Mon combat, leurs victoires

De
Publié par

Cette histoire vraie retrace la farouche volonté de vivre d'une femme qui découvre qu'elle souffre d'un cancer. Cet hymne à la vie se veut le reflet du combat de tous contre la maladie, famille, amis et médecins pour guérir de ce fléau. Ce récit explique le quotidien du malade et les situations auxquelles il se trouve confronté, de la découverte du cancer à sa guérison. Mais c'est avant tout un message rempli d'amour et d'espoir pour tous les malades et leurs familles.
Publié le : mardi 1 novembre 2005
Lecture(s) : 163
EAN13 : 9782296419414
Nombre de pages : 106
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Mon combat, leurs victoires

Histoire de Vie et Formation Collection dirigée par Gaston Pineau
avec la collaboration de Bernadette Courtois, Pierre Dominicé, Guy Jobert, Gérard Mlékuz, André Vidricaire et Guy de Villers

Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de la formation, en s'ouvrant aux productions qui cherchent à articuler "histoire de vie" et "formation". Elle comporte deux volets correspondant aux deux versants, diurne et nocturne, du trajet anthropologique. Le volet Formation s'ouvre aux chercheurs sur la formation s'inspirant des nouvelles anthropologies pour comprendre l'inédit des histoires de vie. Le volet Histoire de vie, plus narratif, reflète l'expression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie courante à mettre en forme et en sens.

Déjà parus
Volet: Histoire de vie Danièle CEDRE, La porte-paroles. De Elles à... Elle, 2005. Jérome ENEAU, La part d'autrui dans la formation de soi, 2005. Malika LEMDANI BELKAÏD, Transhumer entre les cultures, 2004. Marie-Claire GRANGEPONTE, (sous la dire de), Classes nouvelles et gai-savoir auféminin, 2004. Claire HEBER-SUFFRIN, Quand l'université et la formation réciproque se croisent, 2004 Jean-Marie ALBERTINI, Mémoires infidèles d'une famille de Provence, 2004. Jérémie MOREAU, Ma Mère, cette Utopie /, 2003 Ann VOISIN, Fabienne, Les négligences médicales sont-elles unefatalité ?, 2003. Patrick MOLINA, L 'homme interdit, 2003. Jean-François CHOSSON, La mémoire apaisée, au long des routes de l'éducation populaire et de l'enseignement agricole, 1928-2001,2002 Patricia BOUCHER (éd.), Histoires de vie au féminin pluriel, 2002.

Renée Danger

Mon combat, leurs victoires

Postface du Professeur Albert Cattan

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie KonyvesboIt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest Espace L'HarmaUan Kinshasa Fac. Sciences. Soc, Pol. et Adm. BP243, KIN XI Université de Kinshasa - RDC L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12 BURKINA FASO

www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1 @wanadoo.fr (Ç) L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9539-0 EAN : 9782747595391

Je dédie ce récit, en témoignage d'affection et de reconnaissance, à mes chers enfants et à mon cher mari, qui m'ont tant apporté dans cette lutte, ce calvaire qui a été le nôtre, tous mobilisés face au CANCER. Je tiens à remercier également de tout cœur les amis, voisins, collègues de travail, tous ceux qui, par leur amitié sincère ont apporté leur contribution à mon combat... ... Bien des années plus tard, suite à la disparition d'un être cher, j'ai de nouveau connu l'enfer, avec en plus l'expérience de la chimiothérapie. La qualité des soins reçus, la volonté farouche de m'en sortir, conjuguées au soutien des miens, ont fait briller pour moi un soleil triomphant. Il faut toujours y croire.

