion.L’affaire fitgrandbruit.
S’agissaitil d’un monstre?S’agissaitil d’un lou?Les
témoignagesneonordaientas.Uneomagnie de 7dragons
futenvoyée our tuerl’animal.Rien n’yfit.En 176Louis
envoyason lieutenantdehasseroyal.Celuii, l’annéesuivante,
abattit un lou de fortetaille maislesmassaresontinuèrent.La
syhoses’étendantàtoutleroyaume, deslégendesnaquirent
autourdeettebête démoniaque…Surlehemin, estérigéeune
statue debronzererésentantlehasseurhéroïqueJeanChastel
transerçantd’unou de lane l’animal monstrueux.
Aujourd’hui nousavons renontré deuxèlerines, lamère
etlafillequisemblaientavoirdesdiffiultés.Janine etEvelyne,
touteslesdeuxblondeset seressemblant, nesontasassées
inaerçues ;lesèlerins s’aordaientàdire entre nousqu’elles
étaientd’une grandebeauté hysique.
Janine, lamère, n’en ouvaitlus.En montantlesôtes
elles’arrêtaitdetemsentemsour rerendresonsouffle,

14

exténuée de fatigue.Lafille,Evelyne, resséeommeune
gazelle, exhortaitinlassablement samèreà ontinuerlehemin.
Lafougue deses ans, l’exaltation dee rojet, l’initaientà
allerlus vite.Imatiente, elleavaitallégé lesadesamère our
augmenterlesien.
Janine nousonfieraque’était safillequiavaiteule
rojetde fairee èlerinage.N’en démordantasetnevoulant
aslalaisser seule, elles’était résignéeàl’aomagner.Mais
elle n’étaitasentraînée,avait simlementfaitdesmarhesà
ied lesjoursfériésdans sarégionsansdiffiulté.LeChemin lui
menaitlavie dure…Elle ensaitabandonner touslesjoursmais,
touteslesdeux, nousles revoyionsle lendemain.
Nous savonsduèrequ’ilsuivaitle érile detrèsrès,
téléhonant souventet qu’ilavaitrévuderaatrier son etit
mondeaumoindreael.Maislafille étaitbutée;elle disait
vouloirallerà StJeanPieddePortoûtequeoûte,àlagrande
désolation desesarents.
Nouslesavons renontréesjusqu’à Esalion etarèsnous
n’avonsluseude leursnouvelles.Peutêtre ontelles raouri
leursétaes ?Peutêtre ontelles tout simlementabandonné?...

1

Paysd’élevage
desâturagesoùaissent
bien aisibles.

etdetroueaux.Lehemintraverse
des vahesderaeAubra…toujours

èmeétae.Diretion AumontAubra

Ce matinau réveil,Annal’Anglaise estdésesérée.On la
sent toutrèsde fondre en larmes.Dansle grand dortoirau
village des«Rohes» oùnous sommes, elleva boitant.Son
genouestenflé etdouloureux.Kinésithéraeute dans un hôitalà
Londres, ellesait qu’elle doitimérativement s’arrêter.Il lui faut
du reoset’estlamortdansl’âmequ’elles’y résigne.Elle nous
demande nerveusementoù setrouventConques,Taizé,Cluny,
et. êlemêle,ommesi ellevoulaitouerletemsrévuen
Frane en rivilégiant sa ulture oueutêtresonreueillement.
Touseslieux, elle enaentenduarlermaisnesaitas tro les
situer surla arte.FinalementAnnaestartieversConques, ar
lear, làoù son itinéraireavaitrévude asser.Nousn’en
n’avonsluseude nouvelles…

Nous sommes,àmagrandesurrise ii,asseznombreux
dansle dortoir.Unara amenéunbon nombre de èlerins qui
marheront selon leursmoyenshysiques, arequ’ils sonten
généralassezâgés.Learestle aquebot qui orteraleurs
bagagesetles ramènera augîte enasdebesoin.Etles vrais
èlerins,eux qui neréserventas selon lavraietradition,eux
qui ortent toutleur saet sontonfrontésauxdiffiultésdu
moment,euxlàdoiventallerlusloinquand le gîte estomlet.
Cettesituation m’estarrivée et’estaveun eud’amertumeque
j’aiontinué.Le èlerin doitêtre hilosohe.Patiene,
résignation, humilité,sontnéessairesourfaire faeàtoutesles
situations renontrées…
Aleurdéharge,esersonnesméritentlereset.Plus
âgées que nousourlaluart, ellesn’ontasl’atitude
hysique ourmarheravelesa àdos.Learestalorsl’ultime
moyen d’aomlirlageste èlerine.

