Mes rencontres au Palais-Royal avec Jean-Michel Rouzière

De
Publié par

On ne vit pas impunément plus de trente ans une vie professionnelle avec un être exceptionnel sans avoir envie de lui rendre hommage. Parti de presque rien, Jean-Michel Rouzière, grâce à son travail, à son courage et à son opiniâtreté est devenu un des plus grands directeurs de théâtre. Grâce à "mes rencontres", quel bonheur de donner la réplique à Edwige Feuillère, Michèle Morgan, Jacqueline Maillan, Suzanne Flon... Quelle chance d'avoir pu être mis en scène par Jacques Charon, Jean-Claude Brialy, Pierre Mondy, Jean Piat...
Publié le : dimanche 1 mai 2005
Lecture(s) : 260
EAN13 : 9782296396883
Nombre de pages : 120
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Mes Rencontres au Palais-Royal avec Jean-Michel ROUZIÈRE

(Ç)L'Hannattan, 2005 ISBN: 2-7475-8311-2 EAN : 9782747583114

Philippe DEHESDIN

Mes Rencontres au Palais-Royal avec Jean-Michel ROUZIÈRE
Préface de Françoise Dorin

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Künyvesbolt 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16 HONGRIE

L'Harmattan !talia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALlE

A Daisy et Capucine

Je tiens à remercier Claude F raize de m' avoir poussé et encouragé à "me souvenir",

~#'(

"'~""," ,~"'~"l'

l"7 Il' R~, C -r'

~~';.,*/IL--:

~

~
"

;1"" ,'~".1"," i.. "ï~ / .'<"'''-''"
.

..J1

('y

,,,,,,,,,. ,"",.""

.!

..",

~,'"

l ,A

," 'f'-:~7

f'

"

l (,~.
"

fin
. .'.

,.J ,.
~" . ~'

{" ". r~~'

i

~

"

l'

""L:

If. ~,

,. ~.'.4"

\,

J(.~~.)" 1 ~,,.f '" l I" ~ ~~#
r-'')
~-"')

lk l
. ,'.',

".

~ft/~ ~

.~.

~ >r" ... ~>

.""

'f/~
t

~~~
~I

'" :.",-f$i~ .

~

{' {!,~~,-,.

-

f.t..~~t l l
~f~

v~~ ~t: .,.~~lt'~...l~'/~),'~) ",,,:, t
",~.;.
" &~ ~~...t~

~
...l' "" .,,{eM ~,~,-

,~ ,,;r. tf~ ''r"€.~'Iift ! f ,. J'..

..~~ .t

l~

.,# "'"

'P"

.

#"~.
.,"f

(/# ff~
.""

.~~'
. .1û"" ~'
. "",,,

".w.$'~Vf.Uft~';'t

. l 'Ç""""",,
..

~~I!t

i

"" l""'''

)

~.-( J'tit

l.t

,3.'...' . "'... ~<'(;t~t' ./"'~,ul' ?~.~/ è#d #~N.." ,

'~'?~

i.,
.

' '"

~
"

; '... ,'. "~" ~ r{~ li t
-,,1.. .' tit/h
Ji~~""""? .' .

./M~

I

~,~

$It

",~~~t

,~
.
.

,,)
'.,

.J" -," .a il4t.&1!1! it ~,. #, l' t"

.lj;"

1(

l

h~ ~
...,

t .,..1

t\.f,€~t~...
j "

~~Jv;.~
I~,*?li~,
",

f

>. ft

t...; .P""" f- l.",,' ,"'

r-. ~ toY
..

(..J

,

tt '~J/~'Î1
..

.

!

P
...l

~~

l

'o-

~LCt
,,«

~;£

{l A
;',

., ~

i'" J~tt'"

",~'~l':f~ I

.

f

...~

.
"

f

~~

~

~~
I-~

~.<.~ q;,t('~

.."

\1F li"i~.
*'l"-"

\~ J

"

,_ I

,,,,~,,'
.:...~
_"""""

''''''~".''''.'''

h~

>fii~

Préface

"Bien sûr, il est trop tard pour parler encor d'elle: Depuis qu'elle n'est plus, quinze jours ont passé. Et dans ce pays-ci, quinze jours, on le sait, font d'une mort récente, une vieille nouvelle..." Alfred de Musset écrivait ces vers à propos de la mort de la Malibran en 1836 ! Il estimait donc qu'il fallait quinze jours pour effacer des mémoires une gloire mondiale! Et c'était à l'époque du fiacre! Alors, on pourrait penser qu'à l'époque de la fusée la notre - où une information ne cesse d'en chasser une autre, la disparition d'une notoriété essentiellement parisienne, survenue il y a quinze ans, soit complètement oubliée... et depuis longtemps. Eh bien, non! Tous ceux qui ont connu ou simplement approché Jean-Michel Rouzière, à titre amical ou professionnel, se souviennent de lui. Et l'un de ceux-là, Philippe Dehesdin à la fois collaborateur et ami, dans les deux cas fidèle parmi les fidèles, a eu l'excellente idée de le faire revivre pour nous, à travers des histoires dont il a été le confident ou le témoin privilégié. Grâce à lui, nous revoyons Jean-Michel comme s'il était là !

11

Nous sourions à cet amoureux inconditionnel du Théâtre qui avait tout pour être lui-même le personnage - principal! - d'une pièce de théâtre, avec ses enthousiasmes continuellement renouvelés, sa force de persuasion, ses partis pris. Nous sourions à son esprit d'entreprise, à son énergie, à son dynamisme, à la ténacité avec laquelle, selon sa propre expression, il "reprenait son bâton de pèlerin" après avoir essuyé le refus d'un auteur ou d'un acteur, pour aller en solliciter un autre avec autant d'ardeur. Nous sourions à son perfectionnisme, à ses méticulosités, à son œil-radar qui détectait aussi bien le grain de poussière égaré sur le fauteuil d'un spectateur, que l'ampoule grillée dans la loge d'un artiste ou l'ourlet mal repassé de la robe d'une comédienne. Nous sourions à ses dépenses flamboyantes... et à ses économies de bouts de chandelle; à ses colères... et à ses attendrissements: ses extrêmes nous touchent! Nous sourions... Et nous sourirons longtemps encore en pensant à Jean-Michel, conscients, comme le si lucide auteur de ce livre, que ce sourire cache un immense regret.

Françoise Dorin

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.