Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme

De
Publié par

Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, est un auteur mal connu et méconnu. Le second volume de son recueil des Dames (dites galantes par son premier éditeur, non par lui) a connu un succès durable et gagné une réputation de gaillardise: certains y voient aujourd'hui le rapport Kinsey du XVIe siècle. Que Brantôme ait été abbé (mais abbé " commendataire ", c'est-à-dire bénéficiaire, sans appartenir à l'Eglise) apporte un piment supplémentaire à ce titre déjà suggestif.

Ce gentilhomme d'une vieille famille périgourdine fut d'abord un homme d'épée. Il parcourut l'Europe en quête de gloire, de guerre et d'aventure, et côtoya les chefs les plus prestigieux. Courtisan lors des entractes de paix, ami de Ronsard, épris de littérature et de poésie, il approcha les rois et plus encore les reines, sans parvenir à s'illustrer vraiment ni même à se marier. Après sa rupture avec Henri III, un accident de cheval le laissa à demi infirme et le contraignit à se retirer en Périgord. Une nouvelle vie _ une nouvelle carrière _ s'ouvrait pour lui: Brantôme devint alors écrivain et le resta pendant trente ans.

Au fil de plus de quatre mille pages (dix volumes), il évoque, à l'aide de ses souvenirs, le visage de la société aristocratique et de la cour des Valois durant la période noire des guerres de Religion. Sur arrière-fond de massacres et de batailles défilent en grand nombre ceux dont il a conté la vie: gentilshommes des Rodomontades, du Traité sur les duels, des Retraites de guerre, Colonels de l'infanterie de France et soldats, Capitaines français et Capitaines étrangers, princesses de la Renaissance, Dames galantes et Dames illustres (qui sont parfois les mêmes). Au milieu des sièges et des combats, des fêtes de cour et des palais, revit une société riche en contrastes, à la fois violente et raffinée.

Madeleine Lazard est professeur émérite de littérature française à l'université de la Sorbonne nouvelle (Paris III). Présidente honoraire de la Société d'études du XVIe siècle et présidente de la Société internationale des amis de Montaigne, elle est l'auteur de divers ouvrages et d'articles concernant la littérature de la Renaissance, notamment le théâtre, Rabelais, les femmes du XVIe siècle et les mémorialistes.
Publié le : mercredi 10 mai 1995
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213650906
Nombre de pages : 416
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, est un auteur mal connu et méconnu. Le second volume de son recueil des Dames (dites galantes par son premier éditeur, non par lui) a connu un succès durable et gagné une réputation de gaillardise: certains y voient aujourd'hui le rapport Kinsey du XVIe siècle. Que Brantôme ait été abbé (mais abbé " commendataire ", c'est-à-dire bénéficiaire, sans appartenir à l'Eglise) apporte un piment supplémentaire à ce titre déjà suggestif.

Ce gentilhomme d'une vieille famille périgourdine fut d'abord un homme d'épée. Il parcourut l'Europe en quête de gloire, de guerre et d'aventure, et côtoya les chefs les plus prestigieux. Courtisan lors des entractes de paix, ami de Ronsard, épris de littérature et de poésie, il approcha les rois et plus encore les reines, sans parvenir à s'illustrer vraiment ni même à se marier. Après sa rupture avec Henri III, un accident de cheval le laissa à demi infirme et le contraignit à se retirer en Périgord. Une nouvelle vie _ une nouvelle carrière _ s'ouvrait pour lui: Brantôme devint alors écrivain et le resta pendant trente ans.

Au fil de plus de quatre mille pages (dix volumes), il évoque, à l'aide de ses souvenirs, le visage de la société aristocratique et de la cour des Valois durant la période noire des guerres de Religion. Sur arrière-fond de massacres et de batailles défilent en grand nombre ceux dont il a conté la vie: gentilshommes des Rodomontades, du Traité sur les duels, des Retraites de guerre, Colonels de l'infanterie de France et soldats, Capitaines français et Capitaines étrangers, princesses de la Renaissance, Dames galantes et Dames illustres
(qui sont parfois les mêmes). Au milieu des sièges et des combats, des fêtes de cour et des palais, revit une société riche en contrastes, à la fois violente et raffinée.

Madeleine Lazard est professeur émérite de littérature française à l'université de la Sorbonne nouvelle (Paris III). Présidente honoraire de la Société d'études du XVIe siècle et présidente de la Société internationale des amis de Montaigne, elle est l'auteur de divers ouvrages et d'articles concernant la littérature de la Renaissance, notamment le théâtre, Rabelais, les femmes du XVIe siècle et les mémorialistes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.