Les instants, les éclairs

De
Publié par

'Ils trouent la mémoire, ils révèlent, se vantent. Disent que par eux la vie vaut d'être vécue, même s'ils sont infimes, insignifiants, ou paraissant tels. On ne peut en réalité les juger à la mesure des autres moments ou aspects d'existence. En tout cas, c'est à eux qu'il faut revenir. C'est pour eux, peut-être, qu'a un sens le il faut. Tout d'abord s'adresser aux premiers, ceux de l'enfance. C'est d'elle qu'arrivent les images suspendues, détachées, lumineuses, celles qui font saisir la logique de la foudre. Il faut et il suffit, peut-être, que l'image soit détachée, séparée par son propre choix des autres images, et du flux qui les portait.
J'ai cinq ans. Je vois une bicyclette avancer dans une rue vide, en bas d'une terrasse blanche. Un arbre, un marronnier, sans doute. Je regarde de toutes mes forces celui qui vient sur la bicyclette.'
Publié le : jeudi 30 janvier 2014
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072529580
Nombre de pages : 179
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Jacqueline Risset
Les instants les éclairs
G A L L I M A R D
D U M Ê M E A U T E U R
Aux Éditions Gallimard
P E T I T S É L É M E N T S D E P H Y S I Q U E A M O U R E U S E , collection « LInfini », .
Chez dautres éditeurs
J E U ,Éditions du Seuil, collection « Tel Quel »,. LO D E L L O :E I L M I N V E N Z I O N E D E L L A S C R I T LO R I Z Z O N T E T U R A D A L P E T R A R C H I S M O A L LA V A N G U A R D I A ,Bulzoni Editore, Roma,. L A T R A D U C T I O N C O M M E N C E ,Éditions Bourgois,. D A N T E É C R I V A I N : O U LDI N T E L L E T T O A M O R E ,Éditions du Seuil, . S E P T P A S S A G E S D E L A V I E DF E M M E ,U N E Éditions Flammarion,. Dante, L A D I V I N E C O M É D I E , traduction, introduction et notes,Éditions Flammarion,8. M A R C E L I N P L E Y N E T ,Éditions Seghers,. LA M O U R D E L O I N ,Éditions Flammarion,. D A N T E : U N E V I E ,Éditions Flammarion,. LA N A G R A M M E U R : S D É S I R D U L AD É L I ES C È V E ,D E M A U R I C E Éditions Fourbis,.
F E L L I N I , L E C H E I K B L A N C : LA N N O N C E F A I T E À F E D E R I C O , Éditions Adam Biro,. P U I S S A N C E S D U S O M M E I L ,Éditions du Seuil,. L E S I N S T A N T S ,Éditions Farrago,. I L S I L E N Z I O D E L L E S I R E N E : P E R C O R S I D I S C R I T T U R A N E L N O V E C E N T O F R A N C E S E ,Donzelli Editore, Roma,. T R A D U C T I O N E T M É M O I R E P O É T I Q U E : D A N T E , S C È V E , R I M B A U D , P R O U S T,Éditions Hermann,. U N E C E R T A I N E J O I E : E S S A I S U R P R O U S T ,Éditions Hermann,.
LInfini Collection dirigée par Philippe Sollers
JACQUELINE RISSET
L E S I N S T A N T S L E S ÉC L A I R S
G A L L I M A R D
©Éditions Gallimard,.
  
Ils trouent la mémoire, ils révèlent, se vantent. Disent que par eux la vie vaut dêtre vécue, même sils sont infimes, insignifiants, ou paraissant tels. On ne peut en réalité les juger à la mesure des autres moments ou aspects dexis tence. En tout cas, cest à eux quil faut revenir. Cest pour eux, peutêtre, qu». Toutil faut a un sens le « dabord sadresser aux premiers, ceux de lenfance. Cest delle quarrivent les images suspendues, détachées, lumi neuses, celles qui font saisir la logique de la foudre. Il faut et il suffit, peutêtre, que limage soit détachée, séparée par son propre choix des autres images, et du flux qui les portait.
Jai cinq ans. Je vois une bicyclette avancer dans une rue vide, en bas dune terrasse blanche. Un arbre, un mar ronnier, sans doute. Je regarde de toutes mes forces celui qui vient sur la bicyclette. Je ne le vois plus aujourdhui, plus du tout. Une petite bicyclette savance seule, comme un cheval qui gagne la course sans cavalier, certaines années, sur la place, à Sienne. Ce qui portait alors limage et lisolait de lavant
de lautour et de laprès était sans aucun doute la force du regardamour, fascination, attente. Et cest une autre force, agissant sur les images inscrites dans la tête, mais cette fois sous forme doubli, qui a peu à peu dis sous la chair du très jeune cycliste et la fondue au métal de sa monture, devenue de la sorte capable de se prome ner seule dans le collimateur de la mémoire. En admet tant quil sagisse de mémoire et non dun fragment inventé. Image de rêve ? Puisque cest le rêve qui possède la recette, qui détache, fait apparaître, sur fond de nuit, limage précieuse, née de rien.
Rêves denfance se résumant à un instant, qui sest aussi tôt inscrit, réclamant sa place, sans quil soit possible de saisir ce qui le rend si sûr de soi :
Une femme vêtue dune longue robe grise me tient au bout de ses bras tendus devant elle, au bord dun lac, à la nuit tombante, dans un rêve récurrent. Comme à un signal donné, elle écarte les bras à la façon dun auto mate, et je tombe verticalement dans leau noire du lac. Je nai pas peur. Cest la nuit des rêves qui souvre.
Autre rêve, même époque. Embrasure dune fenêtre. Il sagit de se laisser glisser lentement contre un des angles. Cela ssappelle « ». Pendant lexercer à mourir un des exercices la mort survient : le corps glisse doucement jus quà terre, tandis que les autres continuent. Ces descentes se font à plusieurs, comme dans un cours de gymnastique, et celui qui descend subit lexpérience : celle dun espace très vaste franchi dun seul coup en chute libre, déperdi

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant