Nos lettres tissent un chemin

De
Publié par

La correspondance a cet étrange pouvoir de cogénérer des existences. Elle actualise et met en culture interpersonnelle des communautés de vie. Marie-Odile Gisors accepte de publier ses échanges de lettres avec le sociologue internationalement connu Joffre Dumazedier. A travers et au-delà de lui et de leur interaction, elle pointe avec génie et générosité un chemin de culture universelle pour convertir diversités et adversités en unité.
Publié le : vendredi 1 juin 2007
Lecture(s) : 244
EAN13 : 9782296174023
Nombre de pages : 140
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Nos Cettres tissent

un chemin

@

L'HARMATTAN,

2007

5-7, rue de l'École-Polytechnique;
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr

75005 Paris

ISBN: 978-2-296-03373-3 EAN : 9782296033733

9darie-oâife

rie Ç}isors

Joffre (])umazeâier

:Nos fettres tissent un c/iemin

£ 'J{armattan

Histoire de Vie et Formation Collection dirigée par Gaston Pineau
avec la collaboration de Bernadette Courtois. Pierre Dominicé, Guy Jobert, Gérard Mlékuz, André Vidricaire et Guy de Villers

Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de la fonnation, en s'ouvrant aux productions qui cherchent à articuler "histoire de vie" et "fonnation". Elle comporte deux volets correspondant aux deux versants, diurne et nocturne, du trajet anthropologique. Le volet Formation s'ouvre aux chercheurs sur la fonnation s'inspirant des nouvelles anthropologies pour comprendre l'inédit des histoires de vie. Le volet Histoire de vie, plus narratif, reflète l'expression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie courante à mettre en fonne et en sens.

Déjà parus
Volet: Histoire de vie Michèle PELTIER, Le couchant d'une vie. Journal d'une cancéreuse croyante et coriace, 2007 Jacqueline OLIVIER-DEROY, Cœur d'enfance en Indochine, 2006. Jeannette FAVRE, En prison. Récits de vies, 2005. Françoise BONNE, A.N.P.E. MON AMOUR, 2006. Christian MONTEMONT et Katheline, Katheline, 2005. David JUSTET, Confessions d'un hooligan, 2005. Renée DANGER, Mon combat, leurs victoires, 2005. Danièle CEDRE, La porte-paroles. De Elles à... Elle, 2005. Guy-Joseph FELLER, Les carambars de la récré ! Une école de village en Pédagogie Freinet dans les années 60, 2005. Marie-Claire GRANGEPONTE, (sous la dir. de), Classes nouvelles et gai-savoir auféminin, 2004. Jean-Marie ALBERTINI, Mémoires infidèles d'une famille de Provence,2004. Jérémie MOREAU, Ma Mère, cette Utopie l, 2003 Ann VOISIN, Fabienne, Les négligences médicales sont-elles une fatalité?, 2003. Patrick MOLINA, L 'homme interdit, 2003.

ce quej'ai à dire
est fragile comme la l4eige et fort comme le déluge
Al4ats
..

" Ntl4

Sommaire
Ce sera une lettre. .
Ce seraune lettre... Un art de vivre Petit-dijeunerroya!. Cadeauxprécieux Viens dans mon ermitage! Viens dans mon ermitage1.. Tu es chez toi. .. Plein ciel Chatcaurouge entrecielet terre Un grandplateau de coquelicots... Ma vieestpleine et chaleureuse Unegrande Dame L'0clYssée du CA.PES Ma pierrepour tonpont.. .

9
Il 13 14 21 23 25 27 30 31 32 34 36 43 56

Ces trésors volés à notre solitude profonde. . .
Ces trésorsvolésà notresolitudeproftnde... Je râlais contremoi Le plus beau cadeau J'aimepar-dessustout toute cettecotifiance... Tonjournal estgénial... Un ((Espace deparole )) au cœurde l'école Une lettrecommela tiennec'estde la lumièrepour moi.. Si tu esamoureuse... Puisses-tut'aimer d'abordtoi-même... Ton regard nouveau sur le monde Ta lettrevibrantedejoie Ton mondequotidienagrandipar l'essentie!... Je caresseton beautexte Tes textesje les lisje les relis Cet arbrede lumière Et ta dernière lettre... Et ta dernièrelettre... iHasta siempre, Duma 1 17 odobre2006

63
65 67 69 71 75 78 89 95 97 101 103 104 108 109 111 113 115 119 133

Ce sera une lettre...

Ce sera une lettre...
Rencontre avec Gaston.

Cheveux blancs et barbe blanche à la terrasse d'un bar accueillant. Vu! Accueil chaleureux! Je me sens en terre amie! Après quelques échanges, tu t'es glissé dans nos souvenirs et nos mots. Tu planais sur notre rencontre d'une présence presque palpable du profond de ton absence si présente dans nos vies et dans nos cœurs. Peut-être en es-tu l'artisan invisible! Je dis à Gaston que j'ai un gros paquet de lettres de toi fort belles, fort émouvantes que je garde précieusement. Je le sens fort intéressé de découvrir la face cachée du monstre sacré... de l'intellectuel pur et dur. Il me propose d'exhumer, de ranimer cette correspondance. Ce serait beau de la sortir de l'ombre et de donner à connaître ton autre face. Cela me semble une belle idée... un peu surprenante... mais une belle idée. Un hommage à toi à qui je dois tant et tant. Pas un« hommage posthume », parce que je te sens là... toujours présent dans ma vie et dans tout ce qui

11

m'advient, de fort et de bon... et ce n'est pas cette rencontre qui va me faire changer d'avis 1 Alors ce sera une lettre: une lettre à toi, qui, je le sais, te parviendra, toi qui ne croyais pas à l'au-delà, auquel tu avais tellement envie de croire, surtout à la fin de ta vie. Alors, Duma, je sais que tu m'entends par-delà le temps et l'espace étriqué de nos vies. J'ai envie de revisiter avec toi ce chemin parcouru, ensemble, dans le respect et ta tendresse infinie, un peu rudoyante parfois. J'ai envie, et apparemment je ne suis pas la seule... d'éclairer ta face cachée... si lumineuse. Tu ne la laissais pas apparaître facilement. Elle était réservée à quelques-uns dont j'avais la chance d'être.

12

Un art de vivre
Je te dois beaucoup... aujourd'hui beaucoup de ce que je suis

Une sorte d'art de vivre au sens le plus profond. Mon rythme de vie, si différent de toi à l'époque et si proche
auj ourd 'hui.

Souvent j'y pense et je me surprends. Cette respiration au cœur de la vie entre la rencontre de l'autre et le repli... pas frileux pour un sou, mais fécond.

Ces flux vers les autres et ces reflux nécessaires dans le silence et la solitude bénis, pour pouvoir créer et nourrir la rencontre future. C'était vraiment toi... et c'est vraiment moi. C'est sans doute le seul rythme possible pour celui ou celle qui fait œuvre de création. Lever très tôt. 5h... 6h...
Premières lueurs du jour

Tour de jardin Fleurs à peine écloses Neige Pluie Soleil Fraîcheur Fruits tombés ou à croquer sur l'arbre Premiers pépiements qui te saluent 13

Silence Senteurs d'humus à humer de toute son âme Pour toi: la surprise des premiers œufs pondus par tes poulettes que tu connaissais chacune et que tu aimais tant. Puis travail de création, de relecture. Petit-déjeuner: Sur ta si belle table Brésilienne, ornée d'un bouquet des fleurs du moment toutes fraîches cueillies, sur des sets de couleurs vives et chatoyantes. C'est fou comme tu aimais les couleurs... presque autant que moi. Cela aussi nous réunissait, et ce n'est pas rien!

Petit-déjeuner
mais délicieuses.

royal

Communion dans les couleurs, les saveurs, simples
fruits - café - lait - tartines beurre - miel œuf tout chaud pondu mouillettes dégoulinantes d'or liquide, succulent. Travail de création à nouveau, réécriture d'élaboration, de

Tu vois! J'ai l'impression que je parle de moi. Matinée féconde et belle en contact permanent avec la nature. Ta table de travail était placée devant une grande baie et, tout en travaillant, tu guettais tes frères les oiseaux que tu nourrissais tout l'hiver consciencieusement de

14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.