Paulo Coelho, le courage d'être heureux

De
Publié par

Etre conscient de son existence, c'est d'abord accepter la vie comme un cadeau merveilleux et donc comprendre qu'on n'a pas le droit de passer à côté. Aussi, chaque jour qui s'offre à nous, chaque rayon de soleil, chaque goutte de pluie, tout nous apprend à vivre comme une éternité chaque seconde de cette fragile existence. Et cette existence, ce n'est ni hier, ni demain, mais l'instant présent, aujourd'hui, maintenant.
Ce livre n'est pas une analyse littéraire. C'est un libre hommage à Paulo Coelho, écrit avec comme seule règle : l'envie de partager ma joie de lecteur.

Publié le : mardi 7 juillet 2015
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844508805
Nombre de pages : 180
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1
J’ai connu Paulo Coelho comme « par hasard », dirai-je, pour commencer. A un de ces moments où on a besoin de sortir de soi et d’entendre une autre voiX. J’ai donc mis la radio. Presque machinalement. Un journa-liste présentaitLa Cinquième montagne. Un livre écrit, disait-il, par « le célèbre auteur deL’Alchimiste». Je ne connaissais ni le livre, ni ce « célèbre auteur ». Le journaliste parla du succès énorme du livre, mais aussi des éditions Anne Carrière qui avaient eu le fin nez en éditant un brésilien inconnu. Des auditeurs téléphonaient, mais globalement, au lieu de parler deLa Cinquième montagne, qui était appa-remment le sujet de l’émission, ils témoignaient, avec beaucoup d’enthousiasme et d’émerveillement, des changements dans leurs vies depuis qu’ils avaient lu L’Alchimiste. Quelques-uns, peu nombreuX, appelaient pour dire e qu’ils ne comprenaient pas comment en pleinxxsiècle quelqu’un pouvait avoir du succès en « délirant » sur des choses aussi irrationnelles, tels que Dieu, les anges, etc. Ils allaient même jusqu’à se demander comment il pou-vait y avoir autant de millions de débiles pour s’eXtasier sur les écrits d’un gourou qui se prenait pour un pro-phète. Ils s’eXprimaient avec une passion telle que je n’ai pas compris comment on pouvait souffrir autant parce que quelqu’un parle de Dieu et qu’il a des millions de lecteurs.
- 21 -
J’ouvre ici une parenthèse pour dire ceci : je ne sais si je le tiens de ma culture finalement syncrétique (afri-caine, occidentale et créole), mais Dieu (celui d’Abraham et de Jacob), les anges judéo-chrétiens et les ancêtres « bantu » dans le même cœur, un sachet d’aspi-rines, une amulette, une carte bancaire et une croiX de Jésus dans le même sac à main, bref tout ce qu’il faut pour se mettre à l’abri du mal d’où qu’il vienne, ne me pose aucun problème eXistentiel. De même, enseigner Pascal, Diderot et Sartre, dans le respect absolu des convictions des uns et des autres ne me pose non plus aucun problème. Je ferme la parenthèse. Dans l’un comme dans l’autre sens, donc, il y avait de la passion, beaucoup de passion. Le titre ne me disait rien,a priori, sinon qu’il évoquait un domaine qu’on aborde avec quand même quelques réticences. Ma curio-sité s’est réveillée. J’ai donc voulu me faire ma propre opinion. C’était en 1998. Je me suis procuréL’Alchimisteet, disons-le tout de suite, j’ai été complètement séduit non pas par l’histoire de ce berger car en elle-même elle est toute simple, mais par les principes qui y sont développés. Je ne perdais pas de vue que ce n’était qu’un roman et qu’aucune identifi-cation au personnage ne devait être faite. Cependant, j’ai compris que c’est un de ces rares livres qui touchent directement notre côté sensible. Parce qu’ils posent des problèmes qui ont tout à voir avec notre cœur et notre esprit, deuX domaines que l’on ne contrôle pas totale-ment, dans la mesure où ils ont pour fonction première de nous relier au monde et de nous informer. Un beau tableau, un lever de soleil, un magnifique paysage, un regard… nous émeuvent (ou non). La question de savoir « pourquoi ? » est secondaire, voire superflue. Je dois dire aussi que cela correspondait à une période où je me posais des questions sur mes choiX per-
- 22 -
sonnels, un peu une sorte de « bilan et perspectives ». Même si je donnais l’impression d’avancer – ce qui était tout de même vrai dans certains domaines – en réalité, je tournais presque en rond sur des sujets importants. Mes amis attribuaient cela au fait que je frisais la quarantaine. A cet âge, disaient-ils avec grande sagesse, tout le monde se pose des questions qui disparaissent à cinquante ans. Mais cette évidence ne me satisfaisait pas. Cependant, personne ne m’a jamais assuré que dans diX ans je serai encore vivant, et personne ne m’a jamais dit comment je pourrai m’y prendre dès maintenant pour éviter des ques-tions aussi sérieuses plus tard. J’ai toujours trouvé quelque agacement à penser que les choses s’arrangeront d’elles-mêmes. En attendant mes cinquante ans, donc, je trouverai dans les livres de Coelho, notamment, de quoi patienter et trouver la vie plus supportable.
La lecture de l’histoire de ce berger (qui est avant tout une histoire romanesque) m’a envoyé une douce fraîcheur, un peu comme celle qui vous accueille dans une pièce climatisée lorsque vous vous échappez d’une rue surchauffée par la foule et la canicule. Cette énergie m’a beaucoup aidé à prendre le courage de me poser de vraies questions, car mon désir était d’avoir de vraies réponses et à me dire que si, finalement, les questions venaient de moi, les réponses devraient aussi venir de moi.
Plus tard, j’ai parlé « très pudiquement » de L’Alchimisteà mes étudiants. A cette époque, j’ensei-gnais (j’enseigne toujours d’ailleurs) les littératures fran-çaises dans une université. Bien évidemment, j’ai profité de cette occasion pour faire un rapide rapprochement entre Diderot (dont le savoureuXJacques Le Fataliste était au programme) et Coelho, plus particulièrement sur les thèmes du hasard, du bonheur et du destin. Mes étu-diants ont beaucoup apprécié non seulement
- 23 -
L’Alchimiste,mais aussi la démarche : celle de parler d’un écrivain vivant, qui « passe encore à la télévision », m’a-t-on dit. Il faut dire que la tradition universitaire en France est tellement fière de ses classiques qu’elle a une horrible peur des écrivains vivants, en général, et des écrivains étrangers, en particulier.
Je préciserais que, grâce à ce rapprochement cir-constanciel, mes étudiants ont eu un regard moins pous-siéreuX de la philosophie de Diderot en même temps qu’ils découvraient un contemporain à travers L’Alchimiste. Pour la première fois, j’ai pris conscience que les problèmes posés par les écrivains, comme les philosophes des Lumières par eXemple, sont considérés par nos jeunes étudiants comme des sujets purement sco-laires et intellectuels, qui n’ont d’intérêt qu’à l’école, à l’université ou dans les émissions littéraires. Or, la litté-rature n’est pas qu’un jeu intellectuel, elle nous parle aussi de la vie. Ces mêmes étudiants, usagers des éditions bon mar-ché et des soldes n’ont pas hésité à se procurer la toute première édition de 1994, à plus de 100 FF tout de même. Ils ont beaucoup parlé deL’Alchimistedans leur entourage si bien que les libraires locauX m’ont demandé si Coelho figurerait au programme les années suivantes. Quelques réfleXions dans ce livre témoignent du travail accompli dans ce séminaire, que je juge fructueuX.
- 24 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant