//img.uscri.be/pth/02edcc4de14ea2da4bab4c605eddcda07287875c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Mamoudou Touré. Un africain au coeur de l'économie mondiale

De
223 pages
Pleinement impliqué dans l'histoire de l'économie mondiale depuis les années cinquante du siècle dernier, Mamoudou Touré a accepté de livrer une partie de son parcours. Maître d'internat, fonctionnaire de la communauté économique européenne, ambassadeur, directeur de l'IDEP, directeur du département Afrique du FMI, ministre... Touré a une trajectoire peu commune.
Voir plus Voir moins








M
AMOUDOU
T
OURÉ

U
N
A
FRICAIN AU CŒUR DE L

ÉCONOMIE M

ONIDALE

Dernières parutions
chez L’Harmattan-Sénégal
(Catalogue en ligne sur harmattansenegal.com)

DIOP Moustapha,
La voie d’un musicien
, roman, « Nouvelles
Lettres Sénégalaises », juin 2012.

DIALLO Rabia,
Amours cruelles, beauté coupable
, roman,
« Nouvelles Lettres Sénégalaises », juin 2012.
MBOUP Assane,
Valeurs de la paix
, essai, juin 2012.
Sène Elhadji Mbara,
Trésors des songes,
poèmes, collection
« Rimes et prose », juin 2012.
NIANG Mamadou,
Mémoires synchrones du fleuve de mon destin,
collection « Mémoires & Biographies », juin 2012.
THIAM Coumba,
Âme en quête,
poèmes, mai 2012.
BA Waly,
L’équilibre des rives,
poèmes, collection « Rimes et
prose », mai 2012.
ANNE Pape Sada,
Aux confins des rivages de pénombre,
poèmes,
collection « Rimes et prose », avril 2012.
TRAORÉ Alain Édouard,
B
URKINA
F
ASO
.

Les opportunités
d’un nouveau contrat social. Facteurs et réalités de la crise,
collection «
Zoom Sur
»
,
avril 2012
.

KANDJI Mamadou,
Les récits de tradition orale en Grande-
Bretagne et en Afrique noire
, « Collection Littératures &
Civilisations », mars 2012.
SECK Mamadou Mansour,
Nécessité d’une armée,
essai, mars
2012.
CHÉRIF Souleyman Abdelkérim,
Quand l’évidence ne suffit plus
,
roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mars 2012.
SAMBE Fara,
Lettre d’un retour au pays natal
, roman,
« Nouvelles Lettres Sénégalaises », février 2012.

El Hadji Hamidou KASSÉ
Mamoudou Ibra KANE





M
AMOUDOU
T
OURÉ

U
N
A
FRICAIN AU CŒUR DE L

ÉCONOMIE MONDIALE

























































© L’H
ARMATTAN
-S
ÉNÉGAL
, 2012

V lla rose », rue de Diourbel, Point E, DAKAR

« i

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
senharmattan@gmail.com

ISBN : 978-2-296-99415-7
EAN : 9782296994157



P
RÉFACE

Ma rencontre avec Mamoudou Touré date de
1967, aux États-Unis, c’est-à-dire au début de ma
carrière au FMI.
Je venais alors d’intégrer cette prestigieuse
Institution comme jeune stagiaire après mes
études à l’Université de Pennsylvanie.
Ce qui m’a frappé d’emblée chez Mamoudou,
alors directeur du département Afrique du FMI,
c’est sa vision, sa foi en l’avenir de notre continent
et en même temps, sa claire conscience des
immenses défis auxquels l’Afrique est confrontée.
Conscient des lourdes responsabilités qui
étaient les siennes à l’époque à un poste aussi
important, Mamoudou n’avait qu’un souci : être
digne de la confiance qui a été placée en lui.

7

ec asetré’l onocstmidoe nnts ousll A’rfqieue ts en proie. Il y emmoh’luoc tuot hUn. rtas fmeomsef osmm ,ameisrl y is issi a au8

itroe urar sa facinant per ,asd oç n’dtêffiris aqu’imer AKENRB A eup Jenr eunnuicq’a sa suon loh tiaf EL É SSMA– UDMO IOUJDAHAH IODIMAK Uém as teE .edohtt angexienemalég’lgé t àeds ra dollaes cteurboranaegE .tegix tnaveen lrs-muie êm’dbaro dap rasf orce de travail réa sireoss a ànarg ed noitatup. Maisteonomd éce ixattiuoé omdua sssmianttdet moc etép noicevaigueur. nce et rrtbieuareCalc noe ndi lut onluvavuo utrea erom ul’Afrique et sonocnniassnaecd e, rsiesse in fsasirtîam od sed e sa nce,aiteparfsaetaSv réeie pxitut .noI’l itsniségntse qes ruied sèrlgpuluue xpect scrt le rese tiaf neib liavra tdur ouaml’r qleuniuc t àleia’attil squi s à noa pporhc eed sproblèmes auxqueiul tno aeb uocuapp rtpodaé snssuisema ird p téérie’exp quincest enu’d mid elle, onsienom hunà fait appd’avoir fAiracnileà u n e aunu Le. MI Foni eïuhc eecnaun suré ass ontbaelédin snicuècnscot ectpees riul te noitarédi
de fraternité eti,éd eidngti,élevas urind’grtéhcatneme à t sedie dsoph viee laetu t uoiholenp doouam Mst’e cu,los ed t.étiradid uamétenru ste des honis-à-visitaiv nosid cnat donsae n eisraiassenl uq iC eété.a pide s et eriadnegél étilium hon sde, elri maM oduo ndmoe minoco’é lta nos te elai Afr: unuré u To redc uœ nuaciiattcefae et cdee a y li rtua enuchanattaue jte qreosetp ti énnla :eron sum hr ouen euep co xtlucapacité d’émerveédacaptne tasc l a uoduomaM ,teff eEn. ntmeleil iusuasse tumel fore lans de serap rtîaup aessiue qel crerpntnasep alsinnreà d ut s’adoe, il pesrno eepdnfieni nt, féret soc’esegagne n ua tneme icrvsedé iund’laq iut arsnecdne les différencec ,stse’nos hté ueiqe d rlapoesns té dailitnsabcrno sic seluoetèrrier Ds.ceanstec ,etècsa tec economist grand él eitrt,es leno qre luidue iv lasno,érce iuc tsquti9

é riovarp ruoPa’l setodcena sed àlri fst eilt on dr eé sedattni snu-der. Anheul bos neoc aemom stnntsoes dagmpe ni .oPrus naetirsees, les es intimurltcue a sete s ednarg .essegaMamovec , euudoudrà é agavtss aenem àtsir t derenu’ner tnoca erand, il y a toujuosrd see snieng
duuo ,ecg ardn 10

i’s ipsn rerl edxe’elempe dmoMa tne selP .essiuncrialiprqma puee tsl acséritnont la dihomme do,egarvuo tec tnais len, incariafne ttnni uocsnd atioénéres gjeunl ga letMaa iturvir : se el énéS enfant des deuxcxpeitnoen l’dnusienim dn ’u donéd li ,eal eliov de onnériqul’Af ,’dnaeisaisnup re lbhoril a qu’assij epm,sgnetlot anndpe NEAK ARBI UODUOMAMKASSÉ – HAMIDOU LAHJD I E tr e iophcqa ? Àon qectie luue jnelis suffa’l ec pjes-uisor seasM ia,sc moemtnp reconnaissance.el tam seuqred s cesplomenim etsinig eessee ors if nd rerfA iaci citoyenet de ceuctlru e teds aesinmahus téliuaq sesnemmi xua erandce g de les,utlellceniete temmo ej ia’lété a ersuasmeré cnttid uapcruosre . Au-delà du réc euq ervnet suovndmou dlie Le.uo ssnv oinnapssntreez e mai lestes rus noa nî éen sans on soutiupeDq siliaf .elties sns nue dosamv d eatepeué comp pu j’aiie, snoc sel rus ret mdes sévi alseient que rien n’ap ulaéter.rJ ehom’renoe daml’éiti ed tecmmohnt ce soés, roisa ovonsuu’ nsnl ’a lurpon ureut dnoforpmehcatta
aisons per des rd ercioorofdnsee dAfl’vierurte y tsiupuqire ,e la j’aiar, r. Ceup noq ciitocvne quriAfl’n ereineved nos ne te d eœcrunomo’lcéondiie msale uoduomaM: éruoT riAfn uu ainca ces.éren réfn de
Abidjan, le 31 octobre 2011

Alassane Dramane OUATTARA
Président de la République de Côte d’Ivoire



11

he dmarcAfrie l’céaluo rl ariretéerib l duspl, srev euqed sulp plus de bien-êtr eédomrctaeie ticfrneai b aoiesl ,eej asenua es






A
VANT
-
PROPOS

Un personnage de paradoxes ! La formule n’est
pas un simple jeu de mots emprunté à un stock
d’expressions pour servir de porte d’entrée. C’est
au contact de l’homme qu’elle a jailli, qu’elle s’est
imposée au cours de plusieurs rencontres et de
dizaines d’entretiens ponctués par la réflexion et
l’anecdote, la désinvolture et le ton grave, la
confidence et le rappel de ce qui est connu, les
éclats de rire et les silences bavards, l’esquive et la
réserve.
Nous l’avouons : il n’est pas facile de suivre et
de rendre à la lumière du jour la trajectoire, les
« traces et marques » d’un tel personnage. D’une
telle personnalité dont la part du mystère, pour
nombre de ses compatriotes, reste intacte.
L’homme est détaché des mondanités même
lorsqu’il était au cœur de la gestion des affaires
publiques, notamment à la rue Peytavin, qui abrite

13

mme généreux » qiua hbroerq eul rnsueecliil Ts,éruotse u « oh neux ombrignatémouq eeg sa ovonsu àete ilinrd’o leS .erian ed nolne,sd nae tneritbits du s les hauoc d srurapua ,érfftsennoe dis sea rud afeve nt apl ess. Iutrednepec elrap no’esct aes sdet anl altimiI .ega leuérlex ên gà e erq ’ulie tsg néose le divin. Dieuq riovpmi iul dae itcrdee lnsitno ecai sne tsi dosoufhaqunt c14

te rioved rap uré,u To Abousin noc nosesolti ,iaéd mes des ls,op stabéseuqitiladém, acs etiqueaixus coomdu .aMqux tiess ononécqimo seuf tenanicières une placec nertla eadsnl ne ecnelavibma e etéliéa rlae tr,ee ercnpaap t’lésenrepr la ntreac ,’c rT uoéruo quiilu’t es ldes ia tuqs a’ig,trne cett’il inca eidnOl nfe,te l’hi et re. stois al tsev etcirtus at,feC’. retèe talv eir eélltation lointainene , ertm elehtydee a lrspeneonqui eur rigutte eec,xd ruueirogut faue usrepoé téicos enu eiféd et ferm réservé neld tiréti.éO reobt e dle sit.tse nO I .e’l l pes lar pesitoleuqi’d ssujaemetnt structurel qu iocfnréiane tuas.ceaninéts ou Nuop snoine tnatrin d pleles ans se8 naénqréu 0ami’lsopmNAK Entmeu dt antibâ eedl É’imintsrèet des Fconomie AD HEL SAÉSUOK MADIIJH IBRADOU AMOU – M
e alc miedioncé’lmonoruœc ed cain au un AfriT uoér: aMomduuo tirpse’druomuh ,ncgavaras ot Me.15

