Petits mémoires littéraires

De
Publié par

BnF collection ebooks - "Le premier nom qui se présente sous ma plume celui d'Henry Murger, de cet être aimable et doux dont le séjour sur la terre a été de si courte durée. On aperçoit Murger à quelque distance d'Alfred de Musset. C'est la même finesse de détails et la même élégance dans un milieu plus humble. Spécialistes d'amour tous les deux."

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Publié le : lundi 7 mars 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782346010769
Nombre de pages : 352
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

Chapitre premier

Une lecture au Quartier Latin. – Henry Murger et Théodore Barrière. – Je tue Mimi. – Les Vieux de la Vieille, de Théophile Gautier. – Rencontre avec Balzac.

Le premier nom qui se présente sous ma plume est celui d’Henry Murger, de cet être aimable et doux dont le séjour sur la terre a été de si courte durée.

On aperçoit Murger à quelque distance d’Alfred de Musset. C’est la même finesse de détails et la même élégance dans un milieu plus humble. Spécialistes d’amour tous les deux.

La vie a été rude pour lui du premier jour jusqu’au dernier. Sa seule arme de lutte a été l’esprit. Il s’est bien défendu ; – peut-être eût-il mieux fait d’attaquer.

J’avais vingt-deux ans et lui vingt-quatre, lorsque nous nous liâmes d’une amitié que rien ne devait jamais altérer ni troubler.

 

Henry Murger entra un dimanche matin chez moi, dans la chambre d’hôtel que j’occupais orgueilleusement vis-à-vis du palais des Tuileries, sur la place du Carrousel, à côté du guichet du pont des Saints-Pères.

Je serais presque tenté de dire qu’à la manière des personnages de roman, Murger fit d’abord cinq ou six tours dans ma chambre ; – mais l’amour de la vérité m’oblige à déclarer qu’il n’y avait pas moyen de faire cinq ou six tours dans ma chambre.

Il s’assit donc – sur mon lit – et me dit, en dirigeant vers moi son très fixe regard :

– N’êtes-vous pas humilié… comme moi… de nous voir moins richement vêtus que tant d’autres hommes ?

Étonné, je murmurai :

– En effet… peut-être… oui… je n’y avais jamais pensé.

Et ensuite, d’un ton qui essayait d’être dégagé :

– Ah ! bah ! m’écriai-je.

Mais Murger continua gravement :

– Retirez cet Ah ! bah !… Votre indifférence est coupable au premier chef… Il importe, croyez-moi, que nous relevions les jeunes lettres en nos personnes. Finissons-en avec les chapeaux insouciants et les redingotes douteuses. Devenons ce que nous sommes au moral : des gentlemen. Soyons irréprochables !

Je l’écoutais avec une stupeur mêlée d’intérêt.

– Qu’entendez-vous par irréprochables ? lui demandai-je.

– Être irréprochable, c’est être habillé de neuf.

– Ah ! très bien !

– Écoutez-moi, reprit Henry Murger sur un mode de plus en plus solennel ; je vous donne à vous comme à moi quinze jours pour être irréprochables… C’est bien le diable si, en quinze jours, un être intelligent n’a pas le temps de se procurer habit, veste et culotte.

– Je vous crois, dis-je.

– Rendez-vous de dimanche en quinze, au pont Neuf, midi sonnant, sous l’œil du bon roi.

– Pourquoi faire ?

– J’ai un programme de fête… vous verrez… Et puis, je vous présenterai un de mes amis, une sommité déjà…

– Qui s’appelle ?…

– Théodore Barrière… À dimanche !

Rien ne m’empêcherait, pour gagner une ligne, de répéter ici les mots : À dimanche ! comme dans les romans de dialogue, mais un vif sentiment de la haute littérature me retient.

Le dimanche indiqué, au dernier coup de midi, par une radieuse journée de printemps, deux jeunes hommes s’avançaient l’un vers l’autre, – sur le terre-plein du pont Neuf.

Ils avaient été sur le point de passer sans se reconnaître.

Ils resplendissaient, ils éblouissaient du col au talon ; l’un jouait négligemment avec un lorgnon, l’autre balançait un stick imperceptible.

Était-ce Brummel ?

Était-ce le comte d’Orsay ?

C’était Murger.

C’était moi.

Nous avions obéi scrupuleusement à la loi que nous nous étions imposée : nous étions irréprochables.

– Maintenant, me dit Murger en me prenant sous le bras, nous pouvons aller partout, dans les salons ariscrocratiques du faubourg Saint-Germain, dans les salons financiers de la chaussée-d’Antin, au bal de l’ambassade d’Autriche, dans tous les ministères.

– Allons à l’Estaminet belge.

 

À l’Estaminet belge, il me présenta à l’ami dont il m’avait parlé.

C’était un jeune homme d’un aspect un peu sévère, aux yeux enfoncés et brillant d’un feu sombre, l’air d’un officier en bourgeois.

C’était Théodore Barrière.

Il était employé au ministère de la guerre, dans le département des cartes ; mais il avait déjà fait représenter plusieurs vaudevilles, ce qui lui donnait un certain prestige parmi nous.

– La connaissance faite, nous nous acheminâmes tous les trois vers le logis de Murger, rue Mazarine, dans un hôtel fort triste, « tenu par Hautemule, » comme disait l’enseigne. M. P.J. Proudhon, à cette époque, occupait dans le même hôtel une chambre au-dessus de celle de Henry Murger.

Une fois arrivés, Murger alla mettre le verrou, et Barrière, avec fin horrible sang-froid, tira de dessous sa redingote cinq cahiers à couverture bleue, représentant cinq actes d’une comédie, qu’il déposa sur une table.

Je devins pâle.

J’étais tombé dans une lecture.

 

Il est vrai que cette comédie avait pour titre : la Vie de Bohême.

Je crois inutile de dire l’émotion dont je fus insensiblement gagné en écoutant cette œuvre folle d’esprit et navrante d’amour.

Le dénouement n’était pas alors arrêté.

Murger, avec sa douceur accoutumée, inclinait vers la guérison de Mimi ; il proposait un voyage en Italie.

Barrière, lui, était pour la mort.

Je fus de l’avis de Barrière.

Le meurtre de Mimi fut décidé. Je n’en ai jamais éprouvé de remords.

 

Cette journée est restée dans mon souvenir comme une des meilleures de ma jeunesse.

Un ou deux ans plus tard, je dus à mon tour écrire une pièce avec Théodore Barrière.

Je pris plusieurs rendez-vous chez lui.

Mais là, je me heurtai à un obstacle sérieux.

Quand je dis sérieux… vous allez voir.

 

Barrière vivait en famille, – avec une mère, le modèle de toutes les sollicitudes ; avec un père qui avait été lui-même un auteur dramatique.

Dans cet intérieur patriarcal, il y avait un perroquet nommé Coco, comme tous les perroquets.

Or, pour un nouveau collaborateur introduit chez Barrière, l’important était moins de plaire à son père et d’avoir l’agrément de sa mère – que de gagner les bonnes grâces de Coco.

Coco était un thermomètre dramatique.

On apportait son perchoir dans la salle à manger, pendant le dîner, et on le plaçait auprès du nouveau collaborateur.

Si Coco se familiarisait avec lui, s’il descendait sur son épaule, – le néophyte était admis par Barrière et par ses parents.

Si, au contraire, Coco restait sur son perchoir, sombre, battant des ailes, la crête hérissée et se refusant à toutes les avances, – le néophyte était refusé.

Les deux seules fois que je dînai chez Théodore Barrière, Coco resta sur son perchoir.

 

Théophile Gautier est un des hommes de lettres que j’ai le plus désiré voir, lors de mon arrivée à Paris. J’avais dévoré tous ses livres en province, et il m’apparaissait comme la plus parfaite incarnation du romantisme.

À mon admiration si légitime pour l’écrivain se joignait une vive curiosité pour l’homme, curiosité surexcitée, entretenue par des portraits et des récits étranges. Je savais que l’auteur de Fortunio portait des cheveux excessivement longs, qu’il s’habillait d’étoffes voyantes, destinées à épouvanter les bourgeois. Les jeunes gens se laissent prendre à ces jeux.

