Le journal de Piffoël

De
Publié par

C’était le projet d’une vie, une suite logique depuis ses premiers bords en Bretagne Nord sur son Optimist jaune, puis la découverte du solitaire sur un First 18 vers l’Irlande, et l’acquisition de son premier bateau, un Gib’Sea Plus.

C’était son rêve. Un rêve mûri lentement, celui de réaliser un tour du monde de huit ans à bord de son Ovni 435 baptisé Piffoël. Discret de nature, Damien Babinet avait pourtant du mal à dissimuler son plaisir. Il nous avait annoncé son grand départ. Avait déroulé son itinéraire, bien bordé son affaire. Puis, un jour de juillet 2001, son rêve est devenu réalité. Sur une langue de sable de l’île de Ré, entouré de ses plus fidèles amis, il a baptisé son bateau, avant de prendre le large par le chemin des écoliers. Journaliste-photographe, Damien racontait son périple et les marins qu’il croisait dans les colonnes de Voiles et Voiliers puis via le Journal de Piffoël, un remarquable récit de son voyage sur son site web. En septembre 2003, après avoir écumé la Polynésie, il avait prévu de mettre le cap sur la Nouvelle-Zélande (Whangarei) pour y retrouver une amie et refaire la peinture de son bateau, soit 3 000 milles en solitaire à travers le Pacifique occidental, et une formalité pour cet excellent marin ayant déjà effectué un demi-tour du monde le plus souvent seul sur son Ovni. Et puis plus rien, sans le moindre élément pour tenter de comprendre comment, pourquoi …

Damien est parti dans cet océan qu’il aimait tant, emmenant avec lui le secret de sa terrible disparition.



Didier Ravon

Voiles et Voiliers d’octobre 2004 n° 404


Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 43
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782953256703
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les ailes du désir
Éditorial deVoiles et Voiliersdoctobre 2004 n° 7641
« Le rêve a un prix. Un prix qui peut se révéler très lourd à payer. Mais quen serait-il des rêves pour lesquels on ne serait pas prêt à tous les sacrifices pour les réaliser ? En partant de Raiatea pour rallier la Nouvelle-Zélande, Damien Babinet ne faisait quajou-ter quelques milles à la longue route quil avait tra-cée en partant de France. À son actif, il y avait déjà un joli bout de Méditerranée, la Mauritanie, le Cap-Vert, Cuba, les Marquises Un demi-tour du monde auquel il rêvait depuis lenfance. Pas une fuite, non, encore moins un coup de tête, juste une idée fixe ani-mée par une volonté farouche dont personne ne se doutait car Damien était finalement assez secret. De son amour pour la mer, il avait dabord fait son métier, collaborant à de nombreuses revues nautiques avant de poser son sac àVoiles et Voiliers. Puis il avait décidé daller jusquau bout du rêve et de larguer les amarres pour un tour du monde de huit ans, en
continuant de collaborer au journal pour nous faire partager ses rencontres. » D.A.
« Encore tout petit, Damien, tu arborais fièrement une ancre sur ta barboteuse ! Jeune adulte, ton désir du grand Large, jamais assouvi, se fit nécessité. Alors pour toi débuta et dura plus de dix ans, une vie fru-gale, spartiate. Avec une volonté et un rare acharne-ment, tu économisas chaque centime, de manière presque obsessionnelle, sacrifiant tes envies dopéra, de cinéma, de livres, de belles choses dans le but unique : Ton voilier. Damien, tu y es parvenu malgré des moments de doute, de découragement. Et peut-être plus encore que pendant les milles accumulés, ta vaillance durant ce long temps dattente revêt une valeur dexemple. » DANIÈLEROMATET
Ci-contre : Damien à la barre dePiffoëlsur lequel il était parti pour un tour du monde de huit ans. Il aimait, lOvni 435 profondément cette vie de marin, faite de découvertes, descales et de grandes traversées
L E J O U R N A L D E
5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi