Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,10 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
Extrait


Mon alliance avec les femmes a sans contredit marqué mon passage sur cette Terre. Sans elles, je n’aurais certainement pas survécu à plusieurs passages difficiles de mon existence. Je me sentais fort en leur présence, ma virilité brillait, j’étais un garçon courageux, résistant et solide, même si j’étais incapable de me frayer un chemin parmi les garçons de mon âge.

Même si je passais le plus clair de mon temps à partager des activités avec ma sœur ou ma mère, je m’acharnais à trouver des solutions pour faire ressortir ma masculinité. Ma fascination pour les voitures de course miniatures était sans bornes, et je me souviens d’avoir assiégé à plusieurs reprises les pièces de la maison pour construire mes pistes de course. Je prenais les chaises de la cuisine en otage et, l’imagination aidant, j’édifiais un circuit que bien des Grands Prix dans le monde auraient envié. Je me rappelle qu’à l’âge de trois ans, mes parents m’avaient offert en cadeau pour Noël une voiture de course que je pouvais conduire grâce à un système de pédales à l’intérieur. La magie s’installait chaque fois que je montais dans cette auto de course ; je me transformais en super homme et j’imaginais les plus belles aventures. Pendant plusieurs années, j’ai également été hypnotisé par le célèbre G.I. Joe. D’ailleurs, je crois qu’inconsciemment, ce fut le premier fantasme de ma vie et, avec le recul, je constate sans effort que le modèle de virilité que dégageait G.I. Joe était sans contredit celui que je pourchassais dans mon combat identitaire. J’entretenais avec lui une drôle de relation ; il devait me suivre et exécuter avec moi l’ensemble de mes activités. Combien de fois l’ai-je déshabillé et lavé, et combien de fois ai-je même tenté, sans succès, de raser sa barbe de plastique avec la crème à raser et le rasoir de mon père ! Ma sœur Claire était plus chanceuse que moi : elle disposait d’une Barbie qui parlait et qui avait des seins. Malgré le fait que le corps de ma figurine d’Adonis était démesurément musclé, ses créateurs avaient omis de le doter d’un pénis, à mon grand désespoir. Je n’arrivais pas à comprendre la raison pour laquelle Barbie bénéficiait d’attributs sexuels, alors qu’on avait impunément castré mon G.I. ! J’érotisais mon G.I. Joe au plus haut point, et j’avais même inventé une histoire d’amour entre lui et la Barbie de ma sœur. Combien de fois ai-je mimé des relations sexuelles entre eux ! D’ailleurs, lors d’un de leurs échanges enflammés, que je contrôlais avec grand plaisir, j’ai arraché une jambe de la Barbie. Pour éviter l’effusion de larmes chez ma sœur, j’ai recollé le morceau avec de la colle contact que mon père gardait précieusement dans son coffre à outils. Ce fut le dernier coït entre les deux modèles réduits. Après cet échange amoureux catastrophique, la Barbie n’a plus eu qu’une seule jambe qui bougeait, et ma sœur n’y a vu que du feu ; il faut dire que je savais comment dissimuler mes erreurs et trouver des mensonges pour occulter mes pires conduites.


J’ai rêvé pendant des années de jouer au hockey, mais j’ai dû oublier rapidement cette utopie, car à mon grand désespoir, je n’ai jamais été capable de vraiment patiner. Pour sublimer ma frustration, j’ai collectionné pendant des années ces fameuses cartes de hockey qu’on trouvait dans les paquets de gomme à dix sous. Je traînais toujours sur moi mon paquet de cartes, que j’avais soigneusement entouré d’un élastique pour éviter qu’une d’entre elles ne s’échappe. Quand mes cousins nous rendaient visite, j’en profitais pour faire des échanges : certaines cartes étaient plus convoitées que d’autres. Je me souviens aussi de tous ces samedis soir en famille quand on regardait La soirée du hockey à Radio-Canada. Durant les finales, c’était la fête. Il fallait voir mon père crier dans la maison chaque fois que le Canadien comptait un but ; la permission de hurler à tue-tête nous rendait hystériques à coup sûr.



Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin