Les trois voyages de Christophe Colomb à la recherche d'une nouvelle route vers l'Inde

De
M&7 à rendre tous les services etreux, possibles jusqu'iciprêts » n'ai rencontré nulle de meilleurs . Doux deje part gens. » leils ont sourire sur les lèvres.toujourscaractère, » dans un état devivant leurs moeursnudité,Quoique » Ils sont avides desont s'instruire et seirréprochables. » font de tous les nouveauxl'usage objetsexpliquer pour » »eux. La de la Santa-Maria et la défection du traîtreperte Alonso dont on n'avait eu de furentPinzon, plus nouvelles, cause Colomb n'eut à sa seuleque plus disposition qu'une non la Nina.caravelle, pontée, D'un autre le et ses aveccôté, gens,cacique voyant quelle avidité Colomb recherchait l'or un noble comme(dans but, nous l'avons dit luidéjà plus haut,) apportèrent presque tout ce avaient de ce métal. Un d'eux donnaqu'ils précieux même en d'une sonnette un morceau d'or duéchange poids d'environ une demi-livre (*). désireux de laisser hommes à HaïtiColomb, quelques Nous avons lieu de croire sous ce les anciens historiens(1) que rapport ont fort car Pietro Mai-tire dit, dans ses Décadesexagéré, Oceanes, que les Castillans trouvèrent une certaine d'or:quantité aliqua copia. — —31 la desafin la résolutionnaturels,d'y apprendre langue prit fonder un établissement et de bâtir un fort avec lesd'y de la Santa-Maria. Il fit tout sonépaves possible pour la confiance du afin de luimais,gagner cacique, inspirer et le il voulut donner auxla crainte Indiens unerespect, idée de la de ses armes.
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 99
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 148
Voir plus Voir moins

M&7<\.
•A*
NKm
*
U-
'*:
&- •
*r
^r %
•*
v*^
i^^ '«^^
#
u ^D>
<
^»*^lGIFT OF
SEELEY W. MUDD
and
GEORGE I. COCHRAN MEYER ELSASSER
DR.JOHN R. HAYNES WILLIAM L. HONNOLD
JAMES R. MARTIN MRS.JOSEPH F.SARTORI
to tht
UNIVERSITY OF CALIFORNIA
SOUTHERN BRANCH
t'tThis book is DUE on the Iast date belowstampedExtrait des Bulletins de la Société Royale déGeographie d'Anvers.
LES TROIS VOYAGES
DE
COLOMBCHRISTOPHE
A LA RECHERCHE D'UNE
NOUVELLE ROUTE VERS L'INDE
par A. BAGUET,
consul honoraire du Brésil et conseiller de la société.
AN VERS
RUE 35.VEUVE DE Z1RK,IMPRIMERIE BACKER,
1893.
80534j'
c7E
1 \S
3H
DE CHRIS
A LA I)'lINERECHERCHE
nouvelle route vers l'Inde
A.M. BAGUET,par
honoraire Brésil et conseiller de la société.consul du
En écrivant cette nous n'avons lanotice, prétentionpas
d'offrir du nouvean à nos lecteurs. Gomme nous l'avons déjà
on des entières en donnant la nomen-dit, remplirait pages
clature des nombreux en mortes et vivantesouvrages langues
au des de cet illustre révélateur. desujet voyages Beaucoup
ces volumes et sont fortouvrages comprennent plusieurs
coûteux ou introuvables.
Nous nous sommes borné à résumer en lesquelques pages
faits de son désirant surtout êtreprincipaux premier voyage,
de utilité à la actuelle et lui lequelque jeunesse inspirer goût
de la géographie politique.
De tout les hommes ont eu des ennemis ettemps grands
de leur Colombdes envieux Dès l'instant oùjaloux gloire.
fit connaître son de chercher une nouvelle route versprojet
il fut en butte à la médisance on le traita d'halluciné,l'Inde, ;
d'aventurier et on lui même son titrereprocha d'étranger.
Il ne à l'existence du nouveaucroyait pas précisément
monde allait en eût unedécouvrir, vaguequ'il quoiqu'il
mais il dans la directionintuition, supposa cinglantqu'en
de l'Occident à travers l'océan il découvriraitAtlantique,— 4
vastefaisant ducertainement des contrées nouvelles partie
n'étaitA vrai son raisonnementcontinent de l'Inde. dire,
fort laune du restehase sur hypothèse, logique,que
il biende la mais laterre, plus petitesupposasphéricité
ne l'est réellement.qu'elle
la convictionauteurs affirment avaitqu'ilQuelques
et est mortd'avoir atteint l'extrémité de l'Asie qu'il
nouvelle route versavoir découvert une l'Inde;croyant
son sesd'autres quatrième voyage,prétendent qu'après
illusions à cet furent détruites.égard complètement
découvertes cetPendant bien des les contréesannées, par
ont le nom d'Indes occidentales etillustre navigateur porté
les historiens ont donné erronément le nom nond'Indiens,
seulement aux de ces mais à tous ceuxindigènes contrées,
des deux Amériques.
un nouveauA son avoir découvertretour, continent,après
il fut comblé traité tête couronnée et lesend'honneurs,
chantèrent ses Le enthousiasmepoètes louanges. premier
la basse envie de rechef son œuvre.l'envie,passé, commença
De même Vasco da leGama,que premier navigateur qui
ait dans l'océan Colomb fut en àIndien, l'injus-pénétré proie
tice au lui contesta le mérite de ses découvertespoint qu'on (').
firent ses détracteurs et les envieux ? Ils commencèrentQue
à exhumer les livres des anciens ils lui
; opposèrent quelques
dans sa ne ses(1) Malte-Brun, universelle, ménage pas critiquesGéographie
à de Colomb et attribue à divers motifs la découverte du nouveau conti-l'égard
nent. Entre à l'idée erronée s'était formée Colomb de la dimensionautres, que
du à la distance Maringlobe et considérable Aristote et depeu qui, d'après
devait exister entre les de et l'Inde. S'il en étéTyr, côtes eûtl'Espagne ainsi,
aurait-il des vivres une année?pourquoi embarqué pour
Les ces n'auraient dePhéniciens, intrépidesnavigateurs, pas manqué profiter
des de ces deux historiens au de cetterenseignements sujet l'Inde, quoiqu'à
ils fussent en décadence.époque déjà pleine
le célèbre connu ses au delàHannon, navigateur caithaginois, par voyages
des colonnes ne dans son aucune île ni continentd'Hercule, mentionne, périple,
devant exister lesentre côtes de et celles de l'Inde.l'Espagne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.