Les négociations interburundaises

De
Publié par

L'auteur raconte le long travail de la construction de cet "esprit d'Arusha". Mais au-delà du témoignage, vivant et documenté, le président Buyoya mène un profond travail de réflexion sur l'histoire tourmentée du Burundi et tire des leçons qui pourraient servir à des pays en butte à des crises semblables. L'accord d'Arusha a permis au peuple burundais de sortir de l'engrenage de la violence, mais il ne faut pas s'arrêter là : Arusha est un socle perfectible.
Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 42
EAN13 : 9782296479203
Nombre de pages : 254
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LES NÉGOCIATIONS INTERBURUNDAISES La longue marche vers la paix
Études Africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions
Adon GNANGUI,Côte dIvoire : 11 avril 2011. Le coup dÉtat de trop de la France en Afrique, 2011.Boubacar OUMAROU,Pasteurs nomades face à lÉtat du Niger, 2011.Thierry BANGUI,La ville, un défi duXXIe siècle. Essai sur les enjeux de développement urbain en Afrique, 2011. Ahoué DJIE,La jeunesse ivoirienne face à la crise en Côte dIvoire. Le point de vue des jeunes, 2011. Jocelyn OLOMO MANGA,Lesdivisions au cur de LUPC,2011. RudyBAEMYA-DMBULUNABEÔ--BNZBA-MZO,LeMÙUNTÚ et sa philosophie sociale des nombres, 2011. G. Bertin KADET, de sécurité de laLa politique de défense et Côte dIvoire,2011.é Patrick DEVLIEGER et Lambert NIEME ( d.),Handicap et société africaine. Culture et pratiques, 2011. Rodrigue LEKOULEKISSA, Lélectrification en Afrique. Le cas déu Gabon (1935-1985), 2A0b1o1li.tion de la peine de mort et Andr MBATA MANGU, constitutionnalisme en Afrique, 2011. Ahmed BELLO,Les libertés collectives des travailleurs,2011. Mathurin C. HOUNGNIKPO,LAfrique au futur conditionnel, 2011. Michel KOUAM et Christian MOFOR, Philosophies et cultures africaines à lheure de linterculturalité, Anthologie tome 1 et 2,2011. Baudouin MWAMBA MPUTU,Le Congo-Kasai (1865-1950), De lexploration allemande à la consécration de bourg, 2011. LAunlduraé-Hubert ONANA-MFEGE,Cameroun, Nigeria, ONU. Entre la force de la palabre et la primauté du droit,2011.
Pierre Buyoya       LES NÉGOCIATIONS INTERBURUNDAISESLa longue marche vers la paix
Préface de Louis Michel
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55629-4 EAN : 9782296566294
DEDICACE
Je dédie cet ouvrage sur le processus de paix burundais à ma famille, A mon épouse, Sophie A mes enfants, Olivier, Floriane, Clémentine et Linda Le processus de paix au Burundi a été une entreprise délicate et dangereuse. Personnellement, j’ai été objet de menaces physiques et je sais que cette dure situation ne laissait pas ma famille indifférente. Qu’elle trouve ici l’expression de ma profonde gratitude pour son soutien sans faille tout au long de ce processus qui ne lui a pas épargné bien des angoisses et des émotions.
PREFACE
Il est toujours utile de lire les témoignages des acteurs qui ont façonné l’Histoire en lui donnant un sens moral. De tous les hommes politiques de premier plan que j’ai eu le privilège de rencontrer et avec qui j’ai eu la mission de dialoguer et de négocier, Pierre Buyoya est une des personnalités qui m’a le plus favorablement impressionné. Intellectuellement, remarquablement articulé, de tempérament pragmatique et d’un abord chaleureux, il a toujours projeté une impression de calme détermination. Pudique et réservé, il avait cependant du mal à cacher tout à fait la douloureuse angoisse pour l’avenir de son pays, de son peuple, de tout son peuple sans aucune distinction. Cette personnalité élégante qui aurait pu donner à sa responsabilité présidentielle une longévité dont il avait les moyens matériels et militaires a respecté scrupuleusement les engagements qu’il avait pris à Arusha devant Nelson Mandela et Bill Clinton. J’y étais. Je peux témoigner de ces moments où l’Histoire hésite entre le cauchemar et le génie. Grâce à la loyauté de Pierre Buyoya et du respect de sa parole donnée, l’Homme a toujours donné une chance à la paix. Le Président Pierre Buyoya est un de ces hommes qui ont œuvré pour la réconciliation des Burundais et son rôle est incontournable quand on se penche sur la récente transition politique du Burundi et son long processus de paix. Cependant, ce qu’il nous livre dans cet ouvrage n’est pas un simple témoignage-mémoire de l’histoire récente du Burundi mais plutôt un questionnement indispensable pour avancer sur le chemin de la paix et de la construction démocratique du Burundi. L’auteur revendique, à juste titre, que ce livre n’est pas historique et je suis d’accord avec lui. Il s’agit d’un livre, j’oserais
7
dire, pédagogique où nous retrouvons une lecture personnelle, ouverte à la critique et au débat, de cette période capitale de l’histoire burundaise. Alors que Pierre Buyoya revient sur l’histoire du Burundi, la transition au Burundi semble en effet connaître de nouvelles évolutions. C’est donc d’autant plus important de pouvoir utiliser ce livre comme grille de lecture du passé indispensable pour l’analyse du présent et de l’ venir. a Le Burundi peut et doit continuer à constituer un modèle de transition démocratique. J’ose croire que le Burundi est déjà un cas d’école et j’espère sincèrement que les évolutions à venir me donneront raison. Comme l’auteur le dit lui-même, la viabilité à long terme reste néanmoins dans les mains des Burundais. Sur ce point, j’aimerais ici souligner un thème qui me tient à cœur et qui est l’importance absolue attribuée par l’auteur au dialogue et à la volonté politique sincère de le poursuivre: il s’agit d’un héritage essentiel à transmettre aux nouvelles générations. Ce dialogue, cette ouverture à l’échange respectueux, est sans doute le message le plus fort qui est sorti des négociations d’Arusha, car ce sera le dialogue politique au sein des institutions démocratiques et des forces vives de la nation burundaise la véritable clé de voûte d’une paix durable. C’est cet « esprit d’Arusha » qui est important de préserver. Même si tout n’est pas parfait, cet esprit qui se retrouve si bien dans la Constitution du pays est le résultat tangible de cette « leçon de démocratie » que les négociations d’Arusha ont représenté. Vu mon implication personnelle dans le processus burundais aussi bien comme Ministre des Affaires étrangères de Belgique que comme Commissaire européen ensuite, j’aimerais aussi ajouter un mot sur l’implication de la Communauté internationale dans ce processus. Le rôle de la Communauté internationale a été essentiel pour garder le dossier burundais sur le devant de la scène de l’agenda
8
international par un soutien qui n’a pas été que financier, mais surtout politique, diplomatique et de facilitation. C’est un travail que la Communauté internationale continue à ce jour aussi bien dans le pays au sein du Directoire Politique du processus de paix que dans les arènes internationales comme la Commission de Consolidation de la Paix des Nations Unies. C’est un rôle d’accompagnement qu’en aucun cas ne pourra se substituer à la volonté des parties burundaises. Comme l’auteur l’évoque dans le titre, le pays vient de loin et la longue marche nest pas encore finie. Ce livre donnera néanmoins matière aux lecteurs burundais non seulement pour s’approprier leur histoire mais pour réfléchir à une solution durable pour le futur et pour la marche qui reste à faire. Aussi je suis certain que la lecture de ce livre saura passionner un grand public intéressé à comprendre à travers les yeux d’un de ses protagonistes l’histoire de ce pays si attachant et captivant au cœur de l’Afrique. J’étais à Arusha. J’ai vu un Chef d’Etat prendre toute la mesure de sa responsabilité. J’ai vu un homme de qualité inspiré par une haute conception de son rôle écrire l’une des pages les plus difficiles de l’Histoire de son pays et de son peuple. Vision, sens du futur, abnégation, humilité, sens du devoir, toutes ces vertus mobilisées pour donner une chance à l’espérance d’un beau et grand peuple dont je me sens plus proche que jamais.
Louis Michel Commissaire européen au Développement et à l’Aide Humanitaire
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.