Je ne tardai pas à me faire présenter, et sa vue ne détruisit pas l’image que je m’étais créée du sectaire d’Hernani, du spectateur au pourpoint cerise légendaire. Il était dans toute la force et dans tout l’éclat de sa trente-sixième année ; sa myopie et son chapeau constamment fixé sur la tête contribuaient à lui donner un certain air de hauteur, auquel des étrangers ont pu se tromper. La vérité est qu’il m’accueillit avec une parfaite indifférence, – ce que je comprends bien.

Ce ne fut qu’au bout de quelques mois que, s’accoutumant à me voir dans les bureaux de rédaction de journaux, il me fit l’honneur de m’admettre insensiblement à son intimité. En ce temps-là, il avait le tutoiement très facile ; je pus le croire mon ami – mais à coup sûr j’étais devenu le sien, et pour toujours.

J’ai eu la grande joie, dans ma vie, d’inspirer à Théophile Gautier une de ses meilleures pièces de vers, celle qui porte le titre des Vieux de la Vieille.

Voici dans quelles circonstances.

C’était en 1848, après la révolution de février. La vie littéraire était devenue difficile pour moi, comme pour beaucoup d’autres. J’avais publié quelques feuilletons dans la Presse, mais le vent n’était plus aux feuilletons ; – j’en étais réduit à faire des physionomies de Paris, des tableaux de la rue ; j’agrandissais le fait divers.

Ce fut ainsi que, le 5 mai, jour anniversaire de la mort de Napoléon 1er, je publiai dans la Presse, à la place la plus modeste, et sans signature, un article qui commençait de la sorte :

« Un étrange spectacle a en lieu ce matin sur la place Vendôme. Entre dix et onze heures, autour de la colonne, on a vu se ranger successivement les derniers soldats de l’Empire ; la plupart avaient revêtu leur ancien uniforme chamarré de broderies et encore tout étincelant de galons, malgré la rouille du temps. De pauvres vieillards éteints, amaigris, se redressaient fièrement sous le casque à longue chevelure des dragons ou sous le plumet des hussards ; des têtes ridées jusqu’au crâne sortaient dessous d’immenses bonnets à poil. Il y en avait qui traînaient de riches sabretaches. Toutes ces splendeurs à demi mortes sur des corps à demi vivants donnaient un aspect fantastique à la place Vendôme ; on eût dit les ombres convoquées pour la fameuse revue dont parle le poète allemand :

C’est la grande revue
Qu’aux Champs-Élysées,
À l’heure de minuit,
Tient César décédé.

L’énergie ressuscitée de quelques-unes de ces figures ressortait vigoureusement sous leur costume théâtral. Pourtant la majorité de ces bonnes gens se composait de boutiquiers, de petits commerçants et de bureaucrates ; mais tel qui eût été ridicule avec l’habit ou la redingote, devenait presque majestueux sous le plastron, des chasseurs de la garde. Quelques-uns d’entre eux se faisaient remarquer par leur stature colossale, tandis que d’autres, au contraire, laissaient deviner une maigreur extrême sous l’ampleur flottante de leur costume et sous les plis de leurs guêtres. Vers midi, cette vision empanachée s’ébranla, et un lancier octogénaire déploya un drapeau sur lequel était écrit : Les Vieux de la Vieille à la République française ! etc. etc. »

L’article avait une centaine de lignes sur le même ton. (Presse du 6 mai 1848.)

 

À quelque temps de là, je rencontrai Théophile Gautier.

– Tu as fait, l’autre jour, un joli article, me dit-il.

– Comment le sais-tu ? il n’était pas signé.

Gautier haussa légèrement les épaules et passa.

Pour moi ; j’étais rayonnant. Un tel suffrage avait à mes yeux une valeur si considérable !

Je me trouvai encore plusieurs fois avec Théophile Gautier, et chaque fois il revint avec complaisance sur mon article.

Décidément, cet article lui trottait en tête.

Bientôt l’idée que je n’avais fait qu’indiquer s’empara de lui tyranniquement ; il la mûrit, – et il la développa dans une trentaine de strophes, qui sont autant de merveilles de pittoresque et de sentiment. Tout le monde les connaît, ces Vieux de la Vieille, qui, publiés pour la première fois en 1848, figurent aujourd’hui dans le volume des Émaux et Camées.

Ce n’étaient pas les morts qu’éveille
Le son du nocturne tambour,
Mais bien quelques Vieux de la Vieille
Qui célébraient le grand retour.
Depuis la suprême bataille,
L’un a maigri, l’autre a grossi.
L’habit jadis fait à leur taille
Est trop grand ou trop rétréci.
Un plumet énervé palpite.
Sur le kolbach fauve et pelé ;
Près des trous de balle la mite
A rongé leur dolman criblé.
Leur culotte de peau trop large
Fait mille plis sur leur fémur.
Leur sabre rouillé, lourde charge,
Creuse le sol et bat le mur.

À quoi bon continuer ? Ces beaux vers ne sont-ils pas dans toutes les mémoires ?

On ne se méprendra pas sur le sentiment qui me fait évoquer cette anecdote et m’enorgueillir d’avoir fourni à l’un des écrivains que j’admire le plus l’occasion de produire un chef-d’œuvre.

Mettons, si vous voulez, que j’ai été ce jour-là le chien qui fait lever le gibier.

Mais de quel triomphant coup de fusil le poète a abattu cette pièce !

 

En 1866, Théophile Gautier m’envoya un exemplaire de son Capitaine Fracasse, accompagné de l’amusante lettre que voici :

« MON CHER MONSELET,

Accepte ce Fracasse illustré, et parles-en dans les apiers où tu reluis comme une casserole de cuivre bien écurée dans une cuisine flamande. Considéré cet ouvrage au point de vue gastronomique ; l’absence de nourriture y est déplorée amèrement, mais quand la bonne chance ramène les mets succulents et les bons vins, ils sont célébrés avec non moins de soin que les charmes de l’héroïne. Protège ces goinfres, ces ivrognes et ces canailles variées ; saupoudre-les de quelques mots spirituels, en guise de muscade râpée. À propos de muscade, si on en mettait partout au temps de Boileau, on n’en met plus nulle part aujourd’hui ; le monde dégénère.

Adieu, soigne ton bedon, et ne t’efforce pas de le contenir au majestueux, comme cet imbécile de Brillat-Savarin.

Tuus

THÉOPHILE GAUTIER. »

 

La dernière fois que je me suis trouvé avec Balzac, c’était en 1848, dans les bureaux de l’Évènement, à la rédaction duquel j’appartenais.

L’Évènement venait d’être fondé sous le patronage de Victor Hugo. C’était un recueil vaillant et hardi, où avaient été conviés tous les écrivains qui étaient un nom, un talent, ou même simplement un espoir.

Léon Gozlan, Méry, Théophile Gautier coudoyaient Henry Murger, Champfleury, Théodore de Banville. Il se faisait là un joyeux tapage, un cordial échange d’idées, d’aspirations, de jugements, de traits spirituels. Anténor Joly et Polydore Millaud allaient et venaient dans la maison, toujours affairés, ou faisant semblant de l’être ; le premier s’occupant de la partie littéraire, dénichant des romans, harcelant les auteurs, dressant les manuscrits ; – le second donnant des conseils à propos de l’administration, la tête pleine de projets, les poches pleines… de plans ; l’un criant comme un sourd qu’il était, l’autre frappant le parquet de sa canne, tous les deux ouvrant et fermant les portes avec bruit.

Un soir, comme je corrigeais les épreuves d’un de mes feuilletons, dans la salle commune à tous les rédacteurs, entre neuf et dix heures environ, je vis entrer un homme que je reconnus au premier coup d’œil (je l’avais vu deux ans auparavant). C’était Balzac. Tout le monde se leva. Meurice et Vacquerie allèrent à lui les mains tendues.

Balzac avait promis un roman à l’Évènement ; il en avait même donné le titre. Il ne venait pas l’apporter ce soir-là ; il venait prendre congé de ses amis, car il partait le lendemain pour son dernier voyage en Russie.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Christianisme Ésotérique

de bnf-collection-ebooks

Les Mémoires

de bnf-collection-ebooks

suivant