Nos chers privilèges

De
Publié par

Le dit-on assez ? Les acquis sociaux à la française sont menacés... Les systèmes de retraite prennent l'eau, faute de cotisants. De mesures d'urgence en " plans ", la " sécu " augmente ses cotisations chaque année... pour des remboursements toujours plus faibles. L'assurance-chômage est grignotée par la masse des demandeurs d'emplois à indemniser. L'aide aux familles part en lambeaux. Le Revenu minimum d'insertion n'insère personne. Le Smic est à la fois trop faible pour le salarié... et trop coûteux pour l'employeur ! Notre système de protection sociale, dont nous sommes si fiers, dont les hommes politiques - de droite comme de gauche - se disent à bon compte les " garants ", court donc à sa perte. Pourtant, la France est de plus en plus riche ! Mais l'heure arrive où ces avantages acquis, héritage d'un passé de travail et de combats, seront peut-être réduits à rien... Dans cet univers neuf, il ne sert à rien d'empiler les acquis : ces strates s'annulent entre elles. Elles freinent la croissance. Elles tuent l'emploi. Ces acquis, loin de nous protéger, nous menacent. Nous et nos enfants qui n'aurons pas de retraite garantie... A moins qu'on ne décide de repenser le système, au lieu de s'accrocher aux sigles, CES, Smic et ANPE... Qu'on accepte enfin de repenser un monde - le nôtre.
Publié le : mercredi 6 mai 1998
Lecture(s) : 26
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246532491
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le dit-on assez ? Les acquis sociaux à la française sont menacés... Les systèmes de retraite prennent l'eau, faute de cotisants. De mesures d'urgence en " plans ", la " sécu " augmente ses cotisations chaque année... pour des remboursements toujours plus faibles. L'assurance-chômage est grignotée par la masse des demandeurs d'emplois à indemniser. L'aide aux familles part en lambeaux. Le Revenu minimum d'insertion n'insère personne. Le Smic est à la fois trop faible pour le salarié... et trop coûteux pour l'employeur ! Notre système de protection sociale, dont nous sommes si fiers, dont les hommes politiques - de droite comme de gauche - se disent à bon compte les " garants ", court donc à sa perte. Pourtant, la France est de plus en plus riche ! Mais l'heure arrive où ces avantages acquis, héritage d'un passé de travail et de combats, seront peut-être réduits à rien... Dans cet univers neuf, il ne sert à rien d'empiler les acquis : ces strates s'annulent entre elles. Elles freinent la croissance. Elles tuent l'emploi. Ces acquis, loin de nous protéger, nous menacent. Nous et nos enfants qui n'aurons pas de retraite garantie... A moins qu'on ne décide de repenser le système, au lieu de s'accrocher aux sigles, CES, Smic et ANPE... Qu'on accepte enfin de repenser un monde - le nôtre.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.