Les religions d'un président

De
Publié par

Depuis longtemps, Jean Daniel "observe" François Mitterrand en témoin irrité, distant ou complice. Il l'a accompagné dans ses voyages, il a recueilli ses confidences, il s'est fâché puis réconcilié avec lui. Mais, par-delà ces péripéties, il reste intrigué par ce président qu'il tient pour "le plus romanesque de nos hommes politiques". Ce "portrait intérieur" ne se veut pas hagiographique, loin de là. Il est même critique, à maints égards, surtout en ce qui concerne les relations de Mitterrand avec "la deuxième gauche" de Mendès et Rocard. On trouvera également, dans cet ouvrage, une étude très circonstanciée de toutes les volte-face d'un mitterrandisme qui n'est plus ce qu'il était, tant en politique intérieure que dans ses grands desseins diplomatiques. De plus - et c'est le charme de ce livre - Jean Daniel mêle rigoureusement ses souvenirs personnels à l'histoire officielle du septennat. D'où le ton parfois "intimiste" d'un témoignage qui reste décisif.
Publié le : mercredi 27 janvier 1988
Lecture(s) : 36
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246399995
Nombre de pages : 360
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Depuis longtemps, Jean Daniel "observe" François Mitterrand en témoin irrité, distant ou complice. Il l'a accompagné dans ses voyages, il a recueilli ses confidences, il s'est fâché puis réconcilié avec lui. Mais, par-delà ces péripéties, il reste intrigué par ce président qu'il tient pour "le plus romanesque de nos hommes politiques". Ce "portrait intérieur" ne se veut pas hagiographique, loin de là. Il est même critique, à maints égards, surtout en ce qui concerne les relations de Mitterrand avec "la deuxième gauche" de Mendès et Rocard. On trouvera également, dans cet ouvrage, une étude très circonstanciée de toutes les volte-face d'un mitterrandisme qui n'est plus ce qu'il était, tant en politique intérieure que dans ses grands desseins diplomatiques. De plus - et c'est le charme de ce livre - Jean Daniel mêle rigoureusement ses souvenirs personnels à l'histoire officielle du septennat. D'où le ton parfois "intimiste" d'un témoignage qui reste décisif.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi