Les larmes de Thï

De
Publié par

1901. Etienne Courbet quitte sa France-Comté natale pour partir en Indochine rejoindre les Forces Françaises de l'Armée Coloniale. Il va s'éprendre de ce pays lointain et connaître là-bas un amour unique avec une toute jeune Annamite: Thï Thiêt, qui lui donnera trois enfants. Mais leur existence va basculer dans la tragédie...
Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 28
EAN13 : 9782296479371
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les Larmes de Thï
Du même auteur :
La Nuit Mozambique, aux éditions Bénévent
© L'HAR M ATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56292-9 EAN : 9782296562929
Agnès Courbet
Les Larmes de Thï
Roman
L’HARMATTAN
À Isis-Cate, Mickaële et Johnatan, mes enfants,
Et à Jean-Pierre.
«Aréthuse pourquoi quittas-tu l’Elide, pourquoi devins-tu une source sacrée ? » Les Métamorphosesd’Ovide (Aréthuse, V 572-641.)
Aréthuse, née d’Atlas et de Pléioné, ou d’Atlas et d’Hespéris, ou de Nix et de l’Erèbe, appelée aussi «Fille du Couchant» ou «Fontaine de Larmes…»
Un jour, alors qu’elle se baignait avec ses nombreuses sœurs (Aeglé, Erythie, Hestia, Hespéra, Hespérousa, et Hespéraée) qui constituaient avec elle le cortège des nymphes d’Artémis, le dieu du fleuve, Alphée, l’aperçut, et la voulut avec fureur. Habituée à la vie libre en forêt qu’elle aimait passionnément, elle se mit à courir pour lui échapper, mais il la poursuivit sans relâche, jusqu’à ce qu’à bout de forces, elle suppliât la déesse Artémis de lui venir en aide. Celle-ci, entendant ses cris, la transforma en une source souterraine dont les eaux jaillirent bien plus loin, dans l’île d’Ortygie. Le dieu Alphée passa alors sous la mer pour la chercher encore, et vint se perdre tout entier dans la fontaine intarissable des larmes d’Aréthuse.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.