Ce matin,audéart, il faitfroid.Jesuis surrisdevoirde
laglaee4aoûtenetterégionàrèsde 1mètres
d’altitude.Unthermomètre extérieurindique degrés.

17

Je m’égare etesteontre lebalisage duheminqui
m’aaraîtmal fait.Tergiversation,allongementde arours, et
enfin de m’interrogerlusalmement«Mon égarementest
eutêtre dûàmonsensdéfiientde l’orientation ».Jeretrouve
lebonheminquand même,sans tro de mal…

Nous sommesenore enMargeride,unerégion
mouvementée arl’ativitévolanique intense du seteur.Le
aysonserve enore deshamsd’orguesbasaltiques,es
ouléesde lavequi, enserefroidissant,sesontfigées surlesà
is roheuxmodelantlaaroiàlamanière desorgues
silenieusesd’uneathédrale.Lesetaleaaraît souventau
détourduhemin dans un érin deverdure.Cesorguesaufil des
sièles sesontembellies ;lesfutaiesde hêtreslesontentourées,
habillées.C’est suerbe.
Lesérutions volaniquesduaysontlaisséunsol
aidenté.Si l’érosiona alani lesdômesauoursdesmillions
d’années, ilresteque lehemin, ii, estlutôt sortif.Que de
ôtesaudénivelé moyenqui finissentar userlesjambesetle
moral !Le aroursal’avantage d’être ombragé.Nous
traversonsdesforêtsde hêtresdansles vallées quisont
rafraîhissantes,trèsaréiées.Etonnantleontraste de
temératureaujourd’hui detrèsfroidee matin, lajournée est
devenuetorridesouslehaudsoleil dumidi.

Arrivéà AumontAubravers1 heures, je mesens
touriste.C’estlafêteauayslevidegreniera attiréune foule
onsidérable.L’ambiane estelle de lafoireaveles standset
lesnombreuxexosants.Le èlerinqui asse est uneattration
ommeuneautre.Jesuis surrisdunombre de ersonnes qui me
arlent sontanément, me demandantd’oùjeviens,si leChemin
étaitdur…Quelquesuns sontfasinésarequ’ilsle
onnaissent un euour yavoirasséquelquesjours.D’autres
en ontentenduarleretleururiosité lesousseàensavoirlus.
Tousesèlerins qui assentlesamènentàs’interroger.
Pourquoitantde ersonnes se lanentellesdansl’aventure,

18

abandonnantonfortet sédentarité ouradoter unstatutde
vagabondavetouslesinonvénients, rovisoireseutêtre, mais
bienréels ?Comme il faithaud, lesgens s’étonnent que nousne
nouslaignionsjamais.Ilsfontétatde notrerésistane hysique,
maisnous sommesentraînésdésormaisetmêmeonditionnésà
affronterle ire…Lesdisussions sont très symas, dequoivous
redonnerle moral et reartirgonflé…

ul’AllemandBernardavequi j’ai fait étaes.
Professeurde françaisdans un lyée d’Allemagne, il faitle
hemin ourlaème foisetenonnaît touteslesdiffiultés.
Solideathlèteaveuneallure de marathonien, ilavaitle rojetde
ouvrirdesétaesde lusde3km et quelle ne futasma
surrise de leretrouverii,3étaeslus tard.Monarnetde
routese limitantà3km arjour, je luiavaisdit«au revoir»
mais une méhante douleuràlalante desiedsl’avaitontraint
àralentir ;ons’estenoreretrouvé…
Bernard est un homme extrêmementgentil etrévenant.
Sonrythme de marheraide et sa onnaissane duhemin le
fontarriverdanslesremiersàlafin dehaque étae.Dansles
gîtesommunaux, il n’yaersonne ournousaueillir ;
simlement,uneaffihe nousindique l’heureàlaquelleun
réosé asseraourenaisserlesensionsde lanuitet s’assurer
dubon fontionnementdugîte.Alors,à haque fois,Bernard
rend lafontion de guide,aueillantlesèlerinsourleslaer
danslesdifférenteshambresaufuretàmesure de leurarrivée.
Professeurde latin etde français, ils’exrimetrèsbien en
anglaiseten italien,sibienqu’il est toujours trèsàl’aisequel
quesoitle arlerdehaun.C’est très utile d’être olyglotte
quand onsait que  desèlerinsnesontasfrançais.Etave
etaueilhaleureux,Bernardsait susiter uneambiane de
famillequi faitl’essentiel de l’esritduChemin.

L’ambiane ourle dînerlesoiraugîte’est…
l’attente devantle fourneauourrendresontouret
réarer sonreas

19

lesgrandes tabléesoùhaunseôtoie, éhangeant
volontierslanourriture, levinrouge toujours ou 3 verresle
soiràtable,sansexagération
la onversationtoujours très rihequis’éternise
arfois,avantd’alleraudortoir
et toujoursla bonne humeur.
Jesuisesoiraugîte d’étae «LeCalyso »,très
onfortable.Jesuis surrisd’être leseul hôte dans un dortoir
d’unevingtaine de laes.Très tard, danslasoirée,unoule
viendraour yasserlanuit.Cesontdes randonneurs qui
arennentà onnaître larégion et ses sentiers.
Lajournées’estbien assée;jesuislutôtontent.Le
moral estbon.



6èmeétae.Diretion Montgros

Lalande etles valléesboisées s’estomenteuàeu.
Nousarrivonsdansl’Aubra, làoùlesâturages s’étendentà
erte devue.Lehemin est traéàflandeoteaux, éousantles
vallons que nousfranhissonsàmiente.Càetlàsubsistent
enore desburons,esabrisde ierresourlesbergersen forme
detoits triangulaires reouvertsde lauzes.Ceshabitationsétaient
le lus souvententerréesouadosséesontreuntalus, our
reueilliraumieuxlafraîheurnéessaireàlalente fabriation
dufromageautrefois.Leburonnier,’estainsiqu’il étaitaelé,
y vivaitàlasaison d’estive.Iltrayaitles vahesetle lait servaità
lafabriation dulaguiole, le fromage duays.Leaillé,séaré
duetitlait, étaitégoutté dans un moule our yêtre ressé.
Ensuite,broyée,salée etmise enave endant4jours, laâte
s’affinaitourdevenirlagrosseboule dee déliieuxlaguioleà
la roûteroustillante.Maintenant, laratiqu fe «aitàl’alage »
nese faitlusourdes raisonsd’hygiène etdeontrôles
sanitaires.Latraditionontinueavelesexloitationsagréées.

Aujourd’hui le moral est revenu.Il faitdoux, justeequ’il
fautourêtrebien.Mesjambesfontionnentommeune
méanique auune douleuràsignaler.Lesa,qui étaitesantau
déart, ne l’estlus.Il faitartie duorset se faitoublier sur
leséaulesétonnanteaaité duorsàs’adater.J’étais
quand même fatigué hier soirarèsl’étae etaujourd’hui’estla
forme.Lavies’éouletranquille, des vaanes quoi…Letems
assesimlement, douement.Jouissane de l’instant qui asse,
du silene, de la beauté deeslieux traversés.

Lesèlerins que nous sommes sontlibresdetout.Nous
marhonsdanslanature.Plusderadio ni detélévision,
simlementletéléhone ourommanderàdistane le gîte etle
reasdu soir.C’estalorsl’enhantemen tt ;outdevientbeauet
sublime.C’estainsi,quand on estdétendu,que l’on eut

1

s’interroger surles questionsessentiellesde lavie.Pourles
èlerins, lesdisussionsfontaussi artie duChemin…

Nous sommesesoiraugîte «ChezRosalie ».Bernard la
onnaîtbien uisqu’il nousl’avait reommandée ourl’aueil
etleraort qualitérix.Ilonnaîtbien laatronneavequi il
éhangequelqueslaisanteries.
L’établissement ressemble davantageàun hôtelrestaurant
areque lesèlerins semblentminoritairesdansles sallesde
servie,auomletesoir.Le déorestlutôthué,equi est
nouveaudeuisnotre déart.Nousrofitonsd’unbonstanding
deonfort sans sulémentde rix.
Cesoirnousdînonsaveunoule deLorrains,Raymond
etMarlyse,qui arlent un dialeteallemandréanduégalement
danslarégion natale deBernard.Ils sontheureuxd’éhanger
averofusion, danslalangue de leurorigine.Ilsaffirment que
e n’estasde l’allemand maislutôt un atoisdérivé.Ivan,un
Suédoisfantastique de67ans,s’estjointànotretable.
Rosalie faitde la bonneuisine,abondante.Nous y
mangeonsbien.Le èlerin ne doitas se laisserabattre;il doit
faire le lein d’énergie,sansoublierle etit vinrouge;’est,
araîtil,reommandé etonsidéréomme lesang duèlerin.A
boireavemodération, évidemment.oilàunebonne journée…



7èmeétae.Diretion StChélyd’Aubra

Trèslongue étae ouromenserelle d’hier,troourte
àmon gré.Letemsestàl’orageaujourd’huiaveunehaleur
moite etfatigante.Je mesuis résoluàresserle as,sans
m’arrêterlequartd’heure habituel ourmangerle moreaude
ain dumidi.J’ai référésortirdu saquelquesbarresde
éréales qui m’alimententenasdeou dur, ourgagnerdu
temsau vudesnuagesde lusen lusmenaçants.En fait
l’orageaélaté justearèsmonarrivéeaugîtevers1 heures.

Paysageremarquable faitdeollinesetde monts.Pays
d’élevage,vertetlutôt rihe oùaissentlesbêtesde
rae «Aubra»surde grandsesaes.Nous traversonsdes
âturagesarmi les troueauxdevahes toujoursaomagnés
d’untaureau.Lesanimauxderaesereonnaissentàleur robe
ouleuraramel foné;leurs yeux semblentorterdeslunettes
noires, leur tête estouronnée de deuxornesen forme de lyre.
Cesbêtesontfièreallure,equi n’estas sanseffrayer quelques
èlerins qui imaginent unesène deorrida«untaureaufurieux
fonçant ventreàterresurle matador».Rien detoutela!Les
bêtes sontaisibles, indifférentesauassage des randonneurs
qu’ellesontl’habitude devoir.Nousdevonsouvriretfermerles
barrières, maisle lus souvent’est unouloirétroitet
séifiquequi nousouvre lehemin.

Dansette artie duhemin, il n’yaasd’arbre our
aomagnerle aysage.Lesfondsdevalléesontdevastes
zoneshumides, des tourbières, oùlesjons s’invitentàl’herbe
desâturages.Ii, l’ativitévolanique de larégion n’aas
rahésuffisammentdeailloux, lamatière remière ourédifier
touslesmuretsde ierres séarantleshams.Alorsdesfils
barbelésmontés surdesiquetsontété osésenrenfortour
lôturerluseffiaementlesanimauxdanslesrés.

3

Ivan leSuédois, hommeremarquable et symathique, est
toujourslà.Noslansde marhesontàeurèsidentiqueset
nousnous retrouvonsà haque étae deuis quelquesjours.Agé
de67ans, maisne araissantas sonâge, il marheàlamanière
d’unskieurde fond deson ays.Sonallure estàeurèsde
moitié lus raideque lanôtre,soit 7km heure lanôtre estde
4, kmàl’heure.Ils’auiesur bâtonsdeskis qu’ilrègle en
longueurd’une façon réise,suivantlesmontéesoules
desentes.Ilsynhronisesesjambesavesesbrasenauià
l’arrière ourroulser sonors versl’avantexliation
venantde luiavelesdegrésd’inlinaison duoudeque je n’ai
as retenus.Conrètementiltardeàdémarrerdugîte le matin et
dità haque artant, nonsanshumour, «àtoutàl’heure ».
Soudain ilsurgitde l’arrière, fondversnousàlamanière d’un
suerman,r en ie « hello »assant, uis s’éloigneavantde
disaraître.Ilarriverale remierévidemment.Maisenas
d’erreurde aroursçaluiarriveàluiaussi, ilouvriramoitié
lusde distaneque nousavantdererendre lebonhemin.
Homme de foi, il litla Bibleà haque ause, en italien
ourarendreette languequ’il ditonnaître insuffisamment
selon lui. «J’ai la Bible dansleœur»ajoutet il.Il laviteten
onnaît toutesles versionsdeslangues qu’ila arises.Il ensait
tousleshaitresavelesnuméros qu’ilretientourentretenir sa
mémoire.Il estenadmiration devantlessaumes quisont«un
hymneàla réation etàl’amourdeDieu»àson ointdevue.
Pourmoi, il énumère etlit touslesassagesonernant saint
Joseh.Etonnantde dynamisme, il dit quesi lesfaultésbaissent
avel’âge’est qu’on ne lesultive asassez.Lamémoire ne
doitasbaisseril fautlastimuler.Lavitalité doitêtre
entretenue ardesexeries soutenusduors.Siquelqu’un lui
faititiésurlehemin,alorsils’arrête ourlui arler, le
réonforteravantdereartir.

4

ersCahors,Ivansemblaitfatigué,s’aordantlus
souventdesausesàréétition le long duhemin.Ils’estarrêté
ourrendreune journée oudeuxdereosmaisavaitl’intention
dereartir.
Nous savonsde luiqu’il estmarié,quesafemme n’aas
la ondition hysique ourlesuivre,qu’ilaoeuvré ourle
déveloementde l’Afrique oùilallait souventet qu’il est
amateurdeski de fond dans son ays, la Norvège.u sonstyle
nousn’enavonsjamaisdouté…
Al’arrivée le gîteommunalaffiheomlet, l’in
onvénientde ne as réserveràl’avane.Je loge don augîte
rivé d’à ôté.C’estonfortable our un rixintéressant.



Le gîteressemblequelquefoisàunbonrestaurant.Le
reasdu soirest toujoursoieux.Il faut rerendre desfores
our reartird’unbon ied le lendemain.

8èmeétae.Diretion Esalion

Il faithaud.La haleurmatinale laisseaugurer unerude
journée, d’autant que l’étaeseralongue et surtout sortive our
atteindreEsalion.Mon humeurestàlarésignation.Ralentir
lutôt,baisserlatête etménagermesfores semblentêtre mon
attitude faeàl’adversité.Comme latransiration estintense, il
fautrévoirl’eau, leremlissage de lagourdeautantde fois que
néessairesurnotre itinéraire rogrammé, révoiraussi leasse
roûte dumidi dans uneboulangerie.Unboutde ainsuffitour
une auseourte et une digestionraide.Ne asbaisserla
vigilaneontreunrelâhementdesjambesetde latête.Il faut
terminer vite l’étaequand il faithaud ourdiminuerlafatigue.

Maisaujourd’hui lafin de aroursestarrément
éreintante.Une montéesurle litdeaillouxd’untorrent
desséhéavantd’arriverà Esalion n’en finitas, d’autant
qu’avantd’arriverau sommetlesentier tourne le dosàlaville et
se metàserenterdans unboisavantderevenirdansla bonne
diretion.Enfin l’arrivéesurla ôte,avequelquesèlerins!
Nousosonsnotresa avesoulagementetnousnousaordons
un momentdereos.Etonnantanorama!ud’en haut, le
aysage estmagnifiqueréonfortourl’esrit,reosourle
ors.De etits vallons verdoyantsetdesbosquetsavearfois
de l’ombragerafraîhissant s’étendent toutautourde nous.Anos
ieds, nousouvonsadmirerlaville d’Esalion,avesavieille
église de ierrerouge, danslavallée,aubord duLot.Le fleuve
s’étire nonhalammentenbas, le long de larouteque nousavons
quittée et qui nousauraitéargnétantd’effortsetde fatiguesi
nousnousétionsdisensésdu vraihemin …Chemin deroix
arfois, maishemin de joie …Toute lasymbolique du
Chemin…
L’arrivée est toute rohe;il fautdesendre ouratteindre
le gîteommunalaumilieude laville.Arès,’estlerituel
habituel.Il faut réserver une lae dans un dortoirde6à8
ersonnes, disosé en lits suerosés.Le gîte ii est très

7

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin