//img.uscri.be/pth/25af6cfa81c04f7f6afd5359c64f27e29db235c9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le noeud Pape

De
118 pages
Ce petit récit en forme de méditation sur le grand âge est l'oeuvre d'une "vieille dame indigne", prise dans un patient et difficile travail d'entraînement au repos. Il a été motivé par un rêve si bouleversant que la dame en question, a jugé malhonnête de laisser un tel rêve à vau-l'eau et qu'il fallait s'y attaquer. Ce rêve a été le coup de tonnerre par lequel l'inconscient imposait une entreprise toujours négligée : débrouiller un "noeud ardent" qui avait résisté à toute une vie de psychanalyste. La vieillesse, un temps pour l'auto-analyse ?
Voir plus Voir moins

Le nœud Pape

Ecriture et Transmission Collection dirigée par Laurent Comaz
L'écrit domestiqué, alphabétisé, mathématisé. L'image, le son, désormais numérisés. Circulation planétaire de l'archive, règne de l' information. Mais, en contrebande de l'archive, se transmet quelque chose qui ne s'écrit pas. Cet objet de la transmission est le sujet de cette collection qui explore les effets de la transmission: le corps à corps de l'enfant aux prises avec la langue, l'aller-retour toujours recommencé de l'oral à l'écrit, la fabrique de l'archive, de l'œuvre, les pratiques de lecture. Elle accueille des travaux originaux, théoriques ou littéraires, explorant les mille facettes de ce paradoxe: c'est dans l'impossible maîtrise de la lettre qu'une transmission s'opère.

Déj à parus

Laurent CORNAZ, L'écriture ou le tragique de la transmission. Claude DE LA GRENARDIERE, Encore un conte? Chaperon Rouge à l'usage des adultes. Evelyne DALLE, L'enfant au miroir de son nom. Laurent CORNAZ, ... avant que d'être hommes. thérapeutique de la lecture. Karine BRUTIN, L'alchimie Le Petit

Evelyne DALLE, Une pratique de l'étonnement. Claire JEQUIER, La folie, un péché médiéval. La tentation de la solitude. Frédéric CONAN, Lafavela PAIDEIA modernité? (Collectif), des femmes. une éducation après la Y a-t-il

Marcello PASTERNAC, Derrida

Limites de la psychanalyse.

Lacan ou

Diane CHAUVELOT

Le nœud Pape
Sur le grand âge' lafin d'une analyse

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

75005 Paris

FRANCE
L'Harmattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest Espace L'Harmattan Kinshasa Fac. Sciences. Soc, Pol. et Adm. BP243, KIN XI Université de Kinshasa L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B226OOuagadougou 12 BURKINA FASO

- RDC

Du même auteur:

L'inconscient dans tous ses états, Point Hors Ligne, Paris, 1990 Pour l'amour de Freud, ou l'autre ronde, Denoël, coll. L'Espace analytique,Paris, 1992
L 'hystérie vous salue bien, Denoël, coll. L'Espace analytique, Paris, 1995

47jours hors la vie, hors la mort: le coma Un voyage dans l'inconscient, Albin Michel, Paris, 1995 Elizabeth Nietzsche, de la sottise à la trahison L'Harmattan, Paris, 1998 La passion de l'image ou Leni Riefensthal entre le beau et le bien Les éditions Janus, Paris, 2000
L 'hôpital se moque de la charité (Mieux vaut être médecin que malade) Editions Erès, 2004

www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1 @wanadoo.fr (Ç) L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9318-5 EAN : 9782747593182

Tenir un journal ou écrire ses Mémoires, à un certain âge, j'aimerais que l'État nous y contraignît:

les matériaux accumulés au bout de trois ou quatre générations auraient une valeur inestimable, nombre de problèmes psychologiques et historiques seraient ainsi résolus.

Giuseppe Tomasi di Lampedusa

Guide

La vieillesse, malS à tout prendre, qu'est-ce? Un point sur le i du verbe vivre. Le point final, il est vrai. Tant de choses s'y bousculent et s'y contredisent, à l'orée de cette issue qui fait peur à tout le monde, que la vieillesse reste bien une perspective, mais de fuite et non de recherche. Cependant, des vieux, il y en a de plus en plus, et ils commencent à faire parler d'eux. Cicéron avait pensé à un Art de vieillir, car il était convaincu que tout n'était pas à jeter dans cette dernière tranche de vie et que bien des récoltes pouvaient s'y faire. N'ayant pas l'étoffe d'un orateur romain, je n'entreprendrai pas de me pencher ici sur les problèmes généraux que posent la vieillesse et son bon usage, malS beaucoup plus modestement et banalement sur les problèmes que la mienne m'a posés. Et là, je dois dire que je me suis trouvée devant un tel grouillement de faits, de mots, de souvenirs, qu'il m'a fallu ma formation de psychanalyste pour m'y faufiler, là où une chatte n'aurait pas retrouvé ses petits. Car la psychanalyse,

je ne peux en faire fi, puisque je ne peux oublier qu'il n'y a pas de hasard, qu'il n'y a pas de coïncidence, que tout ce qui apparaît clairement n'est que l'affichage de quelque chose d'autre qui est derrière, et que chaque mot, comme le train, peut en cacher un autre. Comme tout le monde, j'ai longtemps refusé de vieillir, et j'y réussissais particulièrement bien, jusqu'à ce que mon inconscient, contrarié par cette dérive qui se chronicisait, me lance, sous la forme d'une bouffée d'angoisse un rappel à l'ordre sévère: "Mais tu te prends pour quoi? Ta place n'est pas ici. Tu devrais être dans une chaise longue, avec une tasse de tisane et un ouvrage au crochet!" Cela s'est passé G'y reviendrai) à l'aéroport, d'où j'allais m'envoler pour Berlin, à l'invitation de notre Ambassade. C'est dire que tout baignait, et que j'étais bien restée alerte et increvable. Mais je ne suis pas restée sourde au cri de cette angoisse, et me suis mise à y réfléchir avec attention: les conséquences en ont été multiples. La plus surprenante, en tout cas pour moi, c'est que je me suis retrouvée avec un déluge de souvenirs d'enfance. Moi qui, non seulement n'en avais pas, mais n'en avais même jamais eu! Y compris au cours de mes deux psychanalyses. La plus radicale est que j'ai tout quitté pour finir mes jours tranquillement dans une Maison de Retraite. Donc, tout était en ordre, et moi, à ma place. J'ai appris le farniente, le repos, la valeur de l'inutile. Mais je sentais

10

bien que non, tout n'était pas terminé. Ce noeud que j'avais toujours perçu tout au fond de moi, ce nœud qui avait résisté à mes deux analyses et à ma vie complète d'analyste, ce nœud dont, après tout, je m'étais si bien arrangée et si longtemps, eh bien! il subsistait encore, même SI désormais inerte et désarmé. Alors là, l'inconscient a sorti son grand jeu: un rêve papal! J'en suis sortie écrasée, essorée, amputée; partagée entre la honte et la joie, car le choix de ce rêve n'avait pas été non plus laissé au hasard: Il Papa! Écoute il Papa... En italien, dont je suis familière, mon inconscient s'est fait tout à la fois impératif et conciliant. Il aurait fallu être au-delà de la vieillesse, dans un Alzheimer par exemple, pour ne pas l'entendre en français. Et bien entendu, je ne l'ai pas raté ce noeud taillé dans le roc, mais si bien caché.

Il