s br trèh, itisnemehc tegnaed r) MIutpear pitfamoeb radsnl e’tx registre sans tque quely a Il gieir le eedhcsoe cnsdax eurisé» .tiaf no’l euq. Dieu as chosesV uo stêd ti: « ttcemae duxs aniov el rrèined eétd tié eocnoénexemmme aux ple em al se eruelliauunmmco aui qtéen scaitno ster éprouvez ce qui mmoh .sesuoVcer maomezndes lon b« : tid li ,sruellAi» . euDin eyoze srcv uo etesibléhenréprest tna euqlpuet ,ed’t pun lntta’éfieip io henm doté, Alla En vérit ou T »e,êm mdel ne tse.emêm-iu pasifiequi ce uelpelp m do eenteinatrnnaio(Fl dnoFom satén erionctionnaire du l a’cnei nahtuf Vn.làoivionioctot ie tuuop ouqr chez cest sobresieta cs tcénomos ou tonel Se.ètd te sehcorp sesl’onqui res ’autefssp orotéy tôcnnoielletnemoT ,é urt es hunmeoma ffbael ,uoevtr et capable d’émellievre « .tnemoreh dDu ges ls,epsnne suq ene tuis je se rid’un e’lcéno» ,vauotrémistegueur exetnicellocra srut on pleisom dtel é’upsi lednoenessiprof et tuel .nummoc uep tsee alnilocoe qupo sur la défensivuL ienr seetp sa qte luen ’oitso« .e eJ xuevsuj n dé l’o d’ecideeixus réqseul roosche que tr êe,nerpertnleuq erd
bjectifsur des oaritnos c noectnerllla, ssai-aer ecal uaep tlp u fon quiionsoncttef ét sitiv xcaaus ntrepae dceneulfni’l te etcr legieisu etsirs, une éducationsed sbo anitnoitde, dus téreets sec tépalaseuriceuve’éprdes et m sed ,sd stnemoes setl urueig r siuD teniaSoL-tr do MetarakPo, énag lte: l eéSitanie, la Maurdnom srueisulp uceannf’e lès des sefm ialb,eh muconnl a ». Irme ar ctèac drecee iul iuqd es« tiun doute contribéuà f çanoen relen, uxeatraue tr tno ,secua snasla d et vertécoum no eedonvued sodut ax,euoy jreir ed stalcé te que,roniôt itantra dr geoi,nrésiAM MDOOUAS K –SÉMAH UODIH LEIJDAmoqueursourires NA Es UBIARK d siiast srt ees par. Letifstinceuqimédaca sruocneonsiesofprt enaicne sorhcse ,s et colcollègue,sruler obaletare mm dunenèvcot ie :la vn di l’oq ’uartiia elip e traul’sc atécôq euqitép ses eu détournement dem to stea abdnno l àléa regè dtéc seesohte s ed nleveoue ll c»,uqinte el « océ’ole française ! e’tsà-d-ri e’lcéil, ûr mvrouéc drat sulPegâ’d ,dmpré » ipourvus s « eeduesrialliam ua saK t,idéogil eneamatTh, maliele rppoerf ama, sa ssi Magharg as ed ,selcn oes sdee llcet ocarlo e’lcéel ,rnelmateère nd-me Haal P un jeuntnl eopluaa rode èt16

no« e lbs a »usîarapsidsnad ert comje »our me pF iuri.e u «etd cee e ttajtrtoec à s sedpatéd se situations liéerpcépeet suod se17

iul sou nuesqor ltéauussr é aoTru » !ale ondiie monom ed cé’l ua ruœcriAfinca «s.n Ullceitevneec socs expéritrait dene.tlimebaohI lmêmerre ler parfe ne ,e en ,tefreiv lseac fas p’djasuetemtns rtucturel. L’hommspmenoc vortésrees dol piqits uea ré à lrantecoued sus roi nlfxe dtevi éetu pee r ne retsisni y’sa trajeier. De lic noiftcioer ,èrmipee laà re pis ulugnnosrd enute s domultces .tC icnas nae’ts poiquurgoné, as ud secaop ,erèpune personne seuedp soislbsee nttcedie rsveé itelpiaf sttec ,seavti nedseiteld ont ne d jeu, unsac nos snad ,ercoenu O».e brsa rel srtcnro eusque ou ee coranim edrtîatcno nois er flaen m ver ruop sniuq xuec cnt’o nue qnuonnuh ru sd emoemèresmyst moi, du te sedaniFsecnu dnéSél ga taul a’cnei nimintsre de l’Économieree dteor steet euq ios rus ilp quiiquet unle etnc neenerite tné uréta doouTou t etojuote éser t observl’on peuul.iM marec eh z reSgnoh rid tuqe sa « pulaagu »’c ,-tseid-às erpea onrslina pté,el orrp eudê’rtl Pu Haa, a laaroh emmoc « nozirvahe clee letl oduooT u maM icai Afr: unuré l é’ redc uœ nualeiandmoe minocoadéS dlopoéL
e en paix avec sc ehim nopruê rte èvnvreé oy Bdeoc aicsnecnelÉ .qui rtu te :compl a ted eeveslu» . euDilet esC’aroda’l ed noituarpsèd ératri eédi, secle de Kaac enotnhc sd fee cloralsoe onn iu ,nol s leemtnuste injhot,lancaicéps ecnegA’l àlevonébét enagrap ud ttit p erviroirsoque dei avtis reiv r’dbari à notre projeE IJDAH LU DOMIHA– É SSKADUUOAMOM AAKI RBavNE faitons resn.iee nmmsoiuq e’n h’L emmoumble n’st pas hocsnicnese tap sC’! n noh A «t.tnetérp port tse est Moi. LeieuxoNsuel .ssbah ïa itro xua eitsedoonéti ssAu« . es aupc leq euantne, jaîtr parisseiamahc s’n ej iaos p. techeruné j"maubrueJs iu své. Je n", résermajai ’aluou viso’l euq ram em n18

che naone irfo, tinc al ATCCaréned ltaire gée, secréneF arcniratin epaDéu durteecird ,PEDI’l ed ruerect, diICEFl’UN l àoiannrtanietd er’l enocÉeimou danPlmi, stniudF IM ,imintserrtement Afrique étilimuhm al te t eergll’r tejeq ou …edvaue i’sdes et ncesFinanotcoinnarri,ef Bureau daire au pxe tidéoc ,simmur sménunnioreai ,ofnaeiruti aaMau bire onnanctiimda seriaffA se ldes vetirastnis, maître d’intenrta ,ofcnitnoaneaurduu au hcot simmrias à eiraPéennuropmbase, arud asedM ua eallaà e irnamuom Cnocé étuE euqimo
uo recp sat enp r daombee cons l eriartnohc nu’dvie dix19

n Ue.da eéssos elrtê’, esmbsenocoqumiv gilinacnpi eedà un prie ainsi océd tôt sèrt a ui ql,ganéSée uvséé lati sér tesde e mont leuverra tctjereoie dpop talusnoiaL .eux rives du fleec tneaftnd sed ndpet ene qut anssa’d semessinia socande desialercîo’scad me talaiétdgbus urueigrusem xua te serles ionarnatintexur tna iuesocdntinstitu dce iesèicn ser snoaniftats et ce des Ép-iussnaalt uoet serpâ s8 seénna’i loù0 anssuimpetmrno dl a’ eednatiltern ceve eap urelrarv-I .ichl sioilet ec slaetnrtavi eedl a démagogie ou d e’l euqnoéntsd ui ene lat, l’Ét ed stnemednof xauu’sqjué chou tnoédemtn i arpfonelle quimensionum editl enusircntroà é . ténfCodireeut véri la uq ecinoeuv ecq lu pitsaque qus urts tne ,lerutctiques d’ajustemépirdo eed sopil pnetiardee a lnéS lagéenu nob sortune y a il ru,é zoTC eh.s» ncdaenépnd’i lurop noissesbo’d emoyen d’ment le trppoer euq isec ve vlaha p aseruojne sertêuot el suqleoseiuq eé. Léritre, a dias ,secnserga sn ces lnttanscoir .aLd ri eottud sivité toutefois a iéréguop el rmêe . meluCequi M ma uoTuoodé urun: fr Aaiicua nuœc ed ré’l conomie mondiale us rel sipde
nt le re mais doà l ius agdre tsded ig sl euurlo» nonu ,ifinitact inemenfortoix nup ap rcn élfeuqut ancigonée èr,sap epat en « i E L HADJI HAMIDOU SSAK – ÉOMAMUODUBR IKAA NEchnté,s tes la danru em sesoisudp e de,bleractrret ettec iotcejarre. Nous avons vuoul 20

éra T uoq euitemne «pé uelop dévssergorp eésnep pene géri éteisedv eis ircnpi ese des pur la baroc qinaecérsetps ouonavs ue N». erutceltircé tedue istr (anor cs noru,é,sq f li. Ibure)m Torahinamrecneh’l otsi euiloxp erepen eapetnrleel ,seire de sa famillurTou bo Aonel s,sna ezuod à tuon, ecora le nd »seec« d ’uli,éq àntne uen ryavoup nraalerpxoissr la maîrquée payclc eamf nid eint ntcotaesembl tneoçaf énnp alacadémique et prfoseisnoenll enoainnioctFMu dretse’C .It sèrpa nnalersode lité ei na’cnf noahtulbmue )epicsh elnien atédet ol snum léna zoTru éuudo (dige d’almte noitacudé’l ,e irtoecajtra l.eL ituqcoarirtslialfamicle e sos sei snitutetrundement, et touseugi sruc udammoonntom r apu rux sédcoehc ehècel sesn des pr trèppa tuotU .» sirlui qus « t oni outiqueses marab safimll srgnaedes dlu p duene’uerèmssi rg e-dnae caef de chonclu n e,»rtcireavnscot eseeupis èrt « ,atuoF ud
é hpmérè.eI lset rétif aux 21

lIn s !maiaa’j lités mis un danp itrap euqitilon nosi, onaç fdeque l’en et lorsmê ese tej uusrpes cie b gdeeréred muot a snon us de pluon àtati euaf caneeur tepaapi qus enbix suot à tnenneitrlineses à s tnreères col sesces,uqsrol seuneter ss ensvo ausnoe iuf iaerya éedl des non- sort i r u h n iMlai m sutdimdoo sT o,uvéerruioout :n fqAt én apcuiiru cœin ae l’ur dmoeicénoidlam noerpe ttcer ce etros eètsym edre qui entoure lh’moem .oNsua ov pnss ri rlequised euon oc sorfnrspee un, genaonsrep nu tircéd ifil tel un laitf la .lIilétnoanreivit ae qu lcep ru ruodnocetcuucteur afil cond .tEc eu nessn éilla nlliat ediour cre’u dtésia suno« ét» étire mye, lde sthe uerpd evid ugolaC’. t esnsda’é lilng eedf no duque qu’émerge la ivar revbmo’ ,er ereprt mlaoiémuo rcéalotcrehp zones direr dess ed erèimul ed . nsioctvion ces erprul res joteaitss trt leésené ura n’sscedeé pér reté ec ,tom un nom : l’éthiuq.eM mauood uoTdet ou te,via saf ne’d enu eril’ag de comiteri’ lems teltéia un prin ? Justetinasiem r.»P rupoe oiuvndre lre rehp ede secêpmxhorne en, uctiol a’ eteneésalp r ou pvetiecir denu ,eiv ed epics i’ ledavtic ért l’entendre que iuqv en tueniop dIla irnsaià i ovelel suol ru sr « pouser chasc ,euqittiares epan uerlipoi rt
LE DJHAHAI DOMIKAU s eri luun« lee ruojue srap ved-n non datée et ptterd eédimssoie ai psen oi cuntcnof se te snoint avéla touvoiruoireds nérere irf sdna tnotnosnimo dess serécém féeid .sI lespatriote ses comdnom ENAK ARB IOUUDMOMA– É SSiduepsne xid suampriy coés, anitêuq al térffe ets dee né Ts.enbil seostngamee gn parentsns etisa cev selalerd si pessiass one qua t èr sôt trpsi ses distances a péeIdl’e dueiqemmoh’l euq ecrai emt quemenporté htu enetà rpnue,ètl i».t sc Anu emoc evédppoltre envorête à êtum moneéy e àotdé »timimieu, à eomê rt «nini ss onavs àisprapitertne’uon ,sneil de dizaines d semtnri» .uAf dal« e jneaiam el nirpepicrom vacesa e nhpere t êt veut ilemenllet rilas sel e dtevi éil, reersds rut l sep ei. S’il a du Bienres ecivennoua re blads’réouem sédoc , à r’lvuirrnerx ceomme l’hg ed etite éteiafae traufae ttcepsir,tà l a’emen d’ouverture d’ec serpmosimouop à r irfaque quelqui ce queus » elpd risu« roni,ssaui Lu. nuvenoc te unnoc tseitué à n’est habn-uo,ss p neossnes déd monsilsnerp xsefo,suoued ’iqus iaon cnel tiassianam ,sap quiis àa pr il ssvigoer tafmene citfioncean22

.