Mémoires d'un indésirable

De
Publié par

Voici la mémoire de deux êtres, dont les familles ont traversé l'histoire de l'Europe et la guerre de 39-45. A travers ce récit, on découvre la résistance au quotidien, celle de gens ordinaires qui ne demandaient qu'à vivre simplement et qui sont entrés en résistance par révolte, pour combattre l'injustice et la cruauté. Aujourd'hui encore, toujours militants, ils n'hésitent pas à descendre dans la rue pour demander justice et réparation aux complices de ces assassinats.
Publié le : dimanche 1 février 2004
Lecture(s) : 103
EAN13 : 9782296352810
Nombre de pages : 152
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Mémoires d'un indésirable

Mémoires du XX e siècle
Collection dirigée par Jean- Yves Boursier Déjà parus
Michel RIBON, Le passage à niveau, 2004. Pierre SAINT MACARY, Mauthausen: Marie-France BIED-CHARRETON, percer l'oubli, 2004. Usine de femmes, Récit. 2003.

Laurent LUTAUD, Patricia DI SCALA, Les naufragé et les «rescapés du train fantôme », 2003. Raymond STERN, Petite chronique d'une Grande Guerre, Journal d'un capitaine du service automobile de l'armée, 19141918,2003.
Raymond GARNUNG, Je vous écris depuis les tranchées, 2003. Egon BALAS, La liberté et rien d'autre, 2003. Judith HEMMENDINGER, Revenus du néant: cinquante ans après: l'impossible oubli, 2002. Benjamin RAPOPORT, Ma vie et mes camps, 2002. Claude COLLIN, Mon Amérique à moi. Voyage dans l'Amérique noire (1944-2000), 2002. Raoul BOUCHET, Lettres de guerre d'un artilleur de 1914 à 1916,2002. Jules FAINZANG, Mémoire de déportation, 2002. Constance DlMA, Les petits princes de l'univers, 2002. Max de CECCATY, Valbert ou la vie à demi-mot, 2002. Michaël ADAM, Les enfants du mâchefer, 2002. Sami DASSA, Vivre, aimer avec Auschwitz au cœur, 2002. Jacqueline WOLF, Récit en hommage aux Français au temps de l'Occupation, 2002. Sous-Lieutenant Etienne GRAPPE, Carnets de guerre (19141919),2002. Rose GETRAIDA, Avec mes deux enfants dans la tourmente, 2002. Jules FAINZANG, Mémoire de déportation, Olga TARCALI, Retour jeunesse éclatée, 2001. Marie-Gabrielle à Erfurt. 2002. récit d'une 1935-1945:

André BESSIERE, Destination Auschwitz avec Robert Desnos, 200 1. COPIN-BARRIER, Marguerite ou la vie d'une

Rochambelle, 2001.

Siegmund GINGOLD

Mémoires d'un indésirable
Juîf, communîste et résîstant
Un siècle d'errance et de combat

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u, 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Sur la photo de couverture, je suis assis sur la rampe de l'escalier devant le pavillon à Mériel. Celui-ci nous a servi, ma famille et moi, de refuge pour échapper à l'extermination. Ce lieu était aussi un abri provisoire pour enfants arrachés à la déportation et le PC de notre réseau TA avec sa rédaction et son imprimerie. Et tout cela a été possible grâce à l'aide de nos amis français, en particulier de notre cher ami Henri Boivin, qui a pris le risque de louer ce pavillon à son nom. Nous leur devons un éternel remerciement. Sans leur aide, nous n'aurions probablement pas survécu.

(QL'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-6041-4 EAN: 9782747560412

Avertissement

aux lecteurs.

La langué employée dans mes mémoires n'est pas celle d'un grand littéraire car je m'exprime tout simplement dans la langue populaire, avec beaucoup de mots appris dès mon arrivée à Paris, à Ménilmontant, en 1933, avec mes parents. Mes premiers copains, dans le quartier, étaient des sauvageons, des poulbots parisiens, un peu voyous. Ce furent mes premières leçons de français, et cela rentrait plus facilement dans ma petite tête que ce que je devais apprendre à l'école. Je m'entendais bien avec eux et ils m'ont bien accepté, la plupart d'entre eux étant des enfants d'immigrés. Les gamins avec qui j'arpentais de long en large les rues de Ménilmontant en faisant des tas de bêtises de gamin, parlaient l'argot de la rue et, chez eux, ils parlaient la langue du pays d'origine de leurs parents. Il en était de même pour moi. Ce n'était certainement pas la meilleure façon d'apprendre à parler correctement le français.

Remerciements.

A ma nièce, Jacqueline Jorrot, qui a apporté des corrections, et qui l'a fait en respectant mes écrits et en conservant mon style. Sans son aide je n'aurais jamais pu réaliser ce manuscrit. Aussi je voudrais remercier les nombreux amis qui m'ont aidé à réaliser ce livre.

SOMMAIRE

Un peu d'Histoire Mes parents Mon enfance La grande crise en Allemagne La France La guerre ... Mon engagement Le récit de l'évasion de mon frère Peter Sur la route de nouveau Mon costume vert L'histoire de Gerhard Leo Les Allemands dans la Résistance française Hommage à nos camarades et amis Après la libération.. Hélène ma future épouse Notre rencontre La retraite. Conclusion Annexes Bibliographie

15 21 29 33 37 47 51 65 73 77 83 87 105 107 III 117 131 135 137 151

7

Le 8 octobre 2000 au matin, vers 8 heures, notre téléphone sonne. Mon épouse, Hélène, saute du lit. Moi, moins rapide, je ne bouge pas. J'entends simplement: «Ah! C'est Cristelle », surprise de recevoir un appel si matinal de l'amie et compagne de notre fils Gérard. Puis aussitôt, un cri retentit ou plutôt un hurlement affreux. Je saute du lit à mon tour en criant: « Qu'est-ce qui se passe? » en me répétant plusieurs fois. D'une voix étouffée, Hélène me répond: «Notre Gérard est mort! »A mon tour je hurle: «Non, ce n'est pas possible », et je retombe sur le bord du lit en me pinçant le bras, estce un cauchemar? Non, hélas, ce n'est pas un cauchemar. Gérard notre fils aîné, le premier fruit de nos amours, est décédé le 7 octobre au soir, à 46 ans, terrassé par deux infarctus successifs, à l'Hôpital Cochin. C'est un terrible et grand malheur qui nous frappe. Nous nous demandons, Hélène et moi, pourquoi nous devons subir une telle épreuve, si douloureuse, et tout d'un coup, dans ma mémoire, défile ma vie et celle que j'ai partagée avec Hélène, nos joies et nos souffrances pour élever notre fils disparu. Alors j'ai pensé également à la vie de mes parents, qui ont vécu la souffrance de la disparition tragique de deux de leurs enfants en déportation. A dater de ce jour, je prends conscience que la mort peut frapper à tout moment, et je décide donc d'écrire mes mémoires. Il y a longtemps que je me promettais de le faire. Mais jusque là je n'en avais pas eu le courage. Je les dédie à notre cher fils et à toute ma famille disparue.

9

Photo de Gérard

Notre fils Gérard,

à qui je dédie mes mémoires.

Il

A l'anniversaire de mes quatre-vingt ans, la petite fille de mon frère David, Estelle Gingold, qui a lu mes mémoires, m'a écrit pour cette occasion, un message que j'ai trouvé extraordinaire, plein d'esprit, d'humour et de sensibilité. Je voudrais l'utiliser pour une introduction dans mes mémoires.

Il Juillet 1922, naissance de Siegmund. Encore un bébé? Ce n'est plus une nouveauté pour ses cinq frères et sœurs, qui le couvrent de baisers et de fleurs. A 5 ans, c'est toujours le petit dernier, mais le premier à prendre les raclées, parfois il oublie d'aller à l'école: il préfère le cinéma, c'est plus drôle, A 10ans, en Allemagne, la vie devient difficile et toute la famille décide de faire les valises. Direction la France. Liberté, Egalité, Fraternité. Tous les quinze jours, on attend son tour à l'He de la Cité pour supplier, en vain, les fonctionnaires de la Préfecture. Entre les Halles et les casseroles, la cuisine et la salle, les épluchures et les ordures. Dans le restaurant familial, pas le temps de rêver. Là, ce sont les clients qui font la queue, chaque jour plus nombreux. A 17 ans, il faut s'enfuir, car la guerre est déclarée, mais l'exode ne sera que de courte durée. Siegmund, devenu Simon, milite aux JC, ce qui lui vaudra plusieurs mois à la Santé. A 20 ans, il devient François et entre dans la Résistance. Pour s'en sortir, il lui faudra parfois de la chance. Vêtu du beau costume vert de son père, pas moche, il est interprète agricole pour les boches! A 25 ans, la guerre est finie, la famille se trouve réunie, mais Dora et Leo ont disparu à jamais. Ils ne reviendront plus. A 30 ans, c'est la rencontre avec Hélène: « Que risque-t-on ? Allons voir ce phénomène! » De leurs amours passionnées dans le 13ème naîtront bientôt deux fils, Gérard et Luc.

13

A 40 ans, Hélène et Simon travaillent 12 heures par jour, à en crever, parfaits esclaves de la machine à laver, puis Simon la quitte (la machine, pas Hélène !) pour un patron pas tendre avec lequel il n'est pas fait pour s'entendre, tandis qu'Hélène ouvre une boutique dans le quartier et propose aux clientes fidèles et ravies de ses conseils avisés tout un choix de lingerie. A 50 ans, Simon travaille dans le téléphone, de chantier en chantier. Il branche des fils de A à Z chez des clients parfois prestigieux. Un soir au Raincy, il recueille les confidences de sa mère avant que pour la dernière fois elle ferme les yeux. A 60 ans, ses enfants sont déjà grands, les oiseaux se sont envolés du nid, mais les parents veillent toujours sur leurs petits, et voici la retraite bien méritée. Hélène et Simon ont des projets de voyages et aussi des idées pour militer, sans limite d'âge. A 70 ans, Simon se met à l'informatique, il est toujours à la page dans ce monde problématique et plus que jamais avec Hélène, belle et douce, et grande cuisinière. Ils forment un couple uni et solidaire. 80 ans! Simon, tu as connu au cours de ta vie le goût du bonheur, mais celui-ci a été trop souvent gâté par les épreuves. Tu as écrit le récit de tes mémoires, pour que tout cela ne s'oublie pas! Si nous nous sommes réunis aujourd'hui, ta famille et tes amis, avec dans nos cœurs les visages des absents, c'est pour fêter dignement ton anniversaire, Simon, et te rendre un petit hommage pour ton engagement, ta révolte, ta fidélité et ton courage. Merci Je voudrais te remercier de ton message et de l'hommage que tu me fais, Estelle. Je ne l'ai pas mérité. Comme tu le dis si bien: mes mémoires je les écris uniquement dans le but de ne pas oublier. Surtout pour vous la jeune génération, que vous puissiez en tirer la leçon. « Plus jamais ça! » Vivez dans la Paix et dans le Bonheur, c'est mon souhait le plus cher. Je vous aime tous. Siegmund, dit Simon. 14

Un peu d'Histoire

Voici un article que j'ai rédigé à l'occasion d'une assemblée de Jeunes. L'Allemagne de 1933 à 1945: l'histoire la plus tragique de ce dernier siècle. Comment est-ce arrivé? Comment un peuple de si grande culture, dont sont issus de si grands penseurs, a-t-il pu devenir dans sa grande majorité complice d'une telle barbarie? Le peuple allemand y était-il prédisposé par son passé historique, militariste et impérialiste, sans transformation démocratique réelle, avec une unité nationale récente? Nous devons nous demander si cela pourrait se reproduire, puisque le monde a replongé dans une crise économique mondiale qui pourrait favoriser l'émergence des mêmes idées fascistes qu'en Allemagne. Quelle est l'histoire passée de l'Allemagne? Il Y eut le renversement de la monarchie après la défaite de 1918, puis l'écrasement de la tentative révolutionnaire ouvrière par les conservateurs de l'ancien régime. C'est ainsi que l'Allemagne d'après guerre cherche sa voie dans de grandes difficultés économiques avec les contraintes du traité de Versailles, l'occupation de la Ruhr et les dommages de guerre à rembourser. Cela conduit à la monstrueuse inflation de 1922, suivie par une instabilité politique des gouvernements de Weiniar, dont le président de la République, élu en 1925 était le Feld-maréchal Hindenburg, vieux militaire sorti de l'école de Bismarck, qui complotait dans l'ombre avec un mélange de castes de revanchards militaristes, de grands officiers de la Reichwehr, d'aristocrates et de nostalgiques de la monarchie, liés aux grands industriels. Tout ce monde ne ressemblait en rien à une démocratie. Au contraire, il craignait le développement et redoutait la montée du parti communiste, qui gagnait en influence. Fin 1932, Hindenburg fait appel à Hitler et le nomme Chancelier en 1933, lui accordant les pleins pouvoirs. L'accession d'Hitler à ce poste vient après son activisme au cours des années 1920 et l'échec 15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.