Lord Byron

De
Publié par

"Emplissons jusqu’au bord la coupe des plaisirs : enivrons-nous de sa liqueur, notre nectar."
George Gordon Byron, sixième baron Byron, plus connu sous le nom de "Lord Byron" (1788-1824), reste pour beaucoup celui que non seulement son pays, l’Angleterre, mais l’Europe entière considérèrent, de son vivant et dans les années qui suivirent sa mort, comme l’incarnation même du génie poétique romantique. Révolté contre la politique et la société de son temps, épris de liberté, le "ténébreux égoïste" fut plus que cela : un homme de conviction, indépendant, sulfureux, facétieux, aimant les femmes et les hommes, adorateur de la Grèce et de l’Italie, sportif, cinglant, exubérant, toujours moderne, comme en témoignent des oeuvres telles que Childe Harold ou Don Juan. Engagé dans la lutte pour l’indépendance de la Grèce, il mourut à Missolonghi à l’âge de trente-six ans.
Publié le : jeudi 12 février 2015
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072477782
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
n ff
ffe
s h
LordByron par Daniel Salvatore Schiffer
b
INÉDIT
F OL I O
BI OGRAPHI E S
c o l l e c t i o n d i r i g é e p a r GÉRARD DE CORTANZE
Lord Byron
par
Daniel Salvatore Schiffer
Gallimard
© Éditions Gallimard, 2015.
Couverture : Lord Byron par Thomas Phillips (détail). National Portrait Gallery, Londres. Photo © Bridgeman Images.Manfred sur la Jungfrau, par Ford Madox Brown (détail). Manchester Art Gallery. Photo © Bridgeman Images.
Daniel Salvatore Schiffer, agrégé de philosophie, est titulaire d’un diplôme interuniversitaire d’études approfondies en « esthétique et philosophie de l’art ». Considéré comme l’un des grands spécialistes du dandysme, il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, parmi les-quelsPhilosophie du dandysme — Une esthétique de l’âme et du corps (PUF, 2008),Le Dandysme, dernier éclat d’héroïsme(PUF, 2010),Le Dandysme — La création de soibeau livre (François Bourin, « », 2011), Du beau au sublime dans l’art — Esquisse d’une Métaesthétique(L’Âge d’Homme et Académie royale des beaux-arts de Liège, 2012),Mani-feste dandy(François Bourin, 2012),Métaphysique du dandysme(Aca-démie royale de Belgique, 2013),Oscar Wilde — Splendeur et misère d’un dandy(La Martinière, « beau livre », 2014). Spécialisé dans la publication d’entretiens avec les grandes figures intellectuelles d’au-jourd’hui, il est aussi l’auteur d’un livre intituléBibliothèque du temps présent70 entretiens littéraires et philosophiques(Éditions Le Phare, 2005), volume dont la photographe Nadine Dewit a réalisé les por-traits. Ancien professeur de littérature contemporaine et de civili-sation moderne, dans le cadre des cours de l’université de Grenoble, au Centre culturel français de Milan (Italie), il est aujourd’hui profes-seur de philosophie de l’art à l’École supérieure de l’Académie royale des beaux-arts de Liège et professeur invité au Collège Belgique, sous l’égide de l’Académie royale de Belgique et le parrainage du Collège de France. Dans la collection Folio Biographies, il est l’auteur d’Oscar Wilde(2009).
Crede Biron: une ancestrale devise Naissance et enfance
George Gordon Byron, futur sixième lord Byron, naquit à Londres, le 22 janvier 1788, au nº 16 de Holles Street, artère donnant sur Cavendish Square. Cet aristocrate qui, dès sa dixième année, allait ainsi hériter, grâce au lustre que lui conférait une haute lignée, de l’un des titres les plus presti-gieux du royaume d’Angleterre, legs naturel auquel s’ajoutaient les richesses d’un important patrimoine familial, vit toutefois le jour sous des auspices rela-tivement modestes. Sa fortune, dont il n’est entré en possession qu’à sa majorité légale — vingt et un ans —, était due, pour l’essentiel, à la généreuse prévoyance de ses lointains ancêtres plus qu’à celle de ses parents. Son père, John Byron, ancien officier militaire, surnommé « Jack le Fou » (Mad Jack) en raison de sa violence notoire, de l’irascibilité de son caractère comme de l’imprévisibilité de ses actes, abandonna le foyer conjugal, alors que George n’avait que trois ans, pour s’en aller courir les tripots jusqu’à Paris, y dilapidant l’argent qu’il n’avait pas et y multi-pliant les conquêtes féminines. Car cet aventurier
9
vivotant au jour le jour, ravagé par l’alcool, miné par les excès et qui allait mourir prématurément à l’âge de trente-six ans, était doté d’une beauté écla-tante qui séduisit la splendide marquise de Camar-then, épousée en premières noces, qui était devenue, à la disparition de son richissime père, baronne Conyers et, comme telle, héritière de quatre mille livres de rente, somme considérable à l’époque. La rumeur dit qu’elle mourut des mauvais traitements infligés par son odieux mari et de ses continuelles incartades. C’est cependant avec elle, lady Conyers, que John Byron, qui vivait alors dans le château d’Aston Hall, eut, le 26 janvier 1784, une fille, l’hono-rable Augusta Byron, dont George Gordon Byron, homme d’une beauté peut-être encore plus envoû-tante que celle de son dangereux père, tomberait, quelques années plus tard, éperdument amoureux, entretenant avec elle une relation secrètement inces-tueuse, dont naîtrait, le 15 avril 1814, une char-mante mais tout aussi fantasque fille, à laquelle il donnerait le prénom de Medora. Quant à la mère de George Gordon Byron, Miss Catherine Gordon de Gight, jeune et noble Écos-saise apparentée aux Stuart, elle n’était guère, mal-gré son sang bleu, plus avenante. Quoique bien née, plutôt aisée financièrement, elle ne brillait ni par sa beauté ni par sa bonté. Affreusement autori-taire, dépressive, lorsque son épouvantable mari l’eut quittée, elle éleva, seule et ruinée, le petit George. C’est dire si la prime enfance du futur lord Byron, que d’incessantes et furibondes scènes de ménage
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant