Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,00 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Mémoires d'un pédiatre

De
174 pages
Ce livre raconte la vie professionnelle d'un pédiatre, Aziz Charles Mesbah. Pendant ses années de formation à Mulhouse, il rencontre la douleur des enfants et la souffrance des familles. Il réalise alors que la chimie, si elle est nécessaire, ne peut résoudre tous les problèmes et que les relations humaines et familiales jouent un rôle primordial. De la médecine dite scientifique il bascule alors vers ce qu'il appelle la médecine relationnelle.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Aziz Charles MESBAH

Mémoires

d' un pédiatre

Préfaces du professeur Jean Messer et Nicolas Muller

L'HarlTIattan

Pratique et Ethique médicales Collection dirigée par Richard Moreau et Roger Teyssou
La collection Les Acteurs de la Science, prévue pour recevoir des études sur l'épopée scientifique moderne, se dédouble pour accueillir des ouvrages consacrés spécifiquement aux questions fondamentales que la santé pose actuellement. Cette nouvelle série cherche à faire le point objectivement et en dehors des modes sur des connaissances, des hypothèses et des enjeux souvent essentiels pour la vie de I'homme. Elle reprend certains titres publiés auparavant dans Acteurs de la science.

Déjà parus
Bruno GREFFE, Mes gardes de nuit à l'hôpital, 2006 Georges TCHOBROUTSKY, Les limites de la médecine, 2006. Vanina MOLLO, Catherine SAUV AGNAC, La décision médicale collective, 2006. Jacques FRANCK, La ballade du généraliste, 2006. Henri LAMENDIN, Petites histoires de l'art dentaire d'hier et d' aujourd'hui, 2006. Arnault PFERSDORFF, Ethique et pédiatrie, 2006. Claude WAGNER, L'ergothérapie, 2005. Philippe RAULT-DOUMAX, Etablissements de soins publics et privés. Y a-t-il un avenir au partenariat hôpital-clinique, 2005. Céline PELLETIER, Pratiques de soins parentales et négligence infantile. Des signes au sens,2004. Bahram MATINE, François RÉGNIER, Des maux en parole. Conversations sur une pratique médicale multiculturelle, 2004. Jacques LIRON, Médecin malgré tout, 2004. Emmanuelle DHONTE-ISNARD, L'embryon surnuméraire, 2004. Emmanuelle DHONTE-ISNARD, L'embryon humain in vitro et le droit, 2004. Philippe RAUX-DOUMAX, Hôpitaux, cliniques, quel futur ?, 2004. Pierre SCHULLER, La face cachée d'une vocation. Lettres à un futur médecin. Préface de Bernard Lebeau.

À Arnaud

À Laurent, à Rebecca, À Benjamin, à Desta, À Zora, Kira, Nouchine, Jeanne, Léa, Amine, Samuel, Hiram, Leily, Cambyse, Esther, Emma, Céline, Claudine, À Francesco, Laura, Véronique, Katia, Frédérique, Frédéric, Remy, Benoît, Fatima, Imrana, Magid, Anthony, Nourri, Safiatou, Claire, Clara, Camille, Louis, Marie, Elsa, Mohamed, Boby, René, Renée, Charline, Amina, Kevin, Brandon, Antonin, Marion, Edouard, Jean-Philippe, Olivier, Roland, Khadija, Keiko, Manon, Jean-Edouard, Thomas, Sarah, Meir, Rebecca, Ali, Fatoumata, Charlene, Charles, Emmanuel, Maxime, Alexandre, Philippe, Louise, Paul, Paule, Joël, Oriane, Emmanuel, Maxime, Christine, Nicolas, Margaux, Renaud... et à tous les autres, À toutes celles, à tous ceux qui ont pleuré, souri, chanté, joué, travaillé, paressé, qui m'ont donné de la joie, de la peine, qui vivent ou qui ne sont plus! Merci à mon épouse, Passy, qui par ses encouragements m'a permis d'écrire ce texte. Je tiens aussi à remercier Leila Saberan Mesbah, ma sœur, Françoise Téclémariam, Christine Muller Dellisse, Nicolas Muller, Roland Baumann, Annette Haberrer pour leur aide dans la réalisation de ce texte.

L'enfant nouveau-né de ce jour sera plus avancé que les hommes les plus sages et les plus vénérables de notre temps. Le plus humble, le plus ignorant de cette époque-là surpassera en connaissances les théologiens les plus érudits et les plus accomplis de nos jours. Le Bâb né à Shiraz (Perse) le 20 octobre 1819 Fusillé à Tabriz (Perse) le 9juillet 1850

SOMMAIRE

Préface de Jean MESSER Préface de Nicolas MULLER

13 17

I II III IV V VI

Pourquoi pédiatre? Les années de formation Dans le bain Petites personnes et grandes leçons Le Tartarin du Haut-Rhin Quelle médecine? Le doute! Je tourne la page

21 27 63 109 127

143 165

VII

Préface de Jean MESSER
L'exercice de la médecine ne se fait bien qu'avec passion et Aziz Charles MESBAH est un médecin passionné. Dans cette autobiographie il n'hésite pas à se révéler complètement au lecteur tout en lui faisant partager ses interrogations. Pourquoi devient-on médecin? Les motivations peuvent être multiples allant de la «vocation» à l'attraction lucrative; en l'occurrence l'influence du père a été prédominante; mais par ailleurs aussi l'intérêt de l'étude de la biologie, de ses richesses et de ses mystères. Pourquoi ensuite devient-on pédiatre? On peut exclure l'attrait de l'argent puisque le pédiatre est le médecin le moins bien payé de tous les spécialistes, ill' est même moins que le généraliste. Mais prendre en charge un enfant, « l'avenir de l'homme », pour lequel tout reste possible mais chez lequel tout peut rapidement s'effondrer: quelle activité passionnante mais aussi quelle responsabilité. Bien souvent, en fait, l'influence des terrains de stage où passe l'étudiant est prépondérante. Nous n'avons pas échappé à cette influence. Aziz MESBAH parle du « parfum d'humanité» se dégageant de la Clinique Infantile de Strasbourg: nous l'avons humé tous les deux. C'est vrai que le stage à la Clinique Infantile tranchait avec l'ambiance des stages dans les services d'adultes. «Les médecins jouaient avec les enfants, les prenaient dans les bras» ; j'ai vu moi-même le Chef de Clinique qui transportait dans ses bras le grand enfant hémophile pour aller plus rapidement en radiologie,

sans attendre l'arrivée des brancardiers. Les grandes orientations peuvent se prendre dans ces moments. Dans cet essai autobiographique, Aziz Charles MESBAH décrit les mille facettes de la médecine des enfants, vécue avec la sensibilité de sa double culture française et iranienne. L'apprentissage de la spécialité se fait au cours de l'internat à l'hôpital; on y vit des moments difficiles comme ceux de la souffrance ou de la mort d'un enfant mais également des moments de gloire et d'exaltation comme reconnaître le début d'un «purpura fulminant» et mettre tout en œuvre pour arriver à la guérison. De nombreuses circonstances jouent un rôle pour l'orientation vers la médecine hospitalière ou libérale avec installation en ville: ces deux aspects de la pédiatrie sont attractifs mais sont très différents. Pour Aziz, cela a été l'installation en pédiatrie libérale, pour laquelle il faut bien reconnaître que l'internat hospitalier ne la prépare pas de façon optimale, on apprend beaucoup « dans le bain », sur le terrain. La médecine libérale s'exerce de façon solitaire dans son cabinet, à l'opposé de la médecine hospitalière où l'on n'est jamais seul. La riche variété de cet exercice en cabinet est rapportée par l'auteur. La fréquence des pathologies d'adaptation et fonctionnelle ne manque pas de frapper: les coliques du nourrisson, les infections ORL par exemple. Il est alors évident que l'on se pose les questions d'autres approches de la médecine, moins scientifiques mais pouvant aider comme l'homéopathie et l'acupuncture. Le médecin d'enfant n'est pas confronté seulement à un enfant malade, il rencontre un enfant avec sa famille et est interpellé sur les problèmes de l'éducation de l'enfant, de son évolution actuelle avec l'émergence de «l'enfant roi» et l'expression chez l'enfant de tous les problèmes qu'il peut vivre au sein de sa famille. Le pédiatre devient ainsi

14

partenaire de l'éducation des enfants mais également des parents. La lecture de ce livre intéressera tout médecin mais aussi les parents qui ont forcément vécu, de leur côté, les situations décrites; d'ailleurs le récit fait souvent place à des réflexions générales sur l'évolution de la médecine, le devenir de l'homme, la condition humaine: le pédiatre avec aisance devient alors philosophe ou poète. A l'approche du terme de son exercice médical, Aziz Charles MESBAH peut faire le bilan d'une vie pleine et riche. Son ouverture d'esprit, à laquelle son parcours d'enfant dans de nombreux pays d'Orient et d'Afrique n'est pas étranger, l'a aidé à être un médecin d'enfants efficace, à l'écoute et donc apprécié: elle l'aidera aussi pour aborder une tranche de vie nouvelle où ses valeurs d'humanité et d'universalisme trouveront leur place avec en plus, nous le lui souhaitons, l'approche de la sérénité. Jean MESSER
Professeur de Pédiatrie, CHU de Strasbourg-Hautepierre

15

Préface de Nicolas MULLER
Souvenez-vous.

Vous arrivez au centre-ville de Saint-Louis, longez le bâtiment qui abrite Monoprix (aujourd'hui Atac) avec une appréhension à peine contenue pour atteindre la porte d'un ascenseur un peu déglingué mais toujours vaillant. e 'est moi qui appuie sur le bouton! Vous traversez le terre-plein en direction du cabinet sans savoir vraiment quelle sensation vous domine. La salle d'attente est gaie et fourmille de jouets, de mamans et de petits martyrs comme vous, s'agitant, reniflant, gazouillant ou pleurnichant. Du fond du couloir, vous percevez les signes du déroulement de bien d'autres aventures. Soudain votre nom retentit. Il est temps de passer entre les mains de la secrétaire médicale. Pendant que l'on vous mesure, les talons bien calés contre le mur, vous observez la balance pèse-bébé métallique posée sur la table et croyez vous souvenir de la sensation de froid que procure son contact. Bruit de portes, un Comment ça va! retentissant et reconnaissable entre mille autres vous accueille, accompagné d'une poignée de main énergique. Maman prend place et explique les symptômes qui vous amènent ici. Le docteur vous demande de vous déshabiller et de grimper sur la table

d'auscultation après avoir déroulé le grand rouleau de papier blanc pour la couvrir. Stéthoscope, prise de la tension, palpations du ventre, des ganglions, « tu as mal quand j'appuie? » Puis vient le tour des instruments dont vous avez rêvés: le docteur saisit tour à tour deux boîtes noires fermées par de gros élastiques afin d'équiper ses deux lampes de poche très spéciales. La première est frontale et inquiétante. Lorsqu'elle s'approche de vous, le goût caractéristique de la spatule en bois sur la langue l'accompagne, un peu comme un bâton de glace. La seconde reçoit un cône de plastique qui ira scruter l'intérieur de vos oreilles. Ouille! Le docteur n'est pas douillet. .. mais que peut-il bien voir à travers sa loupe? Vous vous mettez debout, et exécutez les déplacements demandés: «marche vers la porte, tiens-toi droit, penche-toi en avant... » Une discussion entre adultes s'ensuit, à laquelle vous ne comprenez rien. Vous savez cependant que votre contribution à l'établissement du diagnostic est terminée et que le moment le plus attendu de la visite arrive: le docteur se retournera vers son armoire pour en extraire une jolie carte représentant un animal ou une fleur, qu'il vous échangera contre la traditionnelle «bise» libératoire. Après tout, cela valait-il vos craintes? Parents, patients, enfants de patients, vous avez tous participé à votre manière à 40 ans de la carrière d'un homme exemplaire. Vous en avez conscience sans avoir la possibilité d'en témoigner, et considérez que les vérités absolues n'ont pas besoin d'être exprimées ou ne le seraient que de façon incomplète. Avec maturité et spontanéité, Aziz Mesbah a choisi de nous livrer dans Médecin d'enfants un récit parsemé 18

d'histoires courtes et savoureuses, tantôt drôles, chargées d'affection ou nostalgiques, tantôt dures. Elles nous permettent de comprendre les origines d'un destin, d'une générosité remarquable inscrit dans la poursuite d'un idéal thérapeutique: la pédiatrie. Le petit Nicolas (Muller) devenu grand... très très grand.

19