Le dérapage sur l'abîme

Mi-octobre

1981

Qu'il fait bon vivre, ce matin. Une belle journée se prépare. Un jour comme tant d'autres, les enfants sont partis pour le lycée avec leur père et, à mon tour, je me prépare à partir pour mon travail. Je suis heureuse, détendue, tout en vaquant à mes derniers préparatifs, je fais un rapide bilan de notre situation. Depuis que je travaille, nous avons agrémenté notre petite maison, sans trop souffrir des fins de mois. Cette salle de bains, l'eau chaude si précieuse, je n'aurais jamais osé l'espérer avant. Cette petite cuisine si jolie que je tapisse à mes moments perdus, tout cela contribue au bonheur tout simple de chaque jour et me pousse allègrement au travail. Evidemment, les rentrées scolaires des enfants ont vidé notre cagnotte, mais cela ne fait rien, ces gosses là veulent y arriver, ils « bossent ». Nos impôts sont réglés, toutes les factures courantes expédiées, que demander de plus! C'est l'Amérique, comme le disent si bien les enfants. Tout en cheminant vers mon lieu de travail G'adore ce que je fais: «Aide à Domicile aux personnes âgées», ce sont de braves gens, qui me rendent si bien mon affection), inconsciemment quelque chose me tracasse, c'est comme si j'avais un 7

sixième sens en éveil. C'est bizarre, sans doute estce l'approche de mes périodes qui me rend nerveuse et en même temps, ma poitrine particulièrement sensible, surtout du côté gauche. Qu'à cela ne tienne, tout rentrera dans l'ordre après, d'autant plus que je pense être une femme très ouverte aux questions médicales et que je me surveille comme toute femme doit le faire. Donc, je peux être tranquille et je chasse cette mauvaise impression, me traitant de puérile. Je retrouve ma bonne humeur auprès de ces braves gens qui attendent mes services et ont sûrement d'autres problèmes que moi. Deux jours se passent sans autres préoccupations que la routine habituelle. Tout de même, j'aimerais bien que les mauvais jours du mois soient passés, car je ressens une source de chaleur dans le sein gauche. Oh ! Voilà tout, je ne vais pas en faire un « plat », pas pour si peu, j'en ai vu d'autres. Le troisième jour, cette sensation de chaleur s'accentue, et cela m'agace un peu mais je sais bien qu'étant en période de pré-ménopause, je serai sujette à de petites taquineries de ce genre. Le quatrième jour, j'ai franchement mal, ce n'est pas possible, on dirait un abcès qui monte. Enfm la menstruation qui s'annonce va mettre bon ordre à tout cela. C'est égal, je prendrai une consultation chez mon généraliste. J'ai besoin peut-être d'un petit traitement et de plus, je suis un peu fatiguée. J'ai beaucoup travaillé ces temps-ci.

8

Les trois ou quatre jours suivants, peu de changement, cette douleur s'est un peu relâchée mais elle reste en place. Je suis inquiète ce coup-ci, d'autant plus qu'au toucher, à l'endroit même de la douleur, on dirait, mais oui, il y a une masse dure! C'est quoi? Une glande? Une boule? Je deviens très angoissée, je dois m'asseoir. Cette fois il faut consulter sans retard, ce n'est plus normal. Toutefois, je me rassure en me disant qu'il y a vingt-cinq ans, une biopsie pratiquée sur ce même sein gauche a révélé qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. Seulement voilà, je suis sur la défensive, il va falloir que je sache. Moi, la femme très combative que j'ai toujours été devant l'adversité, oui moi, sans que je sache pourquoi exactement, j'ai le cœur serré par une sourde angoisse. Mon sixième sens ne m'avait pas trompée. Quelque chose me menaçait dans l'ombre. Oui, mais quel genre de menace? Je n'osai formuler ma pensée secrète, mais après tout, ce n'est peut-être pas si grave. Heureusement, j'ai mon travail, cela me permet de ne pas trop penser à moi. Ça y est, rendez-vous pris chez mon docteur, celui-ci me dit: « Il ne faut pas s'alarmer, peut-être est-ce tout simplement un dérèglement glandulaire, mais pour plus de sécurité, je vais vous envoyer à la ville voisine pour faire prendre des clichés spécialisés. Revenez me voir avec vos résultats. » À ce stade de mon histoire vécue, commence mon calvaire et celui de mon entourage.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.