Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,60 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le Maroc à nu

De
71 pages
" On n'apprend pas à connaître le Maroc, on ne peut qu'y être graduellement initié ", nous annonce le Maroc à nu. Et c'est justement à cette initiation que nous invite le livre. Ainsi se soulève le voile sur la popularité réelle du Glorieux Trône alaouite, sur la prostitution des garçons à Marrakech, sur le manichéisme qui agite l'esprit des étudiants marocains, sur l'alcool tant interdit et tant consommé. Mais nous aussi nous découvrons la valeur symbolique du pain, la rivalité " esthétique " entre Fès et Marrakech, le bouillonnement de la place Djemaa-el-Fna, le sens profond de la fantasia et ce qui se cache sous le grand silence des Berbères... A la fois témoignage, journalisme et récit de voyage, Le Maroc à nu nous introduit dans l'intimité d'un pays que l'on croit tout proche et qui est en réalité infiniment lointain
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LE MAROC A NU

Michel Van der Yeught

LE MAROC A NU

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

@ L'Harmattan 1989 ISBN: 2-7384-0355-7

à Simone Zeis

LE MAROC, PAYS LOINTAIN

Avant de le connaître je considérais le Maroc comme un pays banal. Je ne me sentais guère attiré par cette terre touristique qui, au cours des années soixante et soixante-dix, avait remplacé l'Espagne dans la faveur des vacanciers français. Tout le monde y allait, tout le monde en rapportait des photos. Il me paraissait beaucoup plus stimulant et confidentiel de pousser jusqu'au poste frontière de Bazargan pour jeter un coup d'œil sur le mont Ararat, ou d'admirer le petit monument à la mémoire d'Isidore Ducasse, Jules Supervielle et Jules Laforgue que l'on a érigé pour les écrivains français du Rio de la Plata près du Teatro Solis de Montevideo. Je n'avais pas tout à fait tort car au premier abord bien des choses contribuent à banaliser le Maroc aux yeux d'un Français. Tout d'abord le tourisme, bien sûr. Nos compatriotes forment la majorité des visiteurs du Royaume, et parmi les pays arabo-musulmans, le Maroc est le plus accessible, l'un des plus riches en « exotisme oriental », et, avec la Tunisie, l'un de ceux qui demandent l'effort d'adaptation le plus léger. C'est donc également l'un des mieux connus. Ensuite, l'histoire. La période du Protectorat fut suffisamment longue et marquante pour laisser de larges empreintes dans le fonctionnement de la machine administrative et pour faire du Maroc un pays largement francophone. En outre, la lutte pour l'indépendance, quoique âpre, ne fut pas aussi tragique qu'en Algérie, et épargna au pays de devoir 7